Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Un train, un film, une musique

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Un train, un film, une musique   Lun 16 Avr - 19:04

Orient Express, une mini-série télévisée en six épisodes (1979) de Claude Barma et réalisée par Arturo La Pegna:

<<Six destins de femmes liés au fameux Orient Express, train de luxe qui relie depuis la fin du XIXème siècle Paris, Vienne, Venise et Istanbul, toutes emportées par les tourbillons de l'amour dans l'Europe de l'entre-deux-guerres. Adaptée du roman d'un futur académicien français, ancien diplomate globe-trotter, mais aussi ancien de l'ORTF, Pierre-Jean Remy, cette série aujourd'hui complètement tombée dans les sables mouvants de l'oubli, joue avant tout sur l'exotisme des décors et de l'époque en évoquant un moment tumultueux de l'histoire européenne à travers le prisme d'aventures sentimentales qui n'exciteront pas tout le monde.  Hehe A noter une bande originale signée Ennio Morricone, co-production franco-italienne oblige, sur laquelle il est aujourd'hui plus facile de mettre la main que sur la série elle-même.  Hehe Parmi les comédiens qui roucoulent dans l'Orient Express, figurent deux récemment disparus, Stéphane Audran et Claude Rich. Il y a aussi Jacques Perrin, la superbe Ludmila Mikaël et André Dussolier.>>

J'aime beaucoup la placidité du thème principal Che senso ha, aussi bien dans ses versions chantées par Maria Rigel Tonini que dans ses versions purement instrumentales. Ce thème est assez caractéristique de ce qu'Ennio Morricone compose en général pour décrire la haute bourgeoisie. Il a quelque-chose d'hautain, de précieux.

Sinon pour en savoir plus sur ce train mythique, l'Orient Express, cliquer ici

https://www.youtube.com/watch?v=pGHJmt3CEM0


Dernière édition par Icare le Sam 21 Avr - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mar 17 Avr - 21:23

Icare a écrit:
Stéphane Audran et Claude Rich. Il y a aussi Jacques Perrin, la superbe Ludmila Mikaël et André Dussolier.>>

Waouh ! Excuse-moi du peu... J'ai adoré Claude Rich dans tous ses films, et au théâtre où j'ai eu la chance de le voir lors de ma "vie parisienne... ".
Tous les autres acteurs sont évidemment des "grands"... Cela donne d'autant plus envie, avec Morricone en plus..  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 18 Avr - 19:37

Il y a des films qui nous laissent parfois une étrange impression, une impression de malaise, au point de regretter de les avoir regardés. L'Ultimo Treno della Notte - Le dernier train de la nuit (1975) d'Aldo Lado est de ceux-là. Deux voyous du genre cruel et sadique, accompagnés par une bourgeoise en mal de sensations fortes, s'en prennent à deux jeunes femmes dans un train de nuit...humiliation, torture, viol et meurtre à la clef, ambiance malsaine et répugnante. Tout semble tellement gratuit et l'est dans ce qui est montré par ce film: tout est cru, obscène, insupportable. La musique est signée Ennio Morricone et c'est la seule chose que j'ai envie de conserver de ce film. Elle est peut-être la partition la plus minimaliste du compositeur et elle a selon moi, une particularité intéressante. Elle s'articule autour du bruit saccadé et répété du train. Est-ce une reproduction artificielle parfaitement imitée? je ne pense pas. Je pense à un enregistrement autour duquel toute la partie musicale d'action et d'atmosphère s'articule, se construit. Sauf que les bruits saccadés qui caractérisent le train en plein mouvement prennent alors une dimension effrayante, participe ouvertement au stress souhaité. Le train devient vite la prison et le tombeau des victimes même si celles-ci en sont finalement éjectées. Le train devient l'instrument du diable et de l'enfer, et son chant mécanique et lancinant, une marche monotone et diabolique. Le train tourmente, le train emprisonne, le train viole, le train vomit ses victimes sur les rails. En fait, le train devient le complice impassible et involontaire de deux tueurs assoiffés de sexe et de sang. Le train effraie. Sa musique métallique aux saccades bien réglées devient le compte-à-rebours d'un drame qui se trame. Ennio Morricone y emploie, outre les bruits saccadés du train qui représentent la partie bruitiste de la musique, des constructions rythmiques obsessionnelles et rudimentaires. Il emploie aussi, comme instrument soliste dominant, l'harmonica de Franco de Gemini, celui-là même que l'on entendra dans l'ultra-célèbre duel final de Il était une fois dans l'Ouest puis, plus tard, dans les années 80, accompagnant les aventures périlleuses de Lino Ventura dans Le Ruffian. Dans L'Ultimo Treno della Notte, l'harmonica semble se dédoubler et même se multiplier, probablement des enregistrements séparés et superposés. Ici, l'harmonica n'arrache pas sa plainte d'un profond sentiment de vengeance, elle incarne le mal et l'horreur, un point c'est tout. L'un des deux voyous a une harmonica et en joue. S'ajoute à toute cette structure mouvante et stressante, un sifflement, le sifflement d'un air de quelques notes seulement que l'un des deux tueurs répète lorsqu'il déambule d'un wagon à l'autre, à la recherche de sa victime qui tente de sauver sa peau. Imaginez ce sifflement qui se rapproche de vous et identifie votre assassin dans toute sa perversité et détermination. Ces quelques notes sifflées que Morricone sait si bien imaginer et rendre pénétrantes. Brrrr, voilà qui s'éloigne des ébats sentimentaux et bourgeois dans l'Orient Express de Claude Barma, bien que là aussi il y a des moments dissonants de grandes tensions qui tranchent avec des moments beaucoup plus mélodieux et romantiques.

https://www.youtube.com/watch?v=6-VXK8ALQXs


Dernière édition par Icare le Dim 22 Avr - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Un train, un film, une musique   Sam 21 Avr - 0:04

Ca, c'est vraiment très beau, et Maurice Jarre a été très inspiré sur ce film, et le train... (extraordinaire Burt Lancaster, film de Frankenheimer qui est plutôt très dur mais "sonne tellement vrai").
Dois-je transférer ceci sur le fil "discussion.... films", ou ici.. ? 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Sam 21 Avr - 18:45

J'ai également ouvert un fil dans le domaine du cinéma (Films tv compris) car les exemples ne manquent pas non plus, pas seulement des films dont l'action va se situer autour d'un train comme, par exemple, Le crime de l'Orient Express (1974) de Sidney Lumet sur une musique de Richard Rodney Bennett qui connut deux remakes, un pour la télévision en 2001, réalisé par Carl Schenkel sur une musique de  Christopher Franke et Edgar Rothermich,  un autre en 2017 pour le grand écran, réalisé par Kenneth Branagh sur une musique de Patrick Doyle, mais aussi une scène dans un film qui nous a marqués: je pense notamment à une scène dans Il était une fois dans l'Ouest où l'action se situe dans un train, "la mort de Morton" sur un thème mélodique plutôt minimaliste d'Ennio Morricone, à la fois si profondément mélancolique et teinté d'une aura étrange...Dans mon souvenir, le personnage de Morton pense souvent à la mer, même au moment de mourir, et il y a cette "petite musique de la mer" dans ce thème de Morricone. J'ai cherché cet extrait du film de Sergio Leone sur la Toile mais je n'ai rien trouvé. Sinon, dans un autre genre, il y a un autre film qui s'intitule Le Train et réunit Romy Schneider et Jean-Louis Trintignant sur une même affiche. Le film est de Pierre Granier-Deferre. La partition de Philippe Sarde jouit d'ailleurs d'une belle réputation:

https://www.youtube.com/watch?v=KpEmdbDHnU4
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Sam 21 Avr - 23:30

Ce soir, j'ai écouté la bande originale de deux films dont le train joue un rôle important. Le premier film s'intitule Mosca Addio (1987) et a été réalisé par Mauro Bolignini avec la superbe Liv Ullmann puis mis en musique par Ennio Morricone et le second est un film britannique réalisé par Michael Crichton, The Great Train Robbery - La Grande Attaque du Train d'or (1979), avec Sean Connery et Donald Sutherland, sur une musique de Jerry Goldsmith. Il s'agit de deux films complètement différents, le film de Crichton étant plutôt du cinéma d'action et d'aventure alors que Mosca Addio est un drame. Au-delà du fait qu'Ennio Morricone et Jerry Goldsmith sont deux compositeurs au style distinctif, l'approche musicale pour ces deux films s'opposent complètement. La partition de l'Italien est triste, dramatique et solennelle. On y entend le désespoir, l'hiver, la tragédie et la solitude, mais on y entend aussi un départ douloureux qui arrache le coeur. Dans un thème intitulé "Viaggio", Ennio Morricone y ré-exploite les bruits saccadés du train, rajoutant une intensité bruitiste à sa musique, le refrain implacable d'un départ définitif et terrifiant. En revanche, la partition de Jerry Goldsmith évolue aux antipodes de celle de l'Italien, symphonique, légère, romantique, enlevée et même ludique, s'articulant autour du thème principal qui en est la colonne vertébrale. Mon humeur du moment a fait que j'ai été plus réceptif au Mosca Addio d'Ennio Morricone qui m'emmena haut dans l'émotion, or il se pourrait que demain The Great Train Robbery de Jerry Goldsmith, plus enlevé et ludique, me convienne davantage...juste une question d'humeur en ce qui me concerne...

https://www.youtube.com/watch?v=OAMoo9pmjgo


Bande-annonce: https://www.youtube.com/watch?v=1-lQI_6wbVg sur des musiques d'Ennio Morricone non écrites pour ce film.

Synopsis/Mosca Addio:

<<La chercheuse dissidente Ida Nudel , une juive russe , lasse de vivre dans un régime intolérant, demande la permission de quitter le pays avec sa compagne Juli et sa soeur Elena. Alors que ces deux dernières reçoivent un visa, elle se voit refuser le sien. Restée seule en Russie, elle se bat pour les droits de son peuple mais est arrêtée et condamnée aux travaux forcés en Sibérie . Soumise aux abus et aux humiliations, sa maison est confisquée et elle est contrainte à la misère. Se réfugiant dans un village près de Moscou, elle parvient à rencontrer clandestinement deux journalistes européens qui donnent de la visibilité à son message en Occident.

Synopsis/The Great Train Robbery

<<Edward Pierce veut réaliser un grand braquage en attaquant un train rempli de 25,000 £ en lingots d'or qui doivent servir à financer les troupes britanniques en Crimée en 1855. Mais, à l'époque, jamais un vol n'a été commis à bord d'un train en marche et Pierce va devoir innover dans tous les domaines pour arriver à ses fins.

https://www.youtube.com/watch?v=a4TRJiwDy-Q
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Lun 23 Avr - 19:33


Je ne pouvais absolument pas contourner la B.O. que signa Jacques Loussier pour le film britannique de Jack Cardiff, Le dernier train du Katanga/Dark of the sun (1968), un film dont l'intrigue se situe au Congo (Zaïre). Le thème principal est magnifique, un thème que n'aurait sans doute pas renié François de Roubaix mais nourri d'un lyrisme plus morriconien. Il hantera d'ailleurs toute la partition - certainement un peu trop longue puisqu'elle environne les 67 minutes - par de ponctuelles réapparitions: certaines seront franches, d'autres plus esquissées, d'autres encore presque suggérées au travers de moments de tensions et de suspens: le thème est là, une présence fantomatique, prête à jaillir, à surgir de l'ombre d'un accord récurrent, à exploser dans sa forme la plus concrète...et lorsque le fameux thème rejaillit, le frisson est garanti, électrise l'aventurier qui s'éveille en moi. Il y a aussi quelques passages un peu étranges avec voix africaines et percussions, quelques points faibles aussi mais peu importe; je grille déjà au soleil sous l'émotion écarlate d'une musique de film d'une époque où elle avait encore réellement une âme.

<<Le film est fondé en partie sur des faits réels, la décolonisation du Congo belge, avec les événements de la rébellion Simba et de l'Opération Dragon rouge (et la colonne Ommegang) mêlés à ceux de la sécession du Katanga. En 1960, dans une Afrique noire en pleine décolonisation, le capitaine Curry, un mercenaire, est chargé par Mwamini Ubi, le président de la toute nouvelle République démocratique du Congo, de conduire un train de militaires dans une région éloignée, le Katanga, pour rapatrier les colons occidentaux menacés par les rebelles du général Moses. Il doit aussi récupérer 50 millions de dollars en diamants bloqués dans les coffres d'une compagnie minière. Il s'entoure d'une équipe de mercenaires (un bras droit, congolais d'origine, un ex-officier nazi, un jeune lieutenant inexpérimenté, un médecin alcoolique), dont l'épopée ne se déroulera pas comme prévu.>>

Entre François de Roubaix et Ennio Morricone:

https://www.youtube.com/watch?v=nDZKsd7m2ws
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Lun 23 Avr - 22:53



https://www.youtube.com/watch?v=hUH6bSsin_4


Les Milles - Le train de la Liberté est un film français réalisé par Sébastien Grall en 1995. La superbe partition, l'une des plus belles du compositeur, est signée Alexandre Desplat.

<<Mai 1940. Juifs, communistes ou opposants au nazisme sont internés au camp des Milles, près d'Aix-en-Provence. Le commandant Perrochon dirige ce camp d'une main de fer. Mais pourtant, quand l'arrivée des nazis est annoncée, il ne peut se résoudre à leur livrer ses prisonniers et affrète secrètement un train pour les évacuer sur Bayonne.>>
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3953
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mar 24 Avr - 9:03

Citation :
Je ne pouvais absolument pas contourner la B.O. que signa Jacques Loussier pour le film britannique de Jack Cardiff, Le dernier train du Katanga/Dark of the sun (1968), un film dont l'intrigue se situe au Congo (Zaïre). Le thème principal est magnifique, un thème que n'aurait sans doute pas renié François de Roubaix mais nourri d'un lyrisme plus morriconien.

En effet, c'est étonnant, je ne connais pas assez François de Roubaix mais j'aurais pensé que c'était du Morricone déplacé, cela me semble presque du plagiat !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mar 24 Avr - 23:14


Night Mail est un film documentaire de 1936 sur un train postal de Londres, Midland et Scottish Railway (LMS) , de Londres à l'Écosse, produit par GPO Film Unit . Le film se termine par un "commentaire de vers" de WH Auden , écrit pour des images existantes. Le compositeur Benjamin Britten a marqué de ses notes ce film qui a été réalisé par Harry Watt et Basil Wright , et raconté par John Grierson et Stuart Legg . Le cinéaste brésilien Alberto Cavalcanti était directeur sonore. La locomotive décrite dans le film était le "Royal Scot 6115 Scots Guardsman", construit en 1927. Le film est devenu un classique de son propre genre, beaucoup imité par des publicités et des courts métrages modernes. Night Mail est largement considéré comme un chef-d'œuvre du "British Film" dans le domaine du film documentaire.

https://www.youtube.com/watch?v=a_twehPlRPs
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17638
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 9:37

Le fait que tu parles du train postal de Night Mail me fait penser bien sûr au Cerveau, ce film à succès de Gérard Oury, avec notamment Jean-Paul Belmondo, Bourvil et David Niven. Ce film est basé sur l'histoire réelle de l'attaque du train postal Glasgow-Londres en 1963. Le Cerveau a été tourné en 1967-68 et la musique, demeurée célèbre, est de Georges Delerue.



https://www.youtube.com/watch?v=M6LZRbFxbf4



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 18:16


<<Dan Evans, infirme depuis la guerre de Sécession, subsiste comme fermier dans l'Arizona. Une nuit, sa grange est mise à feu par des hommes de Glen Hollander, un de ses créanciers. Le lendemain, Dan Evans et ses deux fils, William et Mark, partent rassembler le bétail qui a fui durant l'incendie. Ils assistent alors à l'embuscade d'une diligence transportant des fonds de la Southern Pacific Railroad protégés par des agents Pinkerton. L'attaque s'avérant difficile, le hors-la-loi Ben Wade se sert du troupeau des Evans pour barrer la route à la diligence, qui se renverse. Ben Wade et ses hommes tuent ensuite les survivants, sauf Byron McElroy, qui est néanmoins gravement blessé. Effrayés, Dan Evans et ses fils tentent de s'éloigner discrètement ; malheureusement, ils font du bruit et Ben Wade les découvre ; ce dernier décide de leur confisquer leurs chevaux, qu'il laissera attachés sur le chemin de la ville de Bisbee. Dan Evans et ses fils installent alors McElroy sur une civière de fortune et se mettent en route. Arrivé à Bisbee, Dan Evans tente d'obtenir un délai de paiement auprès de Hollander. Celui-ci lui répond que le terrain l'intéresse plus que le remboursement, car il spécule sur la future présence d'une ligne de chemin de fer dans la région ; la famille Evans est donc indésirable. Evans, furieux, va chercher son fusil et se rend au saloon de la ville ; au lieu d'y trouver Hollander, il y croise Wade et le retarde suffisamment pour que les autorités l'arrêtent. Le représentant de la Southern Pacific, Grayson Butterfield, demande que le criminel soit escorté jusqu'à la gare de Contention City (en), où le train de 3 h 10 le conduira jusqu'à la prison du comté de Yuma ; McElroy, Tucker (un homme de main de Hollander), et Potter (un médecin vétérinaire) décident de faire partie de l'escorte ; Evans se joint à eux contre 200 dollars. Pendant qu'ils conduisent Wade vers un fourgon pénitentiaire, Charlie Prince, le plus redoutable des hommes de main de Wade, chevauche hors de la ville en tuant plusieurs personnes en guise de représailles.

Les hommes se rendent à la ferme Evans ; Charlie Prince les suit, montrant ostensiblement qu'il surveille le convoi. Pour déjouer cette surveillance, les hommes échangent Wade contre une autre personne et dorment à la ferme pendant que le fourgon servant de leurre éloigne les hors-la-loi. Butterfield, Evans, McElroy, Tucker, Potter, et leur prisonnier partent le lendemain, à l'aube. Le voyage se révèle très dangereux : Wade tue d'abord Tucker ; puis il se débarrasse de McElroy, et seule l'arrivée imprévue de William Evans empêche Wade de s'échapper ; puis des Apaches attaquent et Wade réussit à s'évader. Mais il est reconnu et capturé par le contremaitre d'un chantier de construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer, bien décidé à se venger d'un ancien meurtre commis par le bandit. Butterfield, Dan et William Evans, et Potter doivent employer la force pour reprendre leur prisonnier ; durant l'escarmouche, Potter est tué. Les survivants arrivent enfin à Contention et s'installent dans une chambre, où le shérif et ses hommes viennent les aider. Mais la bande de Wade arrive en ville et promet 200 dollars à tout habitant qui abattra un des hommes qui retiennent Wade. Terrifiés, le marshal et ses hommes se rendent, mais se font tuer sans pitié. Voyant cela, Butterfield renonce et conseille aux Evans de l'imiter. Dan Evans comprend alors qu'il peut définitivement mettre sa famille à l'abri des difficultés qu'elle connait : il demande à Butterfield de verser 1 000 dollars à sa femme et de protéger la ferme contre les agissements de Hollander ; Butterfield accepte. Dan Evans, dont la bravoure est désormais évidente, demande alors à son fils aîné de partir. À 15 heures, Evans et Wade sortent de la chambre. Malgré la fusillade sanglante que provoque leur course, ils réussissent à rejoindre le train. Mais Charlie Prince survient et abat Evans. Ben Wade, bouleversé par la mort de celui dont les actes avaient forcé le respect, se débarrasse de Prince et de toute sa bande… puis monte dans le train et siffle son cheval.
>> (Wikipédia)

https://www.youtube.com/watch?v=61B6Z6CRfac
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 18:34

Merci pour ce fil et les messages très intéressants. Me voici beaucoup d'écoutes en perspective, et j'allais justement aussi vous parler du "Train" avec Trintignant et Schneider, ainsi que du "Cerveau" de Gérard Oury. Je ne connais pas du tout le film "Les Milles", c'est bien le genre de thème qui me plairait. 
Moi qui suis une fan de Charlie Chaplin, je me demande s'il y a un "Charlot" célèbre qui fait allusion au train.. ?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 18:37

Dans le domaine cinématographique, on ne peut évoquer le train sans évoquer en même temps un genre aussi populaire que le Western, et aussi bien le western américain que le western italien que l'on appelle aussi plus vulgairement le "western spaghetti". Dans nombre de ces films, je me souviens d'une scène particulière où le train joue un rôle plus ou moins important. Celui qui vient certainement le plus à l'esprit, du moins chez les cinéphiles amateurs du genre, c'est Le train sifflera trois fois de Fred Zinnemann (sortie 1952) avec Gary Cooper et Grace Kelly et sur une musique de Dimitri Tiomkin. Le thème principal fera d'ailleurs le tour du monde et sera chanté par plusieurs chanteurs, dont Richard Anthony. Je pourrais citer des scènes dans des films comme Le soleil rouge, Navajo Joe ou encore Giu la testa - Il était une fois la révolution. Et tant d'autres! Toutefois, pour mon cycle, je n'en retiendrai que deux: 3:10 to Yuma, un werstern de James Mangold (sortie 2007) sur une musique de Marco Beltrami et Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone sur une musique d'Ennio Morricone, film dans lequel le train n'est pas juste un décor ni un figurant mais un acteur essentiel du film. Il en sera la clôture.



https://www.youtube.com/watch?v=0DZTP0z_gM8
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 18:57

Icare a écrit:
l était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone sur une musique d'Ennio Morricone, film dans lequel le train n'est pas juste un décor ni un figurant mais un acteur essentiel du film. Il en sera la clôture.
Et il en est aussi le début, avec cette hallucinante attente du train dans la gare, sur le générique et la première scène, avec l'histoire de la mouche ....
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 19:18

Et voici notre cher Charlot dans un petit film muet adorable, avec probablement le type de musique qu'on connaît tous... (petite vidéo rare). Mais voilà, pas de musique... (on n'a plus qu'à écouter avec un ragtime !).

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Mer 25 Avr - 20:41

Là, ce sera sur la formidable musique d'Arthur Honegger!!

https://www.youtube.com/watch?v=rKRCJhLU7rs


On pourrait croire que la musique d'Arthur Honegger a été pensée et écrite spécialement pour ce petit film de Jean Mitry que je trouve extraordinaire dans la façon dont c'est filmé.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17638
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Jeu 26 Avr - 9:10

Le Mécano de "La General" est un film muet de Buster Keaton, dont le résumé est le suivant (Wiki) :

Johnnie est le mécanicien ("le mécano") d'une locomotive appelée la General, laquelle appartient à la Western and Atlantic Railroad, une compagnie de chemins de fer de l'Est américain. Lorsque la guerre de Sécession éclate, Johnnie a toujours du mal à choisir entre son train et Annabelle Lee, son deuxième amour. Comme il ne peut pas s’engager dans l’armée, Annabelle lui refuse son amour. Cependant, lorsque la General est volée par des espions de l'Union, avec Anabelle à son bord, Johnnie n'hésite pas à se lancer à la poursuite de son train et de sa fiancée. Après s'être infiltré dans l'armée de l'Union, Johnnie délivre Annabelle. Elle et lui s'enfuient, talonnés par l'armée ennemie. Après de nombreuses péripéties et après avoir défait l'Union en aidant les confédérés, Johnnie reçoit le grade de lieutenant et retrouve sa fiancée.




https://www.youtube.com/watch?v=EjHG1HUFEXQ


On pourrait aussi citer la Bête humaine de Jean Renoir d'après Zola, avec Jean Gabin...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Jeu 26 Avr - 9:43

La Bête Humaine bien sûr sur une musique de Joseph Kosma qui m'avait beaucoup marqué lorsque j'étais adolescent. Le livre est également magnifique et Emile Zola: quel sens de la description! Jubilatoire dans sa manière de décrire un gare, des trains, l'atmosphère...Ne pas oublier La Bataille du Rail de René Clément mais je ne suis pas sûr de l'avoir vu, sur une musique d'Yves Baudrier, illustre inconnu pour moi. J'essaierai de voir ce film. Peut-être que certaines scènes me reviendront à l'esprit dans le cas probable où je l'aurais déjà vu et le cas moins probable où je l'aurais complètement effacé de ma mémoire.

Amen, film de Costa-Gavras:

<<Durant la Seconde Guerre mondiale, un officier allemand de la SS, chimiste fournissant les camps en Zyklon B, Kurt Gerstein, cherche à alerter le Vatican du génocide dont les Juifs sont alors victimes. Ricardo Fontana, jeune jésuite conseiller auprès du nonce apostolique en poste à Berlin et dont la carrière s'annonce prometteuse, lui prête l'oreille. Ils se rendent à Rome, Ricardo pensant que le fait que son père soit très haut placé dans la hiérarchie laïque du Vatican les aidera à convaincre Pie XII de la nécessité d'une condamnation sans ambiguïté des crimes nazis à l'égard des Juifs. Mais leurs initiatives pour interrompre la Shoah ne trouveront pas d'écho auprès des hautes autorités étrangères ou religieuses. De désespoir, et en signe de révolte devant la passivité de la hiérarchie catholique, Ricardo Fontana part pour Auschwitz, y trouver la mort avec les Juifs romains lorsque ceux-ci sont raflés malgré l'arrangement trouvé par le pape (qui pensait avoir acheté leur protection en échange de 50 kg d'or collecté par les Juifs). Quant à Kurt Gerstein, il tente en vain de faire sortir son ami jésuite du camp d'extermination. Il finira inculpé de crimes de guerre par les Alliés à la fin de la guerre, car ceux-ci ne peuvent croire en sa bonne foi. Ce qui n'est pas le cas du médecin commandant du camp d'extermination, « bon catholique », qui fera jouer ses relations au Vatican et obtiendra par leur intermédiaire un visa pour l'Argentine.>>

J'ai évoqué les westerns dans lesquels le train put jouer, dans nombre d'entre eux, un certain rôle et un rôle certain, mais dans nombre de films de guerre, plus précisément ceux tournant autour de la première et seconde guerres mondiales, le train put jouer un rôle: les mobilisés emmenés au front, la déportation des juifs vers les camps de concentration, les rails sabotés par la Résistance, l'exode lors de l'avancée des nazis, etc...J'avais mentionné un peu plus haut Anna's War sur une musique de Dov Seltzer, puis le film de Pierre Granier-Deferre avec Jean-Louis Trintignant et Romy schneider sur une musique de Philippe Sarde et qui s'intitule justement Le Train. Dans Amen de Costa-Gavras avec Ulrich Tukur et Mathieu Kassovitz, le train a une présence significative et, d'ailleurs, le compositeur Armand Amar lui a consacré un thème musical et deux variantes qui portent son nom; "The Train I/The Train II/The Train III". Il se trouve que, dans cette bande originale, ce thème du train a toujours été mon morceau préféré.

https://www.youtube.com/watch?v=vCVpowRJb6g
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Jeu 26 Avr - 22:11

Anouchka a écrit:
Icare a écrit:
l était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone sur une musique d'Ennio Morricone, film dans lequel le train n'est pas juste un décor ni un figurant mais un acteur essentiel du film. Il en sera la clôture.

Et il en est aussi le début, avec cette hallucinante attente du train dans la gare, sur le générique et la première scène, avec l'histoire de la mouche ....

https://www.youtube.com/watch?v=3Y4Ml1qRGHk


Sur ces notes d'amour et d'espoir s'achève mon cycle "Sur les rails d'un chaos programmé".
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Lun 30 Avr - 0:58

Super tous ces extraits, merci Messieurs !  Wink

Et..., j'aimerais bien mentionner les films de la saga "Harry Potter", dans lesquels le train est omni-présent en début et fin des films..., en particulier quand sur le quai, Harry et ses copains "traversent le mur normal", pour se retrouver sur le quai spécial "apprentis sorciers", qui va les mener à l'école de Poudlar.. Les scènes dans le train sont très intéressantes d'ailleurs ! (les discussions avec les copains "avant la rentrée..."...
On le voit particulièrement dans "Harry Potter à l'école des sorciers".
Je ne résiste pas au plaisir de vous envoyer la musique...  Very Happy (devinez de qui ! archi-connu)

Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3953
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Lun 30 Avr - 9:38

Joli, cette musique m'évoque un bal de lucioles, mystère et légèreté ... avec un train en arrière-fond...
De John Williams je suppose puisque c'est le nom qui apparaît Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Lun 30 Avr - 21:02

Oui bien sûr c'est John Williams dont le nom apparaît sur le début de la vidéo..., il a reçu un oscar en 2001 pour la BO de cet opus Harry Potter précisément ! 
Le train est présent dans tous les films !, lorsque tout le monde part à l'école... ou en revient.... D'ailleurs le "dernier" Harry de la saga, montre Harry marié avec l'un de ses fils... qui part en train... pour Poudlar ! 
Je ne sais pas si de ton côté famille vous avez vu tout ça. Chez moi, c'est tout le monde dans le clan (et tous les films plusieurs fois) , et j'y reviens toute seule même sans les kids !, car je suis une éternelle petite fille... (dixit mon homme..  Wink).
Et bravo John Williams qui donne encore la mesure de son grand talent.
Je pense que ces tintements argentés de la musique, au début du générique, sont ceux du "célesta" : Ce piano miniature , mis au point en France par Victor Mustel en 1886, possède une sonorité "magique" : Elle est obtenue grâce à des marteaux qui frappent des lames métalliques placées au-dessus de résonnateurs en bois (cf. Tchaikovski qui l'utilisa le "grand premier" pour sa "Danse de sa fée Dragée" dans Casse-Noisette, dans le plus grand secret, pour éviter que ses compatriotes Glazounov et Rimiski-K ne s'en servissent avant lui !)... Ravissant je trouve ! 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   Sam 5 Mai - 23:13


Je l'avais oublié celui-là, même si le TGV n'est pas le centre du film.

https://www.youtube.com/watch?v=M9uhrkutooo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un train, un film, une musique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un train, un film, une musique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: