Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Symphonie n° 2 Rachmaninov

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17809
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Symphonie n° 2 Rachmaninov   Dim 25 Mar - 17:16

La Symphonie n° 2 en mi mineur, op. 27 est une symphonie du compositeur russe Sergei Rachmaninoff, écrite en 1906-07. La création a été interprétée par le compositeur lui-même à Saint-Pétersbourg le 8 février 1908. Sa durée est d'environ 60 minutes lorsqu'elle est exécutée sans coupures ; les performances coupées la réduisent à 35 minutes. La partition est dédiée à Sergei Taneyev, un compositeur russe, enseignant, théoricien, auteur et élève de Piotr Ilyich Tchaïkovski. À côté de son Concerto pour piano n° 2 et du Concerto pour piano n° 3, cette symphonie reste l'une des compositions les plus connues du compositeur.


À l'époque où sa Symphonie n° 2 a été composée, Rachmaninoff a eu deux saisons réussies en tant que chef de l'Opéra impérial au Théâtre du Bolchoï à Moscou. Il se considérait avant tout comme un compositeur et sentait que le programme d'interprétations lui faisait perdre du temps sur la composition.

Il a ensuite déménagé avec sa femme et sa petite fille à Dresde, en Allemagne, pour passer plus de temps à composer et pour échapper au tumulte politique qui mettrait la Russie sur la voie de la révolution. La famille est restée à Dresde pendant trois ans. C'est à cette époque que Rachmaninoff écrivit non seulement sa Deuxième Symphonie, mais aussi le poème  symphonique l'Ile des Morts.

Rachmaninoff n'était pas tout à fait convaincu qu'il était un symphoniste doué. À sa première en 1897, sa Symphonie n° 1 (dirigée par Alexander Glazunov) était considérée comme un désastre total; la critique était si dure qu'elle a envoyé le jeune compositeur dans un accès de dépression. Même après le succès de son Concerto pour piano n° 2 (qui a remporté le Prix Glinka et 500 roubles en 1904), Rachmaninoff manquait encore de confiance dans ses compositions. Il était très mécontent du premier brouillon de sa deuxième symphonie, mais après des mois de révision, il termina le travail et dirigea la première en 1908 sous de grands applaudissements. Le travail lui a valu un autre prix Glinka dix mois plus tard. Le triomphe rétablit le sentiment d'estime de soi de Rachmaninov en tant que symphoniste.

En raison de sa longueur formidable, la Symphonie n° 2 a fait l'objet de nombreuses révisions, en particulier dans les années 1940 et 1950, ce qui a réduit la pièce de 60 à 35 minutes. Avant 1970, la symphonie était généralement exécutée dans l'une de ses versions révisées, plus courtes. Depuis lors, les orchestres ont utilisé la version complète presque exclusivement, bien que parfois avec l'omission d'une répétition dans le premier mouvement.

La symphonie est composée pour orchestre complet avec 3 flûtes (la 3ème doublant un piccolo), 3 hautbois (le 3ème doublant un cor anglais), 2 clarinettes en la et en si ♭, clarinette basse, 2 bassons, 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, tuba, timbales, caisse claire, grosse caisse, cymbales, glockenspiel et cordes.

La symphonie est en quatre mouvements:

Largo - Allegro moderato (mi mineur)
Allegro molto (la mineur )
Adagio (la majeur)
Allegro vivace (mi majeur)


Le premier mouvement commence par une introduction lente, dans laquelle le thème "con motto" de la symphonie est introduit et développé. Cela conduit à un apogée passionnée, après quoi un cor anglais solo mène le mouvement dans l'allegro en forme sonate. En supposant que la symphonie soit exécutée sans coupures, cela inclut également une répétition complète de l'exposition. Contrairement à l'exposition, le développement est parfois orageux et se déplace à travers plusieurs clés. Seul le premier sujet et le thème du motto central sont utilisés dans le développement. Après une longue pédale dominante, la musique passe lentement à la récapitulation en mi majeur, dans laquelle seul le second sujet est récapitulé, mais est fortement développé par rapport à l'exposition. Ce dispositif d'omission du premier sujet de la récapitulation fut également utilisé par Tchaïkovski dans ses deuxième, quatrième et sixième symphonies. Une coda en mi mineur conclut le mouvement fortissim .


Le deuxième mouvement est un scherzo rapide joué Allegro molto.

Ce mouvement ne ressemble vraiment à un scherzo que dans la mesure où il se rapporte à la tradition romantique des mouvements symphoniques, et à l'utilisation d'une forme typique de scherzo (ABACABA). Le mouvement, en la mineur, s'ouvre avec un ostinato animé dans les cordes supérieures. Dans les grandes œuvres de Rachmaninoff, le plain-chant de Dies Irae est référencé, ici dans les premières mesures par les cors. La section B est une mélodie cantabile lyrique en ut majeur. La section trio centrale commence notamment par un coup, tutti fortissimo, et est un exemple de la maîtrise de Rachmaninoff du contrepoint et de l'écriture fuguée, grâce à ses études avec Taneyev, à qui cette symphonie est dédiée. À la fin du mouvement, le Dies Irae est de nouveau déclaré, cette fois par un chœur de cuivres. Le mouvement se termine pianississimo (ppp).


Troisième mouvement

Ce mouvement est dans une forme large en trois parties, et est souvent rappelé pour son thème d'ouverture, qui est joué par les premiers violons et réaffirmé à la fois comme une mélodie et comme une figure d'accompagnement plus tard dans le mouvement. Ce thème d'ouverture, cependant, est vraiment une introduction à la mélodie principale du mouvement, qui est présenté par un long solo de clarinette, et est une création typique de Rachmaninoff, autour de notes simples et accompagné par une riche harmonie. La deuxième partie du mouvement est basée sur le thème de la symphonie initiale et, à bien des égards, est un complément direct à l'introduction du premier mouvement, conduisant à un apogée passionné en ut majeur. Après une transition vers le thème d'ouverture, la mélodie centrale du mouvement est reprise, cette fois jouée par les premiers violons, tandis que des fragments du thème d'ouverture sont entendus dans l'accompagnement. Le mouvement se termine tranquillement, s'évanouissant lentement dans les cordes.


Quatrième mouvement
Le dernier mouvement est défini en forme sonate. Le premier thème animé, en forme de fanfare, est joué par l'ensemble de l'orchestre, conduisant à un intermède en forme de marche joué par les bois. Après le retour du premier thème, le premier sujet est conclu, et transite directement dans une mélodie large et massive jouée par des cordes. Après le retour du pianissimo, le troisième mouvement est brièvement rappelé. Suite à cela, la section de développement commence, qui est en deux sections, dont la première introduit de nouvelles idées mélodiques, et dont la dernière tourne autour d'une échelle descendante. La récapitulation ne présente d'abord que le premier sujet, avant de passer à une pédale dominante, jusqu'à la réaffirmation triomphante de la large mélodie, dans laquelle on peut entendre dans l'accompagnement des fragments du premier thème, du thème motto et de l'échelle décroissante. Une coda emphatique met fin à la symphonie, concluant avec un autre montage des œuvres à grande échelle de Rachmaninov, la fin caractéristique du rythme à quatre notes (dans ce cas présenté dans un rythme triolet), également entendu dans sa Sonate pour violoncelle, les deuxième et troisième concertos pour piano, et sous une forme altérée dans son quatrième concerto pour piano et les danses symphoniques  .

Manuscrit
Le manuscrit était considéré comme perdu, jusqu'à sa découverte dans la succession d'un collectionneur privé en 2004. Il a été authentifié par Geoffrey Norris. Il contient du matériel qui n'a pas trouvé sa place dans une édition publiée. Le manuscrit est devenu la propriété de la base de Tabor, et était en prêt permanent à la bibliothèque britannique.

En mai 2014, le manuscrit a été vendu aux enchères par Sotheby's pour 1 202 500 £.


Œuvres dérivées

Une partie du deuxième mouvement de la symphonie est utilisée à plusieurs reprises dans le film Birdman de 2014, réalisé par Alejandro González Iñárritu, et est même utilisé dans les bandes-annonces qui en font la promotion. Il est présenté dans le cadre d'une partition composée par le batteur de jazz mexicain Antonio Sánchez .

Des parties du troisième mouvement ont été utilisées pour la chanson de 1976 du chanteur Eric Carmen, "Never Gonna Fall in Love Again", qui a emprunté l'introduction et la mélodie principale du troisième mouvement comme refrain et pont de la chanson, respectivement. Comme la musique de Rachmaninoff était encore sous copyright à l'époque (elle a depuis expiré dans la plupart des pays), Carmen a payé des royalties au domaine de Rachmaninoff pour l'utilisation de la musique du compositeur, pour la chanson "All By Myself" qui a emprunté à son deuxième concerto pour piano dans ses paroles. La mélodie a également été utilisée par le pianiste de jazz Danilo Pérez comme thème principal de son morceau "If I Ever Forget You" en 2008

En avril 2008, Brilliant Classics a publié l'arrangement de la symphonie pour piano et orchestre d'Alexander Warenberg, l'intitulant "Concerto pour piano n° 5 de Rachmaninov". Warenberg a arrangé la Symphonie n° 2 de Rachmaninoff comme une œuvre concertante pour piano et orchestre. Le travail contient environ 40% du matériel de source de la symphonie avec un certain score original de Warenberg, modification de la partition originale et un changement de beaucoup d'harmonies "pour améliorer le son et l'équilibre". L'arrangement de Warenberg appelle à un concerto de trois mouvements avec un nouveau deuxième mouvement et un finale révisée "pour créer un point culminant émotionnel plus serré et plus efficace au finale du concerto."



https://www.youtube.com/watch?v=SvuitFzDxDg
Revenir en haut Aller en bas
JosefK

avatar

Nombre de messages : 150
Age : 68
Date d'inscription : 18/02/2018

MessageSujet: Re: Symphonie n° 2 Rachmaninov   Dim 25 Mar - 18:04

joachim a écrit:
En avril 2008, Brilliant Classics a publié l'arrangement de la symphonie pour piano et orchestre d'Alexander Warenberg, l'intitulant "Concerto pour piano n° 5 de Rachmaninov". Warenberg a arrangé la Symphonie n° 2 de Rachmaninoff comme une œuvre concertante pour piano et orchestre. Le travail contient environ 40% du matériel de source de la symphonie avec un certain score original de Warenberg, modification de la partition originale et un changement de beaucoup d'harmonies "pour améliorer le son et l'équilibre". L'arrangement de Warenberg appelle à un concerto de trois mouvements avec un nouveau deuxième mouvement et un finale révisée "pour créer un point culminant émotionnel plus serré et plus efficace au finale du concerto."

Cette adaptation a été donnée en concert à Paris en novembre 2008 - c'était apparemment sa première présentation en public - avec rien moins que Denis Matsuev en soliste.

Je n'avais pas été très convaincu... mais il est vrai que je suis déjà modérément réceptif à la version originale de la symphonie.

Comme cinquième concerto pour piano de Rachmaninov, je préfère donc de loin la Rhapsodie sur un thème de Paganini.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17809
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Symphonie n° 2 Rachmaninov   Dim 25 Mar - 19:07

JosefK a écrit:
joachim a écrit:
En avril 2008, Brilliant Classics a publié l'arrangement de la symphonie pour piano et orchestre d'Alexander Warenberg, l'intitulant "Concerto pour piano n° 5 de Rachmaninov". Warenberg a arrangé la Symphonie n° 2 de Rachmaninoff comme une œuvre concertante pour piano et orchestre. Le travail contient environ 40% du matériel de source de la symphonie avec un certain score original de Warenberg, modification de la partition originale et un changement de beaucoup d'harmonies "pour améliorer le son et l'équilibre". L'arrangement de Warenberg appelle à un concerto de trois mouvements avec un nouveau deuxième mouvement et un finale révisée "pour créer un point culminant émotionnel plus serré et plus efficace au finale du concerto."

Cette adaptation a été donnée en concert à Paris en novembre 2008 - c'était apparemment sa première présentation en public - avec rien moins que Denis Matsuev en soliste.

Je n'avais pas été très convaincu... mais il est vrai que je suis déjà modérément réceptif à la version originale de la symphonie.

Comme cinquième concerto pour piano de Rachmaninov, je préfère donc de loin la Rhapsodie sur un thème de Paganini.

Je suis bien d'accord, ce "5ème" concerto (fallait oser, pour la pub sans doute) ne m'a pas emballé non plus (j'en avais d'ailleurs parlé quelque part, mais je n'ai pas retrouvé où - en tout cas pas au topic Rachmaninov).

Par contre j'adore cette 2ème symphonie, avec son lyrisme exacerbé, et en particulier le sublime 3ème mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symphonie n° 2 Rachmaninov   

Revenir en haut Aller en bas
 
Symphonie n° 2 Rachmaninov
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: