Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La Truite (Die Forelle) Franz Schubert

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 18040
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   Mar 13 Mar - 20:24

"Die Forelle" (en allemand pour "La Truite"), op. 32, D 550. est un lied, ou une mélodie, composée au début de 1817 pour voix solo et piano avec la musique du compositeur autrichien Franz Schubert (1797-1828). Schubert a choisi de mettre en musique le texte d'un poème de Christian Friedrich Daniel Schubart, publié pour la première fois dans le Schwäbischer Musenalmanach en 1783. Le poème complet raconte l'histoire d'une truite capturée par un pêcheur, mais dans sa dernière strophe révèle son objectif moral : avertir les jeunes femmes de se prémunir contre les jeunes hommes. Quand Schubert a mis le poème en musique, il a enlevé le dernier couplet, qui contenait la morale, changeant le foyer de la chanson et lui permettant d'être chanté par des chanteurs masculins ou féminins. Schubert a produit six copies subséquentes de l'œuvre, toutes avec des variations mineures.

Schubert a écrit "Die Forelle" dans l'unique tonalité de ré ♭ majeur, avec une forme strophique variée (ou modifiée). Les deux premiers couplets ont la même structure mais changent au troisième et dernier couplet pour donner une impression musicale de la truite capturée. Dans le catalogue Deutsch des œuvres de Schubert, il est le numéro 550, ou D. 550. Le musicologue Marjorie Wing Hirsch décrit le lied de Schubert comme un "chant lyrique avec des traits dramatiques mélangés".

La mélodie a été populaire auprès du public contemporain, ce qui a conduit à la commande de Sylvester Baumgartner à Schubert pour écrire un morceau de musique de chambre basé sur la mélodie. Cette commande a abouti au Quintette de la Truite (D. 667), dans lequel un ensemble de cinq variations de "Die Forelle" se trouvent dans le quatrième mouvement.

Contexte

Les paroles du Lied proviennent d'un poème de Christian Friedrich Daniel Schubart. L'opinion est divisée sur les capacités de Schubart : The Musical Times le considère comme "l'un des poètes les plus faibles" dont Schubert a utilisé le travail, et commente qu'il "se contentait de jolies idées versifiantes", tandis que le chanteur et auteur Dietrich Fischer-Dieskau considérait Schubart comme "un poète, un musicien et un orateur très talentueux". Schubart a écrit " Die Forelle " en 1782, pendant qu'il était emprisonné dans la forteresse de Hohenasperg ; il y fut prisonnier de 1777 à 1787 pour avoir insulté la maîtresse de Charles Eugène. Le poème a été publié dans le Schwäbischer Musenalmanach de 1783, et composé de quatre strophes.

Le spécialiste de Schubert, John Reed, pensait que le poème était "sentimental" et "faible", avec la strophe finale du poème consistant en une "morale bête" qui "conseille vivement aux jeunes filles d'être sur leurs gardes contre les jeunes hommes avec des cannes à pêche". L'universitaire Thomas Kramer observe que "Die Forelle" est "quelque peu inhabituel avec son faux-semblant d'être un vrai poisson", alors qu'il le décrit comme "une parabole sexuelle". Fischer-Dieskau a vu le poème comme "didactique ... avec sa morale baroque". Schubert n'a pas mis cette strophe finale et s'est plutôt concentré sur l'observation de la truite par un témoin, et sa réaction à sa capture par un pêcheur.


Création

De 1861 à 1821 Schubert a composé quatre Lieder employant les poésies de Schubart, "An den Tod" (D518), "Un meinin Klavier" (D342), "Die Forelle" (D550) et "Grablied auf einen Soldaten"(D454).Bien que le premier brouillon de " Die Forelle " ait été perdu et que la date exacte de la composition soit inconnue,  le lied est supposé avoir été écrit au début de 1817, la même année où il composait "Der Tod und das Mädchen" et "An die Musik".

Après que Schubert eut achevé son Lied, un de ses amis, Johann Leopold Ebner, raconta que Schubert avait été informé que "Die Forelle" citait inconsciemment l'Ouverture Coriolan de Beethoven (passage de violoncelle mesure 54 de l'ouverture) ; En entendant la comparaison, Schubert a décidé de détruire le manuscrit, mais il a été arrêté par Ebner et d'autres. Le 9 décembre 1820 le Lied a été publiée dans un supplément à la Wiener Zeitung, avec un certain nombre d'autres de lieder de Schubert. Il n'a reçu aucun paiement pour éditer ses Lieder, mais a bénéficié d'une publicité gratuite.


L'oeuvre

"Die Forelle" est écrit pour voix solo et piano dans la tonalité de ré ♭ majeur. Le Lied est écrite avec une structure strophique variée (ou modifiée), signifiant que la "musique de vers" est généralement la même, avec un vers différent. Selon l'historien américain Mark Ringer, Schubert a utilisé une "structure musicale qui reflète à la fois le cycle de vie de la Terre et le passage de l'innocence à l'expérience". Schubert a précisé de jouer "Etwas lebhaft", ou à un rythme "assez animé".

Le couplet différent est le troisième, et il démontre "l'adjonction de traits dramatiques" dans la chanson lyrique, que Fischer-Dieskau appelle "un exemple classique de la chanson strophique avec Abgesang  ..."pré-stressant". La "post-tension" vient à la strophe finale; le compositeur et érudit de Schubert, Brian Newbould, observa que, pour les trois quarts de la dernière strophe de la chanson, Schubert quitta la strophe pour donner une impression musicale de la truite capturée, mais retourna à la strophe pour le dernier couplet. La figure rythmique principale dans l'accompagnement de piano suggère le mouvement du poisson dans l'eau. Lorsque le pêcheur attrape la truite, la ligne vocale change de majeur en mineur, la figuration au piano devient plus sombre et les phrases fluides sont "brisées par des silences effarouchés". Selon Mark Ringer, la mélodie évoque une "naïveté populaire" qui "délivre à la fois plaisir et puissance émotionnelle".

Le poème de Schubart prend le point de vue d'un homme parlant, conseillant aux jeunesfemmes de faire attention aux jeunes hommes. En supprimant la strophe, Schubert supprime la morale et crée une incertitude dans le sexe du narrateur.


Autres versions

Après avoir terminé son original en 1817, Schubert a fait six autographes successifs. Ces versions différentes n'étaient pas nécessairement une tentative d'amélioration de l' œuvre, certaines versions ultérieures étant écrites de mémoire avec seulement des variations mineures ; Newbould considère que la réplique rapprochée de Schubert était un "exploit musical ... et un signe que Schubert parlait le langage de la musique avec le naturel de la conversation". Les différences entre les autographes sont minimes: selon Reed, ils "s'inquiètent ... de l'indication du tempo et du prélude - postlude". La première version, marquée Mässig n'a pas d'introduction, bien que "la forme de l'introduction familière soit déjà annoncée dans un postlude de sept mesures". Le projet n'est pas daté, bien qu'il date de 1817 et qu'il soit conservé dans la collection Stadler, Ebner et Schindler à Lund. Une deuxième copie, écrite en mai ou juin 1817, était pour l'album de Franz Sales Kandler: cette version était marquée Nicht zu geschwind (pas trop vite).

Une troisième variation a été écrite dans la nuit du 21 février 1818. Schubert et Anselm Hüttenbrenner, un ami et compositeur, avaient terminé quelques bouteilles de vin hongrois quand Anselm a indiqué que son frère Josef était un aficionado de l'œuvre de Schubert. Schubert a complété une copie de "Die Forelle" qui était "quelque peu désordonnée". Le désordre était en partie expliqué par l'état d'ivresse de Schubert, mais aussi expliqué par la note d'accompagnement qu'il a écrite à Josef: "Tout comme, dans ma hâte, j'allais envoyer la chose, j'étais plutôt endormi et j'ai versé l'encre calmement dessus. Quel désastre!" Le manuscrit a été tenu par la famille Hüttenbrenner pendant un certain nombre d'années et a été photographié en 1870, avant d'être perdu. Schubert a écrit une nouvelle version en 1820, pour publication dans le Wiener Zeitung, et une copie finale en Octobre 1821 pour publication dans la Neue Ausgabe. La version finale a "en plus un prélude de piano de cinq mesures" et est actuellement dans la collection de Gertrude Clarke Whittall Foundation de la Bibliothèque du Congrès.


En 1819, Sylvester Baumgartner, patron de musique et violoncelliste amateur à Steyr, commanda à Schubert une pièce de musique de chambre basée sur "Die Forelle"; Schubert a alors écrit un quintette pour le piano et cordes en la majeur, en cinq mouvements, dans lequel il a cité le Lied dans un ensemble de cinq variations dans le quatrième mouvement. La pièce devint plus tard connue sous le nom de Quintette de la Truite (D. 667).  Franz Liszt a transcrit et a paraphrasé "Die Forelle" dans deux versions pour le piano solo. La première fut, en 1844, la sixième partie de sa composition Sechs Melodien von Franz Schubert (S 560); la deuxième transcription était en 1846 (S 564).


Réception

Les informations sur la réception contemporaine de "Die Forelle" sont rares. Reed raconte que le Lied eut "une popularité immédiate" et que Schubert composant le Quintette La Truite était la preuve que "Die Forelle" "était déjà largement connue" en 1819. Newbould est d'accord, soulignant que le quintette était "conséquence de la montée fulgurante du Lied au début du XIXe siècle à Vienne". Fischer-Dieskau prend une vision à plus long terme de la popularité du Lied, écrivant que "la vivacité de l'imagerie, avec l'alternance troublante et lisse de la surface de l'eau avec l'exubérance de la mélodie elle-même".


Le poème

In einem Bächlein helle,
Da schoß in froher Eil
Die launische Forelle
Vorüber, wie ein Pfeil:
Ich stand an dem Gestade
Und sah in süßer Ruh
Des muntern Fischleins Bade
Im klaren Bächlein zu.

Ein Fischer mit der Ruthe
Wol an dem Ufer stand,
Und sah’s mit kaltem Blute,
Wie sich das Fischlein wand.
So lang dem Wasser Helle,
So dacht’ ich, nicht gebricht,
So fängt er die Forelle
Mit seiner Angel nicht.

Doch endlich ward dem Diebe
Die Zeit zu lang; er macht
Das Bächlein tückisch trübe:
Und eh’ ich es gedacht,
So zuckte seine Ruthe;
Das Fischlein zappelt dran;
Und ich, mit regem Blute,
Sah die Betrogne an.


strophe non reprise par Schubert:

Ihr, die ihr noch am Quelle
Der sichern Jugend weilt,
Denkt doch an die Forelle;
Seht ihr Gefahr, so eilt!
Meist fehlt ihr nur aus Mangel
Der Klugheit; Mädchen, seht
Verführer mit der Angel –
Sonst blutet ihr zu spät.


Traduction

Dans un petit ruisseau brillant
Jaillit dans une hâte joyeuse
Une truite enjouée
Qui passa comme une flèche.
Je me tenais sur la rive
Et regardais dans une douce paix
Le bain du poisson vif
Dans le petit ruisseau clair.

Un pêcheur avec sa canne
Se tenait au bord de l'eau
Et regardait avec sang-froid
Comme le poisson nageait.
Tant que la clarté de l'eau
Restait intacte, je pensais
Qu'il n'attraperait pas la truite
Avec sa canne à pêche.

Mais finalement le voleur trouva
Le temps long. Il rendit
Le petit ruisseau trouble
Et avant que j'ai compris,
Sa canne à pêche se dressa,
Le petit poisson s'agitait là,
Et avec la rage au cœur
J'ai regardé le poisson dupé.


4ème strophe

À la fontaine dorée
Vous les jeunes, vous vous attardez avec confiance,
Mais pensez à la truite,
Si vous voyez le danger, dépêchez-vous !
Généralement vous échouez par manque
De prudence, jeunes filles, voyez
Le séducteur avec sa canne à pêche !
Sinon vous pleurerez trop tard !



https://www.youtube.com/watch?v=oeV_XXDuH3s
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3806
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   Jeu 15 Mar - 23:06

Coucou Joachim,

Je ne peux pas vraiment te répondre, parce que je connais cette oeuvre par coeur, son exégèse aussi, je l'ai en CD et souvent j'écoute en boucle.
La musique est admirable, mais le poème vraiment pas très exceptionnel... Je l'aime chanté par Dieter Fischer-Dieskau.
Le quintette qui inclut les variations connues de "die Vorelle", est absolument splendide (le quintette D 667) ! 
Perso, je préfère tout le reste de l'oeuvre après ces fameuses variations...
J'avais expliqué sur le fil "rions un peu", que ma machine à laver récente, m'avertit de la fin de toute lessive avec une minute (eh oui !), des premières mesures de la Truite....!  Hehe
Enfin, rappelons aussi pour "le fun", la "Truite" chantée par Francis Blanche (fort belle voix)... et son petit délire imaginaire sur son amour avec une jeune femme pianiste et obsédée par le thème de "la Truite" (ça se termine bien...  Laughing).
Qui n'aime pas cette mélodie ?  Wink


Dernière édition par Anouchka le Lun 10 Déc - 2:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12586
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   Sam 8 Déc - 21:28


Je l'ai réécoutée aujourd'hui et je fus comme un poisson dans l'eau! J'adore cette oeuvre! J'avais besoin de sa beauté dans ce Paris tourmenté.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 4082
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   Sam 8 Déc - 21:36

Cette œuvre qui m'est chère depuis ma plus tendre enfance (j'avais dit à mon père que j'aurais aimé l'avoir composée), quelle bonheur de lire ici son histoire , de la réécouter encore et encore et de savoir que vous aussi vous l'aimez Kiss
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3806
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   Lun 10 Déc - 2:30

J'en ai fait une sorte d'explication musicale à mon fils, en lui résumant l'historique. Lui aussi aime moyennement le poème qu'il trouve un peu "facile", il préfère la version purement du quintette sans le vocal, et le tout dernier mouvement.
Merci Icare, ce petit rappel  Kiss. Ah, Schubert.... , qui a été mon chouchou classique depuis un an ! (je l'écoute tous les jours, en particulier au piano par Brendel).
J'irai piocher ça, mais je me demande s'il n'y  pas eu certaines adaptations au piano des variations, de cette Truite, dont par Liszt qui n'en loupait pas une....  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3806
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   Lun 10 Déc - 17:35

Eh bien oui, papa Liszt a fait une adaptation pour piano en mettant son grain de sel (1846 de mémoire).
Je préfère la version Schubert piano initiale (adaptée des variations du quintette par Schubert lui-même). Celle de Liszt n'apporte à mon humble avis pas grand'chose, si ce ne sont que quelques pirouettes virtuoses vers la fin , un peu superfétatoires. Mais enfin , le thème est bien là !  Wink 
https://www.youtube.com/watch?v=nyTutG68E--
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Truite (Die Forelle) Franz Schubert   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Truite (Die Forelle) Franz Schubert
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: