Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 "Papa Haydn"

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17809
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: "Papa Haydn"   Dim 4 Fév - 11:53

Le compositeur Joseph Haydn est parfois surnommé "Papa" Haydn. Ce surnom a commencé dans la vie de Haydn et s'est poursuivi jusqu'à nos jours.

Höslinger (2009) identifie trois sens du terme, discutés ci-dessous dans l'ordre de leur origine chronologique.


"Papa" comme terme d'affection

"Papa Haydn" a commencé comme un terme d'affection accordé à Haydn par les musiciens qui travaillaient pour lui et avec lui. Après 1766 Haydn était le Kapellmeister à la cour d' Esterházy, présidant un groupe assez important de musiciens. Son autorité était évidemment plutôt bienveillante, car il intercédait souvent avec le prince Esterházy au nom de musiciens qui avaient eu des ennuis. L'histoire de la Symphonie des Adieux atteste de la volonté de Haydn d'agir au nom de ses subordonnés. La pratique consistant à appeler Haydn "Papa" devint de plus en plus plausible à mesure que passaient les 30 années de service de Haydn à la cour d'Eszterházy ; au cours des années, il serait devenu de plus en plus âgé par rapport au musicien moyen servant sous ses ordres.

Au fil du temps, le groupe de musiciens qui a appelé Haydn "Papa" s'est étendu au-delà de la cour d'Esterházy et a inclus l'ami de Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart, comme l'a relaté Georg August Griesenger.

Höslinger résume ainsi cet aspect de "Papa Haydn": "Papa" est apparu comme un terme d'affection, communément utilisé par les musiciens d'Esterházy, pour une figure paternelle, quelqu'un qui donnait volontiers des conseils et qui était généralement respecté en tant que musicien. "Il note qu'à l'époque de Haydn, le terme était également utilisé pour d'autres musiciens ; par exemple "Franz Schubert a appelé Salieri son 'Grosspapa' (allemand: 'grand-père')".


"Papa" en tant que fondateur

Un autre sens du terme "Papa Haydn" vient de son rôle dans l'histoire de la musique classique, notamment dans le développement de la symphonie et du quatuor à cordes. Alors que Haydn n'invente pas vraiment le genre, son travail est considéré comme suffisamment important pour que les termes "Père de la Symphonie" et "Père du Quatuor à cordes" lui soient souvent attachés. Même dans sa propre vie, cette perspective était répandue. En 1797, la Tonkünstler-Societät de Vienne a adopté la résolution de faire de lui un membre à vie, "en vertu de son extraordinaire mérite en tant que père et réformateur du noble art de la musique." Quand en 1798 Franz Niemetschek publie une biographie de Mozart, il a dédié le livre à Haydn, l'appelant "père du noble art de la musique et favori des Muses".

Höslinger affirme que cet usage de "Papa Haydn" a augmenté au cours du 19ème siècle, "comme le sens de la révérence pour les compositeurs plus âgés a augmenté."


"Papa" comme péjoratif

Cet usage, apparu au XIXe siècle, se caractérise ainsi par Höslinger: "plus condescendant, voire dédaigneux : par rapport aux artistes romantiques et à la musique romantique, Haydn et sa production étaient considérés comme géniaux, mais naïfs et superficiels."

Avec la popularité grandissante de la musique de Haydn au cours du 20ème siècle, le sens paternaliste de "Papa Haydn" a provoqué la méfiance des chercheurs et des critiques, le considérant comme une distorsion du travail du compositeur. Par exemple, l'érudit de Haydn Jens Peter Larsen a écrit (1980) :

Pendant des années, le surnom de "Papa Haydn" a caractérisé le compositeur. Utilisé par ses propres musiciens et d'autres comme un hommage d'affection et de respect, l'expression a pris de plus en plus des connotations trompeuses, et est venu à signifier un classique bienveillant mais brisé et démodé. Le récent regain d'intérêt pour la musique de Haydn a montré que le tableau traditionnel était devenu une caricature, et qu'il donnait une fausse impression de richesse et de diversité de son développement en tant que compositeur.

Parce que le matériel d'éducation musicale a toujours tendance à refléter les sources du 19ème siècle, le sens du patronage de "Papa Haydn" est bien connu des musiciens, reflété dans les portraits conventionnels ou améliorés du compositeur (***), ou dans les paroles des rimes ci-dessous. communément enseigné aux enfants (il est chanté aux premières mesures du deuxième mouvement de la Symphonie La Surprise) :

Papa Haydn est mort et parti
mais sa mémoire persiste.
Quand son humeur était celle du bonheur,
il écrivait des airs joyeux comme celui-ci.


(***) Un exemple de portrait posthume de fiction de Haydn, effectué au cours de l'ère romantique au 19ème siècle :

Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3686
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Sam 10 Fév - 23:52

Cela m'intéresse beaucoup ce fil que tu as créé, Joachim. Mais je n'ai pas eu du tout de  temps cette semaine pour le lire..!  Demain..
Sans avoir lu, comme cela, "au débotté", me vient en tête, et tardivement en plus, le fait que "Papa Haydn" était le père spirituel de Mozart, cela est vraiment certain (quand on les écoute tous les deux.. et que l'on sait comme ils s'aimaient filialement, ces deux -là !!!). Je crois que c'est ce qu'ils ressentaient, c'était une amitié "filiale", je pense... , alors d'autant plus forte !
Sur une partition de "Cosi Fan Tutte", que j'ai chantée en soprano il y a une quinzaine d'années, en exergue il y avait une caricature (du XIXème ??), représentant Mozart "sortant du crâne de Haydn"... (tu la connaîs sûrement). J'ai trouvé cela vraiment drôle, et .. vrai !
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Jeu 22 Fév - 2:33

Ah, voilà un sujet à mon goût... J'adore étudier les biographies des compositeurs dont j'aime la musique. Et Haydn, par exemple, je l'adore!
Je suis convaincu que vos trois hypothèses soient fondées, monsieur Joachim. A commencer par n.3: en effet, tout comme les autres compositeurs d'avant l'ère romantique, les snobinards de la Musique classique se méfient et méprisent Haydn, Mozart, Salieri, Vivaldi, Handel, Lulli, bref, tous ceux qui ne faisaient de la musique belle, pour gagner leur vie, non pas pour se lever sur un piedestal de demi-dieu. Cela a commençé par Beethoven.
Pour surnommés snobinards, il n'y a que Bach sénior pour qui ils sont prêts à faire exception. Tout le reste, c'est trop joli, trop compréhensible pour le commun peuple, pas assez prétentieux. Par conséquence: quantité négligeable, sous peine de ne plus être pris au sérieux par les autres snobinards, qui se comportent tous comme les courtisans de l'Empereur dans le conte de Andersen "Les nouveaux vêtements de l'Empereur".
En ce sens, le sobriquet de "papa" aura tout ce qu'on peut s'imaginer de dédaignant.

Pour ce qui est de votre point n. 2: il est vrai que le gentil Josephe se trouve en tête de tout une longue rangée de compositeurs magnifiques, qui ont tous profité de son influence et de son charisme. Malgré Johan Sebastian Bach, qui de sont temps avait la réputation (auto-produite pour la plupart...) d'être "le plus grand compositeur du monde de tous les temps, passés et futurs", Haydn était considéré comme le "professeur", le maître de musique par excellence, chez qui le monde entier était le bienvenu pour apprendre (de façon figurale, je veux dire). Il y a nombre d'experts pour raconter le rôle énorme qu'a joué monsieur Haydn dans l'art de la musique classique. Ils savent expliquer, moi je ne sais qu'affirmer qu'après Haydn, la musique était différente. Peut-être le sujet "comment la musique classique Européenne est-elle devenue différente à cause de l'influence de Josheph Haydn, plutôt que par quiquonque d'autre" pourra servir d'un autre thread.  Mais c'est un fait.

Enfin, pour le premier point de votre liste, je suis 100% sûr que de là est née la vraie raison de ce sobriquet si sympa: non seulement à cause de son caractère généreux vis-à-vis de ses musiciens et de ses élèves, car il y en avaient d'autres qui étaient renommés maitres de musique fabuleux, notamment Mademoiselle Mozart en Antonio Vivaldi. Il y a aussi sa bonté vis-à-vis des ses collègues, pas que Mozart (quoique le petit Loup était le chouchou de tout le monde, et que en effet il y avait une relation tout à fait spéciale entre ces deux-là). Un collègue ayant autorité et prestige (grâce à ce brave seigneur Esterhazy le père, qui aura mérité le Paradis rien que pour avoir si bien traité Haydn, tout comme Louis XIV l'a mérité pour avoir protégé Molière) était d'une énorme valeur pour les jeunes compositeurs doués mais qui ne connaissaient personne dans le milieu. Il fallait un protecteur, à cette époque, et Haydn protégé par le prince Esterhazy, lui à son tour servait de protecteur aux débutants faméliques. Il doit en avoir eu beaucoup qui lui vouaient une fière chandelle, et ne devaient qu'être honoré de pouvoir lui vouer une affection filiale en retour!
Et naturellement, il y a sa tête, non pas celle que vous montrez mais la vraie tête de papa Haydn, la bien connue, celle-ci:



On n'a qu'à comparer la tête sévère de Bach à ce monsieur à la bonne bouille, (et ne pas manquer le tout petit pétillement d'humour aux coin des yeux!) pour comprendre qu'on a tout simplement envie de lui dire: "Salut, papa!"    
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3686
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Dim 25 Fév - 22:57

Merci pour ce message !  Very Happy
En ce moment, j'écoute de temps en temps des Quatuors pour cordes de Haydn dans la journée..; Magnifique (par le Quatuor Mosaïques).
A propos de "Papa Haydn", parfois, je m'amuse à me "composer" mon "clan musical", sur le thème de la famille..., du "baroque au romantisme" dirons-nous, avec un grand écart dans les dates (après, autre histoire musicale..)..! J'avoue que l'humour de Alexandre Astier sur JSB m'inspire un peu ( Hehe). 
Ce serait : Bach mon papa (parfois sévère) , Haydn mon tonton chéri -mon parrain- (toujours gentil et indulgent), Mozart mon mari (capricieux, imprévisible et un peu casse-bonbons, mais très amoureux), puis Schubert mon tendre amant (toujours présent), Beethoven l'amant jaloux et furioso (oh la la ! insupportable passion parfois !), Chopin , Schumann et Liszt  :  Les aventures fougueuses et sans lendemain (un peu de nostalgie mais ce fut très fort !), un certain Brahms doux et vibrant pour "mes vieux jours"... ( Hehe). Vous me pardonnerez ce gentil petit délire... !  Ou comment, sans être dans des substances illicites, j'aime rire et faire cavaler mon imagination... ! (me consoler de ne pas chanter en ce moment ?). Et les femmes alors dans cette grande famille !! A suivre sur un autre fil.. que j'aimerais bien "re-créer" -vous me suivez, chers amis du forum-)...
J'ai envie de ré-écouter "les Saisons", histoire de rêver du printemps.... 
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Lun 26 Fév - 6:12

Quelle jolie famille que la vôtre, madame Anouchka... Very Happy

La mienne y ressemble, quoique un peu différente: Bach serait plutôt le directeur de l'Académie de musique, tyrannique et convaincu de son génie insurpassable; Handel serait mon parrain et Haydn mon père, Mozart mon petit frère bien-aimé, Beethoven mon grand frère avec qui je passerais mon temps à me quereller, et que mes critiques ni mes bons conseils ne réussiraient malheureusement de l'empêcher de se tuerà coups de bouteilles; Schubert, ce serait mon petit copain de classe que je défendrais contre les grands qui le tourmentent; et mon amant, ce serait... Vivaldi. Même s'il s'agit d'un prêtre, je n'aurais jamais pu résister à l'envie de le séduire, il est vraiment trop beau et trop sexy. Quitte à passer tous les deux en Enfer pour ça (mais ensemble, tout de même )
... A moins que j'aurais eu la chance de rencontrer le fringant Joachim ... pardon, le Chevalier de Saint-George!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17809
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Mar 27 Fév - 12:12


Haydn n'a pas eu d'enfants avec sa soit-disant "femme-mégère" alors nous ne saurons jamais comment il se serait comporté avec son fils. Mais il aurait certainement été "cool", comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Mar 27 Fév - 13:10

Ca, j'en suis convaincu.
Et si vous veniez me donner la fessée dans la forme du beau Chevalier, je n'aurais même pas d'objection...
Hehe

Cela dit, à l'époque, les gens étaient unis en mariage par leurs parents, ou en tout cas sans que l'amour vienne y faire quelque chose. Le manque d'amour de la part de madame Haydn pour son époux pourtant si adorable à nos yeux, est probablement dû à quelque chose que nous ne connaissions pas. Il était peut-être homosexuel, qui sait? Il était catholique, et employé par un maître catholique. Donc il est possible qu'il se serait gardé "dans le placard" toute sa vie, comme on dit au jour d'hui. Est-ce qu'on lui connait des maîtresses?
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3686
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Mar 27 Fév - 20:18

Oui, Joachim tu me reprends si je me trompe. Après un mariage malheureux, il a eu une maîtresse qu'il aimait vraiment, et puis une autre lors de sa période "anglaise". Je pense qu'il a vraiment connu l'amour, mais il le méritait tellement après une enfance très très difficile et pauvre, un mariage "raté", et une vie de compositeur certes "sécurisée", mais finalement pas tant que ça -heureusement que lorsqu'Esterhazy est mort, Haydn était tellement célèbre que l'Angleterre lui ouvrit les bras- (grande scène d'adieu de tristesse entre lui et Mozart... : Si Mozart avait été "libre", n'avait pas été retenu par sa femme et ses enfants, je crois qu'il l'aurait suivi, enfin c'est un tout petit avis... ). Wink
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Papa Haydn   Mer 28 Fév - 14:12

Oui, un tout petit. En plus de ça, il adorait son vieux maître le prince, qui le lui rendait bien.
Donc, voilà une autre raison pour affirmer que Joseph Haydn était un homme gentil comme pas un: il aimait les hommes autant que les femmes. Que ce fut de façon platonique, paternelle ou autre, l'amour c'est l'amour.
Donc, je crois que nous sommes tous d'accord (du moins sur Haydn!): c'était un type extrêmement cool que nous aurions tous aimé connaître. Et non pas seulement pour sa belle musique, mais encore davantage pour son bon caractère!
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   Jeu 1 Mar - 21:56

Vous avez fait ça en tricoteur expert, Icare. Merci beaucoup.

Le dévouement de Joseph pour son prince aussi me semble une autre preuve de son bon caractère. A cette époque, les artistes de tout genres regardaient les nobles comme des "vaches à traire", si l'on peut dire. Une source de revenus, fort peu se montraient vraiment reconaissants, quoique au fait, certains maecenas nobles se sont montrés d'une loyauté incroyable. D'autres, bien sûr, en aristocrats inbus de leur valeur, traîtaient les artistes créatifs comme de simples valets.
Mais partout dans les biographies d'artistes, musiciens aussi bien que peintres et sculpteurs, écrivains et autres, on rencontre des "protecteurs" qui n'en finissaient pas de sortir leurs bourse et acceptaient de leur 'artiste' des manques de respect qu'ils n'eussent jamais accepté d'aucun autre mortel. (pensez à la patience infinie du Pape Jules II pour les insolences de Michel-Ange!). Je pense aussi aux lettres littéralement "mendiants" qu'écrivaient Beethoven, Mozart, Tchaikovsky et probablement pleins d'autres, à leurs mécénas respectifs, très éloquentes et pleines de remerciement mais finalement plutôt gênants à lire. Et jamais un de ces protecteurs n'on vraiment abandonné leur "artiste", tandis que ceux-là, dès qu'ils se trouvaient un autre prince à exploiter, changeaient allègrement de protecteur...
On parle souvent de la vie hasardeuse des artistes au passé, dépendant pour leur pain quotidien de ces aristocrats capricieux, et comment cela devait être dur; mais il me semble qu'il y a un revers à cette médaille qui mérite d'être regardé aussi. Un artiste de génie, c'est quelque chose de fabuleux. Il y a eu beaucoup de princes qui se sont éraintés pour entretenir un génie qu'ils admiraient, sans jamais reçevoir de vrai reconnaissance ni de véritable affection en échange.
Haydn, lui, aimait vraiment son maître et se montrait reconaissant de sa bonté et de son appréciation. Même après sa mort, le fait que son fils au début n'avait aucun respect pour lui et le traitait en valet, lui le maestro admiré de tous, n'a pas fait qu'il a abandonné la maison d'Esterhazy.
Alors, cela aussi m'a frappé comme étant preuve d'un caractère admirable. J'en ai connu, des artistes (dans les biographies!), qui auraient laissé tomber Esterhazy le fils "comme une brique" sur-le-champ, et ne plus jamais revenir d'Angleterre, là où on l'admirait et respectait, après qu'il se voyait interpeller d'un "Eh, toi!" comme le faisait Esterhazy jr.... Mais Haydn est revenu, et après un certain temps, le jeune prince a fini par lui témoigner le respect qu'il méritait.
C'est une belle histoire, après tout. Non?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Papa Haydn"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Papa Haydn"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Histoire de la musique-
Sauter vers: