Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jan Evangelista KYPTA (1813-1868)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17552
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jan Evangelista KYPTA (1813-1868)   Lun 8 Jan - 10:03

Jan Evangelista Kypta (né le 1er décembre 1813 à Borotín (près de Tábor) - mort le 5 avril 1868  à Telč) était un chantre et compositeur tchèque.



Son père était tisserand et musicien de village. Il a acquis une éducation musicale de base dans sa famille et à l'école de Borotin. Son père est mort en 1824, quand il avait 11 ans. La famille s'est donc retrouvée dans une situation financière difficile. Il n'a ensuite suivi qu'un cours de six mois et est devenu assistant d'enseignement à Kunžak et plus tard à Cimer. En 1832, il entra à l'école Varhanic de Prague et, après ses études, il devint organiste à Jindřichův Hradec et, un an plus tard, professeur. Il a également composé sa première chanson célèbre Jesu dulcis.

Il a composé principalement la musique d'église. À Jindřichův Hradec, il a écrit 26 grandes et plus de 30 compositions mineures et occasionnelles. Il a participé aux concours organisés par l'école d'orgue de Prague et en 1837 il a reçu le 3ème prix pour la messe pastorale en la majeur. La messe a été composée sur un texte tchèque, a gagné une grande popularité, et est encore à la période de Noël dans le répertoire de nombreux ensembles, semblable à la messe de Noël tchèque de Jan Jakub Ryba. Il est également devenu chef d'orchestre de musique légère et a composé pour cet ensemble plusieurs compositions de musique de divertissement et de danse telles que valses, marches, polkas (Jindřichohradecký valčík, Hradecká polka, Střelecký kvapík) ainsi que des chansons funéraires.

En 1848, il s'installe à Telč. Il a enseigné à l'école élémentaire des filles, est devenu le directeur de chant (chantre) et a rassemblé et dirigé la chorale de l'église et l'orchestre. Il y a également fondé une école de musique. Il a travaillé à Telc jusqu'à sa mort en 1868. Son travail méritoire n'a pas échappé à l'attention des autorités de l'enseignement supérieur, et un an avant sa mort, il a reçu le titre officiel d'enseignant. Sous son influence, Telč devint le centre non seulement de la vie musicale mais aussi de la vie sociale tchèque. Il avait une conviction patriotique et se consacrait aussi à des activités littéraires. Il a écrit et publié un manuel de géographie, d'histoire, de grammaire allemande et a également écrit des œuvres théoriques musicales. Il a traduit la malédiction de la comtesse František Slavat du latin et a écrit le bref historique de la ville et du domaine de Telč. Le manuscrit de sa biographie a ensuite été préparé pour édition par son fils Bernard.


Oeuvres

Au total, il a écrit plus d'une centaine de compositions de musique principalement religieuse. En particulier, ses messes de Noël et ses pastorales sont toujours jouées.


Oeuvres musicales

Pastorální mse (Missa pastoralis) en la majeur, op. 10 (composé en 1837 à Jindřichův Hradec, retravaillé à Telč en 1860 comme opus 39), 1853
Quarante-deux chansons funèbres avec des chansons à deux voix , 1860
Čtyři varhanní sborníky (Quatre morceaux d'orgue)
Pastorela en ré majeur, op. 47;
Radost velkou mám (Temps de joie, de joie ; J'ai une grande joie), op. 44;
Narodil se Kristus Pán (Christ est né), op. 36
Ouverture slave sur la chanson nationale Je ne rentre pas à la maison
Chansons de Štěpnice (1865)


Travail littéraire

Manuel de Géographie (1847)
Manuel de Grammaire allemande (1848)
La brève histoire de la ville et du pays de Telč (1857).
Instruction du consentement, contenant les règles les plus importantes de la basse générale ou numérotée (1861).
Osmdesatero exercice sur la basse (1861)
Brève histoire du pays morave. Jindřichův Hradec 1851
Histoire de Telc dans le travail des historiens locaux. Dans histoire et protection du patrimoine culturel, Volume 2, Drdácký-Aristocrat, Telč 2004
Christel, Bartholomäus: Miroir de la religion et de la charité, la vie de la comtesse Frantisek Slavatas, Comtesse de Meggaw, veuves et maîtresses sur Jindřichův Hradec et Telč traduit par Jan Evangelista Kypta. Publié 1862
Le journal de Jan Kypta, écrit par son fils Bernard. (imprimé en 1940)




https://www.youtube.com/watch?v=7g4ndx668g8
Revenir en haut Aller en bas
 
Jan Evangelista KYPTA (1813-1868)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: