Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
-130€ sur le volant de course LOGITECH G29 Driving Force – ...
269 € 400 €
Voir le deal

 

 César Franck (1822-1890)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6446
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2010-11-29, 23:24

César Franck (1822-1890) - Page 2 10321 il y a des compositeurs que je découvre et que j'aime ou en tout cas qui me plaise mais là ...

Je viens d'écouter sur le diapason de novembre les premier, deuxième et troisième Choral ... oups : je suis allée jusqu'au bout mais je ne pense pas que j'y retournerai !

Embarassed désolée pour ceux qui aiment : ce n'est qu'un jugement personnel évidemment !
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean

Jean

Nombre de messages : 7717
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2010-11-30, 09:11

j'aime l'orgue en général, mais surtout la période baroque dont bien sur JS Bach..nettement moins la période romantique ; donc , même si je ne déteste pas, l'orgue de César Franck ne m'emballe pas outre mesure...mais il en est bien différemment de ses autres eouvres (symphonie,musique de chambre- trios, quintette- poèmes symphoniques, oratorios)...
Juste pour te dire Bel Canto, que si tu as l'occasion d'écouter autre chose que son oeuvre pour orgue... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26303
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2010-11-30, 10:02

Perso, j'avais bien aimé son oeuvre pour orgue. Je l'ai même en CD Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2010-11-30, 12:29

Bel Canto a écrit:
César Franck (1822-1890) - Page 2 10321 il y a des compositeurs que je découvre et que j'aime ou en tout cas qui me plaise mais là ...

Je viens d'écouter sur le diapason de novembre les premier, deuxième et troisième Choral ... oups : je suis allée jusqu'au bout mais je ne pense pas que j'y retournerai !

Embarassed désolée pour ceux qui aiment : ce n'est qu'un jugement personnel évidemment !

T'en fais, Bel Canto, tu n'es pas la seule Kiss

Je n'aime pas les chorals de Franck non plus, et pas beaucoup plus son oeuvre d'orgue en général - sauf la Pièce héroïque.

Si tu as l'occasion, écoute plutôt la symphonie, le chasseur maudit, les variations ou alors une incursion dans sa musique de chambre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15395
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2010-11-30, 16:13



Sinon,essaie les pièces pour orgue de Per Norgard,ça dépote! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6446
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2010-11-30, 19:41

Merci pour vos conseils ... quand j'aurai écouté tout ce que j'ai encore à écouter, j'essayerai autre de chose de César ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean

Jean

Nombre de messages : 7717
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-02-11, 21:02

César Franck (1822-1890) - Page 2 3760127221067

Evidemment ce ne sont pas des oeuvres exubérantes, ni spectaculaires....mais que c'est BEAU!!et magnifiquement interprété par Michel Corboz et son ensemblke vocal de Lausanne!!
L'orchestration a été réduite (transcrite) a un orgue, violoncelle et harpe
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6446
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-02-11, 22:31

Je me permets un petit HS ... c'est drôle ce sujet des '7 paroles ...'.
On dirait bien que de nombreux compositeurs ont écrit à ce sujet - je possède un enregistrement de la composition de Hayd, mais je pense bien qu'il y en a encore d'autres.
J'ai une formation liturgique et je fais régulièrement des animations d'analyse biblique ... c'est un sujet que je n'ai jamais entendu parlé. Il va falloir que je recherche un peu plus le pourquoi du comment ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-02-11, 22:51

Ces sept dernières paroles ont inspiré plusieurs compositeurs, en effet : outre celles de ce CD, il y a Haydn, sans doute les plus fascinantes, il y en a quatre versions (orchestre, quatuor à cordes, piano, oratorio) et Schutz, plus sévères.

Les 14 Stations du chemin de croix, les Beatitudes, ont aussi été sources d'inspiration.

Jean, celles de Gounod ont aussi un accompagnement ? Car il me semble qu'elles sont composées a cappella.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7717
Age : 78
Date d'inscription : 14/05/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-02-11, 23:16

Ma notice ne précise rien sur la partition de Gounod si ce n'est qu'elle a du être écrite pour un choeur très expérimentée vue sa difficulté (qui ne saute pas aux oreilles en tout cas!)...mais tu dois avoir raison car dans mon enregistrement si le choeur est soutenu par l'orgue, l'instrument est très discret , ne déborde jamais le choeur et fait office de basse continue très discrète...
l'oeuvre Franck est plus importante: elle dur environ 46 minutes alors que celle de Gounod ne fait que 16 minutes
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6446
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-07-18, 22:50

Je viens de relire ce fil et mes commentaires sur le chant choral que je n'avais guère apprécié. pale
Vous m'aviez encouragée à écouter d'autres morceaux ... et c'est chose faite avec le coffret du 50ème anniversaire de l'OPL.

Jusqu'à présent, j'ai écouté :
- Le Chasseur maudit
- Variations symphoniques
- Les D'jins
- Psyché

Je n'ai pas tout apprécié - Les D'jins, c'est très beau mais trop 'noir' pour moi.
Par contre, 'Le chasseur maudit', c'est très intéressant ; l'ensemble des cuivres en introduction est impressionant.
C'est 'Psyché' que j'ai préféré pour son amplitude et sa très belle musicalité.

Dans la même collection, il me reste à écouter la 'Symphonie en ré mineur'
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6446
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-07-18, 22:54

Le Chasseur maudit

L'œuvre s'inspire de la ballade 'Der wilde Jäger' (« Le Chasseur sauvage ») du poète romantique allemand Gottfried August Bürger : un dimanche matin, au son des cloches et des chants, un comte du Rhin fait sonner les cors et ose partir à la chasse au lieu d'assister au culte dominical. Sacrilège, il est maudit par une voix terrible qui le damne pour l'éternité. Dans sa chevauchée, il est poursuivi par des diables hurlants, et conduit directement vers la bouche béante de l'enfer.

Du poème, Franck a parfaitement su rendre l'atmosphère sombre et fantastique, notamment par ses lugubres appels de cor et sa subtile orchestration. La fin de la pièce évoque d'ailleurs le « Songe d’une nuit de sabbat » de la Symphonie fantastique de Berlioz.

Terminée le 31 octobre 1882, l'œuvre fut créée à la salle Érard le 31 mars 1883 par la Société Nationale de Musique dirigée par Édouard Colonne ; au programme du concert figurait également la création de Viviane d'Ernest Chausson, l'élève de Franck.

source : wikipedia

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6446
Age : 65
Date d'inscription : 10/07/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-07-18, 23:00

A propos de Psyché, extrait de VINCENT D'INDY, César Franck. Alcan 1906

Psyché, oeuvre qui m'est particulièrement chère, puisque le maître me fit l'honneur de me la dédier, en accolant à mon nom le précieux titre d'ami, fut exécutée pour la première fois au concert de la Société Nationale du io mars 1888 et reprise ensuite aux Concerts Colonne le 23 février 1890.

J'ai déjà parlé de la signification toute mystique de cette oeuvre qui, malgré son étiquette antique, n'a absolument rien de païen, encore bien moins de renaissant, mais est imbue au contraire d'une grâce toute chrétienne, à la façon des fresques de l'Arena de Padoue ou des Fioretti de saint François d'Assise ; je veux cependant porter à la connaissance du lecteur ce qu'écrit à son sujet M. Derepas dans l'opuscule duquel j'ai déjà fait mention précédemment car cette opinion est le résultat d'observations très minutieusement déduites qui, venant d'un critique érudit et complètement dépourvu de parti pris, ne peuvent qu'intéresser tout esprit doué du sentiment de l'art.

D'après la fable antique, Psyché, touchée « d'amour mais tentée par les indiscrètes impatiences du savoir et cédant à la curiosité, retombe sur elle-môme, impuissante à se relever et privée pour toujours de la vision directe « de l'au-delà. Franck n'a pas hésité à rompre avec la tradition païenne. Son poème aboutit à un dénouement plus optimiste. Psyché s'est endormie, étrangère `maintenant aux bruits extérieurs. Les zéphyrs — c'est-à-dire ses plus pures aspirations —  l'emportent dans les jardins d'Eros, dans le paradis désiré. Le céleste époux l'attendait. Mais elle commet l'imprudence de vouloir percer le mystère dont il s'enveloppe : la sublime vision disparaît. Retombée sur la terre, errante et plaintive, Psyché exhale sa douleur. Eros pardonne à la légitime ambition que lui-même avait, en somme, inspirée : tous deux montent dans la lumière. C'est l'apothéose, l'amour qui n'a plus à croire. qui voit et possède. C'est une véritable Rédemption.

Plus encore que le libretto, la musique de Psyché est d'inspiration toute moderne et chrétienne. Les chaeurs se développent en une polyphonie si pure, si suave, si constamment maintenue dans une région supérieure inondée d'une lumière sans ombre, que rien, ni dans le choeur des anges de la Damnation de Faust, ni dans l'Enfance du Christ, n'évoque plus nettement l'idée du ciel».

Eros, Psyché ne prennent point la parole.

Ce qu'ils éprouvent est traduit par l'orchestre. En voici la raison : ici, ni Eros ni Psyché ne sont des personnes. Franck, oubliant les héros mythologiques, en fait des symboles de l'Ame humaine et de l'Amour suprême. La « musique, la musique pure, sans paroles, précisément parce que ses notes n'ont pas une signification définie, ses phrases un sens arrêté, est, de toutes les formes de l'art, l'expression la plus adéquate de ces réalités immatérielles. Dans cet oratorio, il n'y a donc point de soli. L'orchestre tient le rôle le plus important : il traduit les élans, les regrets, la joie finale de Psyché, l'action invisible mais  féconde d'Eros. Tout au plus les choeurs, ensemble anonyme et impersonnel, chantent çà et là, en peu de mots, les péripéties du drame.

Il est visible, d'autre part, que toute cette oeuvre est traversée d'un souffle de mysticisme chrétien. La douleur de l'exil terrestre y prend l'accent de la prière. L'harmonie très sou« tenue du quatuor, les lignes dessinées par les violons, les épisodes confiés aux instruments à vent ne trahissent jamais la moindre préoccupation volupteuse, mais expriment toujours les plus hauts désirs du coeur, tout pénétré de divin.

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-07-19, 11:42

La musique symphonique de César Franck est ce que je préfère chez lui, et notamment ce Chasseur Maudit, les Variations symphoniques et surtout la Symphonie en ré mineur, un pur chef d'oeuvre, tu verras, Bel Canto Kiss
Revenir en haut Aller en bas
felyrops

felyrops

Nombre de messages : 1419
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2007

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2011-07-19, 13:09

Prochaines écoutes: "Six Pièces", "Trois Pièces" et "Trois Chorals", joués sur Orgue Cavaillé-Coll de Rouen, San Sébastian et Azkoitia par Joris Verdin, sur 2 cd Ricercar 223.
L'orgue était l'instrument de choix de Franck.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2012-10-26, 16:43

Voici un autre enregistrement des quatre Trios pour piano, violon et violoncelle, en 2 CD, et avec en complément la célèbre Sonate pour violon et piano, ainsi que l'Andantino quietoso, et le Duo concertant sur des thèmes de Gulistan de Dalayrac.

Le troisième trio est particulièrement sublime, je trouve.

César Franck (1822-1890) - Page 2 Franck11

Du point de vue interprétation, je crois que j'ai une petite préférence pour la version des Noventa, bien que celle ci ne soit pas mal non plus, en particulier pour ce trio n° 3.





Revenir en haut Aller en bas
Kool



Nombre de messages : 217
Age : 66
Date d'inscription : 17/05/2011

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2012-11-28, 22:04

Un nouveau disque de César Franck

César Franck (1822-1890) étant d’origine liégeoise, il était tout à fait approprié que l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, sous la baguette de l’Autrichien Christian Arming, son tout nouveau directeur musical depuis septembre 2011, lui consacre un disque entier. Celui-ci est particulièrement désirable en ce qu’il fait intelligemment voisiner son œuvre orchestrale probablement la plus connue avec deux partitions plutôt rarissimes.

Toutefois, si l’intérêt primordial de ce CD semble centré sur le poème symphonique de jeunesse Ce qu’on entend sur la Montagne (1846), inspiré de l’œuvre éponyme de Victor Hugo, et sur le Ballet allégorique extrait de son opéra Hulda (1879-1886), il ne faut guère négliger pour autant cette célèbre Symphonie en ré mineur (1888) dont Christian Arming offre, avec sa merveilleuse phalange liégeoise, une interprétation qui s’élève au niveau des plus accomplies, depuis celles légendaires de Pierre Monteux et Charles Munch, jusqu’à celles plus récentes de Pierre Bartholomée et Louis Langrée, ces deux dernières également avec l’OPRL. En excellent musicien, Arming ne tombe pas dans le piège de la grandiloquence et de l’emphase qui dénaturent souvent le message de cette œuvre plus délicate à interpréter que l’on ne l’imagine, et c’est avec une chaleureuse plénitude qu’il en livre une lecture intelligente, équilibrée, sans complaisance aucune et d’une précision exemplaire. Il en éclaire des détails pratiquement inaudibles dans les autres versions, exaltant plus la clarté française que l’aspect germanique de la partition.

Si elles sont très rarement exécutées, les deux autres œuvres ne nous sont toutefois pas inconnues : Ce qu’on entend sur la Montagne a reçu sa première mondiale discographique en 1986 dans une réalisation du chef anglais Brian Priestman avec feu l’Orchestre Symphonique de la RTBF (Musique en Wallonie/Schwann CD11855), tandis que l’opéra Hulda connut une édition confidentielle en microsillon d’un enregistrement milanais (en italien !) réalisé par Vittorio Gui en avril 1960 (Melodram MEL155).

Il n’est nullement question de comparer ces deux partitions aux merveilleux chefs-d’œuvre dont Franck nous gratifiera généreusement à l’été indien de sa vie de musicien, mais elles sont intéressantes en ce que la première est une prémonition de ces splendeurs que sont Le chasseur maudit ou Les Djinns, avec de curieux accents brucknériens par certains unissons et ostinatos aux cordes, tandis que le Ballet allégorique d’Hulda se situe à mi-chemin de Delibes et Tchaïkovski, et annonce clairement, à certains moments, Les Éolides et Psyché.

La question de savoir si, par Ce qu’on entend sur la Montagne, Franck est le véritable « inventeur » du poème symphonique plutôt que Liszt, reste ouverte. Quoi qu’il en soit, l’œuvre bénéficie ici d’une réalisation complètement revue et éditée par l’OPRL. Christian Arming en dirige une exécution nettement supérieure par sa mise en place impeccable et son indicible poésie, à celle trop clinquante de Priestman, et toutes ses qualités de finesse, de précision se retrouvent dans sa version du Ballet allégorique. Signalons quand même dans ce dernier une importante coupure de la partie chorale – Danse et Chœur des ondinesqui, dans ce cas, devrait plutôt s’intituler tout simplement Danse des ondines… Même avec cette coupure, le disque affiche une durée généreuse de près de 81 minutes !

de Michel tibbaut


César Franck (1822-1890) - Page 2 Cd_fra10



Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2012-11-29, 09:37

Kool a écrit:

La question de savoir si, par Ce qu’on entend sur la Montagne, Franck est le véritable « inventeur » du poème symphonique plutôt que Liszt, reste ouverte.

A en juger par les dates de composition de Ce qu'on entend sur la montagne :

Franck : 1845 revu en 1847
Liszt : 1848

A priori, ce serait Franck Wink
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2013-11-10, 11:41

Une autre interprétation des Sept dernières paroles, cet oratorio qui est demeuré inconnu des biographes jusqu'à sa découverte en 1975 à Liège.

Oeuvre poignante, très belle, qui mériterait une plus grande diffusion dans les concerts.

César Franck (1822-1890) - Page 2 Cover20


Seul inconvénient du CD : il ne dure que 41 minutes, on aurait pu le compléter par autre chose...

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22477
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2013-12-05, 18:24

Un nouvel enregistrement de cette extraordinaire symphonie en ré mineur, l'une de ses toutes dernières oeuvres, et sans doute (pour moi Wink ) la meilleure de toutes ses compositions. Un romantisme exacerbé, passionné dans ce premier mouvement, qui se calme dans le deuxième, et qui repart à la hausse dans le troisième pour en revenir au point de départ... mais se termine quand même sur une lueur d'espoir avec le retour du thème du 3ème mouvement.

Bizarrement, l'oeuvre qui complète le CD est complètement différente, mais non moins belle : concerto pour 2 pianos et orchestre en si bémol majeur de Dussek

César Franck (1822-1890) - Page 2 Front37

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15395
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2020-08-22, 20:49

joachim a écrit:
Un nouvel enregistrement de cette extraordinaire symphonie en ré mineur, l'une de ses toutes dernières oeuvres, et sans doute (pour moi Wink ) la meilleure de toutes ses compositions.

Cette unique symphonie de César Franck dont tu ne taris pas d'éloge est la première oeuvre par laquelle j'ai appréhendé l'univers de ce compositeur. J'ai bien dû dans un passé plus ou moins lointain écouter de sa musique de chambre mais, hélas, jamais très sérieusement, sans approfondir. Il est vrai que le premier mouvement est d'un romantisme exacerbé mais jamais trop exubérant et jamais clinquant. Il s'agit en réalité d'un grand souffle épique, chargé d'amour, passionné et non dépourvu d'un certain raffinement. Il inspire le recueillement. Voilà d'ailleurs quelques mots de l'auteur:

<<C'est une symphonie classique. Au début du premier mouvement se trouve une reprise, comme on en faisait autrefois pour affirmer mieux les thèmes , mais elle est dans un autre ton (fa mineur). Ensuite viennent un Andante et un Scherzo liés l'un à l'autre. Je les avais voulus de telle sorte que, chaque temps de l'Andante égalant une mesure du Scherzo, celui-ci pût, après développement couplé des deux morceaux, se superposer au premier (...) Le Finale, ainsi que dans la Neuvième de Beethoven, rappelle tous les thèmes (ceux du deuxième mouvement arrivant avant ceux du premier); mais (dans ma symphonie) ils n'apparaissent pas comme des citations, j'en fais quelque-chose, ils jouent le rôle d'éléments nouveaux.>>

https://www.youtube.com/watch?v=r0W3fqfr2CY


Comme Joachim, j'aime beaucoup cette symphonie dans son intégralité, mais je pense avoir un penchant assez marqué pour le second mouvement, surtout lors de l'exposition du thème mélodique moteur (par le hautbois je crois) auquel je demeure à chaque écoute particulièrement sensible. Ce passage-là m'est vraiment très émouvant outre une élégance certaine et dans une touchante sérénité. Je l'avais choisie par l'Orchestre National de France sous la direction de Leonard Bernstein, parce qu'elle est couplée avec la Symphonie n°3 d'Albert Roussel que je ne connaissais pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26303
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2020-08-22, 21:58

Symphonie agréable mais malgré tout un peu ennuyeuse. C'est bien en musique de fond, mais en écoute exclusive, on peut rapidement s'en lasser. Du moins pour ma part

Je ne sais pas pourquoi mais l'ambiance du 1er mouvement m'a fait penser à "l'ile des morts" de Rachmaninov
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15395
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2020-08-22, 22:09

Snoopy a écrit:
Symphonie agréable mais malgré tout un peu ennuyeuse. C'est bien en musique de fond, mais en écoute exclusive, on peut rapidement s'en lasser. Du moins pour ma part

Tu fais bien de préciser "Du moins pour ma part", parce que je la situe bien au-delà de la simple notion d'"agréabilité". Les deux premiers mouvements sont superbes, c'est un régal à mon oreille et je ne pourrais jamais envisager l'écouter en musique de fond, en voiture ce serait l'accident assuré. Hehe  Le troisième mouvement n'est pas mal non plus même s"il n'en est pas pour moi le point culminant. Enfin, sur ce coup-là, je sais que Joachim sera de mon côté. César Franck (1822-1890) - Page 2 231625
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26303
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2020-08-22, 22:21

Comme quoi outre la sensibilité différente des gens, il y a aussi la perception Wink

Personnellement ce n'est pas du tout une symphonie qui "m'absorbe" et qui m'obligerait à une écoute "attentive" alors qu'habitudellement aux premières note d'une musique classique, où que je sois, ça capte aussitôt mon attention et je ne peux que me concentrer dessus. Là non. C'est typiquement le style de symphonie que j'écoute en arrière fond pour avoir une musique agréable dans les oreilles sans pour autant qu'elle me "dérange" justement car elle ne capte pas assez mon attention musicalement/intellectuellement parlant.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15395
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty2020-08-22, 22:28


Ce que tu dis là je pourrais moi-même le dire finalement d'un bon nombre de symphonies classiques, même chez Mozart (à part les toutes dernières) mais pas de celle-ci qui avait, dès la première approche, kidnappé toute mon attention...Comme quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: César Franck (1822-1890)   César Franck (1822-1890) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
César Franck (1822-1890)
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: