Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Grégoire HETZEL

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13598
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL EmptySam 9 Déc - 20:06

Mini-biographie:


Grégoire Hetzel est un compositeur et un écrivain français. Il publie son premier roman "Le Vert paradis" en 2003, chez Gallimard. Au cinéma, il écrit les bandes originales des films d'Emmanuel Bourdieu, Mathieu Amalric et Arnaud Desplechin. En 2012-2013, il compose l'opéra La Chute de Fukuyama, en collaboration avec l'écrivain Camille de Toledo. L'œuvre prend pour thèmes d'une part les travaux du philosophe et économiste néoconservateur américain Francis Fukuyama, dont les thèses sur la « fin de l'histoire » ont marqué la fin du vingtième siècle, et d'autre part les attentats du 11 septembre 2001. L'opéra est créé le 29 mars 2013 à la Salle Pleyel, à Paris, par l'orchestre philharmonique de Radio France dirigé par Daniel Harding, avec Jennifer Larmore (mezzo-soprano), Isabelle Cals (soprano), Kevin Greenlaw (baryton), Tom Randle (ténor), et l'ensemble vocal "Aedes".

Depuis quelques années, je suis devenu de plus en plus distant avec la création musicale pour l'image, qu'il s'agisse du grand ou petit écran, autant vis-à-vis de ce qui se compose en Europe ou aux Etats-Unis. J'en suis même réduit à être un peu largué en matière de nouveautés et de nouveaux noms qui émergent ci et là. Ce détachement progressif put avoir plusieurs raisons: une envie plus grande d'approfondir d'autres horizons, encouragée aussi par un manque flagrant de créativité dans la musique de film et un manque de créations qui surprennent vraiment, avec cette impression que, même parmi les meilleures volontés et savoir-faire, d'écouter un genre musical qui tourne en rond en ressortant inlassablement et sans transcendance, les mêmes ficelles. La musique de film aurait-elle du mal à se renouveler, à se réinventer...?...Il se trouve aussi que j'en ai beaucoup écouté et digéré, ce qui est également vrai pour la musique en général, et qu'à partir de là on devient forcément plus difficile à contenter et à surprendre, d'où la terrible expression: <<C'était mieux avant!>> Il y a comme ça des compositeurs dont le nom émerge aux génériques des films ou dans les discussions dans des forums spécialisés...je les retiens, les range dans un coin de mon cerveau, dans un ordre qui est tout sauf alphabétique, puis, un jour, je tente untel ou untel. et, tout dernièrement, alors que le nom de Grégoire Hetzel trotte avec insolence dans ma tête, je fais l'acquisition à prix clément de la bande originale du film de Kiyoshi Kurosawa; Le Secret de la Chambre noire (2017). C'est une partition superbement écrite et orchestrée qui me renvoie aussitôt dans la grande tradition symphonique de la musique de film et, par conséquent, flatte le béophile qui est en moi et qui fut évidemment bercé par cette tradition, mais, en contre-partie, me conforte dans l'idée d'un genre qui a du mal à se renouveler ou à surprendre. Hetzel y met cependant du style et une certaine profondeur. Au final, elle alimente à merveille la contradiction qui m'anime intérieurement.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13598
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Re: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL EmptyLun 11 Déc - 21:01

L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=5N8ID_BfO-Y
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13598
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Re: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL EmptyLun 11 Déc - 21:11

Entretien:

https://www.youtube.com/watch?v=_6wHXnQnFxc
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13598
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Re: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL EmptyMar 13 Fév - 22:34


Il fallait bien que je revienne vers ce compositeur qui aura été une de mes découvertes intéressantes de l'année 2017 dans le domaine de la musique de film. Je suis revenu à lui par la seule musique que je connaisse de lui, celle que j'évoque en tête du topic, composée pour le film de Kiyoshi Kurosawa, Le Secret de la Chambre Noire. Par son caractère somptueusement tourmenté et un peu sombre, elle me conduisit presque mécaniquement vers une autre écoute, une autre musique de film, elle aussi somptueusement tourmentée et un peu sombre, une véritable référence du genre, du moins à mon oreille, dans le petit monde de la B.O. française. Il s'agit de la formidable musique qu'Antoine Duhamel composa pour le film non moins fameux de Fernando Trueba, Le singe fou. Je suis convaincu que Grégoire Hetzel ne détesterait pas cette association très subjective que je fais entre ces deux approches, bien qu'elles s'expriment, chacune, dans un style différent. Qui connait bien celui d'Antoine Duhamel ne le détecterait pas dès les premières mesures d'un morceau comme "Un film que vous ne verrez jamais"? Je considère d'ailleurs Le singe fou comme un chef-d'oeuvre de la B.O. française. En est-il autant de ce qu'a composé Grégoire Hetzel sur le film de Kurosawa? Honnêtement, je n'irai pas jusque là, surtout que "chef-d'oeuvre" est un terme que j'ai toujours essayé d'employer avec précaution. Toujours est-il qu'il y a des détails, des petites sonorités subtiles qui se distinguent dans une écoute attentive, au sein d'une écriture pour orchestre soignée. Le compositeur nous confie qu'il a eu un plaisir immense à travailler dans un tel cadre de liberté et de confiance, sur ce beau film, si original de ton et de forme, et dans lequel la musique joue un rôle essentiel, qu'il espère avoir bien incarné, avec pour objectif de donner aux situations et aux personnages une dimension tour à tour tragique, nostalgique, irréelle, voire "métaphysique", quand elle ne joue pas plus simplement avec les codes du suspens ou de l'effroi, finissant son propos par l'espoir qu'elle procure autant de plaisir à l'image que dans une écoute en dehors. Je ne doute pas qu'elle me plaira aussi dans son contexte car, pour la énième fois, j'ai fait la démarche inverse, typique chez un béophile digne de ce nom. Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13598
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Re: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL EmptyLun 3 Juin - 20:00

Je ne pouvais me satisfaire d'un seul opus de ce compositeur. Sa musique pour Le Secret de la Chambre Noire de Kiyoshi Kurosawa m'a suffisamment séduit pour que je renouvelle l'expérience Grégoire Hetzel. Je le fis avec une B.O. plus ancienne qu'il composa pour L'Ami - François d'Assise et ses frères de Renaud Fély et Arnaud Louvet. Ce fut une excellente idée car cette musique correspond cette fois à un véritable coup de coeur! C'est une musique qui s'ouvre aux cieux, contemplative, parfois extatique, méditative, intelligemment orchestrée. Par moment, dénudée, vêtue d'un strict nécessaire instrumental, elle n'est en tout cas jamais austère, plutôt propice à l'enchantement, mais l'enchantement dans le recueillement. Ca faisait un bout de temps que je n'avais pas découvert une musique de film qui m'émeut autant.

<<Le travail avec Grégoire Hetzel a duré pendant une grande partie du montage de L'AMI. Nous ressentions la nécessité d'accompagner le film par un thème puissant, mais nos premiers tâtonnements allaient tous vers une mélancolie trop directe, liée au motif narratif central du film qui combine la perte d'un ami avec le risque de voir une utopie se disperser. A un moment, l'idée d'une flûte est apparue, heureuse et salutaire. Elle évoquait très simplement la dimension pastorale de la vie de frères de François d'Assise, un certain dénuement et aussi une forme d'enchantement. Dès qu'elle a commencé à entrer en piste, plusieurs thèmes de bois de cordes sont venus lui répondre et Grégoire s'est mis à composer des pièces très inspirées, tirant ici ou là vers la musique savante, mais toujours au plus près de la ligne des sentiments. A l'arrivée, la musique de Grégoire accentue le tracé romanesque du film. Elle fait un pont entre ces hommes lointains et nous.>> Renaud Fély et Arnaud Louvet.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13598
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Re: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL EmptyVen 17 Jan - 17:46

Actuellement, dans le domaine de la musique de film, j'ai décidé de suivre le travail et l'évolution de deux "nouveaux" compositeurs. Il s'agit de Grégoire Hetzel et d'Alexei Aigui. Je ne les ai bien sûr pas choisis par hasard et il a fallu que leurs premiers travaux me plaisent suffisamment pour aller au-delà. J'ai toujours fonctionné ainsi. c'est quelque-chose qui me stimule beaucoup, en tant que mélomane, que d'être séduit par la première oeuvre que je découvre d'un compositeur et de suivre ce qu'il fait, de voir comment il évolue, de prendre conscience de sa capacité à réaliser des musiques très différentes, d'être surpris, étonné, embarqué dans son monde. Je suis toujours très frustré lorsque je tombe sur une "première" musique vraiment intéressante d'un compositeur, mais que plus rien n'apparaît par la suite, ne me donnant aucune opportunité d'écouter quelques autres de ses oeuvres. C'est arrivé plusieurs fois. Par exemple, la bande originale du film de Konrad Niewolski, Palimpsest, m'a révélé en Bartek Gliniak un compositeur intéressant, suffisamment intéressant pour avoir envie d'en découvrir davantage, seulement rien ne sort...Ma frustration est donc totale. Il y a aussi le cas inverse. Par exemple, j'aime bien la partition que Guy Farley composa pour Modigliani de Mick Davis. La musique est belle et émouvante, même colorée, l'album plutôt bien fait: c'est une bonne musique que j'aime écouter de temps en temps, mais il n'y a pas chez ce compositeur un style, un caractère, qui m'accroche et me stimule suffisamment pour avoir envie de suivre son travail. Je ne dis pas que je ne tomberai pas, un jour, sur une autre musique de Farley qui me plaira au moins autant que celle de Modigliani, je n'exclus pas cette hypothèse. Toute fois, si j'estime que c'est quelqu'un qui est tout-à-fait capable de composer une musique belle et soignée, son approche, sa personnalité musicale, ne m'est pas très intéressante ni stimulante.

Alexei Aigui, tout au contraire, est une personnalité musicale qui, jusqu'ici, me stimule beaucoup. Je l'avais découvert par la superbe musique qu'il composa sur Les Silencieuses et j'ai eu par la suite l'opportunité de découvrir d'autres opus qui m'ont permis d'apprécier son évolution artistique ainsi que d'autres facettes de son talent musical, sans connaître pour autant les films auxquels elles se rapportent. C'est un artiste qui navigue loin des eaux hollywoodiennes, semble privilégier des formes souvent plus intimistes et introverties. Je l'imagine très à l'aise sur des métrages comme Test/Le Souffle (2014) d'Aleksandr Kott ou encore Wild Field (2008) de Mikhail Kalatozshvili et il arrive, selon moi, à transcrire musicalement toute la poétique de ces films. J'y perçois de la lenteur, des silences, des grands espaces, des sentiments humains, des émotions, le vent, le soleil, les cieux...Bref, j'aime son approche, la dimension poétique de ses musiques. Je ne dirais cependant pas qu'il a réussi à me coller au plafond, histoire de prendre une expression un peu familière. Il y a encore ce "petit quelque-chose" qui me manque pour être transcendé par sa musique, ce qui ne m'empêche pas d'être toujours stimulé par sa personnalité musicale.

Des deux, Grégoire Hetzel est peut-être celui qui me surprend le plus, celui qui arrive le mieux à atteindre l'exquis. Je l'avais découvert par une musique très raffinée et d'une beauté subtile qu'il confectionna pour Le Secret de la Chambre Noire de Kiyoshi Kurosawa. Quelques temps plus tard, je fus bluffé par la beauté des thèmes qu'il composa pour le film de Renaud Fély & Arnaud Louvet, L'Ami, François d'Assise et ses Frères. Cette B.O. stimula encore plus mon intérêt pour ce compositeur et j'ai donc poursuivi l'aventure avec ses travaux pour deux films de Cédric Anger, L'Avocat (2011) et Le Tueur (2008). Le premier titre, L'Avocat m'a révélé un "score" sympathique avec un thème principal séduisant, combinant guitare sèche et banjo sur des arpèges de guitare électrique. Si je n'ai pas été complètement convaincu par les parties plus atmosphériques et statiques, avec électronique, lors de cette première écoute, il s'en tire très bien dans les parties plus "sentimentales", il sait véhiculer une belle émotion avec peu d'effets, de façon très intimiste. Son morceau le plus émouvant, vers la fin, m'a quand même évoqué un thème que composa Howard Shore sur Les Infiltrés de Martin Scorsese. Ceci étant dit, la meilleure surprise, à mon goût, provient de sa partition d'un genre très sombre issue de sa première collaboration avec Cédric Anger, Le Tueur: je sens que je vais beaucoup aimer cette B.O.! Il y a notamment un morceau qui s'intitule "Traque". J'en adore la construction et le développement. Je lui trouve quelque-chose d'assez original et intéressant. J'aime également les passages où intervient avec beaucoup de présence, de charisme, une trompette solo...Le dernier extrait, "Le Tueur", est un petit diamant de moins de trois minutes. Tout ça c'est très positif pour moi. J'aime être ainsi stimulé par un compositeur, comme je le fus précédemment avec, par exemple, Pascal Gaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Grégoire HETZEL Empty
MessageSujet: Re: Grégoire HETZEL   Grégoire HETZEL Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Grégoire HETZEL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: