Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Discussions autour de la trompette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Discussions autour de la trompette   Mar 26 Sep - 23:09

Il y a bien longtemps que je rumine un topic qui serait entièrement consacré à la trompette. Ce n'est pas du tout un esprit guerrier qui me fait aimer cet instrument car je suis certainement le plus pacifique des hommes. Laughing Vivre de paix et d'amour...surtout d'amour et ne pouvant vivre sans paie est mon plus grand voeu. La trompette, il est pourtant vrai que je l'aime solennelle ou alors avec un air en bouche de révolution mexicaine...j'y viens dans quelques lignes!  Hehe Il faut se souvenir qu'en Grèce, la trompette, alors appelée salpinx, était considérée comme un instrument de guerre: On y trouvait trois épreuves : le son le plus fort - avec le plus de décibels - le son portant le plus loin, et le son le plus aigu. À Rome, on utilisait le cornu, le buccin (buccina) et le lituus. Les Celtes utilisaient le carnyx. Les Hébreux avaient également trois types de trompettes ou cors, le hazozerah, le chofar et le keren, ou du moins trois substantifs pour désigner cet instrument. Et dire que le didjeridoo des arborigènes serait perçu comme son ancêtre (in)direct...?...Vous l'avez compris: mon nouveau cycle est dédié à la trompette, mais pas exclusivement dans le registre savant ou prétendument savant. Il y aura aussi quelques incursions jazzy avec notamment Miles Davis et des musiques de films dans lesquelles elle aurait un rôle important...et justement...C'est par une musique de western que j'ai souhaité ouvrir le bal: Il Mercenario d'Ennio Morricone, un film de 1968 réalisé par Sergio Corbucci avec, parmi les rôles principaux, Franco Nero, Tony Musante et Jack Palance. Si j'ai choisi cette musique comme ouverture de mon cycle, c'est biensûr parce que la trompette y occupe une place de choix, même si dans ce cas précis c'est davantage le sifflé humain qui m'ébranle, me fait chavirer. Peut-on effectivement lui trouver une allure guerrière dans le chant révolutionnaire mexicain, un charisme mortel dans l'arène du duel final. Dommage que l'interprète ne soit pas crédité. Puis, l'évocation d'un Mexique révolutionnaire dans cette B.O. me permet également un clin d'oeil à mon cycle précédent sur l'Amérique latine. Tout s'enchaîne de manière presque naturelle, évidente, machinale. A savoir aussi que l'instrument d'Ennio Morricone est justement la trompette.

https://www.youtube.com/watch?v=diKcaqRwuss
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5954
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Mar 26 Sep - 23:57

Superbe musique ! C'est très "imagé", je veux dire par là qu'on s'imagine le décor, l'action ; quant à cette montée en puissance de la musique, elle donne des frissons !!!

Les trompettes cela me fait immédiatement penser à la 'Marche triomphale' d'Aïda - je viens de lire que pour l'occasion Verdi a fait recréer une trompette ayant la forme de celle qui se trouvait sur les témoignages du passé des Hébreux ... le résultat visuel était bon mais semble-t-il pas l'effet sonore !
D'après le Kobbé, il s'agit de longues trompettes droites à trois valves dont l'une seulement est utilisée.

https://www.dailymotion.com/video/x5z42l
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
laudec

avatar

Nombre de messages : 3476
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Mer 27 Sep - 0:25

Belle introduction pour cette discussion autour de la trompette avec toute la subtilité créative d' Ennio Morricone.

Je trouve la trompette ainsi que le "sifflé" ici mélancolique, mélancolie dépassée par l'introduction des autres instruments qui la transforment en puissance. Je ne parviens pas à identifier l'instrument à cordes qui apparaît après la trompette ?

Les trompettes d'Aïda, quel moment fort lui aussi.

Personnellement, quand j'entends "trompette", je pense à Louis Armstrong, souvenir d'enfance, je vois ses joues gonflées d'air, son expression inimitable, j'adore ici

Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Mer 27 Sep - 18:08

Dès que l'on parle de trompette en musique classique, je pense au magnifique septuor de Saint-Saëns, œuvre pleine d'humour et de tendresse, qui a été composée en réponse à la demande du chef d'une société d'amateurs – « La Trompette » – qui avait demandé à Saint-Saëns d'écrire une œuvre  justifiant l'appellation de sa phalange. « Je te ferai un concerto de 25 guitares, avait répondu le compositeur, et pour l'exécuter tu seras obligé de dépeupler la Castille et l'Andalousie, mais avec tompette, c'est impossible ». Mais piqué au vif et pris à son propre piège, Saint-Saëns se mit quand même au travail, et, en 1880, il offrit le morceau à ses amis de  « La Trompette ».

Septuor opus 65 pour deux violons, alto, violoncelle, contrebasse, piano et trompette.

Il y a à mon avis deux versions de référence, celle de 1956, par Jeanne-Marie Darré (la plus grande interprète de Saint-Saëns, à mon goût), Quatuor Pascal et Roger Delmotte à la trompette, et  celle de 1977, par Michel Béroff, le Trio à corde Français et... l'inoubliable Maurice André.

C'est une œuvre relativement peu connue, mais qui mérite beaucoup mieux. Il faut un site comme celui-ci pour lui rendre justice.



Dernière édition par Kristian le Mer 27 Sep - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16729
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Mer 27 Sep - 19:57

J'aime beaucoup aussi.  Very Happy  Cet effectif (cordes - dont contrebasse - + piano + trompette) est un cas unique : il n'y en a pas d'autre à ma connaissance.

Les deux concertos pour trompette qui ont ma préférence sont ceux de Haydn et de Hummel. Celui de Haydn est très connu (et sans menuet pour indisposer Icare  Hehe ), celui de Hummel l'est moins, et l'ami Maurice André en a fait une quasi création inoubliable dans les années 1960. En effet ce concerto avait été "oublié" (il n'a pas de numéro d'opus) ; il avait été composé en décembre 1803 pour le trompettiste Anton Weidinger (et pour lequel Haydn avait composé son concerto en 1796), à l'occasion de l'entrée de Hummel dans l'orchestre Esterhazy en remplacement de Haydn.
Il est en mi majeur (parfois en mi bémol selon les trompettistes) et se compose des 3 mouvements habituels, curieusement de style différents : le premier mouvement Allegro con spirito fait penser à Mozart, alors que l'andante et le rondo sont indiscutablement romantiques.

Il n'y a malheureusement pas d'enregistrement "live" par Maurice André sur youtube, alors voici un enregistrement sur CD :



https://www.youtube.com/watch?v=U8lcu6-wOJo

Et voici celui de Haydn, toujours par Maurice André, mais en "live" cette fois-ci :

https://www.youtube.com/watch?v=Gv5prjBb9UE

A l'ère baroque de nombreux concertos ont été composés, de Télémann à Vivaldi, de Molter à Fasch et bien d'autres (dont JS Bach dans son 2ème concerto brandebourgeois). Je laisse le soin aux "baroqueux" de les présenter Laughing

Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter 2 autres concertos classiques, qui d'ailleurs se ressemblent un peu : celui de Michael Haydn et celui de Leopold Mozart : écoutez les aigus de la trompette dans les premiers mouvements

https://www.youtube.com/watch?v=vWMRRfNnErI

https://www.youtube.com/watch?v=KUMXwm56o9A

L'un et l'autre ne sont pas "autonomes" : ce sont des mouvements de grandes Sérénades orchestrales.
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Mer 27 Sep - 21:24

Un tout petit mot pour Icare : mes deux trompettistes préférés sont Maurice André et... Miles DavisBirth of the Cool : Ô sublime musique...  

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Nakariakov   Mer 27 Sep - 23:24

Maurice André et Miles Davis, voilà bien deux figures légendaires de la trompette dans deux styles différents! Le trompettiste que j'ai réécouté aujourd'hui s'appelle Sergei Nakariakov. Il est plutôt jeune et pas encore très connu. J'ai pu réapprécier ses valeurs de soliste au travers de deux concertos; celui d'Alexander Arutiunian, composé en 1950, et l'Opus 94 (1966-67) de Mossei Vainberg/Weinberg. Je commence à connaître beaucoup d'oeuvres de Weinberg et j'ai pratiquement toujours eu l'impression d'une musique continuellement inspirée, où il s'y passe autre chose qu'une simplement accumulation savante de notes. Par exemple, je trouve judicieux l'usage d'une flûte solo dans l'Andante central. Ses interventions, dans un caractère symphonique généreusement romantique, apportent une beauté irrésistible au mouvement, la personnalité de la flûte s'alliant à merveille avec celle très différente de la trompette. Cet andante est saisissant. Plus espiègle et détaché est l'Andante (Fanfares) final, dans lequel Arutiunian injecte des citations du "Wedding March" de Mendelssohn, mais aussi du "Carmen" de Bizet et "The Golden Cockerel" de Rimsky-Korsakov. Le premier mouvement s'articule autour d'un thème enlevé qui m'évoque une cavalcade dans laquelle la trompette de Nakariakov retrouve sa réputation guerrière. Le concerto d'Arutiunian est d'une énergie comparable, qui lui non plus ne s'enferme pas dans une virtuosité excessive, loin de là. La poésie est au rendez-vous, l'expression de la joie et la mélancolie douce du passage central aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Bjerk/Madsen   Jeu 28 Sep - 11:16

Ce matin, je me suis réveillé en trompette, avec cette fois le trompettiste Nils-Harry Bjerk interprétant deux oeuvres du compositeur norvégien Trygve Madsen; Sketches of Norway for Trumpet solo and Symphonic Band - opus 65 et Concertino for Trumpet and Symphonic Band - Opus 118, avec "The Staff Band of the Norwegian Armed Forces" sous la direction de Bjorn Sagstad. Pour l'anecdote, le titre de "Sketches of Norway" fait allusion au "Sketches of Spain" de Gil Evans avec Miles Davis. Il ne faut pas s'attendre à une musique marciale aux élans militaires, non, ce n'est pas du tout dans cet esprit-là que la trompette de Bjerk nous balade. La musique est plutôt légère et optimiste. Elle m'évoque même une certaine prose musicale à la "Francis Poulenc". Très agréable et presque insouciante, plus que dans les "Sketches de Norvège", je la trouve réellement séductrice dans le Concertino avec un apport quasi humoristique de la petite percussion. Le compositeur obtient ainsi un sympathique équilibre des tempéraments entre la trompette solo, l'orchestre symphonique de cuivres et la petite percussion, espiègle et incisive.

Pour en savoir plus sur Trygve Madsen dont il n'existait pas encore de biographie, cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Harjanne/Gruner   Jeu 28 Sep - 17:55


Le trompettiste Jouko Harjanne m'a totalement transporté au travers de quatre oeuvres de quatre compositeurs différents; tout d'abord dans Concerto pour trompette et orchestre de 1993 de Rodion Shchedrin, puis dans le Concerto pour trompette et orchestre n°1 (1986) de Joachim Gruner, mais encore dans une pièce pour trompette et orchestre plutôt courte qui fut composée en 1955 par Ernest Bloch, Proclamation, et enfin le Concerto pour trompette et orchestre n°2 (1954) d'André Jolivet. Ce dernier concerto est celui que je connaissais le mieux jusqu'ici des trois proposés. La raison est que la musique de Jolivet me touche généralement beaucoup et que lorsque je ressortais mon cd de son étagère, c'était surtout pour réécouter ce concerto en priorité, au point que j'avais trop négligé ceux, respectifs, de Shchedrin et Gruner. Le concerto n°2 du compositeur français a effectivement de belles qualités qui incitent à y revenir; un second mouvement tendre et mélancolique qui me laisse pensif à chaque fois, deux autres mouvements plus animés et virtuoses qui offrent au trompettiste un défi qu'il relève admirablement. Le premier concerto de Joachim Gruner est très bien aussi, surtout son impétueux et galvanisant troisième mouvement. Outre l'excitation qu'il me procure, j'aime la façon dont il fut orchestré et l'usage percutant du piano. La Proclamation est une charmante pièce d'Ernest Bloch, vivante et agréable à écouter, une sorte d'interlude lyrique entre les trois concertos. Celui de Rodion Shchedrin est peut-être celui qui, cette fois, m'a le mieux satisfait, tant je l'ai trouvé pertinent dans chacun de ses trois mouvements. Se réfère-t-il un peu à Prokofiev et Stravinsky, mais incluant aussi des éléments de jazz et une danse qui illumine le troisième mouvement. Les oeuvres sont interprétées par le "Finnish Radio Symphony Orchestra", sous la baguette de Jukka-Pekka Saraste.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Jeu 28 Sep - 23:01


Ce soir, j'ai réécouté deux oeuvres qui ne sont pas exactement des concertos, mais dans lesquelles la trompette m'a fait une certaine impression, même lorsque celle-ci a un rôle restreint à un moment précis dans l'oeuvre. C'est le cas dans la formidable Symphonie n°2 d'Arthur Honegger pour cordes, la trompette n'intervenant que dans le troisième mouvement. Comme je l'ai dit, c'est un rôle restreint mais qui focalise l'attention sur elle. Cette symphonie fut composée durant les premières années de la Seconde Guerre Mondiale et il est souvent prêté à cette trompette l'anticipation imagée et sonore d'une victoire prochaine sur le nazisme, par les mers, les airs, les terres et aussi la rue. Cette trompette, doublant ici les violons, incarne donc la libération future, la belle déclaration du Général de Gaulle à Paris: la trompette porteuse d'un espoir collectif qui deviendra prémonition. C'est aussi en quoi correspondent mes recherches et mes choix, un moment choisi, pas forcément prolixe, où la trompette m'a touché, ému, voire bouleversé, peut-il s'agir d'une symphonie, d'un poème symphonique, d'une musique de film...Je ne peux penser à cette seconde symphonie de Honegger sans penser à cette fameuse trompette finale. Une autre oeuvre qui n'est pas un concerto mais m'a toujours marqué par le rôle donné aux trompettes, est Poema de Goffredo Petrassi pour cordes et 4 trompettes; Andrea Dell'Ira, Pierluigi Puzzolo, Amido Ugolini, Marco Nesi. Au début de l'oeuvre, il ne se passe pas grand chose, les cordes "piétinent" dans une mobilité presque immobile, statique. C'est quand les trompettes interviennent que l'oeuvre prend un relief bien plus électrisant, bien plus accaparant. Elle fut composée pour 48 cordes et 4 trompettes entre 1977 et 1980, pour la commission de la Radio et la Télévision italienne pour le cinquantième anniversaire de la fondation de l'orchestre de la RAI de Turin.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16729
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Ven 29 Sep - 10:04

Dans la deuxième symphonie d'Honegger, la trompette est "ad libitum", c'est à dire en toute liberté. Le chef peut décider de la remplacer par un hautbois ou par une clarinette. Mais ces instruments sont loin d'être aussi éclatants qu'une trompette annonçant la victoire.

Je pense que tu connais l'extraordinaire "Question sans réponse" de Charles Ives, où la trompette pose une question sur "l'éternelle question de l'existence" (dixit Ives) sur un fond de cordes symbolisant le vaste univers sans limites. Un quatuor de flûtes tente une réponse, insatisfaisante puisque la trompette repose la question plusieurs fois. A la fin les flûtes s'énervent, avec un motif atonal. La trompette repose sa question une dernière fois (la septième). Sans réponse, les cordes retournent au silence.



https://www.youtube.com/watch?v=u-d8JSZE2Bc
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Vigneron/Jansen   Ven 29 Sep - 10:26

J'ai, depuis un certain nombre d'années, en ma possession un cd qui s'intitule "Musique Française du XXème siècle pour Trompette et Orgue", avec pour interprètes, Pascal Vigneron à la trompette et Vincent Warnier à l'orgue. Le disque réunit plusieurs pièces de différents compositeurs, tous français, Georges Delerue, Pierre Ancelin, Jacques Chailley, Jean Rivier, Marcel Landowski, Pierre Jansen, André Jolivet. J'avoue que la formation "trompette/orgue" est une association instrumentale qui me plait beaucoup et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'à l'époque j'avais fait cette acquisition.

Propos d'Anne-Marie Gouiffès:

Trop souvent constitués de transcriptions et d'arrangements, les programmes des concerts trompette & orgue ont parfois enfermé ce duo dans les limites d'une formule à succès, attrayante mais pauvre. Le duo trompette & orgue peut en effet devenir un piège pour les interprètes s'ils succombent à la séduction facile des transcriptions sans parvenir à résoudre ce paradoxe: bien qu'assez ancien et toujours heureux, le mariage de l'orgue et de la trompette n'a pas suscité une littérature abondante. Les chorals de Krebs pour trompette et orgue, les sonates et les caprices de Fantini, les sonates de Viviani et les "Voluntaries" anglaises représentent en effet l'essentiel du répertoire traditionnel. Afin de pallier la minceur du répertoire et de répondre à la demande du public, les interprètes ont puisé dans les oeuvres écrites pour d'autres instruments. Pascal Vigneron et Vincent Warnier tentent de démontrer qu'il est désormais possible de concevoir l'alliance de la trompette et de l'orgue comme un véritable duo, plongeant certes ses racines dans le passé mais également dévolue à la création contemporaine. Les combinaisons multiples et instantanées de l'orgue moderne mettent à la disposition de l'organiste une palette sonore presque illimitée. La partie d'orgue ne se réduit pas à un accompagnement au service d'une trompette soliste. Elle est aussi complexe qu'une partition d'une musique de chambre tout en possédant la richesse instrumentale d'une symphonie. Quant à la trompette, instrument naturel jusqu'au milieu du XIX siècle, elle n'a conquis son statut d'instrument moderne qu'à partir de l'invention des pistons. L'évolution de la facture instrumentale en a fait peu à peu un outil plus docile entre les mains de l'interprète. Plusieurs compositeurs du XXème siècle ont ouvert pour le duo trompette & orgue des mondes inexplorés. Entreprise en 1960, cette quête n'est pas achevée car le répertoire original est non seulement à découvrir, mais encore à créer. "Jeu de Quartes" de Jacques Chailley et "Processionnal" de Pierre Jansen ont été écrits dans cet esprit à la demande de Pascal Vigneron.

Ce matin, je n'ai pas tout écouté, ai laissé tomber provisoirement Delerue, Ancelin, Chailley et Rivier pour mieux me concentrer sur les trois duos qui ont ma préférence; Cahier pour quatre jours de Marcel Landowski en quatre mouvements; "Jour du secret intérieur/Jour de quête de soi/Jour des regrets et des pardons/Jour de joie", Processionnal de Pierre Jansen et Arioso Barocco d'André Jolivet. J'aime beaucoup le contraste entre la trompette et l'orgue dans l'oeuvre de Landowski: une trompette solitaire, mélancolique, et un orgue presque symphonique et impressionniste par moments.


Dernière édition par Icare le Ven 29 Sep - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Ven 29 Sep - 13:57

joachim a écrit:
Dans la deuxième symphonie d'Honegger, la trompette est "ad libitum", c'est à dire en toute liberté. Le chef peut décider de la remplacer par un hautbois ou par une clarinette. Mais ces instruments sont loin d'être aussi éclatants qu'une trompette annonçant la victoire.

Merveilleuse musique que cette composition de Charles Ives!! Pour en revenir un instant à la trompette qui intervient dans le troisième mouvement de la seconde symphonie d'Arthur Honegger, elle n'annonce pas la victoire, car ça voudrait dire que celle-ci est révélée. Elle n'est que prémonition et, par conséquent, ne pouvait être éclatante. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Jolivet/Landowski   Ven 29 Sep - 17:05

Je n'ai pas quitté les compositeurs français et suis même resté avec deux d'entre eux, pas n'importe lesquels, André Jolivet et Marcel Landowski qui pèse un certain poids dans mes choix musicaux. Je me suis alors penché, dans un premier temps, sur le Concertino pour trompette, orchestre à cordes et piano (1948) d'André Jolivet par Reinhold Friedrich (tr.), Thomas Duis (p.), le "Deutsches Symphonie-Orchester Berlin" sous la direction de Lutz Köhler. Ce fut comme un prolongement imaginaire du discours de la trompette de son Arioso Barocco qui, dans une formation plus large et appuyée par un piano intrépide, s'exprime dans une énergie fort communicative. Certes, chaque érudit pourra y déceler, au travers de quelques traits néo-classiques, l'influence d'un Bela Bartok. Il contraste en dynamique avec le Concerto pour trompette, orchestre et éléments électroacoustiques de Marcel Landowski où l'on retrouve le formidable Maurice André, l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg sous la direction d'Alain Lombard. Avec le concerto de Landowski, on épouse une dose de mystère qui ne quittera jamais totalement l'oeuvre, parfumée d'étrangeté par l'intervention délicate et sobre de sonorités électroniques. Il emploie un orchestre restreint qui renonce aux hautbois et limite les cuivres à deux cors et un trombone, l'idée étant de ne surtout pas recouvrir l'espace d'expression du soliste qui, lui, s'empare, avec le talent qu'on lui connaît, un concerto non-virtuose, plutôt méditatif dans son ensemble et cependant riche en moments passionnants à interpréter.
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Ven 29 Sep - 17:55

J'ai écouté le concerto de Marcel Landowski avec Maurice André. Je n'ai pas éprouvé le sentiment de rejet habituel avec la musique dite « moderne », sans doute à cause de et grâce à la trompette sublime de Maurice André qui m'a semblé planer dans des hauteurs que je n'hésiterai pas à qualifier de divines, et qui m'a fait accepter le reste par sa seule et absolue perfection de son.

Et dans la foulée, j'ai laissé YouTube continuer sans y prêter trop attention... Erreur ! Cette dernière fit presque immédiatement sollicitée par la sublime interprétation de Maurice André, encore lui  Hehe , dans ce merveilleux concerto pour trompette en mi de Telemann. (Mon Dieu, que j'aime cette époque, jusqu'à la fin du XVIIIe   !)

S'il y a une trompette divine là-haut, ça ne peut être que celle Maurice André, qui a dû être envoyé parmi nous pour nous donner un avant-goût de  la perfection...      

https://www.youtube.com/watch?v=ufGl19HiAC0
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Ven 29 Sep - 21:05

laudec a écrit:
Personnellement, quand j'entends "trompette", je pense à Louis Armstrong, souvenir d'enfance, je vois ses joues gonflées d'air, son expression inimitable, j'adore

Moi-z-aussi, Laudec ! Nous serons au moins deux sur ce forum ! Kiss
Revenir en haut Aller en bas
Musica Enchiriadis

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 35
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Sam 30 Sep - 13:24

Kristian a écrit:
la sublime interprétation de Maurice André, encore lui  Hehe , dans ce merveilleux concerto pour trompette en mi de Telemann. (Mon Dieu, que j'aime cette époque, jusqu'à la fin du XVIIIe   !)

C'est une affaire d'époque... Telemann, ça se jouait / ça sonnait plutôt comme ça :


Vive la trompette naturelle de cette belle époque que tu aimes Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://musicaenchiriadis.wordpress.com/
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Sam 30 Sep - 14:34

Ah, en effet, ce n'est plus du tout la même chose ! La trompette est très différente, et la musique aussi !

Mais en toute honnêteté et sincérité, je ne suis vraiment pas compétent en la matière, car c'est pratiquement la première fois que j'entends cette musique dans une tentative de reconstitution d'époque. Il faudrait que je m'habitue à tout cela, que je me rééduque, en fait, car la totalité de mon système d'appréciation est conditionné à la version « moderne » (je pourrais ajouter plusieurs guillemets... Wink )

J'ai profité de cette découverte grace à ton intervention pour me documenter un tout petit peu sur la trompette elle-même, et ce, pour découvrir que la trompette était en plein révolution au début du XVIIIe siècle – donc, à l'époque de Telemann et de Bach –, le piston n'apparaissant qu'au XIXe.

Eh bien, cher Musica, voici encore une gouffre d'ignorance qu'il va me falloir un peu combler si je veux ne serait-ce que commencer à y comprendre quelque chose.

Mais alors, dis-moi : si je comprends bien, cela signifie que les œuvres avec et pour trompette de l'époque ne ressemblalent pas du tout à ce que nous en avons fait aujourd'hui (cf. les deux versions du concerto en question). D'où ma question à 1000 € (j'accepterai néanmoins les Francs suisses Hehe ) : quel était le rôle socio-psycho-esthétique de cet instrument au début du XVIIIe, par rapport par exemple à son statut un siècle, puis deux siècles plus tard ? Car un instrument, ce n'est pas qu'un son. C'est un son signifiant dans un certian cadre.

J'ai bien peur que ma question de béotien ne dépasse largement le cadre de ce fil. Et d'abord, tu écris « trompette naturelle », ce qui implique qu'il y aurait une trompette « pas ou peu naturelle ». Que faut-il savoir là-dessus ?

(NB. Ne te sens pas obligé de répondre. Je me doute bien que la réponse à ma question simpliste ne va pas manquer de soulever tellement de lièvres, qu'il va être difficile de n'en suivre qu'un seul ! Donc, ne réponds que sur ce qui t'intéresse vraiment. C'est toi le patron ! Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Musica Enchiriadis

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 35
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Sam 30 Sep - 14:56

Bonnes questions... !

La trompette naturelle est dire naturelle en opposition à celle à piston (comme le cor). On dit aussi naturelle, car elle ne peut jouer que la série des harmoniques naturelles.

On redécouvre le son "normal" de la trompette baroque (= naturelle) que depuis quelques décennies, mais le grand public a tellement été biberonné aux sons de Maurice André (grand respect pour ce grand maître) et sa trompette piccolo (une reconstruction moderne pour exécuter ce répertoire ancien et très aigu), qu'il est difficile aujourd'hui encore de recréer un univers sonore enchanteur avec cuivres naturels. Si on écoute le Brandebourgeois de Bach, version Maurice André, ça en devient ridicule : on passe du concerto grosso où devaient dialoguer les instruments, à un concerto pour trompette, tant elle dépasse les autres en volume...

Aujourd'hui, on a la chance d'avoir toute une série de jeunes solistes que sont à l'aise dans de nombreux répertoires et qui jouent la trompette moderne mais aussi la naturelle. Voir par exemple Alison Balsom...

Revenir en haut Aller en bas
https://musicaenchiriadis.wordpress.com/
Musica Enchiriadis

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 35
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Sam 30 Sep - 15:12

Autre exemple célèbre : le 3e mouvement du concerto de Haydn.

L'original n'est pas pour trompette à pistions (encore pas inventés), mais pour un nouveau modèle de "trompette à clés".
Et ça sonne vraiment pas comme une trompette moderne !! Wink
Très peu de monde en joue, et encore moins qui en joue bien...

Revenir en haut Aller en bas
https://musicaenchiriadis.wordpress.com/
Jean

avatar

Nombre de messages : 6652
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Sam 30 Sep - 17:26

Je ne connaissais pas cette" trompette à clés"... Embarassed ...est elle couramment utilisée dans les orchestres "baroques" ( comme le Concentus musicus de Vienne d'Harnoncourt ou les "English Baroque Soloists" de Gardiner...et bien d'autres!) lorsqu'ils jouent des œuvres classiques de Mozart ou Haydn??...

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Morricone   Sam 30 Sep - 20:07

Merci à vous d'enrichir mon fil de vos connaissances, du Baroque au contemporain, la trompette dans tous ses états, à ou sans pistons, à clé...merveilleux! A la trompette baroque, je vais bientôt y venir à mon tour avec des compositeurs comme Corelli, Vivaldi, Manfredini...Mais pour l'heure, c'est encore une fois le monde de l'image qui m'interpelle avec une superbe partition écrite par Ennio Morricone pour le film de Silvano Agosti, La Ragion Pura (2001) avec Franco Nero et Eleonara Brigliardori. Je ne peux penser à cette musique - je ne parle pas du film que je n'ai pas encore vu - sans penser à la trompette solo. Ce n'est pas le fait qu'elle soit omniprésente, qu'elle est un rôle concertant et virtuose. Non, pas du tout. La plupart du temps, elle se résume à une poignée de notes, toujours les mêmes, dans un contexte totalement nostalgique, comme un appel au souvenir, un flasch qui revient tout le temps et symbolise un amour qui a traversé le temps. Le motif musical qui est parfois repris au piano est fort bien trouvé. Il donne le la à l'une des partitions les plus romantiques d'Ennio Morricone. Ce soir, je ne quitterai pas le monde de l'image par un classique du genre; Ascenceur pour l'échafaud de Miles par Davis.

https://www.youtube.com/watch?v=DFoieS0CzW4


Dernière édition par Icare le Dim 1 Oct - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11554
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Miles Davis   Sam 30 Sep - 23:42

Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Sam 30 Sep - 23:53

Voici ce que j'ai trouvé de mieux ce soir sur la trompette à clés :

http://rp-archivesmusiquefacteurs.blogspot.fr/2013/04/histoire-de-la-trompette-cles-keyed.html

Et pour conclure glorieusement cette soirée, voici l'une des chansons qui égayaient mes soirées sans télé ni radio dans un petit village poitevin des années 40, et que me chantait joyeusement ma grand-mère. Il faut bien que les archives de l'INA servent à quelque chose ! Et là, peu importait que la trompette fût naturelle, à clés ou à pistons !  Ptdr

Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 471
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   Dim 1 Oct - 0:15

Quant à Ascenseur pour l'échafaud ce fut le premier chef d'œuvre de Miles Davis que je remarquai de ma jeune vie, à l'âge de 15 ans en 1957. Je devais par la suite ne jamais perdre de vue ce trompettiste de génie.  

J'ai même le microsillon de Birh of the Cool dédicacé de la main du Maître lui-même, trésor incomparable, car il détestait profondément les autographes. Mais là, c'est ma femme, que je ne connaissais pas encore, mais qui avait déjà les mêmes (bons) goûts que moi  Kiss , qui avait réussi à le lui arracher.

C'était l'époque où Paris était encore une capitale mondiale, et où les géants du jazz se battaient pour venir faire un bœuf. C'est ainsi que j'ai vu le Modern Jazz Quartet, Lionel Hampton, Count Basie, Duke Ellington, Jerry Mulligan, Jonah Jones, et bien sûr Armstrong, et plus tard, Ray Charles, dans un autre registre. Je n'ai jamais vu Dizzy Gillespie, mais ce n'était pas mal non plus !



Mais aujourd'hui, je n'aime plus le jazz... à part Miles Davis, qui a résisté à l'usure du temps, et le traditionnel New Orleans, qui me réjouit toujours le cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussions autour de la trompette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussions autour de la trompette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: