Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Arthur POITEVIN (1917-1951)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16485
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Arthur POITEVIN (1917-1951)   Dim 10 Sep 2017, 12:26

Arthur Poitevin, surnommé "Tutur de Bayeux", né le 6 décembre 1917 à Bayeux (Port-en-Bessin-Huppain,  Calvados), où il est mort en 1951, était un organiste, célèbre pour avoir composé le chant "La voix du Rêve" au camp du du Struthof en 1944.

Il devint aveugle à l'âge de 3 ans. Passionné de musique et fort doué, il occupa la fonction d'organiste et de professeur de musique durant toute sa courte vie. Il était également pianiste et violoniste.

Il devint un membre actif de la Résistance, mouvement Libération-Nord de Basse Normandie. Arrêté par les nazis en septembre 1943 (comme son cousin Joseph), il fut interné dans le camps de concentration de Natzweiler-Struthof en 1943-1944, où il portait le matricule 101336.
Lors de l'évacuation du camp du Struthof fin août 1944, il fut transféré à Dachau le 6 septembre 1944 et libéré par les américains le 29 avril 1945.

Après sa libération, il retourna à Bayeux comme organiste de la cathédrale. Il mourra en 1951 à l'âge de 34 ans.

Le Block 10 du camp du Struthof était sous la direction d'un kapo luxembourgeois qui tolérait les instruments de musique des détenus, ainsi que leurs chants. "Tutur" composa le 19 janvier 1944 un chant, La Voix du Rêve, qui évoque à la fois le camp et l'espoir de la libération, il remonta le moral des co-détenus et leur redonna courage et espoir.


Quand revient le moment du rêve,
Que peu à peu le Block entier s'endort,
Dans le soir qui s'achève,
Quand le vent de la nuit vient pleurer près des miradors,
Parfois en notre âme un peu lasse,
Monte soudain un trouble sans pareil,
C'est comme un gai refrain qui passe,
C'est comme un rayon de soleil.

Écoutez c'est la voix du rêve,
Qui revient chanter en nos cœurs,
Déjà l'aube se lève,
Présageant pour l'avenir des jours meilleurs,
Miradors, barbelés, brimades, cela n'est plus que des souvenirs amers,
Nous rirons de nos peines bien loin de Natzweiler.

Le songe a supprimé l'espace,
À la maison nous voici de retour,
La chaise est à sa place,
Au coin de la table où nous prenions nos repas chaque jour,
Voici venir le cher visage,
Nos bien-aimés nous sourient tendrement,
Pour ne pas troubler le mirage,
Les gars ronflez plus doucement.

Quelle allégresse règne en notre âme,
Ah! Quel bonheur! Ah! qu'il fait bon chez nous!
Enfants, parents ou femmes,
Tous leurs baisers ne nous avaient jamais semblé si doux,
Notre fringale est apaisée,
Plus de Mutzen! Adieu les numéros,
Fini: appels, rabiots, corvées,
Mais ne remue pas tant là-haut.

Aujourd'hui cela n'est qu'un songe,
Oui! Mais demain le réalisera,
Si les jours se prolongent,
Disons-nous que bientôt la liberté nous reviendra,
Pour cette liberté chérie,
Préparons bien nos cœurs et nos esprits,
Afin que nos fils en leur vie,
N'aient à jamais, à venir ici.

Natzweiler est un mauvais rêve,
Qui bientôt fuira de nos cœurs,
Déjà l'aube se lève,
Présageant pour l'avenir des jours meilleurs,
Miradors, barbelés et chaînes,
Ne seront plus que souvenirs amers,
Nous rirons de nos peines bien loin de Natzweiler.


Le chant fut interprété le 11 septembre 2016 par Daniel Kirchmeyer, de Thann, lors d'une cérémonie au cours de laquelle un ancien déporté, Petit-Jean, donna un témoignage émouvant.

source :

Etude de Roger Leroy, Roger Linet et Max Nevers. Extrait de 1943-1945. La résistance en Enfer Messidor, 1991, pp. 225-227.

“L'aveugle, Tutur, considérait qu'il fallait tenir, résister. Un soir, au réfectoire, un chant s'éleva dans le silence. Tutur venait d'inventer les paroles et l'air d'une chanson sur le camp de Natzweiler, et il la chantait pour remonter le moral de ses copains. Cette fois encore, c'était lui qui donnait une leçon de courage aux autres. À sa manière, il participait à la solidarité et donnait une leçon de dignité humaine.
Les copains, auditeurs silencieux, étaient pris d'émotion, mais aussi remplis d'espoir à l'écoute de "La voix du rêve". Le rêve? C'était la liberté! Il y avait plus d'une larme sur les joues des uns et des autres, et le dernier couplet ‘ouverture sur la liberté’ engageait à l'optimisme.”
“Nous avions fait venir Tutur dans notre Block, un soir, pour l'entendre interpréter sa chanson. Je me souviens avec quelle attention émue nous l'écoutions. Je ne pouvais que penser à mes enfants. Cette chanson devint la nôtre au camp. Les êtres qui nous étaient chers n'étaient pas oubliés, cette vie que nous menions n'était qu'un cauchemar puisque le rêve pour nous était de recouvrer la liberté.
J'ai vu des camarades avoir les larmes aux yeux, c'était des larmes de tendresse à l'adresse de leurs familles qui ignoraient tout d'eux, mais qu'ils pensaient revoir bientôt tellement leur optimisme était grand. Brave Tutur, tu nous as aidés beaucoup à remonter le moral de nos camarades.
Il m'est arrivé lorsque j'allais voir les plus abattus, de leur fredonner ta chanson; un sourire effleurait leurs lèvres, ils reprenaient confiance.”
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3358
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Arthur POITEVIN (1917-1951)   Dim 10 Sep 2017, 15:09

Belle histoire bien émouvante, une fois de plus la musique joue un rôle déterminant dans la vie de ces hommes éprouvés à l’extrême. Dommage qu'on n'a pas la musique de ce chant
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16485
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arthur POITEVIN (1917-1951)   Dim 10 Sep 2017, 17:33

laudec a écrit:
Belle histoire bien émouvante, une fois de plus la musique joue  un rôle déterminant dans la vie de ces hommes  éprouvés à l’extrême.  Dommage qu'on n'a pas la musique de ce chant

On a pourtant la partition, puisque le chant a été interprété. Bizarre quand même qu'on n'en trouve aucune trace sur youtube
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2594
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Arthur POITEVIN (1917-1951)   Dim 10 Sep 2017, 21:17

Merci pour ce fil très émouvant. Oui, bizarre qu'il n'y ait pas trace sur Youtube de cet hommage du 11 septembre 2016.
Au fait, demain c'est le 11 septembre, triste anniversaire...  Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arthur POITEVIN (1917-1951)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur POITEVIN (1917-1951)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les interprètes-
Sauter vers: