Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Le clavecin dans tous ses états

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Le clavecin dans tous ses états   Jeu 20 Juil - 17:03

Comme promis, j'ouvre un sujet de discussion autour du clavecin, cet instrument magnifique qui nous vient des mondes anciens et continue de fasciner l'homme moderne. Biensûr, avec le choix d'un tel instrument, il y a quand même peu de chance que notre discussion ne se limite qu'à la création contemporaine, même si c'est Icare, votre humble serviteur, qui est à l'origine de cette heureuse initiative. Il est vrai que dans les fils que j'ai ouverts en l'honneur d'un instrument, tel qu'il soit, eut-il s'agit de la guitare ou de la contrebasse, je ne me rends pas toujours compte que je tourne essentiellement autour des créations musicales du vingtième siècle, négligeant honteusement une grande part du patrimoine...C'est sans doute aussi parce que je compte sur les autres hôtes de ce forum pour agrandir cet espace de discussion sur les temps passés et leurs trésors, desquels ils sont bien meilleurs connaisseurs que moi.

°°°Je tiens à préciser qu'il existe déjà un sujet de discussion autour du clavecin, ouvert précédemment par Laudec; "Clavecin & Piano", sauf qu'il traite d'un sujet bien précis: les préférences que les uns et les autres peuvent avoir d'une oeuvre, suivant si celle-ci est jouée au piano ou au clavecin. Ici, il s'agit seulement de parler des oeuvres avec clavecin (accompagné ou seul) que l'on aime, puisse-t-il s'agir d'une pièce baroque, classique, d'un morceau de jazz, d'une musique de film ou d'un concerto contemporain. Si une tentation de discuter une préférence pour le clavecin ou le piano sur une même oeuvre vous titillait l'esprit, sachez que le fil existe et qu'il s'agit de cliquer sur Clavecin & Piano.

Personnellement, le clavecin a une sonorité qui m'a toujours émerveillé, un scintillement qui lui est naturel. En tout cas c'est de cette façon que je le perçois. L'idée reçue serait de penser - lorsque l'on sait et mesure l'ampleur de mon attachement à la musique de Johannes Sebastian Bach - que j'ai découvert et profité pour la première fois du charme du clavecin avec l'une de ses oeuvres, comme, par exemple, les Variations Goldberg. Et bien non! C'est bien plus tard que je découvris les "Variations Goldberg" au clavecin. Je les avais d'abord écoutées et aimées au piano, sous les doigts de Glenn Gould. J'ai découvert le clavecin par le biais de la musique de film, ni plus ni moins. Voilà! Mon premier contact émotionnel avec le clavecin se produisit par le biais d'une musique de film. J'y reviendrai plus tard. De votre côté, si ce fil vous inspire, n'hésitez pas à nous raconter votre premier contact avec ce fabuleux instrument qu'est le clavecin. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Schifrin   Jeu 20 Juil - 18:31

L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=TnKDsMz1S5w


En ouverture de ce cycle, j'ai opté pour un album de Lalo Schifrin que j'aime beaucoup. Il faut se rappeler que Lalo Schifrin, tout comme Arthur Honegger, fait partie de mes compositeurs préférés et que j'aime bien ouvrir un topic de ce style avec l'un d'eux. J'aurais pu démarrer cette discussion, qui, j'espère, ne deviendra pas un soliloque Hehe, avec Frescobaldi, Alessandro Scarlatti ou encore J. S. Bach, ce qui aurait été une ouverture logique et peut-être plus sensée (?) sur un forum consacré à la musique classique, mais le Marquis de Sade de Lalo Schifrin me trottait dans la tête depuis un moment: un jazz qui invite les vertus du Baroque en son sein m'apparut de plus en plus comme une entrée idéale en la matière. Deux époques se trouvent ainsi réunies dans une même structure musicale, celle d'un compositeur du vingtième siècle qui a voulu s'amuser un peu des murs et des compartimentations par un délicieux mélange des genres. Le clavecin n'intervient pas dans tous les morceaux, trois ou quatre sur les dix proposés. Je ne danserai donc pas au rythme d'un menuet mais au rythme d'un swing ou d'une bossa. C'est Lalo Schifrin lui-même qui abandonne provisoirement le piano et assume les parties de clavecin. Le ton est donné.


Dernière édition par Icare le Ven 21 Juil - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 470
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Jeu 20 Juil - 19:18

Eh bien pour continuer sur ce fil si bien commencé, voici l'une des mes œuvres pour clavecin préférées, de l'un de mes compositeurs préférés, Francis Poulenc. Il s'agit de son fameux Concert champêtre pour clavecin et orchestre. Enjoy !  

https://www.youtube.com/watch?v=RksaKRVlgBw
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Jeu 20 Juil - 20:05

Kristian a écrit:
Eh bien pour continuer sur ce fil si bien commencé, voici l'une des mes œuvres pour clavecin préférées, de l'un de mes compositeurs préférés, Francis Poulenc. Il s'agit de son fameux Concert champêtre pour clavecin et orchestre. Enjoy !  

https://www.youtube.com/watch?v=RksaKRVlgBw

Excellente idée, d'autant plus que j'y reviendrai prochainement puisque je connais cette oeuvre de Francis Poulenc, la détient dans une interprétation assurée également par Aimée Van de Wiele et l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, mais sous la direction de Georges Prêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 470
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Jeu 20 Juil - 21:19

Je l'ai également, et c'est justement celle que j'ai postée !
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3472
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Jeu 20 Juil - 21:48

Fantastique Lalo qui ose ce mélange insolite d'instruments, j'adore ça Pas sûre de reconnaître tous les instruments qui accompagnent le clavecin ? un saxo ?, une contrebasse ? ... ?

Poulenc également surprenant, je ne le connaissais pas...

Étonnant d'entendre le clavecin dans des pièces contemporaines, ça me plaît beaucoup, encore une découverte à inscrire dans mon petit carnet

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Jeu 20 Juil - 21:59

Kristian a écrit:
Je l'ai également, et c'est justement celle que j'ai postée !

Sauf que dans la vidéo que tu as postée le chef d'orchestre crédité est Pierre Derveaux. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Frescobaldi   Jeu 20 Juil - 23:40

laudec a écrit:
Fantastique Lalo qui ose ce mélange insolite d'instruments, j'adore ça  Pas sûre de reconnaître tous les instruments qui  accompagnent le clavecin ? un saxo ?, une contrebasse ?  ... ?

Le morceau que j'ai posté commence sur la contrebasse, ensuite, autour du clavecin, il y a une batterie, une guitare électrique, des cordes. Sur d'autres morceaux, le piano remplace le clavecin, il peut y avoir un tuba, une trompette, des flûtes, un violoncelle et même parfois une voix soprane, etc...

Comme la musique de Lalo Schifrin le prédisposait, j'ai fait un bond dans le temps, suis remonté entre 1615 et 1627 avec les pièces pour clavecin de Girolamo Frescobaldi (1583-1643): Primo libro di Toccate e Partite d'Involatura di Cimbalo, 1615 et Secondo libro di Toccate, 1627, par Laurent Stewart. Le tout représente guère plus d'une heure de musique et ce qui me plait d'emblée, c'est cette ambiance particulière dans laquelle le clavecin m'enveloppe. C'est assez étonnant. Il est dit de la part d'Adélaïde de Place que "De forme emblématique et l'une des plus personnelles de Girolamo Frescobaldi, la toccata, pièce exclusivement instrumentale, répond à un style libre qui paraît relever de l'improvisation tout en étant parfaitement organisée. Le compositeur y laisse aller sa puissante fantaisie créatrice et son invention harmonique, à travers un langage oscillant entre le modal et le tonal. Dans ses conseils au lecteur (Al lettore), après avoir précisé que ses toccatas n'étaient pas que des morceaux de virtuosité, il conseille de jouer leur début adagio et en arpégeant, ainsi que les passages renfermant des suspensions ou des dissonances..." Frescobaldi est un compositeur que je connaissais de nom depuis longtemps, or c'est très tardivement que j'ai commencé à m'intéresser à son oeuvre. J'avais alors commencé par ces pièces pour clavecin jouées par Laurent Stewart et je ne regrette pas, les apprécie de plus en plus.

L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=mVENq7tlxBU


Dernière édition par Icare le Ven 21 Juil - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 470
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Ven 21 Juil - 1:33

Icare a écrit:
Kristian a écrit:
Je l'ai également, et c'est justement celle que j'ai postée !

Sauf que dans la vidéo que tu as postée le chef d'orchestre crédité est Pierre Derveaux. Very Happy

Mea culpa... Je me couvre la tête de cendres en me prosternant à tes pieds et en implorant ton auguste pardon...


Dernière édition par Kristian le Ven 21 Juil - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Goeyvaerts   Ven 21 Juil - 9:28



La Litanie 5 de Karel Goeyvaerts a été réalisée en 1982 pour clavecin et bande sonore. Elle peut être aussi interprétée par plusieurs clavecins. Je ne saurais dire combien au total. Le compositeur ne le précise apparemment pas. Cette oeuvre un peu particulière répond à une demande de l'Etat français. La version en ma possession, qui est peut-être à l'heure actuelle la seule qui existe, est interprétée par Christine Wauters. J'ai cherché quelques renseignements la concernant mais n'ai rien trouvé. La Litanie 5 débute sur un thème particulièrement enjoué et répétitif par lequel le clavecin sautille et communique de la bonne humeur, de la joie, du bonheur. C'est un instant souvent inattendu dans l'univers de la musique contemporaine qui s'étale sur une petite minute seulement au début de l'oeuvre et sur une durée quasi-identique à la fin de celle-ci. J'avoue avoir immédiatement apprécié cette fantaisie, cette légèreté de ton, pas si fréquent dans la création contemporaine. Toutefois, ce motif particulièrement espiègle semble hanter toute la partition et j'ai pu capter ci et là ce qui peut s'apparenter soit à une esquisse, soit à une allusion plus ou moins vague. J'ai également apprécié toutes les possibilités sonores du clavecin même si, à différents endroits, j'avais la forte impression d'en entendre plusieurs. C'est sans doute dans ces moments précis de la Litanie qu'intervient la bande sonore avec ces pages de clavecin pré-enregistrées et superposées. Donc, là encore, même si c'est dans un style très différent de celui de Girolamo Frescobaldi, j'ai adoré me laisser envelopper par la chaude ambiance sonore que procure cet instrument.
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 470
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Ven 21 Juil - 10:18

Il est étonnant de constater combien les contemporains ont utilisé l'instrument pourtant ancien qu'est le clavecin ! Témoin, ce formidable concerto de De Falla pour clavecin, flute, hautbois, clarinette, violon et violoncelle.

Ô, vous, les musicologues du forum, allez donc fouller dans vos archives pour voir si ce magistral concerto n'aurait pas par hasard un rapport avec la sonate pour à peu près les mêmes instruments prévue par Debussy, mais que notre Maître français n'a pas eu le temps de réaliser. Car Debussy a été le tout premier à accueillir De Falla à bras ouverts lors de son exil en France. Ce dernier n'aurait-il pas voulu lui rendre hommage ?

https://www.youtube.com/watch?v=5dul1jQX1RY
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16726
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Ven 21 Juil - 10:51

Kristian a écrit:
Il est étonnant de constater combien les contemporains ont utilisé l'instrument pourtant ancien qu'est le clavecin ! Témoin, ce formidable concerto de De Falla pour clavecin, flute, hautbois, clarinette, violon et violoncelle.

Ô, vous, les musicologues du forum, allez donc fouller dans vos archives pour voir si ce magistral concerto n'aurait pas par hasard un rapport avec la sonate pour à peu près les mêmes instruments prévue par Debussy, mais que notre Maître français n'a pas eu le temps de réaliser. Car Debussy a été le tout premier à accueillir De Falla à bras ouverts lors de son exil en France. Ce dernier n'aurait-il pas voulu lui rendre hommage ?

https://www.youtube.com/watch?v=5dul1jQX1RY


Personnellement je n'aime pas ce concerto de Manuel de Falla, que je trouve trop "abstrait", c'est presque du contemporain, en somme digne d'Icare  Laughing

Pourtant dans l'ensemble j'aime bien ce compositeur, mais bon...

Pour répondre à ta question, Falla a composé un "hommage pour le tombeau de Claude Debussy" en 1920 dans un cycle d'hommages à Debussy demandé par la Revue Musicale, où l'on retrouve d'éminents compositeurs tels que Paul Dukas, Florent Schmitt, Ravel ou Stravinsky. Elle est composée pour guitare seule, puis ensuite Falla l'a orchestrée pour l'inclure dans sa suite "Homenajes" de 1939.
Apparemment il n'y a pas de rapport entre le concerto et un autre hommage à Debussy. Rappelons que Debussy avait prévu un cycle de 6 sonates dont seules les 3 premières ont été composées (celles pour violoncelle et piano, celle pour flûte, alto et harpe et celle pour violon et piano). Les trois autres étaient prévues pour hautbois, cor et clavecin, pour trompette, clarinette, basson et piano, et celle dite "en forme de concert pour plusieurs instruments" ; elle devait réunir tous les instruments des cinq premières sonates plus la contrebasse.

En attendant, voici pour faire plaisir à notre ami Icare, une oeuvre contemporaine, les "Chiffres de clavecin " de Maurice Ohana, pour clavecin et orchestre.


https://www.youtube.com/watch?v=L452E82IzLo



Ohana devait apprécier le clavecin car on lui doit aussi ces "carillons pour les heures du jour et de la nuit" (1960), mais aussi "Deux pièces (Wamba et Conga)" de 1983, une sarabande pour clavecin et orchestre...

https://www.youtube.com/watch?v=_WqlpRzM2-A


Dernière édition par joachim le Ven 21 Juil - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 470
Age : 75
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Ven 21 Juil - 11:08

joachim a écrit:
Pour répondre à ta question, Falla a composé un "hommage pour le tombeau de Claude Debussy" en 1920 dans un cycle d'hommages à Debussy demandé par la Revue Musicale, où l'on retrouve d'éminents compositeurs tels que Paul Dukas, Florent Schmitt, Ravel ou Stravinsky. Elle est composée pour guitare seule, puis ensuite Falla l'a orchestrée pour l'inclure dans sa suite "Homenajes" de 1939.
Apparemment il n'y a pas de rapport entre le concerto et un autre hommage à Debussy. Rappelons que Debussy avait prévu un cycle de 6 sonates dont seules les 3 premières ont été composées (celles pour violoncelle et piano, celle pour flûte, alto et harpe et celle pour violon et piano). Les trois autres étaient prévues pour hautbois, cor et clavecin, pour trompette, clarinette, basson et piano, et celle dite "en forme de concert pour plusieurs instruments".

Merci, Joachim, je savais que je pouvais compter sur toi pour retrouver ces précisions. Mains

joachim a écrit:
Personnellement je n'aime pas ce concerto de Manuel de Falla, que je trouve trop "abstrait", c'est presque du contemporain, en somme digne d'Icare  Laughing

Ça, je m'en doutais bien, je te connais un peu, maintenant...  J'ai longtemps été du même avis que toi. Néanmoins, grand amateur et admirateur des autres œuvres du Maître espagnol (ô, divine Vida Breve !   ), je me suis dit que le concerto pour clavecin ne pouvait pas être entièrement mauvais, et je l'ai écouté et réécouté... au point que je l'aime, maintenant ! En effet, tu as raison, d'un certain point de vue, on peut le percevoir comme abstrait. Mais avec le temps, ce qui était pour moi un reproche au début est devenu une qualité.

Mais sachant combien j'ai été moi-même réticent pendant très longtemps, je ne chercherai pas à te convaincre...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Ven 21 Juil - 19:06

Kristian a écrit:
Il est étonnant de constater combien les contemporains ont utilisé l'instrument pourtant ancien qu'est le clavecin !

Etant moi-même un amateur éclairé de la musique savante du vingtième siècle et vouant, en même temps, une fascination pour le clavecin ainsi que pour d'autres instruments anciens, je ne trouve guère étonnant que beaucoup de compositeurs contemporains partagent aussi cet intérêt. A savoir aussi que le clavecin n'apparaît pas uniquement dans le domaine de la musique dite savante, il fut également prisé dans le domaine de la musique de film, du jazz et du courant "Easy Listening" qui sévissait dans les années 60/70 avec des musiciens tels que Les Baxter aux Etats-Unis ou encore Peter Thomas côté allemand. Le clavecin a visiblement une sonorité qui fascine...

Je connais bien le Concerto pour clavecin de Manuel de Falla et Chiffres de Clavecin de Maurice Ohana qui sont biensûr prévus dans mon programme d'écoutes. Contrairement à ce que l'on pourrait croire en connaissance de mes goûts et de mes prédispositions pour une musique plus abstraite, je n'ai pas été immédiatement séduit par le concerto de Manuel de Falla. Lors des deux premières écoutes, je suis resté dubitatif. Comme quoi rien n'est jamais acquis comme une évidence pour personne. Je n'ai pas détesté, disons que j'aimais bien mais sans plus. Ca s'écoutait, quoi, pas davantage...Depuis, mon appréciation de ce concerto s'est nettement améliorée. Ce n'est pas le caractère abstrait qui avait freiné mon enthousiasme ou alors l'avais-je interprété comme une forme de froideur.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Ven 21 Juil - 21:07


Je n'aurais pu contourner le Concerto pour 4 clavecins et orchestre en la mineur BWV 1065 et le Concerto pour clavecin sans accompagnement en fa majeur BWV 978 que je viens de réécouter dans la même interprétation que celle présentée ci-dessous:

https://www.youtube.com/watch?v=f3iXUAZPXW0
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Yanov-Yanovsky   Ven 21 Juil - 22:27

En 2003, Hervé Désarbre, directeur artistique des Editions "Le Chant du Monde, a suggéré à Dimitri Yanov-Yanovsky d'écrire un concerto qui pourrait être joué sur n'importe quel clavier. Après mûre réflexion, le compositeur a souhaité, plutôt que d'écrire un concerto unique et universel pour tout clavier, de créer au contraitre trois concertos distincts dont les parties solistes seraient différentes - orgue/piano/clavecin - mais la partie orchestrale identique. Cette idée en tête, Yanov-Yanovsky a donc écrit une partition qui permettait aux solistes une flexibilité d'interprétation maximale en relation avec la matière orchestrale, comme si trois personnages de personnalité très différente entraient tour à tour dans une même pièce. C'est pour cette raison qu'en général j'écoute les trois concertos l'un à la suite de l'autre, jamais séparément. Ce soir, en phase avec mon cycle, je n'ai écouté que celui pour clavecin et orchestre à cordes d'une durée de 18 minutes environ, interprété par Céline Frisch, l'Ensemble Musiques Nouvelles, sous la direction de Jean-Paul Dessy. De caractère dramatique et assez tendu, je voue une préférence à l'épilogue du concerto, lorsque les cordes se crispent dans les aigus avant de s'éclipser définivement sous la marche déterminée du clavecin qui aura le dernier mot.


Dernière édition par Icare le Dim 23 Juil - 12:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Breuker   Ven 21 Juil - 22:47

C'est tout un monde sonore qui sépare un compositeur comme Iannis Xenakis d'un compositeur comme Willem Breuker. C'est donc toujours étonnant de les trouver réunis sur un même cd, chose qui ne doit pas arriver très souvent. le concerto pour clavecin et orchestre de chambre intitulé Waakvlam-Pilot Light de Willem Breuker me frappe toujours par son côté "foutraque", son côté un peu bordélique et décousu. Je ne sais pas si c'est dans l'absolu une qualité ou une caractéristique de son style, n'ayant pas une connaissance suffisante de cette partie de son oeuvre. Je connais surtout le musicien de jazz et le grand admirateur d'Ennio Morricone qu'il fut. D'ailleurs, il ne peut s'empêcher dans son concerto de faire référence au thème principal du film-culte d'Elio Petri; Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon. C'est amusant mais non transcendé. Globalement, dans Waakvlam-Pilot Light, il y a bien des petits passages ci et là qui me le rendent attachant, en même temps, je pêche volontiers par indulgence sur ce coup-là, un plaisir coupable diront certains... Néanmoins, interprété par l'une des plus grandes représentantes du clavecin, Elisabeth Chojnacka, le "Xenakis Ensemble", sous la direction de Diego Masson.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Piccioni   Sam 22 Juil - 10:00

Pour l'anecdote, lorsque j'organise un cycle autour d'un thème, comme par exemple le clavecin, il ne faut pas croire que j'ai tout programmé à l'avance, sais exactement ce que je vais écouter avec une pile de cd toute prête à côté de moi. Non. En vérité, c'est ce que je faisais avant: je notais d'abord sur une feuille tous les cd que j'avais envie d'écouter ou de réécouter à partir du moment où leur contenu correspondait au thème que je m'étais fixé. Certains de mes amis voyaient d'ailleurs dans ce procédé une contrainte, mais, dans mon esprit, ce n'était pas du tout le cas. J'y voyais et y vois toujours une approche ludique de la musique, pouvant de toute manière arrêter chaque cycle quand je le souhaitais, dès que j'avais envie de parcourir d'autres horizons.

Depuis un certain temps, je procède différemment et ne programme plus à l'avance les cd que je vais écouter. Je fais davantage appel au désir du moment mais surtout à ma mémoire. Biensûr, concernant le clavecin puisque c'est ce qui nous intéresse ici, je sais que je vais écouter les Variations Goldberg de J. S. Bach par Scott Ross ou encore les Toccatas d'Alessandro Scarlatti par Rinaldo Alessandrini, parce que ce sont des disques entièrement consacrés à cet instrument et donc inscrits dans mon esprit comme des incontournables du genre. En revanche, il y a des oeuvres musicales auxquelles je ne pense pas d'emblée. Je fais donc fonctionner davantage ma mémoire. J'ai une "cédéthèque" assez conséquente, allant de toutes les périodes  classiques d'hier à aujourd'hui en passant par le jazz et la musique de film, mais aussi d'autres choses inclassables. Et au milieu de tout ça, il y a un clavecin totalement décomplexé qui se balade aisément d'un genre à l'autre.

Ce matin, ma mémoire a fait tilt! Elle s'est arrêtée sur l'une des plus belles perfomances du compositeur italien Piero Piccioni pour le cinéma; C'era una volta - More than a miracle, film de Francesco Rosi avec Sophia Loren et Omar Sharif. J'ai toujours adoré la musique que Piero Piccioni composa pour ce film, film que je n'ai toujours pas vu, du reste...Il y a très longtemps que je la connais et un bail que je ne l'ai pas réécoutée. Cependant, dans mon esprit, cette musique d'un genre très lyrique, et même d'un lyrisme très italien, a toujours été associée au clavecin. Paradoxalement, on ne peut pas dire que le clavecin y joue un rôle prépondérant, qu'il y est omniprésent. Il n'y est même pas crédité comme soliste alors que la flûte, interprêtée par Severino Gazzelloni y est mentionnée. Il intervient quand même sur le thème principal, mais en arrière-plan, sur la partie rythmique du morceau, combiné aux sonorités des guitares. Il intervient surtout dans les parties de la partition qui me séduisent le plus, leur apportant une couleur indéniable, une personnalité que le clavecin sait insuffler. Dans cette B.O., le clavecin m'a toujours marqué alors qu'il n'y joue aucun rôle de soliste.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Rameau   Sam 22 Juil - 12:04

Pour en savoir plus sur le clavecin, lire ceci & ceci

L'instant musical pour se reposer de la lecture:

https://www.youtube.com/watch?v=_Hw9wCPMfmI


Dernière édition par Icare le Dim 23 Juil - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Godar   Sam 22 Juil - 18:10

Cette pièce de Rameau, postée ci-dessus me renverse. Je pourrais l'écouter en boucle sans me lasser. Cependant, j'ai décidé de ne pas trop m'attarder dans cette période puisque je sais que j'aurai plusieurs occasions d'y revenir. J'ai décidé de faire un grand écart pour me retrouver au vingtième siècle avec deux compositions de Vladimir Godar. Il y a d'abord son Concerto Grosso pour 12 cordes et clavecin qui fait très nettement référence, dans l'approche et le style, au premier concerto grosso d'Alfred Schnittke sur lequel je reviendrai ici, étant donné qu'il offre un rôle important au clavecin. C'est particulièrement flagrant dans le second mouvement lorsqu'il emprunte un langage baroque dans une architecture et une construction très schnittkienne. Véritable hommage au compositeur russe? Sans aucun doute. Peut-être aussi la volonté de suivre ses traces (ou ses obsessions artistiques). Le second opus est sa Partita pour 54 cordes, clavecin, percussions et cloches tubulaires. Dans le "Concerto Grosso", les cordes ont un rôle dominant. Le clavecin se fait alors remarquer dans le second et le troisième mouvements. Dans le second, il intervient dans les "parties baroques", sortes de manifestations archaïques au sein d'une structure contemporaine et fortement dramatique. Biensûr, les cordes, temporairement "barocisées", se crisperont à nouveau dans cette tension dissonante très schnittkienne que j'évoquais quelques phrases plus haut. Dans le troisième mouvement, beaucoup plus lent et moins tranchant, le clavecin joue un rôle tout aussi restreint mais décisif dans la couleur qu'il apporte au concerto. En définitive, je ferais la même observation que sur la musique de film de Piero Piccioni, C'era una volta: le clavecin n'y est pas omniprésent mais sa précence, certes mesurée, fait que lorsque je pense à cette oeuvre, je pense automatiquement au clavecin. Dans la Partita, le clavecin a vraiment un rôle secondaire très limité même si c'est l'instrument des dernières mesures. C'est pour cette raison que je ne vais pas m'étaler dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Scarlatti   Dim 23 Juil - 6:53

Mon premier cd d'oeuvres pour clavecin non accompagné fut Toccate per Cembalo d'Alessandro Scarlatti par Rinaldo Alessandrini sur le clavecin Franciscus Debonis, Roma 1678. Ce fut à l'époque de la sortie de l'album, courant 1992. J'avais déjà tenté le clavecin seul à l'ère du 33 tours et de la cassette-audio avec des oeuvres de J. S. Bach, pas forcément les plus connues. Ce jour-là, j'avais envie de revivre l'aventure avec un compositeur que je ne connaissais pas encore, tout juste de nom. C'est une musique très passionnée qui sonna à mon oreille. Là encore, je fus submergé par cette ambiance sonore très hospitalière du clavecin. Dans un premier temps, j'avais quand même été freiné sur la durée. L'album dépasse à peine les 73 minutes et j'avoue avoir ressenti un peu de lassitude, si bien que, depuis, je l'écoute toujours en deux fois, jamais d'un seul trait. Au final, c'est beaucoup mieux. Néanmoins, et cela depuis la première écoute, la longue Toccata per cembalo d'ottava stesa. Napoli 1723 de 19'28" qui ouvre le cd m'a toujours impressionné. J'ai toujours été ébloui par le caractère passionné et jaillissant de ce morceau, un chef-d'oeuvre à lui seul. Ce n'est pourtant pas l'extrait que j'ai choisi d'éditer ici:

https://www.youtube.com/watch?v=SA0viFTN1zU
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Poulenc   Dim 23 Juil - 12:10

Le Concert Champêtre, en ré majeur, pour clavecin et orchestre de Francis Poulenc a déjà été évoqué sur ce fil. Un lien d'écoute a même été posté si jamais quelqu'un qui ne le connaît pas aurait envie de l'écouter. C'est un concerto que je connais depuis longtemps, l'une des premières oeuvres que je découvris du compositeur français, juste après une délicieuse musique de chambre avec hautbois et flûte. Le Concert Champêtre se divise en trois mouvements - Allegro molto/Andante/Finale (Presto très gai) - pour une durée qui environne les 25 minutes. Il est interprété par Aimée van de Wiele, l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, sous la direction de Georges Prêtre. Je ne pense pas qu'il existe beaucoup d'autres interprétations de ce concerto de Poulenc ou alors elles n'ont pas été éditées sur disque. J'avoue que la première fois que je l'ai écouté, comme avec celui de Manuel de Falla, je n'avais pas été particulièrement enchanté. Pas forcément pour les mêmes raisons. La musique de Poulenc est plutôt directe et enjouée, du moins dans les premier et troisième mouvements. L'attachement ne fut pourtant pas immédiat, plus progressif, comme avec le concerto pour clavecin de De Falla. Chose amusante, à deux reprises, dans l'"Allegro molto", j'ai eu l'impression que la Petite musique de Nuit de Mozart allait apparaître.


Dernière édition par Icare le Dim 23 Juil - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Françaix   Dim 23 Juil - 12:24


Le Concerto pour clavecin et ensemble instrumental (1959), en cinq mouvements et interprété au clavecin par le compositeur lui-même, le "Rundfunk-Sinfonie-Orchester Saarbrücken", sous la direction d'Emile Naoumoff, est l'oeuvre par laquelle j'ai découvert Jean Françaix. Il s'agit là d'un grand coup de coeur qui ne s'est jamais démenti depuis. Le plaisir fut immédiat, frappé par la belle inspiration thèmatique qui illumine chacun des cinq mouvements. Frappé aussi par un caractère ludique irrésistible et une combinaison heureuse entre le clavecin et la flûte. Jean Françaix nous dit du clavecin qu'il est aristocratique...<<Curieuse destinée que celle du clavecin. Après avoir longtemps règné, on lui préférera le pianoforte dont la mise au point fut pourtant laborieuse. Après une longue éclipse, on redécouvre son charme et sa personnalité irremplaçable. Je me suis attaché dans mon "Concerto" à exprimer tous les sentiments qu'il peut rendre: le babil, la mélancolie ou l'ironie.>> Pari réussi! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6652
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   Dim 23 Juil - 15:27

J'ai ce très bel enregistrement d'Alessandrini...Une belle occasion pour le réécouter Wink

Ma fascination pour le clavecin a très légèrement évolué...Je me souviens qu'elle a démarré très fort peu de temps après mon ouverture à la musique classique...J'étais vraiment fasciné par cet instrument qu'il soit dans un orchestre, en concerto ou soliste, à tel point que mon premier bouquin sur la musique (hormis les bouquins de classe "Solfège" et "histoire de la musique", assez sommaires) était une biographie de François Couperin par Pierre Citron ,dans la collection Microsome Solfège du Seuil , grâce au clavecin dont Couperin était pour moi à l'époque un des plus grands compositeurs...(Il a surtout laissé une oeuvre importante de pièces de clavecin par rapport à ses autres compositions).
Je me souviens de ma découverte quelques années plus tard, où je pouvais m'acheter de temps en temps un vinyle, j'ai pu me payer l'intégrale des concertos pour clavecin de Bach , surtout grâce à une édition très "bon marché " pour l'époque, "Musidisc" , et une belle interprétation dirigée par Roland Douatte , avec comme claveciniste principal Ruggiero Gerlin (un grand nom du clavecin à cette époque)...(7 concertos pour 1 clavecin, 3 ctos pour 2 clavecins, 2 ctos pour 3 clavecins et 1 ctos pour 4 clavecins qui est la transcription du cto pour 4 violons de Vivaldi)...
Ces concertos n'ont pas eu une mince influence sur ma découverte et mon immense relation avec la musique de JS Bach!!

A cette époque de ma jeunesse, je n'appréciais pas trop le piano, surtout seul; alors je n' étais jamais tenté par l'écoute de la musique de Bach ou autre jouée au piano à la place du clavecin...Mais petit à petit le piano seul s'est imposé aussi dans mes goûts musicaux et entre autre dans la musique baroque et donc de JS Bach...à tel point que je suis incapable de dire si dans les oeuvres de Bach , par exemple, je me demande si je préfère le clavecin ou le piano!!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11551
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Loussier   Dim 23 Juil - 16:02

Merci pour ton témoignage, Jean. Couperin & Rameau sont dans ma ligne de mire pour les prochains mois, au plus tard l'année 2018, car je ne connais que trop peu encore. Ce sera l'occasion pour moi de revenir au monde merveilleux du clavecin.

A bien y réfléchir, il me semble de plus en plus évident que ma première rencontre avec le clavecin date de l'adolescence, lorsque je suivais les aventures de Vidocq à la télévision. J'étais déjà fort sensible à la vitalité du générique-début de Jacques Loussier. Je ne suis pas sûr de m'être, à l'époque, soucié de l'identité de l'instrument principal, profitant juste du caractère incisif qu'il insufflait à la série.

https://www.youtube.com/watch?v=pc-F7O5UtL8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le clavecin dans tous ses états   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le clavecin dans tous ses états
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: