Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La cour des ducs de Gonzagues à Mantoue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5927
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: La cour des ducs de Gonzagues à Mantoue   Mer 12 Juil - 16:49



Dès le début de la profession, en tout cas jusqu'aux premières années du 19ème siècle, un musicien n'a de chance de survie qu'à la cour d'un prince ou au service d'un évêque.  Monteverdi, Bach ou Mozart ont dû montrer la même détermination, le même courage,  bien souvent, pour se trouver un bon employeur.  Et encore, pour qui connaît la biographie de ces génies, on sait leur difficulté de se trouver un patron suffisamment éclairé pour faire valoir leurs qualités comme il se devait.

La cour des Gonzague, grande famille princière attachée à la cité de Mantoue, est une famille amoureuse des arts, prête à dépenser des fortunes pour laisser exploser à son bénéfice l'imagination des meilleurs peintres, celle des architectes les plus hardis, des compositeurs les plus novateurs, des poètes les plus universels.  Tous – Gastoldi, Rubens et le Tasse sont du nombre – collaborent librement, dans une atmosphère éminemment propice à la création inspirée.  Les Gonzague forment assurément une famille qui sait vivre sans compter et conjuguer habillement passion du beau, sens du commerce, ivresse des plaisirs terrestres et dévotion sincère.
Dire que le duc Vincent  aime la musique est une faible évocation de la réalité.  Son père, Guillaume Gonzague avait déjà dépêché le grand Giaches de Wert  qui restera longtemps le compositeur principal de la cour.  En 1590, le duc engage Claudio Monteverdi comme violoniste et chanteur pour le service musical profane et pour les prestations de musique sacrée à la chapelle ducale de Santa Barbara. Le compositeur rencontre à Mantoue, deux musiciens Salomone Rossi et Ludovico Grossi da Viadana.  
L'histoire de la musique a surtout retenu ce dernier nom en rapport avec les premiers essais de basse chiffrée , cette manière révolutionnaire de concevoir la musique, cette rupture avec la musique renaissance.  Discret et dévot, Viadana est sans rapport direct avec la cour : il officie comme maître de chapelle de la cathédrale San Pietro.  Monteverdi et lui se rencontrent et, même si les premiers opus en basse chiffrée de Viadana ne datent que de 1602, bien après l'arrivée de Monteverdi à Mantoue, les deux musiciens ne manquent pas d'échanger sur l'art de la composition.
Salomone Rossi, par contre, est un tout autre personnage.  Membre d'une grande famille juive appréciée de la ville, Rossi est connu comme l'auteur d'un très curieux essai de conjugaison de la cantillation religieuse juive avec l'esprit de la musique moderne italienne.  Esprit ouvert et moderne, il avait été engagé comme violoniste par le Duc Vincent et est donc amené à travaillé quotidiennement avec Monteverdi, ce qui explique sans doute en partie le constat analytique à la lecture de ses œuvres instrumentales : il adapte à l'instrument la technique d'écriture vocale de son collègue.  On est bien dans un contexte de communication d'idées entre musiciens, comme entre artistes de domaines différents : le duc Vincent devait en être comblé !

Extrait du livret "Un bal à Mantoue", Festival musical de Namur 2017.
Marc Maréchal, musicologue et directeur de l'académie de musique d'Eghezée.

Le duc Vincent de Gonzague
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5927
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La cour des ducs de Gonzagues à Mantoue   Mer 12 Juil - 17:01

Un CD du très talentueux ensemble Clématis et du ténor Zachary Wilder



Alors que Monteverdi a sans conteste dominé et influencé toute la production de musique vocale sacrée et profane de son temps, on reste sur sa faim en ce qui concerne la musique instrumentale, qui occupe une place bien maigre dans le catalogue de ses œuvres. Pourtant, à de très nombreuses occasions, il a inséré de la musique instrumentale dans ses œuvres vocales, dès lors qu’une partie instrumentale était nécessaire pour un accompagnement, ou plus particulièrement pour des ballets et des ritournelles. Il est incontestable que l’une des grandes originalités de la partition de l’Orfeo, par exemple, est la quantité et la qualité de musique instrumentale dont le rôle est loin d’être accessoire, mais au contraire intimement associé à la construction de l’ouvrage, qu’il s’agisse de la Toccata d’ouverture, des balletti et surtout des ritornelli et sinfonie qui sont toutes conçues avec une véritable fonction dramatique ; ainsi que quelques airs avec accompagnement instrumental noté, là où les autres moments vocaux n’ont droit qu’à un continuo, même si les exécutants de l’époque devaient sans doute improviser des petits échanges aux violons etc.). L’année suivant son Orfeo, dont cet album propose donc un large florilège des grands moments instrumentaux ainsi que quelques airs accompagnés d’instruments, c’est à un tout autre spectacle que Monteverdi convie son mécène le duc de Mantoue : le ballet Il Ballo delle Ingrate, également proposé par l’ensemble Clematis. En guise de parallèle, il nous est également offert nombre de pièces instrumentales et vocales de Salomone Rossi, contemporain et collègue de Monteverdi à la cour de Mantoue. A l’auditeur de se faire sa propre conception de la différence entre l’un et l’autre ; on entendra même quelques autres pièces contemporaines de Biagio Marini, Gasparo Zanetti et Giuseppino del Bialo, pour un concert « complet » de ce qui se pouvait alors entendre à Mantoue jusqu’à ce que les grandes épidémies de peste aux alentours de 1630, sans oublier l’épouvantable Guerre de Trente Ans, ne viennent obscurcir toute l’Italie du Nord – ainsi qu’une bonne partie de l’Europe, d’ailleurs. © SM/Qobuz
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
 
La cour des ducs de Gonzagues à Mantoue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les hauts lieux de la musique classique-
Sauter vers: