Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Peinture - Pierre-Paul RUBENS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5792
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Lun 26 Juin - 13:16

Pierre-Paul RUBENS est un très célèbre peintre anversois, né près de Cologne en 1577 et décédé à Anvers en 1640.  

Autoportraits en 1615 et 1623 :


Il naît en Allemagne où son père, Jan Rubens, avocat et échevin d'Anvers, s'est réfugié après avoir été accusé de sympathie calviniste pendant la révolte des gueux (la Belgique est sous la tutelle des Pays-Bas protestants) ; sa mère, Maria Pypelinck était la fille d'un riche marchand de tapisserie.
Il arrive à Anvers alors qu'il a douze ans, après la mort de son père.
Initié à la peinture par Veraecht, Van Noort et Venius, il est inscrit comme maître de la corporation des artistes d'Anvers en 1598 ; à même époque, il passe maître de la guilde Saint Luc.
Deux ans plus tard, il se rend en Italie pour se perfectionner, étudiant des sculptures de l'Antiquité et les œuvres d'artistes renommés de la renaissance comme Michel-Ange, Raphaël et Titien, et est particulièrement sensible à l'art baroque du Caravage.
Rubens revient à Anvers en 1609 et devient peintre de l'archiduc Albert, gouverneur des Pays-Bas.  
Au fur et à mesure que les commandes arrivent, le peintre est poussé à créer un véritable atelier.  Marié à Isabelle Brant, il s'installe en 1610 dans une maison abritant un vaste atelier.  Il va rapidement acquérir une brillante position sociale, obtenant de multiples commandes.

la Maison de Rubens, aujourd'hui devenue musée  

Travaillant avec plusieurs assistants dont Antoine Van Dyck, il réalisera dans les dix années suivantes un nombre considérable de tableaux à caractère religieux ou mythologique ainsi que divers portraits.
Flamand et cosmopolite, catholique et humaniste, Rubens incarne le génie de la ville.  Diplomate au service des souverains, il unit en peinture les acquisitions de l'italianisme à la tradition flamande.

Les tableaux qu'il réalisera dès l'âge de 40 ans sont plus posés, même si le mouvement et l'émotion occupent toujours un rôle important.  Sa palette, quant à elle, se fait plus claire et plus chaude.
Sa femme étant décédée en 1626, il se remariera plus tard à l'âge de 53 ans, sa nouvelle épouse, Hélène Fourment, n'ayant que 16 ans.

Rubens, sa femme Hélène Fourment et leur fils Frans (v. 1635)  

Entre 1623 et 1633, Rubens jouera régulièrement le rôle de diplomate.  Ainsi, il a contribué au traité de paix conclu entre l'Angleterre et l'Espagne en 1630 … une performance qui lui vaudra d'être nommé au titre de chevalier par le roi d'Angleterre Charles Ier.  A la demande de celui-ci, Rubens réalisera, entre 1629 et 1635, une série de plafonds au Palais de Whitehall à Londres.  Ensuite, il peindra plus de 100 œuvres pour le roi d'Espagne Philippe IV, pour la Torre de la Parada, sont pavillon de chasse près de Madrid.

plafond Whitehall

Durant les dix dernières années e sa vie, Rubens, séjournant le plus souvent dans sa propriété 'Het Steen', près d'Elewijt, se consacrera de plus en plus aux tableaux de genre.  En créant une parfaite harmonie entre éléments mythiques et réalistes, et en optant pour un coloris ensoleillés, il réussira à en faire de ensembles enchanteurs.  Son art se fait de plus en plus lyrique et moins dramatique.

Ses élèves ou collaborateurs portent des noms prestigieux : Jan Bruegel dit Bruegel de Velours et les trois Anversois  Jordaens, Van Dyck et Snyders.  Son influence s'étend à la sculpture représentée par les Quellin et Verbruggen et à l'architecture baroque.

Le 30 mai 1640, le grand maître du baroque flamand meurt des suite d'un crise de goutte.  Rubens est enterré à l'église saint Jacques, mais ses tableaux immortels peuvent toujours être admirés, notamment à la cathédrale Notre Dame.


chapelle funéraire et pierre tombale de Rubens dans l'église St Jacques d'Anvers


sources textes : wikipedia – Guide Michelin – Guide de la cathédrale d'Anvers
sources photos : divers internet
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5792
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Lun 26 Juin - 14:30

L'Erection de la Croix – cathédrale d'Anvers.



La cathédrale d'Anvers possède plusieurs toiles du peintre dont, se faisant pendant dans les transepts gauche et droit : l'Erection de la Croix (1610) et la Descente de Croix (1612).  Ce sont des peintures monumentales où les personnages sont représentés à taille humaine ; c'est de l'art baroque didactique.
Saint Ignace de Loyola, fondateur des Jésuites mais aussi de l'art baroque spirituel , prônait l'entrée dans les Evangiles par les sens.  Les fidèles de l'époque étant peu érudits et ne lisant pas pour la plupart, l'art était devenu une catéchèse à l'instar des enclos paroissiaux de Bretagne ou encore des porches d'église (celui de Notre Dame d'Anvers ressemble beaucoup au porche principal de Notre Dame de Paris).

Rubens  a réalisé cette peinture entre 1609 et 1610 ; elle était destinée à l'église saint Walburge d'Anvers où elle resta jusqu'en 1794 au-dessus du maître-autel ; l'église fut ensuite démolie.  Le triptyque d'abord enlevé par les Français, reviendra à Anvers en 1815 et sera placé à la cathédrale en 1816.

C'est une œuvre colossale : le panneau central fait 460x340 cm , les volets 460x150 cm ; Rubens l'a peinte alors qu'il avait le même âge que le Christ crucifié.

Descriptif
La composition diagonale du panneau central, représentant neuf bourreaux qui, conjuguant leurs forces, dressent la croix où est cloué le Christ à l'aspect pâle, est d'une beauté cruelle.  Thème rarement illustré jusqu'à là par les artistes plastiques, l'érection de la croix est représentée ici par Rubens de manière remarquablement expressive, presque impétueuse.
Le volet de gauche montre Jean et Marie (en haut), accompagnés de femmes pleurantes (en bas), assistant à la scène, déconcertés.
Sur le volet de droite, un officier romain à cheval dirige le supplice.  A l'arrière-plan, deux larrons qui seront exécutés avec le Christ.  L'un se fait déshabiller, alors que l'autre est déjà crucifié.
Sur les revers des volets, quatre saints font allusion à la destination initiale de l'œuvre.  Il s'agit de saint Amand (fondateur de l'église sainte Walburge), saint Eloi (patron des forgerons anversois, dont l'autel se trouvait à l'église sainte Walburge) et sainte Catherine (faisant l'objet d'une vénération particulière dans cette église).
Ce chef d'œuvre plein de drame et de pathétisme frappe par la force tourbillonnante, le dynamisme intense qui s'en dégage.

D'un point de vue religieux  
On est attiré par la lumière qui se dégage du corps du Christ : pour les chrétiens , le Christ est lumière du monde (Jn 8) ; au moment de sa mort, le rideau du Temple se déchirera  et la nuit se fera sur la terre en plein midi.
La mise en croix et la mort du Christ déconcertent ceux qui l'accompagnent : Jésus, nouvel Adam, Messie était attendu depuis des générations comme un sauveur, libérateur du joug romain et voilà qu'il meurt comme un vulgaire criminel.

Une analyse intéressante de l'œuvre : ici

source photo : net
sources commentaires : Guide Michelin – Guide de la Cathédrale d'Anvers – notes personnelles d'après commentaires dans la cathédrale)
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5792
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Lun 26 Juin - 15:29

La Descente de Croix – cathédrale d'Anvers.



Rubens a peint ce triptyque de 1611-1614, à la demande de la Guilde des Arquebusiers afin de décorer leur autel dans la cathédrale.  
Au Moyen-âge, les Guildes et les Corporations possédaient dans les églises de leur ville un autel surmonté d'une peinture en lien avec leur association.
Les Arquebusiers d'Anvers passent commande d'une toile à Rubens peu après qu'il ait terminé son 'Erection de la croix' ; ils voudraient que le sujet en soit saint Christophe, leur parton.  Or à cette époque, la Contre-Réforme ne permettait pas que la vie d'un saint soit l'élément principal d'un tableau.
Rubens doit donc faire preuve d'astuces pour que le souhait du commanditaire soit respecté tout en restant dans l'esprit des prescriptions.
Christophe signifie "celui qui porte le Christ" : Rubens va donc peindre des 'porteurs' du Christ.
Sur le panneau central : huit personnes dont saint Jean (manteau rouge) qui portent le Christ, descendu inanimé de la croix – sur le panneau de gauche : Marie, enceinte de Jésus – sur le panneau de droite : Siméon portant Jésus lors de la présentation au Temple.  

Bien que cette peinture n'ait été réalisée que quelques années après "L'Erection de la croix", elle présente un style différent.  La sérénité est plus intense, l'ordonnance plus claire, la lumière plus douce.  Les postures et mouvements des figures, quant à eux, sont plus posés.
Si l'ensemble présente un aspect plus classique, il n'en reste pas moins que ce triptyque est un exemple type du style baroque, par sa gracieuse grandeur, son caractère monumental (panneau central : 421x311 cm ; volets 421x311 cm), sa composition diagonale et le sens du drame et de la décoration.
Le panneau central  présente huit personnes qui, prudemment, enlèvent le Christ inanimé de la croix.
Les personnages semble s'illuminer, de manière tridimensionnelle, se détachant du fond sombre.  Ensemble ils portent le corps du Christ, allongé dans son linceul blanc – allusion au Corpus Christi et à l'Eucharistie.
Le volet de gauche figure Marie, enceinte, visitant sa cousine Elisabeth, enceinte elle aussi et qui mettra au monde, Jean-Baptiste.  Les deux femmes sont accompagnées de leurs époux, Joseph et Zacharie.
Le volet de droite montre Marie qui vient de passer le petit Jésus au grand prêtre Siméon.  Joseph est agenouillé devant lui, tenant deux pigeons sacrificiels dans les mains.
Le revers des volets fait allusion à la légende médiévale de saint Christophe : s'appuyant sur un bâton, Christophe doit user de toutes ses forces pour porter sur son dos l'Enfant Jésus, qui soudain pèse un poids extraordinaire ; à droite, un ermite muni d'une lampe le guide à travers les ténèbres.

source photo : net
sources commentaires : Guide Michelin – Guide de la Cathédrale d'Anvers – notes personnelles d'après commentaires dans la cathédrale)
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5792
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Lun 26 Juin - 15:37

J'ai vu ces tableaux, cette semaine dans la cathédrale d'Anvers.
La peinture n'est pas l'art que je préfère - sinon peut-être les impressionnistes - mais j'ai vraiment été subjuguée par l'ensemble des peintures se trouvant dans l'édifice.
Quant à ces deux toiles, elles sont idéalement placées dans la cathédrale, de part et d'autre du choeur.
C'est d'abord un emplacement très symbolique dans une église puisque, entre ces peintures de "mort", se trouve l'autel, signe de sacrifice et de résurrection.
Leur situation dans les transepts est idéale quant à la lumière qui provient des vitraux et de la coupole.
Leur taille convient aussi très bien à l'église monumentale à sept nefs !
A visiter sans hésiter !
Qui plus est actuellement se trouvent dans la cathédrale des oeuvres provenant du Musée Royal des Beaux-Arts, fermé pour travaux jusqu'en 2019.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16295
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Lun 26 Juin - 18:59

Très intéressant, Bel Canto, surtout pour moi qui s'y connaît très peu en peinture Kiss
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 302
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Lun 26 Juin - 19:28

Quelle beauté ! On en reste sans voix !
Revenir en haut Aller en bas
benoît

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 53
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Mer 28 Juin - 1:39

Pour moi, la Peinture est un art majeur dont la contemplation égale largement l' écoute musicale, parfois même prépondérante.

Rubens est un de mes peintres préférés du XVIIème siècle avec Vermeer , Rembrandt et Caravage; c' est un maître de la couleur( influencé en cela par les Peintres vénitiens du siècle précédent ) et du mouvement , avec des chairs opulentes ( nus féminins) , un dynamisme exaltant  et une puissance expressive qui forcent l' admiration; très prolifique, il rayonne sur la 1ère moitié de ce siècle; c' est pleinement une peinture baroque; c' est aussi un portraitiste hors pair ( dont lui et sa famille ++) et un paysagiste de grand talent; ses attaches avec notre pays sont principalement représentées par les tableaux de la vie de Marie de Medicis, visibles au Louvre.

Anvers est le lieu majeur pour le découvrir mais tous les grands musées européens ( et au-delà) possèdent de ses oeuvres.

Pour faire contre-poids à ses toiles immenses , religieuses ou mythologiques, voici :
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6510
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   Mer 28 Juin - 8:52

merci à vous deux Bel Canto et Benoît...j'aime beaucoup , c'est magnifique...même si je ne suis pas un "connaisseur pointu"! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peinture - Pierre-Paul RUBENS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peinture - Pierre-Paul RUBENS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Les Arts-
Sauter vers: