Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Claude Debussy (1862-1918)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
laudec

avatar

Nombre de messages : 3435
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Jeu 29 Aoû - 19:40

J'aime beaucoup d’œuvres de Debussy que je trouve très poétiques ( surtout au piano) comme Clair de lune, Arabesques, Nocturnes, Prélude à l'après-midi d'un faune ... pourtant, je n'entre pas du tout dans "Pelléas et Mélisande", alors que j'avais un a-priori favorable, l'aîné de mes petits-fils s'appelant Pelléas Hehe.  Je n'aimais pas du tout la Mer non plus, mais voyant toutes les éloges ici et le réécoutant, je commence à m'y sentir plus à l'aise, peut-être qu'après quelques nouvelles écoutes je pourrai vraiment apprécier, c'est souvent le cas des musiques qui ne me plaisent pas de prime abord.  Je dois dire que d'après le chef d'orchestre, l'interprétation, il y a de grandes différences aussi qui vont faire que j'aime ou parfois pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Ven 30 Aoû - 10:40

Pas encore de catalogue des oeuvres ? Vite, il faut y remédier Wink


Oeuvres, suivant le catalogue chronologique établi par François Lesure ("L") en 1977:


Orchestre

L 27, Intermezzo pour violoncelle et orchestre (1882) aussi piano à 4 mains
L 61, Printemps, suite symphonique (réalisation Henri Büsser d'après la première version avec choeur, 1912)
L 73, Fantaisie pour piano et orchestre (1889–1890)
L 77, Marche écossaise sur un thème populaire " Marche des anciens comtes de Ross", version orchestre (1893)
L 83, 3 Scènes au crépuscule (1892–1893) Esquisses seulement
L 86, Prélude à l'après-midi d'un faune (1894)
L 91, Nocturnes : Nuages - Fêtes - Sirènes (avec choeur de femmes dans Sirènes) (1897–1899)
L 98, Rhapsodie pour saxophone alto et piano ou orchestre (1901–1911)
L 103, Deux Danses pour harpe et orchestre à cordes (1904)
L 107, Le roi Lear, musique de scène : Fanfare - Le sommeil de Lear (1904)
L 109, La Mer, 3 Esquisses symphoniques (1903–1905)
L 116, Première rhapsodie pour clarinette et piano ou orchestre (1909–1910)
L 120, Petite pièce pour clarinette ou piano et orchestre (1910)
L 121, La plus que lente, valse, version orchestre (1912)
L 122, Images : Gigues (1909–1912) - Ibéria (1905–1908) - Rondes de printemps (1905–1900)
L 132, Berceuse héroïque, version orchestre (1915)


Musiques de ballet

L 125, Khamma (1911–1912)
L 126, Jeux (1912–1913)
L 128, La boîte à joujoux (1913)
L 130, Le palais du silence ou NO-JA-LI (1914) Projet seulement esquissé


Musique de chambre

L 3, Trio pour piano, violon, violoncelle et sol majeur (1879)
L 26, Nocturne et Scherzo pour violoncelle et piano (1882)
L 85, Quatuor à cordes en sol mineur (1893), Opus 10
L 96, Musique de scène pour les Chansons de Bilitis, pour récitant, 2 flûtes, 2 harpes et célesta : Chant pastoral, Les comparaisons, Les contes, Chanson, La partie d'osselets, Bilitis, Le tombeau sans nom, Les courtisanes égyptiennes, L'eau pure du bassin, La danseuse aux crotales, Le souvenir de Mnasidica, La pluie du matin
L 103, Danses harpe chromatique et quintette à cordes : Danse sacrée - Danse profane (1904)
L 129, Syrinx, pour flûte seule (1913)
L 135, Sonate pour violoncelle et piano (1915)
L 137, Sonate pour flûte, alto et harpe (1915)
L 140, Sonate pour violon et piano (1916–1917)


Piano seul

L 9, Danse bohémienne (1880)
L 66, Deux arabesques (1888, 1891)
L 67, Mazurka (1890)
L 68, Rêverie (1890)
L 69, Tarantelle styrienne (Danse) (1890)
L 70, Ballade slave (Ballade) (1890)
L 71, Valse romantique (1890)
L 75, Suite bergamasque (1890-1905) : Prélude, Menuet, Clair de Lune, Passepied
L 82, Nocturne (1892)
L 87, 3 Images oubliées (1894) : Lent, mélancolique et doux - Souvenir du Louvre - Quelques aspects de "Nous n'irons plus au bois"
L 95, Pour le piano suite (1894–1901) : Prélude, Sarabande, Toccata
L 99, D'un cahier d'esquisses (1903)
L 100, Estampes (1903) : Pagodes, La soirée dans Grenade, Jardins sous la pluie
L 105, Masques (1904)
L 106, L'isle joyeuse (1904)
L 108, Morceau de concours (Pièce pour piano) (1904)
L 110, Images, livre 1 (1905) : Reflets dans l'eau, Hommage à Rameau, Mouvement
L 111, Images, livre 2 (1907) : Cloches à travers les feuilles, Et la lune descend sur le temple qui fut, Poissons d'or
L 113, Children's Corner (1906–1908): Doctor Gradus ad Parnassum, Jimbo's Lullaby, Serenade for the Doll, The Snow Is Dancing, The Little Shepherd, Golliwogg's Cakewalk
L 114, Le petit Nègre (1909)
L 115, Hommage à Joseph Haydn (1909)
L 117, Préludes, Livre 1 (1909–1910) : Danseuses de Delphes, Voiles, Le vent dans la plaine, Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir, Les collines d'Anacapri, Des pas sur la neige, Ce qu'a vu le vent d'ouest, La fille aux cheveux de lin, La sérénade interrompue, La cathédrale engloutie, La danse de Puck, Minstrels
L 121, La plus que lente (1910)
L 123, Préludes, Livre 2 (1912–1913) : Brouillards, Feuilles mortes, La puerta del Vino, Les fées sont d'exquises danseuses, Bruyères, Général Lavine - eccentric, La terrasse des audiences du clair de lune, Ondine, Hommage à S. Pickwick Esq. P.P.M.P.C., Canope, Les tierces alternées, Feux d'artifice
L 132, Berceuse héroïque (1914)
L 133, Page d'album : pour le vêtement du blessé (1915)
L 136, Études (1915) : Pour les cinq doigts, Pour les tierces, Pour les quartes, Pour les sixtes, Pour les octaves, Pour les huit doigts, Pour les degrés chromatiques, Pour les agréments, Pour les notes répétées, Pour les sonorités opposées, Pour les arpèges composés, Pour les accords
L 138, Elégie (1915)
L 150, Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon (1917)


Piano à 4 mains ou 2 pianos

L 10, Symphonie en si mineur et Andante cantabile pour piano à 4 mains (1880)
L 36, Divertissement pour piano à 4 mains (1882)
L 38, Le triomphe de Bacchus pour piano à 4 mains (1882)
L 50, "Première" Suite pour orchestre (piano à 4 mains) (1885) : Fête, Ballet, Rêve, Bacchanale
L 65, Petite suite pour piano à 4 mains (1886–1889) : En bateau, Cortège, Menuet, Ballet
L 77, Marche écossaise sur un thème populaire pour piano à 4 mains (1891)
L 97, Lindaraja pour 2 pianos (1901)
L 131, Six épigraphes antiques pour piano à 4 mains (1914) : Pour invoquer Pan, dieu du vent d'été, Pour un tombeau sans nom, Pour que la nuit soit propice, Pour la danseuse aux crotales, Pour l'égyptienne, Pour remercier la pluie au matin
L 134, En blanc et noir, pour 2 pianos (1915)


Opéras

L 72, Rodrigue et Chimène opera (1890–1892, inachevé)
L 88, Pelléas et Mélisande opera (1893–1902)
L 101, Le diable dans le beffroi (1902–1911, petit opéra basé sur "The Devil in the Belfry" d'Edgar Poe,  inachevé)
L 112, La chute de la maison Usher (1908–1917, petit opéra basé sur "The Fall of the House of Usher" d'Edgar Poe, inachevé)
L 124, Le martyre de Saint Sébastien (1911)


Voix avec orchestre

L 20, Daniel: Versez, que de l'ivresse. Aux accents d'allégresse pour 3 solistes et orchestre (1881)
L 24, Printemps: Salut printemps, jeune saison pour choeur de femmes et orchestre (1882)
L 37, Hymnis (Ode bachique) pour solistes, choeur et orchestre (1882)
L 40, Invocation: Élevez-vous, voix de mon âme pour choeur d'hommes et orchestre (1883)
L 41, Le gladiateur: Mort aux Romains, tuez jusqu'au dernier pour 3 solistes et orchestre (1883)
L 56, Le printemps: L'aimable printemps ramène dans la plaine pour choeur à 4 voix et orchestre (1884)
L 57, L'enfant prodigue, cantate pour soprano, ténor, baryton et orchestre (1884)
L 59, Zuleima pour choeur et orchestre (1885–1886) Perdu
L 61, Printemps en mi majeur, pour choeur, piano et orchestre (1887)
L 62, La damoiselle élue: La damoiselle élue s'appuyait sur la barrière d'or du ciel pour 2 solistes, choeur de femmes et orchestre (1887–1888)
L 89, La Saulaie pour baryton et orchestre (1896–1900) Esquisse
L 141, Ode à la France: Les troupeaux vont par les champs désertés pour soprano, choeur mixte et orchestre (1916–1917) inachevé


Choeurs

L 35, Choeur des brises: Réveillez-vous, arbres des bois pour choeur de femmes a cappella (1882)
L 42, Chanson espagnole: Tra la la… nous venions de voir le taureau pour duo vocal (1883)
L 92, Chansons de Charles d'Orléans pour choeur mixte a cappella (1898–1908) :Dieu! qu'il la fait bon regarder!, Quand j'ai ouy le tambourin sonner, Yver, vous n'estes qu'un villain
L 93, Berceuse: Il était une fois une fée qui avait un beau sceptre pour choeur a cappella (1899)


Mélodies

L 1, Ballade à la lune: C'était dans la nuit brune (1879)
L 2, Madrid: Madrid, princesse des Espagnes (1879)
L 4, Nuits d'étoiles: Nuit d'étoiles, sous tes voiles (1880)
L 5, Caprice: Quand je baise, pâle de fièvre (1880)
L 6, Beau soir: Lorsque au soleil couchant les rivières sont roses (1880)
L 7, Fleur des blés: Le long des blés que la brise fait onduler (1880)
L 8, Rêverie: Le zéphir à la douce haleine (1880)
L 11, Souhait: Oh! quand la mort que rien ne saurait apaiser (1881)
L 12, Triolet à Phillis [Zéphyr]: Si j'étais le zéphyr ailé (1881)
L 13, Les roses: Lorsque le ciel de saphir (1881)
L 14, Séguidille: Un jupon serré sur les hanches (1881)
L 15, Pierrot: Le bon Pierrot que la foule contemple (1881)
L 16, Aimons-nous et dormons: Aimons-nous et dormons, sans songer au reste du monde (1881)
L 17, Rondel chinois: Sur le lac bordé d'azalée (1881)
L 18, Tragédie: Les petites fleurs n'ont pu vivre (1881)
L 19, Jane: Je pâlis et tombe en langueur (1881)
L 21, Fantoches: Scaramouche et Pulcinella (1882)
L 22, Le lilas: O floraison divine des lilas (1882)
L 23, Fête galante: Voilà Sylvandre et Lycas et Myrtil (1882)
L 25, Flôts, palmes et sables: Loin des yeux du monde (1882)
L 28, En sourdine: Calmes dans le demi-jour (1882)
L 29, Mandoline: Les donneurs de sérénades (1882)
L 30, Rondeau: Fut-il jamais douceur de cœur pareille (1882)
L 31, Pantomime: Pierrot qui n'a rien d'un Clitandre (1882)
L 32, Clair de lune: Votre âme est un paysage choisi (1882)
L 33, La fille aux cheveux de lin: Sur la luzerne en fleur (1882)
L 34, Sérénade: Las, Colombine a fermé le volet (1882)
L 39, Coquetterie posthume: Quand je mourrai, que l'on me mette (1883)
L 43, Romance [musique pour éventail]: Silence ineffable de l'heure (1883)
L 44, Musique: La lune se levait, pure, mais plus glacée (1883)
L 45, Paysage sentimental: Le ciel d'hiver si doux, si triste, si dormant (1883)
L 46, L'archet: Elle avait de beaux cheveux blonds (1883)
L 47, Chanson triste: On entend un chant sur l'eau dans la brume (1883)
L 48, Fleur des eaux (1883)
L 49, Églogue: Chanteurs mélodieux, habitants des buissons pour soprano, ténor et piano (1883)
L 51, Diane au bois pour soprano, ténor et piano (1883–1886) -  Ouverture pour piano à 4 mains
L 52, Romance: Voici que le printemps, ce fil léger d'avril (1884)
L 53, Apparition: La lune s'attristait Des séraphins (1884)
L 54, La romance d'Ariel: Au long de ces montagnes douces (1884)
L 55, Regret: Devant le ciel d'été, tiède et calme (1884)
L 58, Barcarolle: Viens! l'heure est propice (1885)
L 60, Ariettes oubliées (1885–1887) : C'est l'extase: C'est l'extase langoureuse, Il pleure dans mon cœur: Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville, L'ombre des arbres: L'ombre de arbres dans la rivière embrumée, Chevaux de bois: Tournez, tournez, bons chevaux de bois, Green: Voici des fruits, des fleurs, des feuilles, Spleen: Les roses étaient toutes rouges
L 63, Axel (1888)
L 64, Poèmes de Baudelaire (1887–1889) : Le balcon: Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses, Harmonie du soir: Voici venir les temps où vibrant sur sa tige, Le jet d'eau: Tes beaux yeux sont las, pauvre amante, Recueillement: Sois sage, ô ma douleur, La mort des amants: Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères
L 74, La belle au bois dormant: Des trous à son pourpoint vermeil (1890)
L 76, Les Angélus: Cloches chrétiennes pour les matines (1891)
L 78, Dans le jardin: Je regardais dans le jardin (1891)
L 79, Romances (1891) : Romance: L'âme évaporée est souffrante, Les cloches: Les feuilles s'ouvraient sur le bord des branches
L 80, Fêtes galantes Livre 1 (1891) : En sourdine: Calmes dans le demi-jour, Fantoches: Scaramouche et Pulcinella, Clair de lune: Votre âme est un paysage choisi
L 81, Mélodies (1891) : La mer est plus belle que les cathédrales, Le son du cor s'afflige vers les bois, L'échelonnement des haies moutonne à l'infini
L 84, Proses lyriques (1892–1893) : De rêve: La nuit a des douceurs de femme, De grève: Sur la mer les crépuscules tombent, De fleurs: Dans l'ennui si désolément vert, De soir: Dimanche sur les villes
L 90, Chansons de Bilitis (1897–1898) : La flûte de pan: Pour le jour des Hyacinthies, La chevelure: Il m'a dit "Cette nuit j'ai rêvé, Le tombeau des Naiades: Le long du bois couvert de givre
L 94, Nuits blanches: Tout à l'heure ses mains plus délicates (1899–1902)
L 102, Chansons de France (1904) : Rondel: Le temps a laissié son manteau, La Grotte: Auprès de cette grotte sombre, Rondel: Pour ce que Plaisance est morte
L 104, Fêtes galantes Livre 2 (1904) : Les ingénus:Les hauts talons luttaient avec les longues jupes, Le faune: Un vieux faune de terre cuite, Colloque sentimental: Dans le vieux parc solitaire et glacé
L 118, Le promenoir des deux amants : Auprès de cette grotte sombre, Crois mon conseil chère Climène, Je tremble en voyant ton visage
L 119, Ballades de François Villon (1910) : Ballade de Villon à s'Amye: Faulse beauté qui tant me couste cher, Ballade que Villon feit à la requeste de sa mère pour prier Nostre Dame: Dame du ciel, régente terrienne; Ballade des femmes de Paris: Quoy qu'on tient belles langagières
L 127, Poèmes de Stéphane Mallarmé (1913) : Soupir: Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur - Placet futile: Princesse! À jalouser le destin d'une Hébé - Éventail: Ô rêveuse pour que je plonge
L 139, Noël des enfants qui n'ont plus de maison: Nous n'avons plus de maison (1915)
Revenir en haut Aller en bas
Duo Tarantelle

avatar

Nombre de messages : 4
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2014

MessageSujet: Debussy - La fille aux cheveux de lin   Sam 11 Jan - 22:46



Voici "La fille aux cheveux de lin" de Claude Debussy dans notre arrangement pour deux guitares.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6631
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Sam 11 Jan - 22:52

Magnifique, très poétique!!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Mer 22 Jan - 20:22

Réécoute en cette fin d'après-midi de Prélude à l'Après-midi d'une faune, Les Jeux, Images pour orchestre, Danses avec harpe. Par Pierre Boulez. Je me suis régalé avec chacune de ces oeuvres, à chaque mesure, à chaque instant. Exquis!    
J'aurais aimé m'épancher davantage car ces musiques le méritent mais les mots ne viennent pas. Nous dirons donc que leur beauté m'a laissé sans voix.  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Jeu 23 Jan - 8:32

Icare a écrit:
Icare a écrit:
 LA MER de Claude Debussy par Pierre Boulez. Icare est heureux comme un poisson dans l'eau. Very Happy

 
 << La Mer est l'oeuvre symphonique la plus populaire de Debussy et, à dire vrai, la plus accomplie. C'est elle qui remplit le mieux les exigences du genre au sens le plus habituel du terme, surtout si l'on considère l'éloquente coda du dernier mouvement, qui porte à son apogée la rhétorique du <point culminant>, rhétorique pratiquement absente de toutes ses autres oeuvres orchestrales. Quant à l'écriture orchestrale, elle proclame tout au long des trois mouvements une maîtrise accomplie dans le traitement des masses comme des individualités; elle est marquée par une conception infiniment flexible des relations acoustiques instrumentales, inaugurant, au-delà de Berlioz et de Wagner, un type nouveau et extrêmement personnel d'univers sonore, nouveau tant dans la couleur que dans la mobilité.>>



                   Pierre Boulez.
J'ai Réécouté La Mer, toujours dans cette version de Pierre Boulez et je me suis régalé. C'est vraiment fabuleux d'un bout à l'autre et je crois pouvoir dire la même chose de ses Nocturnes qui furent un ravissement à mes oreilles. Printemps et Première Rhapsodie pour clarinette et orchestre sont également très bien.Very Happy 

Réécouté, hier soir, et tout est dit, c'est du tout bon. Il n'y a peut-être que le second mouvement de Printemps qui m'a laissé presque indifférent, sinon, tout le reste fut un moment musical merveilleux...Ah! les choeurs dans le troisième Nocturne...la clarinette de la rhapsodie qui ne devrait pas déplaire à Stadler!     
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Jeu 23 Jan - 11:21

Icare a écrit:
...la clarinette de la rhapsodie qui ne devrait pas déplaire à Stadler!     

J'aime beaucoup en effet  
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Jeu 23 Jan - 12:17

Icare a écrit:

J'aurais aimé m'épancher davantage car ces musiques le méritent mais les mots ne viennent pas. Nous dirons donc que leur beauté m'a laissé sans voix.  Very Happy 

 Ptdr 
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Dim 12 Juil - 17:21

Les Préludes pour piano (il y en a 24, en 2 Livres), et à part deux ou trois, ont plutôt tendance à m'ennuyer, par contre dans une orchestration, ils sont bien plus accessibles et y gagnent quelque peu. Voici celle de Peter Breiner, chez Naxos :



https://www.youtube.com/watch?v=0JsNcjX4hB0


https://www.youtube.com/watch?v=3WRrD2mU9Bg

Néanmoins, je trouve que l'orchestration effectuée par Luc Brewaeys est bien au-dessus. Dommage qu'on ne les trouve pas en CD.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Mer 15 Juil - 23:56

Je serais curieux de savoir combien il existe d'orchestrations des Préludes de Debussy (et de ses autres pièces pour piano). Je connaissais celle de Colin Mathews; j'ai découvert récemment celle de Hans Henkemans; tu nous présentes celle de Peter Breiner... et il y en a certainement bien d'autres.
En tout cas tu as raison, ils sont beaucoup moins ennuyeux qu'au piano.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Jeu 16 Juil - 8:09

Henri a écrit:
Je serais curieux de savoir combien il existe d'orchestrations des Préludes de Debussy (et de ses autres pièces pour piano). Je connaissais celle de Colin Mathews; j'ai découvert récemment celle de Hans Henkemans; tu nous présentes celle de Peter Breiner... et il y en a certainement bien d'autres. En tout cas tu as raison, ils sont beaucoup moins ennuyeux qu'au piano.

Si tu préfères en général l'orchestre au piano seul, c'est normal que tu ais cette préférence. Je connais des mélomanes qui continuent de les préférer pour piano et d'autres qui les aiment et pour piano et pour orchestre. Personnellement, je les ai dans un double cd pour orchestre avec des orchestrations signées par un compositeur belge qui se nomme Luc Brewaeys et qui a même participé à ce forum sous le pseudo Talisker. Sa version des Préludes de Debussy pour orchestre est un régal. Very Happy


Dernière édition par Icare le Jeu 16 Juil - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Jeu 16 Juil - 9:43

J'ai aussi les Préludes version piano mais je ne vais pas les écouter tous à la suite. C'est sur la longueur que le piano finit par m'ennuyer. Cela dit, Debussy est l'un de ceux dont j'ai plaisir à écouter les pièces pour cet instrument qui peut vite devenir infernal entre des mains qui se veulent "viriles". Et je ne crois pas que Debussy se serait offusqué que je lui dénie une approche virile du piano. En tout cas pour moi c'est un compliment.

En consultant la notice biographique de Luc Brewaeys sur Wikipedia, je vois que c'est un collègue à moi. Il est ingénieur du son à la VRT, je l'étais à TF1.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Ven 11 Sep - 23:32

Claude Debussy est le compositeur qui a inspiré ma soirée, toujours par le biais d'oeuvres que je suis sensé très bien connaître. Il y a La Mer en trois mouvements; "De l'aube à midi sur la mer", "Jeux de vagues" et "Dialogue du vent et de la mer", puis les trois Nocturnes: "Nuages", "Fêtes", "sirènes", ce dernier étant sublimé par une belle utilisation des choeurs. Avec ces deux compositions, on peut parler de chefs d'oeuvre sans la moindre hésitation...en tout cas moi je n'hésite pas une seconde...J'y ressens une grande inspiration, un monde sonore fascinant qui me fait véritablement aimer l'orchestre symphonique. Debussy m'a vraiment fait aimer la pâte orchestrale alors que j'étais féru de petites et moyennes formations instrumentales. Ceci dit, aujourd'hui encore, je suis toujours féru de musique de chambre mais ce compositeur, avec Charles Koechlin que j'avais découvert un peu avant, a modifié positivement mon rapport à la formation orchestrale et symphonique de manière décisive alors que d'autres symphonistes, sans doute plus laborieux, ont plutôt réussi à m'en détourner. Ce qui n'empêche pas que Claude Debussy est un compositeur que j'écoute rarement, plus rarement que, par exemple, Mahler, plus rarement que Mozart, plus rarement que Beethoven. Et je ne citerai pas J.S. Bach qui est le compositeur classique que j'écoute le plus régulièrement ni certains compositeurs du vingtième siècle qui reviennent bien plus souvent dans mon lecteur. Printemps qui se divise en deux mouvements; "Très modéré" & "Modéré" est très certainement l'oeuvre que j'aime le moins parmi celles que j'ai réécoutées ce soir. Si la dimension printanière m'est totalement passée au-dessus, il y a toutefois des passages qui m'ont bien plu, notamment le premier mouvement. C'est plutôt dans la partie finale du second mouvement où tout se gâte pour moi: trop emphatique et surchargé. J'espérais mieux de Debussy qu'une fin plombée. En revanche, la Première rhapsodie pour clarinette et orchestre, pièce concertante relativement courte puisqu'elle n'atteind pas les neuf minutes, est un pur délice de la première note à la dernière, et si caractéristique du compositeur. Le clarinettiste est Gervase de Peyer.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Sam 12 Sep - 19:02

Mon moment "debussyien" s'est poursuivi avec l'excellent Prélude à l'après-midi d'un faune et le (presque) non moins excellent Jeux par le "New Philharmonia Orchestra", puis par cinq formidables Images pour orchestre; "Gigues", "Ibéria. Par les rues et par les chemins", "Les Parfumes de la nuit", "Le Matin d'un jour de fête", "Rondes de Printemps", et enfin, pour finir, deux délicieuses Danses, une sacrée, une profane, la harpe étant tenue par Alice Chalifoux - "The Cleveland Orchestra" - le tout sous la direction de Pierre Boulez.

<<Je dois dire que les oeuvres secondaires ou mineures, et aussi les oeuvres de jeunesse, d'un compositeur majeur m'intéressent souvent davantage que les oeuvres principales d'un compositeur mineur! Sans doute est-ce là un excès dans la concentration de ma curiosité. Mais je ne puis m'empêcher de trouver qu'un grand compositeur se révèle aussi - et de façon très attachante - dans les oeuvres qui sont comme des portraits familiers, des instantanés, par rapport aux grands portraits d'apparat. Ainsi en va-t-il de la "Rhapsodie pour clarinette et orchestre" et de "Printemps".>> Pierre Boulez.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   Dim 13 Sep - 19:25

boulez a écrit:
Je dois dire que les oeuvres secondaires ou mineures, et aussi les oeuvres de jeunesse, d'un compositeur majeur m'intéressent souvent davantage que les oeuvres principales d'un compositeur mineur!

M'étonne pas de lui un raisonnement pareil Evil or Very Mad  Alors, Dittersdorf, Vanhal, Ries ou Raff ou Saint-George - sont à mettre aux oubliettes ?

Concernant Debussy, je souscris entièrement avec toi, du moins pour ce qui concerne sa musique symphonique, de jeunesse comme de maturité Mains  Sa musique de chambre n'est pas mal non plus. Ce qui ma plait beaucoup moins, c'est le piano, les mélodies... et Pelleas... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claude Debussy (1862-1918)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude Debussy (1862-1918)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: