Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La musique kurde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: La musique kurde   Jeu 29 Déc - 23:42

Kayhan Kalhor - éléments biographiques (Wikipédia)


Kayhan Kalhor est un musicien iranien né le 24 novembre 1963 à Kermanshah en Iran. Il est un compositeur et joueur de kamânché et de Setâr de musique persane classique et de musique kurde. Kayhan Kalhor est d'origine kurde. Né dans la province de Kermanshah, il a grandi à Téhéran où il a commencé à étudier la musique à sept ans. À treize ans, il jouait dans l'Orchestre national de la radio et de la télévision iraniennes. Poursuivant ses études de musique avec différents professeurs, il a étudié la tradition persane du radif et s'est également rendu dans la partie nord de la province de Khorasan, où les traditions de musique ont des influences kurdes et turcs ainsi que persiques. Au conservatoire de musique à Téhéran, Kayhan Kalhor a travaillé sous la direction de Mohammad Reza Lotfi, originaire du nord-est de l'Iran. Il voyage ensuite dans les provinces du nord-ouest de l'Iran.

Kayhan Kalhor déménage ensuite à Rome en Italie et Ottawa au Canada pour étudier la musique classique européenne. Il est diplômé du programme de musique à l'Université Carleton d'Ottawa. Il réside désormais aux États-Unis où son travail rencontre un succès commercial depuis plus de dix ans, avec deux disques nommés pour les Grammy Awards en 2004. Kayhan Kalhor a un large éventail d'influences musicales, utilise plusieurs instruments de musique, outrepasse les frontières culturelles avec son travail, mais tout d'abord il est un joueur intense du violon Persique. Dans son jeu, il épingle souvent des structures de musique classique persane aux modes et aux mélodies tirées de la tradition kurde d'Iran. Il a composé des œuvres pour des célèbres chanteurs iraniens Mohammad Reza Shajarian et Shahram Nazeri ou encore l'Ensemble Dastan. Il joua aussi à leurs côtés. Il a également composé et joué avec le joueur indien de sitar Shujaat Husain Khan et le joueur de tabla Swapan Chaudhuri au sein du groupe Ghazal. En 2004, son album Miroir du ciel est le résultat d'une collaboration avec le joueur de luth kurde iranien Ali Akbar Moradi. Son album de 2006, Le Vent est une collaboration avec le joueur turc de baglama Erdal Erzincan, reprenant des morceaux à la fois turcs et persans. Aux États-Unis, Kayhan Kalhor a également joué au côté de Yo-Yo Ma pour son projet Route de la soie et avec le quatuor classique Kronos Quartet. En 2010, Kalhor compose J'y étais!, basé sur une mélodie attribuée à Ziryab – un musicien kurde du XIXe siècle –, pour un concert de la violoncelliste Maya Beiser, avec le oudiste Bassam Saba et deux percussionnistes, Glen Velez et Matt Kilmer.


Dernière édition par Icare le Jeu 13 Juil - 18:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Kalhor   Jeu 29 Déc - 23:47

Kayhan Kalhor - instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=9AKQTFM-6hg


J'ai profondément été ému par cette musique que j'ai découverte au moment où je l'ai postée. Cette collaboration Aynur/Kalhor m'intéresse vivement. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3293
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La musique kurde   Sam 31 Déc - 18:04

Belle musique de la tradition kurde avec cette voix qui me fait rêver et des instruments qui ajoutent du caractère à cette musique empreinte de mélancolie.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique kurde   Mar 3 Jan - 20:54

Icare a écrit:
J'ai profondément été ému par cette musique que j'ai découverte au moment où je l'ai postée. Cette collaboration Aynur/Kalhor m'intéresse vivement. Very Happy

Il a fallu que je m'offre le cd qui réunit, sous le titre Hawniyaz, Kayhan Kalhor au kamânché, la chanteuse Aynur, Salman Gambarov (piano) et Cemîl Qoçgiri (tenbûr). En Kurde, "Hawniyaz" signifie quelque chose comme "Chacun a besoin de chacun, chacun est là pour l'autre". Ce nom d'ensemble s'est imposé spontanément à quatre fabuleux musiciens qui s'étaient rencontrés un peu par hasard, à la faveur du Morgenland Festival d'Osnabrück. En associant leurs sensibilités, leurs sonorités propres, ils ont créé un univers réunissant les traditions kurde, perse et un petit peu de l'Occident. Magique, cette osmose nous rappelle à quel point l'impact des mouvements migratoires peut être enrichissant pour toutes les cultures du monde. (Michael dreyer)

J'ai l'intuition que je vais passer un excellent moment lorsque je l'écouterai.
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2020
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: La musique kurde   Lun 9 Jan - 18:38

Et bien je crois que ce fut la plus belle oeuvre écoutée ce soir...

J'ai tellement aimé. J'ai voyagé.

J'ai imaginé une grande souffrance, une grande détresse : celle d'une personne dans un désert qui peine à marcher, qui lutte contre la mort, qui raconte sa misère tout en gardant une exemplaire force extérieure et en gardant la tête haute. La misère d'un peuple ou d'un pays, la colère, qui cède doucement à la fin à une sorte de quête de calme intérieur, une quête de paix intérieure en acceptant toute la profonde tristesse ressentie, en acceptant en vain le silence à venir.

Musicalement, le choix des instruments et le mélange est superbe ! Et la diversité des influences, bien que la culture perse prédomine je pense dans la voix notamment, est vraiment magnifique. C'est le mélange qui est si beau, bien que chaque instrument est à lui seul accompli.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique kurde   Lun 9 Jan - 19:04

J'ai acheté l'album et lorsque je l'aurai écouté, voire réécouté, j'en donnerai mon impression ici. La pochette du CD montre un vieille homme avec une canne dans une région "collinée" et aride. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2020
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: La musique kurde   Lun 9 Jan - 19:38

S'il est génial, je me l'achèterais peut-être bien aussi alors !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique kurde   Ven 17 Mar - 17:16

Pianoline a écrit:
Et bien je crois que ce fut la plus belle oeuvre écoutée ce soir...

J'ai tellement aimé. J'ai voyagé.

Et je peux désormais te confirmer que tu voyages sur tout le disque qui se divise en cinq morceaux pour une durée totale de 57 minutes.

<<En Kurde, Hawniyaz signifie quelque-chose comme: "Chacun a besoin de chacun, chacun est là pour l'autre." Ce nom d'ensemble s'est imposé spontanément à quatre fabuleux musiciens qui s'étaient rencontrés un peu par hasard, à la faveur du Morgenland Festival d'Osnabrück. En associant leurs sensibilités, leurs sonorités propres, ils ont créé un univers réunissant les traditions kurde, perse et petit peu de l'Occident. Magique, cette osmose nous rappelle à quel point l'impact des mouvements migratoires peut être enrichissant pour toutes les cultures du monde.>>

Pari réussi et quelle belle complicité de jeu entre Kayhan Kalhor (kamancheh), Aynur (voix), Salman Gambarov (piano) et Cemîl Qocgirî (tenbûr). C'est sur cette délicieuse musique que s'achève mon merveilleux "Voyage".
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2020
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: La musique kurde   Lun 8 Mai - 14:32

Cool, peut-on les écouter sur internet ?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique kurde   Jeu 13 Juil - 18:54

réponse très tardive: je ne pense pas en dehors de l'extrait que j'ai présenté, encore que je n'ai pas beaucoup cherché. Peut-être maintenant...

La dernière fois que j'ai écouté cet album, ce qui fut aussi la première fois, mon morceau préféré a été le tout premier du disque...cette profonde mélancolie qui en émanait..."Delalé" (Ma beauté), c'est ainsi que ce morceau s'appelle et c'est celui qu'on entend dans la vidéo présentée ci-dessus. Aujourd'hui, lors d'une nouvelle écoute...un si bel album ne devrait jamais prendre la poussière, me dis-je, en parfaite osmose avec mon nouveau cycle; "En marche vers l'Orient"...c'est le second morceau "Rewend" (Nomade) qui, cette fois, m'a le plus fasciné.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10991
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique kurde   Jeu 13 Juil - 18:59

La musique Kurde:

Dans la vie culturelle des Kurdes, écartelés jadis par des barrières féodales, aujourd'hui par des frontières étatiques la musique est amenée à jouer, en plus de ses rôles habituels, un rôle de véhicule privilégié, remplissant une fonction sociale précise et fondamentale. Des chroniques d'histoire à la poésie lyrique en passant par les épopées et certaines oeuvres de la littérature écrite, tout est chanté, tout est mis en musique afin d'être mieux mémorisé et transmis à la postérité.

La musique kurde est donc principalement populaire et anonyme. Les circonstances de son élaboration sont en fait très diverses et difficiles à préciser. A l'origine, purement vocale, la chanson est composée souvent par une femme désireuse d'exprimer ses sentiments de tristesse ou, plus rarement, de joie. Elle peut aussi surgir au cours des joutes poétiques auxquelles se livrent les jeunes gens et les jeunes filles sur les sentiers des retour d'alpages, de même qu'à l'occasion d'autres réunions de jeunes: rencontres nocturnes sur la place du village, festivités commémorant le Nouvel An, cérémonies de mariage qui peuvent durer de trois jours à trois semaines. Ou bien encore, elle sera créée sous le coup d'évènements tragiques.

Une fois créée, la chanson s'adjoint un accompagnement instrumental et acquiert l'anonymat par l'entremise des dengbêj (bardes) qui, au cours de leurs déplacements de village en village, de campement en campement, la diffusent et la rendent populaire.

Un dengbêj est un paysan ayant des capacités exceptionnelles de mémoire, une qualité de la voix ou la maîtrise éventuelle d'un instrument de musique. Le dengbêj ne se contente pas de diffuser d'un bout à l'autre du territoire kurde les créations locales des autres en se faisant ainsi un agent efficace de l'élaboration d'une culture nationale kurde: il est lui-même créateur, poète, compositeur. En revanche, les mitrib (amuseurs) ou cengene, musiciens semi-professionnels d'origine "bohémienne", spécialisés dans l'art de jouer de la def (grosse caisse) et du zirne (hautbois), qui animent les fêtes locales de même que les festivités de mariage, ne sont souvent que des exécutants.

Transmise oralement de génération en génération, la chanson, en règle générale, conserve assez fidèlement ses paroles originelles. Mais la mélodie, elle, n'est qu'un cadre très souple, sujette à des modifications constantes, objet d'un renouvellement continuel- renouvellement qui est du reste source de perfectionnement et gage de pérennité. L'interprète est rarement un simple exécutant; il déploie ses efforts, donne la mesure de son talent en perfectionnant, en recréant chacune des oeuvres de son répertoire, en l'accompagnant au besoin d'instruments qui n'ont pas été utilisés dans les interprétations précédentes.

Le rôle des instruments est relativement secondaire. Comme les autres musiques populaires du Proche-Orient, la musique populaire du Kurdistan est monodique; la mélodie a un caractère fondamentalement vocal; I'accompagnement instrumental visant surtout à préparer chez l'auditeur un certain état d'âme, à le rendre plus réceptif au message vocal. De plus, à entendre une même chanson chantée différemment, avec un accompagnement instrumental variant d'une région à l'autre du pays kurde, on serait enclin à croire à la primauté de la parole sur la mélodie, celle-ci servant en premier lieu à permettre une meilleure mémorisation de celle-là. Cela est vrai mais en partie seulement.

Le mode de vie nomade a laissé des empreintes profondes dans la vie culturelle, notamment musicale. Les chants des pasteurs nomades, les airs chantés naguère à l'occasion des festivités marquant le départ pour les Zozan (hauts alpages) et le retour à la plaine ou au cours des réjouissances auxquelles donnent lieu les mises-bas et les tontes, occupent encore une part considérable dans le répertoire de la musique kurde actuelle.

Dans les plaines méridionales du Kurdistan arrosées par le Tigre, I'Euphrate et leurs affluents, s'est développée une civilisation d'agriculteurs sédentaires. La démarcation entre les cultures montagnarde (d'origine nomade) et sédentaire de la plaine est assez nette dans le domaine musical. Tandis que la musique des montagnes utilise surtout des instruments à vent dont certains, comme la dûdûk, ont la particularité de rendre des effets d'échos, dans la musique de la plaine ce sont les instruments à cordes, en premier lieu le tenbûr luth kurde à six cordes, qui prédominent.

Cependant, qu'ils soient de la plaine ou de la montagne, des vallées ou des plateaux, les chants kurdes ont en commun un certain nombre de traits caractéristiques: ce sont des chants " longs ", pathétiques et nostalgiques, à l'exception des dilok, airs de danse et de divertissement qui, au demeurant, sont très nombreux et entrainants.

Le chant traditionnel kurde a une structure répétitive dont l'unité est une strophe comportant généralement de trois à sept phrases musicales. Une strophe contient à elle seule toute la ligne mélodique et d'une strophe à l'autre, seules les paroles diffèrent. Les phrases n'ont pas forcément la même longueur puisque le vers, étant libre, ne comprend qu'occasionnellement un même nombre de syllabes. Par ailleurs, si un chant est " long ", il le demeure d'un bout à l'autre; des passages gais, animés, d'un autre rythme, donc stimulant, d'un autre état d'âme, ne viennent pas s'y insérer. Ce schéma structural est valable également pour les chants religieux ainsi d'ailleurs que pour les dilok.


L'Intistut kurde de Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La musique kurde   

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique kurde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musique du monde-
Sauter vers: