Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La salle Pleyel à paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saville

avatar

Nombre de messages : 245
Age : 110
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: La salle Pleyel à paris   Mer 13 Déc - 15:23

Après quatre années de fermeture et 15 mois de travaux qui ont coûté quelque 30 millions d'euros, la Mecque de la musique symphonique à Paris se présente plus resplendissante et majestueuse que jamais. Sous la houlette de l'architecte François Ceria, l'immeuble du Faubourg Saint-Honoré a vu ses façades restaurées et ses espaces intérieurs -- vestibule, hall, foyer, bureaux, loges, vestiaires, arrière-scène,... -- totalement réaménagés et rénovés pour mieux accueillir les orchestres et le public. La grande salle symphonique, qui compte maintenant 1.913 places au lieu de 2.370 auparavant, a été remodelée afin d'améliorer le confort acoustique et esthétique. Un foyer a été créé au premier étage, dont les immenses parois vitrées donnent sur la rue. Tout, des mosaïques du sol aux verrières de la coupole en passant par les parquets, les colonnades, les tapisseries, les sièges et les luminaires, a été reconstitué dans le souci de redonner au lieu sa modernité et son élégance d'origine. Désormais dotée d'un confort et d'une acoustique optimale, Pleyel retrouve l'esthétique Art Déco raffinée de ses débuts, toute en lignes épurées et sensuelles s'inscrivant harmonieusement dans un univers dépouillé où domine la couleur blanche.
Construite dans les années '20 par les architectes Jean-Marcel Auburtin, André Granet et Jean-Baptiste Mathon, la Salle Pleyel fût inaugurée le 18 octobre 1927 par un concert d'Igor Stravinski et Maurice Ravel. C'est la famille Pleyel, propriétaire de la célèbre fabrique de pianos du même nom dirigée à l'époque par Gustave-Frantz Lyon, qui commandita cette salle spécifiquement dédiée à la musique symphonique. Dotée alors de trois salles de concert, elle s'imposa comme le principal foyer de la vie musicale parisienne, accueillant les plus grands musiciens du XXe siècle non seulement classiques (Karajan, Barenboïm, Menuhin, Christie, Minkowski,...) mais aussi du Jazz (Duke Ellington, Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Miles Davis,..), du Music-hall (Maurice Chevalier, pierre Dac...) et des musiques du monde (Ravi Shankar,...). Son histoire mouvementée -- incendies, faillites, changements de propriétaires, aménagements divers -- et la fréquentation du public -- 25 millions de spectateurs pour un total de 20.000 concerts depuis son ouverture -- altéra cependant considérablement ses capacités et sa beauté. Le Crédit Lyonnais (aujourd'hui LCL), propriétaire de la Salle Pleyel dès 1935, y entreprit en particulier plusieurs "rénovations" malheureuses et souhaitait même la transformer en immeuble de bureaux dans les années '70. En 1980, l'Orchestre de Paris y est installé en résidence permanente par le Ministère de la Culture. Il y cohabite tant bien que mal avec les banquiers affairistes plus soucieux de rentabilité que de musique. Finalement, en 1998, à la suite du scandale financier qui le secoue, le Crédit Lyonnais remet Pleyel entre les mains du Consortium chargé de liquider les biens de la banque. La salle est vendue en mai 1998 à l'industriel Hubert Martigny, puis inscrite l'année suivante à l'inventaire des Monuments historiques. En 2000, Hubert Martigny sauve également de la faillite la société des Pianos Pleyel, ce qui lui permet de réunir de nouveau les deux entreprises Pleyel séparées depuis plus de 60 ans. De sombres querelles entre l'Orchestre de Paris, le Ministère de la Culture, le propriétaire et sa femme -- la chef d'orchestre Carla Maria Tarditi nommée directrice de la salle -- continuent cependant d'assombrir la vie du lieu. En 2002, la salle ferme ses portes et en 2004 tout le monde tombe d'accord pour que la gestion soit confiée pour les cinquante prochaines années à un établissement public, en l'occurence une filiale de la Cité de la Musique nommée Cité Pleyel qui associe l'Etat et la Ville de Paris, contre un loyer annuel de 1,5 million d'euros. En contrepartie le propriétaire, la société IDSH (Immobilière Daru Saint-Honoré) d'Hubert Martigny, prend en charge le financement des 30 millions d'euros nécessaires aux travaux de rénovation grâce à un prêt du Groupe des Caisses d'Epargne. En 2054, il est prévu que la Salle Pleyel retombe pleinement dans le giron de l'Etat pour un franc symbolique. C'est Laurent Bayle, successeur en 1990 de Pierre Boulez à la tête de l'Ircam, et actuel directeur de la Cité de la Musique, qui présidera dès cette saison avec Thibaud de Camas aux destinées de la nouvelle Salle Pleyel.
Côté programmation, la saison 2006-2007 propose un menu exceptionnellement riche au public parisien. La soirée d'inauguration, le 13 septembre, offre aux mélomanes la Symphonie n°2, Résurrection, de Gustav Mahler, interprétée par l'Orchestre de Paris et son choeur, sous la direction de l'Allemand Christoph Eschenbach. Suivront ensuite jusqu'à juin 2007 plus de 150 concerts donnés pour moitié par les trois grandes formations symphoniques accueillies en résidence: l'Orchestre de Paris -- de retour après un séjour à Mogador -- dirigé par Christoph Eschenbach, la Philarmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung, le London Symphony Orchestra dirigé par Bernard Haitink, et pour l'autre moitié par de nombreux orchestres invités venus de France et du monde entier: les Philharmonies de Berlin et de Saint-Pétersbourg, l'Orchestre de la Radio de Baden-Baden, l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, les Orchestres nationaux de Hongrie et de Russie, les Concerts Pasdeloup, l'Orchestre National de France, le Philharmonique de Strasbourg, l'Orchestre du Capitole de Toulouse, etc. Au menu, entre autres, Nikolaus Harnoncourt, Bernard Haitink, Angela Gheorghiu, Keith Jarrett, Roberto Alagna, Jordi Savall, Michel Portal, Myung-Whun Chung, Martha Argerich, Murray Perahia, William Christie, Dianne Reeves, Ute Lemper, Jessye Norman, Marc Minkowski, Alain Bashung et le maître de la guitare flamenco Paco de Lucia.
Revenir en haut Aller en bas
 
La salle Pleyel à paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les hauts lieux de la musique classique-
Sauter vers: