Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Clément d'HOOGHE (1899-1951)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Clément d'HOOGHE (1899-1951)   Sam 26 Nov - 13:03

Clément d'Hooghe (né à Temse le 21 avril 1899, mort à Wilrijk le 1er avril 1951) est un organiste et compositeur belge.

Clément D'Hooghe est né à Temse. Son père était un musicien polyvalent: violoniste et organiste, directeur de l'Académie de musique locale, chef d'orchestre de la fanfare, pédagogue et professeur de piano et d'orgue. En 1919, Clément D'Hooghe s'installe à Anvers, où il est élève privé d'Alexander Papen, alors organiste adjoint de la cathédrale. Au Conservatoire royal de Flandre, il obtient des diplômes en harmonie, en orgue (avec Arthur De Hovre), en contrepoint et en fugue. Il a également étudié l'harmonie pratique et le piano. En 1927 ses études au Conservatoire ont culminé avec le Prix Albert De Vleeshouwer pour la composition. Ensuite, il complète ses capacités en musique religieuse avec Jules Van Nuffel, en orchestration et composition avec Paul Gilson, et en orgue, en mettant l'accent sur l'improvisation, avec Marcel Dupré à Paris.

Entre-temps, il était déjà actif comme organiste dans plusieurs églises anversoises: St George (1924-26), du Saint-Esprit (1926) et finalement St Paul (1926-1951). Clément D'Hooghe était un organiste très talentueux, avec un don divin pour l'improvisation, introduisant parfois subversivement des airs frivoles, comblant ainsi l'écart entre culture haute et basse.

Entre 1928 et 1936, D'Hooghe est également directeur artistique des théâtres de l'Empire d'Anvers et du Roxy, des grands cinémas où un orchestre accompagne les films muets et fournit des intermezzos musicaux entre les films. D'Hooghe devait s'occuper de la musique d'accompagnement. Parfois, cela se limitait à un tricot lisse de fragments de musique existante, mais en plus il a fait des adaptations sur la base de thèmes classiques ou de musique originale composée. D'Hooghe a essayé de rendre la musique d'accompagnement pour le public de cinéma en offrant, au lieu de la musique de divertissement, une "entr'acte musicale" avec une sélection de thèmes de Benoit, Blockx, Wambach et Gilson ainsi que des compositions facilement accessibles du répertoire international.

Dans la même veine, il conçut son rôle de directeur de l'académie musicale de Berchem à partir de 1929 comme une tâche d'éduquer le peuple. En sa qualité de réalisateur, il écrit beaucoup pour les jeunes: cantates et dizaines de chansons pour enfants. Pour l'académie de musique, il a également organisé des concerts symphoniques. En 1942, D'Hooghe est nommé au Conservatoire d'Anvers comme professeur d'harmonie pratique et de transposition. Après une brève suspension après la guerre, il était en course pour le poste de professeur d'orgue en 1947, mais Flor Peeters a obtenu le travail.

La "répression" avait porté atteinte à sa santé. D'Hooghe n'avait pas encore atteint l'âge de 52 ans lorsqu'il est mort le 1er avril 1951 à Wilrijk. Néanmoins, il a laissé derrière lui une œuvre impressionnante d'environ 400 œuvres (y compris les adaptations). Musique fonctionnelle des métiers, de grandes pièces de circonstance telles que des chansons de marche et des chansons festives, et cantates comme Moederweelde, pour l'inauguration d'une maternité à Temse en 1936, ou In Memoriam Minister Arthur Vanderpoorten, sur un texte de Karel Jonckheere, en 1946.

Tout en servant dans cette musique populaire et fonctionnelle dans un rôle subordonné, le compositeur s'inscrit plus dans la sienne, en explorant un langage plus contemporain avec des touches de l'impressionnisme français. Dans sa musique de piano, par exemple, où, en plus d' une sonate et quelques sonatines il montre une préférence pour les pièces de genre (Avondstemming) (Soirée humeur), Chinoiserie, Solitude) et des danses.

Curieusement l'organiste D'Hooghe a seulement composé une quinzaine d' œuvres pour orgue, parmi elles quatre Toccatas, Kleine suite, Vrolijke optocht (Joyeuse Parade), Elegie. Il a adapté une partie de son travail de piano et d'orgue pour Orchestre symphonique, mais il a également écrit quelques compositions originales pour orchestre. Dans Symfonisch gedicht: hulde ana drie nationale toondichters (Poème symphonique : Hommage à Trois compositeurs nationaux, 1939), il paie un hommage original à César Franck, August De Boeck et Peter Benoit (avec des citations de Rubens March et de My mother Tongue). Kaboutersballet (Ballet de Gnome, 1942) est peut - être son œuvre la plus populaire pour orchestre, en témoignent les six enregistrements par l'orchestre de la radio. La Orkestsuite (Suite pour orchestre) a remporté en 1942 le concours "Entertainment musique" pour le NIR (Institut national de la radio). D' ailleurs, il composa des œuvres dans le genre du concerto, comme le Romantisch Concerto pour piano et orchestre opus 175 (Concerto romantique, 1949) et la Legende pour violoncelle solo et orchestre (1942).

A côté de l'orgue, le violoncelle était l'instrument préférentiel de D'Hooghe. Il a écrit plusieurs pièces pour violoncelle solo, pour violoncelle solo accompagné de 8 violoncelles et pour violoncelle et piano, comme la sonate de violoncelle élaborée (1945). Le reste de sa musique de chambre, aussi, mérite mieux que l'indifférence totale dont elle est traitée aujourd'hui. En plus des morceaux occasionnels mentionnés précédemment, D'Hooghe a composé quelques œuvres vocales, comme des douzaines de chansons d'art sur des textes de René De Clercq, Willem Gijssels, August Van Cauwelaert, Maurice Maeterlinck et Guido Gezelle.

La majeure partie de la musique chorale religieuse de D'Hooghe a été écrit pour St Paul: Missa in honorem S.Pauli pour 2 voix égales et orgue (1930); Te dicimus praeconio, un hymne sur Ave Maris Stella grégorien pour baryton, choeur d' hommes, orgue et orchestre (1940); Psaume 145 Lauda anima mea Dominum pour choeur mixte, orgue et orchestre (1941); O Jesu amor mi, pour 2 voix égales et orgue; Magnificat, pour 3 voix égales, orgue et cordes (1942); une seconde Missa in honorem S.Pauli, également connue sous le nom Missa gregoriana; Missa brebis, pour 2 ou 3 voix égales (1944); Ave Maria, Regina Sacratissimi Rosarii, pour trois parties chœur mixte et ensemble de cuivres. En outre , il compose des arrangements de Adeste fideles, Adoro Te, Pie Jesu et Tantum Ergo.


https://www.youtube.com/watch?v=NWGgua4EU2k

Revenir en haut Aller en bas
 
Clément d'HOOGHE (1899-1951)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: