Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-21%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en promo
49.99 € 62.99 €
Voir le deal

 

 Ignaz von SEYFRIED (1776-1841)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty
MessageSujet: Ignaz von SEYFRIED (1776-1841)   Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty2016-11-07, 10:15

Ignaz Joseph Xaver Ritter von Seyfried, né et mort à Vienne (15 août 1776 – 27 août 18411) était un musicien autrichien, chef d'orchestre et compositeur. Son frère Joseph von Seyfried (1780-1849) était un écrivain et librettiste.

Ignaz von Seyfried fut l'élève de Mozart et Koželuh pour le piano ainsi Johann Georg Albrechtsberger et Peter von Winter en composition. Entre 1792 et 1793, il a étudié la philosophie à Prague, bien que finalement il y renonça en faveur de la musique.

Dans sa jeunesse Seyfried fut le chef assistant d'Emanuel Schikaneder au Theater an der Wien à Vienne, où il entre comme directeur musical en 1797. Il y exerce jusqu'en 1828.

En 1805, von Seyfried dirige la première version du Fidelio de Beethoven, dont il est l'ami. Les mémoires de Seyfried contiennent nombre d'anecdotes à propos du maître. Il rédige aussi un Ludwig van Beethovens Studien im Generalbass, Contrapunkt und in der Compositionslehre, écrit conjointement avec Haydn et Albrechtsberger et publié seulement en 1832. Beaucoup des propos sont cependant invalidés par d'autres sources.

Il a publié les œuvres complètes d'Albrechtsberger après sa mort. Il eut pour élèves Franz von Suppé, Heinrich Wilhelm Ernst et Eduard Marxsen en théorie musicale.

Si plusieurs de ses oeuvres furent représentées à Vienne, il n'est pas considéré comme un compositeur particulièrement doué et créatif.

Il a composé des ballets, 33 opéras et mélodrames, 5 cantates, oratorios, 2 symphonies, des Lieders, des concertos, des marches, des pièces pour instruments à vent et surtout, après sa retraite du poste de directeur de la musique du Theater an der Wien, beaucoup de musique de chambre et d'église, y compris une douzaine de messes et 4 requiems. Il composa un Libera me pour les funérailles de Beethoven en addition au Requiem de Mozart.


Liste des oeuvres scéniques


Der Löwenbrunn (Emanuel Schikaneder), opéra (1797 Vienne, Theater auf der Wieden)
Orion, opéra (1797 Vienne, Theater auf der Wieden)
Der Friede, opéra (1797 Vienne, Theater auf der Wieden)
Der Feenkönig (Matthäus Stegmayer), opéra (1797 Vienne, Theater auf der Wieden)
Wundermann am Rheinfall (Emanuel Schikaneder), opéra (1797 Vienne, Theater auf der Wieden)
Die Druiden, opéra (1 août 1801 Vienne, Theater an der Wien)
Cyrus in Persien (Joseph Ritter von Seyfried), opéra (1803 Vienne, Theater an der Wien)
Die tiefe Trauer (Joseph Ritter von Seyfried), opéra (1804 Vienne, Theater an der Wien)
Die Ehemänner hach des Mode (Joseph Ritter von Seyfried), opéra (1804 Vienne, Theater an der Wien)
Montezuma (Joseph Ritter von Seyfried), mélodrame (1804 Vienne, Theater an der Wien)
Untreue aus Liebe (Matthäus Stegmayer), opéra (1805 Vienne, Theater an der Wien)
Zum goldenen Löwen (Joseph Sonnleithner), opéra (1806 Vienne, Theater an der Wien)
Almar der Maure (Ignaz Franz Castelli), opéra (1807 Vienne, Theater an der Wien)
Mitternacht, opéra (1807 Vienne, Theater an der Wien)
Idas und Marpissa (Matthäus Stegmayer), opéra (1807 Vienne, Theater an der Wien)
Der Briefbote, opéra (1808 Vienne, Theater an der Wien)
Bertha von Werdenberg (Matthäus Stegmayer), opéra (1809 Vienne, Theater an der Wien)
Das Wirtshaus im Walde, l' opéra (1809 Vienne, Theater an der Wien)
Die rote und die Weisse Rose (Ignaz Franz Castelli), opéra (1810 Vienne, Theater an der Wien)
Saul, König in Israël (Joseph Ritter von Seyfried), mélodrame (1810 Vienne, Theater an der Wien)
Feodora (Augustt von Kotzebue), l' opéra (1811 Vienne, Theater an der Wien)
Friedrich von Kinsky (Franz Joseph Hassaureck), mélodrame (1811 Vienne, Theater an der Wien)
Die Zisterne (Ignaz Franz Castelli), mélodrame (1811 Vienne, Theater an der Wien)
Der Teufelssteg am Rigiberg (Hapdé), mélodrame (1814 Vienne, Theater an der Wien)
Er hält wahrhaftig Wort (Franz Carl Geway), opéra (1815 Vienne, Theater an der Wien)
Die Waise und der Mörder (Ignaz Franz Castelli), mélodrame (1817 Vienne, Theater an der Wien)
Abraham (Friedrich Horschelt), mélodrame (1817 Vienne, Theater an der Wien)
Salomonäa und ihre Söhne (Ignaz Franz Castelli), mélodrame (1818 Vienne, Theater an der Wien)
Noah (Joseph Août Eckschlager), mélodrame (1819 Vienne, Theater an der Wien)
Die Waise aus Genf (Ignaz Franz Castelli), mélodrame (1821 Vienne, Theater an der Wien)
Ugolin (Friedrich Ludwig Karl Biedenfeld), mélodrame (1821 Vienne, Theater an der Wien)
Timur der Tartarchan (Joseph Ritter von Seyfried), mélodrame (1822 Vienne, Theater an der Wien)
Der unsichtbare Prinz (Ignaz Franz Castelli), mélodrame (1823 Vienne, Theater an der Wien)


Revenir en haut Aller en bas
steph-w

steph-w

Nombre de messages : 719
Age : 60
Date d'inscription : 07/02/2007

Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty
MessageSujet: Re: Ignaz von SEYFRIED (1776-1841)   Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty2019-08-17, 14:49

Je ne connaissais rien de ce compositeur, avant de m'intéresser à l'article écrit par Joachim, - merci beaucoup! Very Happy - suite à quelques recherches que j'ai menées après avoir écouté, par hasard cet extrait disponible sur YT:



https://www.youtube.com/watch?v=ryOasrbllJU

Il s'agit d'une version du requiem de Mozart à laquelle Ignaz von Seyfried a ajouté un "libera me", ce qu'avait fait Neukomm également.

Je trouve cet ajout très agréable. Very Happy



Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty
MessageSujet: Re: Ignaz von SEYFRIED (1776-1841)   Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty2021-07-17, 20:05

Article complet, biographie et œuvres. Traduction Google ; j'ai commencé à arranger le texte en bon français, mais je n'ai pas fini  Wink

Source : https://de.wikisource.org/wiki/BLKÖ:Seyfried,_Ignaz_Ritter_von#Werke

Seyfried, Ignaz Ritter von (compositeur, né à Vienne, selon sa propre déclaration le 15 août 1776, y est mort dans la nuit du 26 au 27 août 1841).

Fils de Joseph Ritter von S., conseiller du prince de Hohenlohe-Schillingsfürst, frère du rédacteur en chef du "Wanderer", Joseph Ritter von S. , et oncle de Ferdinand. Ignaz a reçu une éducation soignée, mais a montré une affection pour la musique dès son plus jeune âge, et était si heureux de jouer du piano, qu'il jouait avec beaucoup d'affection et un talent inhabituel, Mozart l'a pris comme élève. Après avoir terminé les cours d'humanité à Vienne, il est allé à Prague, où il a travaillé avec Seibt et Meißner entendit les études philosophiques, puis retourna à Vienne pour se préparer à entrer dans une maison de commerce de gros, pour laquelle une occasion favorable se présenta à lui.

Mais l'amour de la musique l'emporta et les applaudissements qu'il reçut de tous côtés en tant que pianiste décidèrent de se consacrer exclusivement à l'art de la musique. Il prit en conséquence des cours de basse d' Albrechtsberger et fut par lui-même bientôt considéré comme l'un de ses élèves les plus talentueux. Mais il ne devrait pas être si facile pour le jeune homme de réaliser ses intentions. Son père y était tout à fait opposé.

Avec le HofKapellmeister de la cour bavaroise Winter, le Kapellmeister Henneberg, Albrechtsberger et Schikaneder, eux étaient en mesure de convaincre le père de céder et de laisser le talent suivre son cours. Schikaneder, qui avait une habileté particulière dans le choix de son peuple, reconnut bientôt le talent de S. et employa le jeune de 21 ans comme chef d'orchestre dans son théâtre, écrivit lui-même le livret de "Löwenbrunnen", avec lequel S. écrivit la musique. Dans  l' été 1797, sa carrière musicale commence publiquement et avec un succès favorable, car cet opéra magique connaît plus de 30 représentations en peu de temps.
Le Hofcapellmeister Peter Ritter von Winter susmentionné n'était pas sans influence sur le développement musical de S.qui avait fait son séjour permanent à Vienne dans les dernières années du siècle dernier, et à partir des vieilles pistes de la composition, dont on osait à peine auparavant sortir, a conduit la musique dans une direction plus nouvelle et plus fraîche.

L'exécution des opéras de Cherubini, Méhul, Dalayrac, Gretry et autres y a contribué, mais surtout celle des merveilleuses œuvres de Mozart avec un meilleur casting, il contribue de manière significative. Combien il a vécu dans l'esprit de ce plus grand de tous les modèles est démontré par sa composition du chœur dans le premier finale de "Don Juan", qui n'a pas été pris avec décence et qui n'a jamais manqué de faire son effet. Plusieurs œuvres plus importantes au contenu sérieux tombent également au cours de cette période, comme les grands opéras : « Cyrus »  ; « Les femmes Sabines », qui ont rencontré l'assentiment général et sont restées longtemps dans les planches. Ce faisant, il cultiva également, non sans succès, la direction comique, à laquelle il fut initialement appelé en tant que maître de chapelle dans un théâtre qui rendait principalement hommage à la culture du komus. Avec ses collègues Haibel , Henneberg, Lickl et consorts, il devait souvent partager la composition d'une même œuvre, ce qui était plus facilement admissible et rien de moins que voyant dans le cas de pièces d'un genre joyeux sans perturber l'esprit de l'ensemble.
Le bonheur de S. dans cette direction est attesté par son opéra-comique : « Les maris selon la mode » et sa musique parodique aussi de Castelli "Roderich und Kunigunde", et autres.

Ses tentatives dans la Bible n'en sont pas moins réussies, pour lesquelles ses « Saul », « Noé », « Abraham », « Solomène » témoignent de louanges. Dans sa position, il était souvent confronté à la tâche de faire des compositions plus anciennes ou obsolètes adaptées aux goûts les plus récents; ainsi il rafraîchit avec succès l'instrumentation des opéras de Grétry , "Richard Cœur de Lion", "Zamire et Azor" etc. Encore une entreprise, si peu artistique qu'elle nous paraisse et si elle sente le métier de Maître de chapellel, il l'entreprend avec grand succès : il se tourne l'œuvre de Mozart  Les compositions pour piano combinaient la musique du drame "Ahasverus", et avec elle connu un succès surprenant, puis il travailla sur l'opérette "Die Ochsenmenuette" basée sur les motifs de Haydn , dont le personnage principal est Haydn lui-même. Lors de la première représentation de cette dernière œuvre, il souffrit pendant la représentation d'une telle crise d'estomac, dont il souffrait sévèrement depuis longtemps sans être guéri, qu'il dut être ramené inconscient chez lui.

Mais les témoignages de sympathie qu'il reçut de toutes parts (1823) lui montrèrent aussi quelle faveur il était dans le public. Pendant vingt-huit ans, jusqu'en 1825, il resta à ce poste sous tous les changements de direction (Schikaneder, Zitterbarth , Baron Braun, Consortium der cavaliere, comte Pálffy et Hensler). Mais lorsque les conditions du Theater an der Wien se révélèrent moins favorables à l'opéra en 1825, il démissionna et prit la voie peu alléchante du professeur de musique, bien sûr pas dans les éléments, mais pour la formation finale ou au moins supérieure de talents artistiques, dans quelle position il développa bien des talents qui firent honneur à son professeur. Son espoir, après la mort de Salieri, par la promotion de Eybler d'obtenir un poste de Vice Hofcapellmeister complet ne s'était pas réalisé.

Les loisirs qui lui restaient après les cours donnés, il se consacrait désormais à des compositions à dominante ecclésiastique, comprenant surtout la « Missa solennes » , dont il devait célébrer la primauté de son fils Léopold, capitulaire de l'Établissement Melker.

Le nombre total de ses compositions comprend 26 opéras majeurs, 20 opérettes, 5 drames bibliques, 24 mélodrames, plus de 200 pièces musicales individuelles pour opéras et pièces de théâtre ; aussi 13 messes, 4 requiem, 17 graduels, 18 offertoires et un nombre considérable d'autres compositions pour concerts et église.

Son efficacité dans différentes directions pour son art a été appréciée à bien des égards.Le roi Frédéric-Guillaume III. lui a décerné la médaille d'or pour l'art et la science pour l'hymne d'acclamation composé pour le festival de la Réforme, S. a reçu des souvenirs précieux d'autres dirigeants et chefs princiers pour son travail, la Société des amis de la musique de l'État impérial autrichien à Vienne l'a nommé membre honoraire en 1826, le Musikverein zu St. Anna en tant que membre extraordinaire. La ronde des adhésions aux associations musicales s'ouvrit, suivie en pauses courtes ou longues par Gratz, Stockholm, Rotterdam, Paris, Prague, Presbourg et bien d'autres, dont il écrivit les listes sur son lit de mort avec un calme de sage. Etrange contraste, face aux portes de la mort, l'enregistrement de telles banalités ! S. a également écrit sa propre biographie et Dr. Aug. Schmidt s'est inspiré de ses notes pour effectuer le croquis détaillé de sa vie, qu'il a communiqué dans le "Denksteinen". S. avait envoyé l'autobiographie elle-même sur son lit de mort à son ami, le marchand d'art Tobias Haslinger.

En ce qui concerne son efficacité et sa position dans le domaine de la musique, il doit être considéré de plusieurs manières, par exemple en tant que chef d'orchestre, en tant que professeur et en tant que compositeur. En tant que chef d'orchestre aussi soigneusement et diligemment qu'il dirigeait son orchestre et son équipe de chant, il s'opposait à ce manque d'énergie qui était également évident chez les gens, car S. n'était rien de moins qu'une nature forte et énergique. D'où sa réticence à se mentionner dans ses présentations ou même à admettre sa paternité critique. Comme c'était un excellent professeur, son enseignement était clair, précis, facile à appréhender, varié dans ses connaissances, il était aussi capable de donner à ses conférences ce caractère, qui à la fois captivait et stimulait ses élèves. En même temps, il était de nature sympathique, de sorte que les relations entre l'élève et l'enseignant se poursuivaient souvent au-delà du temps après que cette relation d'enseignement s'était dissoute depuis longtemps. Il avait formé un groupe important d'élèves, parmi lesquels se trouvent des noms célèbres d'ici et d'ailleurs. En tant que compositeur enfin, S. prend une position médiatrice à une époque de troubles musicaux, où l'ancien et le nouveau s'affrontent. Il était immensément fertile, disposait d'un stock de matériaux presque inépuisable, créait beaucoup grâce à sa diligence constante et à sa volonté d'agir, et encore et encore, mais rien de vraiment génial, que sa nature, qui n'était pas du tout conçue au-delà de la normal, n'en était pas capable non plus. D'un autre côté, ce qu'il créait était agréable, contenait de nombreuses idées importantes et répondait toujours aux modestes exigences de son temps.
Il n'y a pas de branche de la composition musicale dans laquelle il ne se soit essayé - et avec habileté, oui, dans la musique d'église même avec un très heureux succès. En tant que compositeur de théâtre, le nombre de ses compositions - comme le montre l'aperçu suivant de ses œuvres sonores - frise l'incroyable. Il n'y a probablement rien de vraiment grand ou important parmi eux, mais il y a beaucoup de choses qui sont agréables, attrayantes, et dans la bande dessinée même certaines choses peuvent être utilisées aussi bien aujourd'hui que celles apportées de l'étranger.
C'est une injustice qui lui est faite que ses scores sont dans la poussière.

Si les Français avaient eu un Seyfried , ils auraient sorti une partie de son travail et ramené au public comment les gens s'amusaient il y a un demi-siècle. Ses compositions pour chant sont décrites par les connaisseurs comme des exemples d'œuvres de composition, qui, de plus, trahissent une saine connaissance de la gorge humaine et de l'art du chant en général. Et en tant que compositeur instrumental, il fait preuve de prudence et d'habileté dans ses œuvres, et l'on ne manque pas cette connaissance de l'effet qu'il a eu amplement l'occasion d'acquérir en tant que chef d'orchestre de théâtre.

Seyfried est décédé à l'âge de 65 ans, il succomba à une maladie dont il souffrit toute sa vie, et qui fut finalement jeté sur une partie noble du corps. Son cadavre a été transporté dans la tombe avec la participation visible de ses collègues artistes, venus en grand nombre pour lui rendre un dernier hommage. Il repose au cimetière de Währing, et sa tombe est en diagonale de celles de Schubert et Beethoven. Un simple mémorial marque son lieu de repos. Son héritage musical, qui comprenait trois requiem, plusieurs messes plus petites et plus grandes, des offertoires, des graduels et d'autres compositions ecclésiastiques, est entré en possession du Capellmeister à Josephstädter, comme indiqué dans le Morgenblatt autrichien [1841, n ° 131] Théâtre à Vienne, Karl Binder, son élève, qui avait l'intention de publier ces œuvres sonores.

Seyfried était marié depuis le 6 août 1804. De ce mariage, déjà rompu par la mort en 1817, il y eut douze enfants, dont trois seulement survécurent au père. Le fils Léopold entra à l'abbaye bénédictine de Melk, dans laquelle il fut sous-prieur.


Liste des compositions d'Ignaz Ritter von Seyfried.

I. Œuvres scéniques dans l'ordre chronologique.

1797. Des morceaux de musique individuels pour le Singspiele « Der Friede » [un conte de fées magique « Die Wunderquelle » composé avant 1797 n'a jamais été joué, mais S. en a utilisé plusieurs, comme il l'a lui-même admis, mutatis mutandis dans des œuvres ultérieures] ; - " La Fontaine du Lion ". Opéra magique en 2 actes. Donné pour la première fois le 15 juin au Theater an der Wien. Également joué sur d'autres scènes provinciales et des numéros individuels de celui-ci sont apparus dans la gravure; - " Agnès Bernauer ". Parodie en 2 disques.

1798. " Le Roi des Fées ". Jeu de magie, en 3 actes ; - L'ouverture de chasse, une ariette et deux chœurs pour la pièce « Orion », sous la direction du chef d' orchestre de la cour de Bavière Winter ; - le premier acte de l'opérette « Das Jäger-Mädchen » ; - Morceaux individuels pour les opérettes : " Eins und Drei " (également intitulés les triolets) - " L' amour fait un processus court " - " Le mariage sur mesure ". Première et deuxième partie - « Trois pères et deux enfants ».

1799. " L'homme miracle aux chutes du Rhin ". Grand opéra en deux actes, pour lequel Haydn applaudit le compositeur dans une note spéciale ; - les premiers actes de « Le Devoir Royal » ; - " L'esprit rouge dans le Donnergebirge " ; - des morceaux de musique individuels pour le Singspiele. " Le Flügel d'Amor " - " L' île aux paons " - " Rinaldo Rinaldini " - " Le jour de l'église à Mosbrunn " - " Les Indiens du Spittelberg " - " Mina et Paru ".

1800. Morceaux individuels pour les opérettes : " Holga, la reine de cristal " - " Amor's Schiffchen " - " Hilda, la vieille femme dans les ruines de Frohnstein " - " L'Énée travestie " - " La nymphe de Jungbrunn " - " Astaroth , le séducteur "-" Le jugement [ 181 ] de Paris " - " L'île de l'amour " - " Heinrich l'Adelsburger " - et la parodie d' " Alceste ". Dans les compositions de tous ces Singspiele et opérettes, il a partagé, conformément aux conditions contractuelles, avec Fischer ,Haibel [vol. VII, page 203], Henneberg [Vol. VIII, page 304], JG Lickl [Vol. XV, page 89] et Tayber .

1801. " Les Druides ". Grand opéra héroïque en 3 actes. Joué pour la première fois au Theater an der Wien le 1er août. Le Chœur Barden, dont l'extrait pour piano de l'ensemble de l'opéra a été publié par Breitkopf et Härtel à Leipzig en tant que supplément au « Leipziger Allgemeine Musical Zeitung » ; - Morceaux individuels pour le Singspiele : " Protée ou le soulier sans pied " ; - " La jeune fille du soleil travestie " ; - à la parodie de " Erwine von Steinheim ", dont le premier final comique S. fut l'une de ses meilleures œuvres.

1802. Musiques individuelles pour : " Le moulin sur la roche ardennaise ", et " L'hostie de la mésange bleue " ; - Récitatifs instrumentaux du "Titus" de Mozart.

1803. " Cyrus ". Grand opéra en 2 tableaux

1804. " Les maris selon la mode ". Opéra-comique en 3 actes ; - récitatif et aria à Méhul "de Ariodont "; - " Tipo Saib ". Mélodrame historique en 3 actes [interprété sous le titre " Montezuma "]; - Ouverture au jeu magique " La pierre philosophale ".

1805. « Infidélité par amour ». Jeu de magie en 2 actes. Texte de Schikaneder ; - une scène pour « Idomeneo ». Insert pour le chanteur Ehlers ; - Canzonette avec choeur pour l'opéra « Das Admiralsschiff » et une ariette pour « Gulistan ».

1806. " Au lion d'or ". Singspiel en 1 acte, qui a été conservé au répertoire pendant deux décennies. L'ouverture et les numéros individuels de ceux-ci ont été publiés par Probst à Leipzig - " Die Samniterinnen ". Grand opéra basé sur Gretry, qui apparaît dans les « Denksteinen » comme « Femmes samaritaines ». Cet opéra, donné sans le nom de S., est devenu littéralement une pièce de cassa, et plusieurs chansons et marches de la même sont apparues dans la gravure ; - plusieurs numéros de chansons : à « Euphrosine » de Méhul - à « Voyage à Paris » - à « Les Nègres sur Domingo » - « Heldenmuth à Weiberbrust » - « Le père et ses enfants » - « Alane"; - une romance à l'opéra « Gulistan » et un duo et trio aux « Semiramis » de Catel , que ce dernier, conservé dans l'esprit de Catel , pourrait appliquer à son œuvre.

1807. " Alamar le Maure ". Opéra en 3 actes. Avec cet opéra, dont Castelli avait traduit du français le livret , le nouveau bail de la scène viennoise, un consortium de cavaliers (plusieurs comtes et princes de la maison d' Eßterházy , le prince Lobkowitz , Hieronymus Graf Lodron , Ferdinand Graf Pálffy et Stephan Graf Zichy ) a ouvert. , Votre entreprise; - " Minuit ". Singspiel en 1 acte ; - " Idas et Narcissa ". Opéra romantique en 3 actes, maintes fois répété ; - " Roderich et Kunigunde"Ou" L'ermite du mont Prazzo "ou" Le moulin à vent du côté ouest "ou" L'innocence longtemps persécutée et finalement triomphante ". S. a écrit une musique tout aussi délicieuse pour cette délicieuse, oui grande parodie de toutes les pièces de chevalier et de spectacle de Castelli ; - plusieurs pièces musicales pour "Gabrielle d'Estrées" de Méhul .

1808. " Le docteur du mariage ". Singspiel comique en 3 actes ; - " Le cordonnier politique ". Farce chantée en 4 actes ; - " Le facteur ". Opérette en 1 acte ; - Ouverture et Entr'actes des "Voleurs" de Schiller ; - quelques pièces de « Fanchon » ; - " Démophon ".

1809. " Bertha von Werdenberg ". Opéra historique en 2 actes, joué en septembre ; - " Rochus Pumpernikel ". Quodlibet en 3 actes, qui devint bientôt l'une des pièces préférées des Viennois ; - Morceaux individuels pour le Singspiele : " Thésée et Ariane " - " Le drôle de cordonnier " - " Le soir d'orage " ; - Chœur final de « Joseph et ses frères », et l'exécution thématique de l'ouverture ; - Overtures, actes intermédiaires, chorales et marches à Kotzebue « s « croisé », et Zacharias Werner « s « Attila ».

1810. « Saul. Roi d'Israël ». Drame biblique en 3 actes, adapté en allemand du français " le triomphe [ 182 ] de David " du frère de Seyfried Joseph ; donné le 7 avril avec un succès retentissant, et sans aucun doute l'une des œuvres les plus réussies de S., dont après des années a déclaré qu'il n'y savait rien qu'il changerait lui-même dans un mouvement artistique qui avait changé au fil des ans; a été publié par Haslinger à Vienne; - " La rose rouge et la rose blanche ". Opéra romantique en trois actes. Livret de Castelli , donné le 18 octobre avec un franc succès ; - nouvel arrangement de l'opéra "Richard Cœur de Lion » de Grétry . Les numéros les plus populaires de celui-ci, publiés dans les gravures de Steiner à Vienne ; - Chants pour les opéras : " Rosamunde " - " Rochus Pumpernikel ", 2ème partie - " Les deux généraux " - les entr'actes de " Johann von Calais " - " Margarethe von Anjou ".

1811. " Friedrich von Minsky ". Mélodrame; - " La Citerne ". Mélodrame en 3 actes ; - " Féodora ". Singspiel en 1 acte. L'ouverture en a été publiée dans la gravure de Breitkopf et Härtel à Leipzig ; - « Rochus Pumpernikel », 3e partie ; - Ouvertures, marches, chœurs et chants aux tragédies « Jules César » de Shakspeare et « Jeune fille d'Orléans » de Schiller , dont l'ouverture et la marche dans la gravure ont été publiées ; - des musiques individuelles pour : " La Petite Gitane " - " Un Jour à Paris ", et le " Bernhardsberg ".

1812. « Tchèque et Cech » ; - " Préciosa ". Théâtre avec chœurs et danses ; - Arrangement du jeu de chansons " Le tonneau de vin vivant ". La réduction pour piano a été publiée dans la gravure ; - Romances au "Minstrel" de Kotzebue ; - Des musiques individuelles pour : " Les chasseurs de chamois " - " Tante Aurora " - " Tamerlan " - " Nephtali "
.
1813. Ouverture, chœurs et marches à « Moïse ». Poème dramatique en 5 actes de Klingemann [WS 1] . Cette pièce fut interprétée avec une distribution extraordinaire pour l'époque, car non seulement tous les chanteurs solistes de deux théâtres y participaient, mais le chœur ne comptait pas moins de 130 membres ; - Nouvelle instrumentation pour le "King Theodor in Venice" de Paisiello ; - En outre, plusieurs morceaux de musique comme des danses et des parties vocales : " Alamar " - " Cinq sont deux " - " Le camp de campagne autrichien " - " Fridolin " - " La femme intelligente dans la forêt ".

1814. " Les chênes centenaires ". Festival de Kotzebue , pour le nom de fête de l'empereur François Ier , composé en 3 jours ; - Chansons individuelles pour le Singspiele : « Gute Nachrichten » - « Das Gaugericht » ; - Ouverture, chants et danses du drame « Der Teufelssteg am Rigiberge », dont les numéros individuels ont été publiés par Steiner dans la gravure.

1815. « Il tient vraiment parole ». Opéra-comique en 2 actes ; - " Niklas à la croisée des chemins ". Posse en 3 actes, pour le bonnet de lapin comique . L'ouverture et le départ figuraient dans la gravure ; - " La forêt de Bondy ". Drame en 3 actes ; - Ouverture. Actes intermédiaires et chansons individuelles sur : " Adelheid von Italien " - " Die Ehrenpforten " - " Lottchen am Hofe ".

1816. " La bouillie sucrée ". Jeu de magie en 3 remontées mécaniques ; - " La Colline des Roses ". Contes de fées en 3 actes ; - " Monter trois volées d'escaliers ". Opérette en 1 acte ; - Chœurs et mouvements instrumentaux pour « Faust ». Légende dramatique en 5 actes de Klingemann . Breitkopf et Härtel ont publié l'ouverture dans la gravure ; - diverses pièces vocales pour " Die Elster ". Drame en 4 actes ; - “ Life a dream ”, et ouverture, actes intermédiaires, marches et choeurs à “ Das Haus Barcellona ”.

1817. " L'orphelin et le meurtrier ". Drame en 3 actes ; - " Abraham ". Drame biblique avec choeurs en 4 actes. S. a écrit la même chose à propos de son Bienfait, et il a été si acclamé qu'il a été donné douze fois de suite ; - " Udine ". Opéra féerique en 3 actes ; - " Le triomphe de Cupidon ". Fête allégorique à l'occasion de la marche de l'archiduchesse Léopoldine avec Don Pedro , empereur du Brésil ; - l'accompagnement musical des mimiques de Mme Sophie Schröder ; - le deuxième acte de la farce « Lundi, mardi [WS 2] , mercredi » ; - " Hymne au soleil". Mélodrame avec accompagnement de 3 flûtes ; - Ouvertures, chants et actes entre : " Ahnfrau " - " Genoveva " - " Le Ludlamshöhle ".

1818. " Les Macabeans " (Salomena et ses fils). Drame biblique en quatre disques, donné dix-sept fois consécutives. L'ouverture et plusieurs pièces vocales figuraient dans les extraits pour clavier en gravures ; - " Zemirs et Azor ". Opéra romantique en 4 actes de Grétry , remanié ; - le troisième acte du ballet « The Stupid Knight » ; - Chœurs et ouverture des pièces de théâtre : " L'épée d'Odin " - " La succession au trône ".

1819. " Noé ". Drame biblique en 3 actes, donné vingt fois de suite à guichets fermés. Breitkopf et Härtel ont publié l'ouverture dans la gravure ; - Chœurs et marches aux pièces de théâtre : « Erasmus Lueger » ; - " Les ménestrels sur la Wartburg ".

1820. " Obéron, Roi des Elfes ". Ballet. La musique apparaît dans la gravure de Mechetti à Vienne ; - Chœurs et chants pour la pièce " Bettina ".

1821. « L'orphelin de Genève » ; - " Ugolin ". Drame en 4 actes.

1822. « Magandole ». Conte indien en 4 actes. Écrit pour son bénéfice, et ne l'a pas aimé à cause de la mauvaise distribution; - " Timur, le Tartarque ". Le mélodrame en 3 actes, auquel a participé la compagnie équestre de Tourniare, est resté au répertoire pendant plus d'un mois.

1823. « Ahasver ». Légende dramatique en 4 actes. Compilé entièrement à partir des pièces de musique de chambre de Mozart; la tentative particulière a rencontré un accueil extrêmement favorable ; - " Le menu boeuf ". Singspiel. Adaptation du vaudeville « La menuette de boeuf » , de Hofmann, et des motifs de Haydn utilisés pour celui-ci. Publié par Trautwein et Comp. à Berlin dans le pétrin ; - " Le Prince Invisible ". Jeu de magie en 4 remontées mécaniques ; - " Sintram ". Mélodrame avec choeurs.

1824. Le troisième acte du conte de fées « Le manteau court » ; - Pièces individuelles de musique pour la pièce "Meister Martin der Küffner", de Holbein ; - Des acomptes pour le quodlibet « Rochus Pumpernikel » et le jeu magique « Le chapeau de rose ».

1825. Overture et agir par intérim à Grillparzer de « Glück Ottokar und Ende », au nom du comte Moriz Dietrichstein , à cette époque , le musicien le plus élevé de la cour. - Cette année-là, son poste de Capellmeister au Theater an der Wien, qui était passé entre les mains du directeur Carl , prit fin.

1826. " Bozena ". Drame de Reil , et " La Fleur de Mull ". Drame avec chœurs, de Lembert , tous deux pour le Josephstädtertheater; - plusieurs morceaux de musique pour "Alexandre et Darius". Jouer par Uechtritz .

1829. " Le sabre de bois ". Opérette en 1 acte de Kotzebue , d'après les mélodies de Mozart. Avec cette œuvre s'achève la composition dramatique de Seyfried .


II Cantates, oratorios et chœurs par ordre chronologique.
1797. Trois cantates occasionnelles ; - Chant de mars pour célébrer le contingent viennois [publié dans la gravure].
1799. Cantatin pour une fête de famille ; - Chorale pour le festival annuel de la mobilisation.
1802. Schützen-Cantate .
1804. Plusieurs cantates .
1805. Cantate , composée au nom de l'impératrice Thérèse pour la fête de l'empereur François Ier, et jouée dans le palais des plaisirs de Hetzendorf. L'impératrice elle-même a chanté la partie de soprano des voix principales.Pour cette occasion, Seyfried a reçu une tabatière d'or.
1806. Le retour du père . Texte du frère de Seyfried, Joseph. Cette cantate a été écrite à l'occasion du retour de l'empereur, longtemps tenu à l'écart de Vienne par les conditions politiques, et jouée dans l'académie musicale qui se tient chaque année la veille de Noël au profit de la caisse des hôpitaux citoyens.
1812. Deux nocturnes en huit parties - cantate pour le jubilé du professeur Gölsch ; joué dans la salle universitaire.
1816. Jour du jubilé de l'Autriche . Chant allégorique de consécration pour la glorieuse cérémonie du matin de l'empereur François Ier avec Karoline Auguste , princesse héritière de Bavière.
1817. Les Israélites dans le désert . Oratorio de Bach . Inscrit à la Citizens Academy le jour de Noël. Seyfried augmenta l'accompagnement instrumental, raccourcit plusieurs choses, ajouta la fugue sur le nom du maître B, A, C, H , travailla pour le grand orchestre, comme ouverture, et pour le finale le majestueux double choeur "Heilig, Heilig, Heilig" . En outre, [ 184 ] plusieurs cantates occasionnelles et plus petites en allemand et en italien, en partie pour les cercles familiaux, en partie pour les représentations publiques. - Six chants de marche du contingent de volontaires viennois.
1831. Cantate occasionnelle pour la profession cinquantenaire de l'abbé Marian à Melk.


III. Musique de chambre, instrumentale ou vocale.
1797. Rondeau pour pianoforte, publié dans la gravure ; - Grande Symphonie en mi bémol majeur . Joué pour la première fois dans le concert du chanteur de chambre prussien Fischer , joué par la suite par Schuppanzigh dans ses célèbres concerts d'Augarten.
1799e Symphonie en ré majeur .
1805. Quelques quatuors vocaux , en 4 livrets, sous le nom : « Journal für Quartettenliebhaber etc », gravés ; - Grande marche de parade pour le deuxième régiment civil, dans l'extrait au piano, gravé.
1811. Modification de la sonate fantastique en ut mineur de Mozart en une symphonie instrumentale à part entière.
1812. Remaniement de la fantaisie d'orgue en fa mineur en une symphonie instrumentale à part entière et avec l'ajout de l'Allegro et de l'Andante du Quatuor à clavier en sol mineur , publié par Härtel à Leipzig.
1821. Quatre Andante et la sonate à quatre mains en ut , de Mozart , remaniés en mouvements instrumentaux complets, publiés dans la gravure d'Andrä à Offenbach ; - Morceaux choisis , de Beethoven , également paraphrasé en mouvement instrumental, publié chez Propst à Leipzig.
1825. Plusieurs quatuors vocaux .
1827. Deux hymnes vocaux ; - Six chansons de Baldamus , dédiées à la princesse Amalie de Saxe ; - Hymne vocal en fa : "Seigneur, que tu me donnes la vie"; - un autre en sol : "Grand est le Seigneur".
1833. Célébration du soir , par Mathisson . Chœur vocal; - Air de basse en mi mineur avec chœur ; - solo de basse avec cor obligé; - Ténor rondeau , pour le chanteur Wild .
1837. Deux choeurs vocaux à huit voix pour le Nürnberger Liedertafel ; - Chanson folklorique pour l'anniversaire de l'empereur.
1840. La maison du père , de Frank ; - Mit Gott , de JN Vogl , le premier du livre de poche « Orpheus ». Né en 1841, ce dernier en August Schmidt « Allgemeine Wiener Musik-Zeitung », publié en 1841 en complément du n° 21 de la gravure ; - Berceuse , pour l'album de la charité ; - En plus de ces compositions dont l'année est connue, un quatuor de violon en sol appartient également ici ; - deux parties de la Redoute-Menuets et la même valse ; - dix courtes sérénades , pour cors français ; - Adieu, Rhapsodie ; -Pauvre Tom . Ballade de Falk , celle-ci et la précédente pour voix avec piano; - Pièce de concert pour la clarinette avec tout l'orchestre ; - un semblable, pour cor d'harmonie ; - Concertante , Polonaise, pour cor d'harmonie ; - Trois marches de parade dédiées à Sr. Major Alexander , Empereur de Russie ; - un écho d'harmonie à dix-huit parties et un pot - pourri du même genre , tous deux composés pour le compte de l'impératrice Theresia et joués au palais des plaisirs Hetzendorf près de Vienne ; - Divertimento , pour flûte avec accompagnement orchestral; - Pièce concertante , pour hautbois ; -L'Harmonie , choeur vocal à seize voix. - Il a également arrangé les opéras en partie pour pianoforte, en partie en quatuor ou quintette, en partie pour harmonie à six et neuf parties : « Figaro » - « Titus » - « L'orphelinat » - « Tenant Robert » - « Les chercheurs de trésors ” - “La famille suisse ”-“ Hélène ”-“ Ariodont ”-“ Saul ”-“ Cendrillon ”- “ Oncle valet ” -“ La Caravane ”-“ La Vestale ”-“ Cyrus ”-“ Johann von Paris ”- " La magie naturelle " - " Rochus Pumpernikel ", trois parties - " Richard Cœur de Lion " - " Le siège de Corinthe " - " Le tonneau de vin vivant " - " La femme blanche " - " Maçon et serrurier " - le ballet " Oberon " etc.


IV Musique d'église.
1811. "Missa solennis" en la majeur , première composition d'église de Seyfried , évoquée par l'ambiance religieuse dans laquelle la composition de son "Saul" le met. Cette messe fut célébrée pour la première fois le 15 juillet 1811 en l'église paroissiale des Carmes PP. Le succès fut éclatant. La [ 185 ] messe figurait dans la gravure, et était dédiée à l'archiduc Rodolphe .
1812. « Deuxième Messe » en ut mineur , avec un Credo particulièrement réussi , dans lequel S. utilise le seul mot credo pour faire progresser un choral en forme de scala, ascendant et descendant, exécuté alternativement par les quatre voix, comme cantus firmus , tout en trois Récitez complètement l'intégralité des articles de foi. En 1825, S. a révisé cette messe, qui est maintenant également gravée dans la partition de Haslinger comme VI. La livraison de la "musica sacra" est apparue.
1813. " Troisième messe " in G . Composé pour la célébration de Cecilia, publié par Hofmeister à Leipzig.
1814. « Messe » en ré majeur .
1816. "Missa alla capella" ", uniquement avec accompagnement d'orgue. A l'occasion de la cérémonie de mariage de l'empereur François avec Karoline Auguste , princesse de Bavière.
1818. " Messe courte " en ut , imprimée à voix par Steiner à Vienne.
1819. « Messe courte » en si , publiée dans la gravure qui s'y trouve.
1821. « Messe » en ré majeur , dédiée au Grand-Duc de Hesse.
1823. " Grande Messe " in F . S. avait utilisé plusieurs chœurs de ses drames bibliques d'un certain caractère religieux avec des mots de texte latin sous-jacents.
1824. " Messe " en Es . Une pièce d'argile votive. A Karlsbad, où S., à cause de sa mauvaise santé, utilisait le Cur, il fit vœu s'il revoyait Vienne, pour laquelle, dans son état très dégradé, il n'y avait guère d'espoir d'écrire cette messe. Elle est apparue dans le point.
1825/26. Pendant ce temps, S. traduisit le « Requiem » de Mozart , pour le piano uniquement avec des parties vocales enregistrées ; a augmenté son Te deum et la Messe en fa majeur avec instruments à vent en ajoutant deux mouvements de la cantate, nommés « Last Masterpiece », comme graduels et offrande ; a également composé deux "Tantum ergo" , un "Liberia" et un "Regina coeli" ; - deux motets : « Mentis oppressae » et « Stringor vinculis » .
1827. Pour un mélomane viennois, le marchand Wieninger , il réduisit la messe du couronnement des chérubins à un orchestre à vent plus petit ; - a écrit une nouvelle « Messe » en fa majeur , le « Miserere », à partir de deux mouvements de trombone avec un chœur vocal d'hommes ; - Aux funérailles de Beethoven , un « chant choral » en quatre parties sur un poème de Jeitteles , tous trois gravés par Haslinger à Vienne ; - un Te deum en ré majeur - un " Offertoire " en si : " Gloriosa Domina ", pour une partie de soprano soliste avec hautbois concertant, choeur et accompagnement d'orchestre complet (Offertorium n° 10).
1830. « Chœur du festival » en ut : « Domine judicium tuum Imperatori da » , interprété en graduels dans l'église Sainte-Anne le jour de l'anniversaire de l'empereur ; - « Fest-Choir » en fa : « Salvum fac Domine » , à la fin se tissent les dernières mesures de la chanson folklorique autrichienne : les deux choeurs se sont produits à Haslinger ; - "Zwei Gesänge J. Haydn 's", pour tout l'orchestre avec des textes d'église latins sous-jacents; - La « Deutsche Messe » de Michael Haydn , mise en scène pour un choeur d'hommes à quatre voix ; - « Deux Motets » en Mib: "Adoramus te" et "Aeternus Deus unus" , orchestrés d' après les chants de Haydn ; - un « Graduale » en sol : « Dilexisti justitiam » (Grad. n°9) ; - un « Offertorium » en A : « Filiae regum » (Offre n°8) ; - un « hymne vocal » en cinq parties en hébreu pour la maison de prière juive de Vienne ; - « Deux Psaumes de David », sur un choeur d'hommes à quatre voix et avec des textes russes, au nom de la Grande-Duchesse de Saxe-Weimar ; - « Messe festive » en fa mineur , à l'occasion du premier cours de son fils Léopold, aujourd'hui sous-prieur de l'abbaye de Melk ; - Double choeur à huit voix « Vocal Mass » en sol majeur .
1831. « Deux Psaumes », pour la communauté israélite de Vienne ; - un « paternoster » en ut majeur ; - un « Offertoire » en D : « Ecce panis angelorum » (Offerte n° 13) ; - un « Tutti Requiem » en sol mineur - un en mi mineur - un en la mineur , pour chœur d'hommes à quatre voix, gravé par Haslinger ; - une solenne « messe pastorale » en mi majeur ; - Reprise d'une « messe » en fa et d'un « choeur vocal » de Bierey .
1833. Un « Liberia » pour le « Requiem » de Winter ; - deux « motets » : « O mi Deus » et « Domine deus noster » , tous deux écrits plus tôt [ 186 ] puis élaborés et enrichis d'instruments, tous deux publiés dans la gravure ; - un « Salve regina » en mi majeur , imprimé par Härtel à Leipzig ; - deux " Asperges " ; - l' Offertoire ; "O sacrum convivum" ; - le « Psaume » en ré : « Venite exultemus » ; - une seconde en B :« Psailite Deo nostro » (également en tant qu'Offertoire n° 6) ; - « Hymnus » en mi majeur , pour deux chœurs vocaux : « Coeli enarrant » (également comme Offertoire n° 11) ; - « Offertoire » en fa : « Hora, dies, vita fugit », double choeur (Offertoire n° 7) ; - " Quatuor Canonique avec Chœur " ; - « Hymne » en fa mineur ; - « Requiem » en la mineur , choeur d'hommes à quatre voix, accompagné de trois violoncelles, contrebasse, trompettes et timbales, accompagné du Libera ; - le " Offertorium " en ré mineur : " Timete populi "(Offre n° 6) ; - En outre, cette année-là, il a arrangé les motets de Mozart en ré majeur et mi bémol , le « Te decet laus » et « Dominus laudavit » de la messe de Weber , l' « Adoramus te » et « Aeternus Deus » de Jos. Haydn - un "Equal" pour trois trombones "Graduale" et "Justus ut Palma" , basé sur Mozart .
1837. « Offertorium » pour deux chœurs avec accompagnement obligatoire de deux orgues ; - un "Magnificat" , dédié aux clubs hollandais ; - un acte solennel pour deux trompettes, quatre tambours et timbale ; - " Offertoire " en C : " Timebuntjusti " . - L'arrangement de plusieurs messes de Cherubini, Kleinheinz et Haydn , et de quelques motets de Baumann , Beethoven, Lachner , Mayseder et autres : - « Requiem » en mi mineur , gravé par Falter à Munich ; - Solenne " Messe " àB avec les graduels et l'offertoire, pour la fête du nom du nouveau prélat de Melk, Eder .
Après 1837, dans les dernières années de sa vie : « Hymne » en ré majeur : « Constitues eos principes » , pour la célébration du nom du prélat de Klosterneuburg J. Ruttenstock ; - « Psaumes, Graduels et Offertoire » : « Confitebunt coeli » » en ut majeur , le jour de la fête de saint Georges Martyr, en offrande pour son ami G. Wieninger ; - « Omnes de Saba venient » en si majeur , pour l'Épiphanie ; - « Deus firmavit » en la majeur , à la naissance du Christ ; - « Desiderium animae » , le jour du salut. Guillaume ; - deux "Tantum ergo", pour les parties vocales ; - « Chœurs de bergers » pour la fête de Noël 1. en A : « Viderunt omnes fines » , 2. en B : « Tui Sunt coeli » , tous deux pour voix d'hommes avec un petit orchestre ; - deux « prières scolaires », pour soprano et alto avec orgue ; - trois « motets de deuil », imprimés à Breslau par Leuckart ; - « Tantum ergo » en do ; - le "99. Psaume » en B ; - « Ave verum corpus » alto solo avec choeur et accompagnement instrumental ; - « Messe pastorale » en sol ; - "Missa solemnis" [WS 3] dansD mineur , en tant et en A major ,comte Ferdinand Stockhammer dédié. - Puis il a instrumenté et arrangéla petite messe en ut de Mozart - a écritun « New Benedictus »pour unemesse d' hiver - plusieurs intermèdes pour la messe de Theresia de Michael Haydn - a augmenté les grandes messes de Schnabel en la bémol et mi dans l'accompagnement orchestral - le même en fa , par Aiblinger - a présenté une messe en ré mineur de Haendel« s travaille ensemble - autre dans un plat avec graduels et offres, par Bernhard Klein - disposées Hummel « s Larghetto , de dont mineur concert comme une « église motet » avec sous - tendu textes latins - aussi un hymne par Stunz et instrumenté il Plusieurs motets de Zingarelli , Palestrina , Pergolese , etc. - En plus des oeuvres ecclésiastiques de S. précédemment citées, dont l'époque de leur création est connue par ses propres notes, il existe encore : un " Requiem " en sol mineur - une seconde en mi mineur- un « Regina coeli » en C - un « Veni Sancte Spiritus » dans D - un « Ecce panis » en A - un « Miserere » avec quatre trompettes en alternance en C minor - cinq « Tantum ergo » et « Genitori » - un " Halleluja " en do - a "Te deum laudamus" en do , pour célébrer l'arrivée de l'empereur en 1814 - "Graduale" n°1 : "Jubilate Deo" en si , n°2 : "Laudate pueri" en fa, n°3 : "Dextera Domini" en elle , n°4 : "Ave Maria Stella", en A , n°5 : "Cantate Domino" en sol , n° 6 : "Dominus noster" en sol , n°7 : « Mentis oppressae » en C minor , n ° 8: « Assumpta est Maria » dans A , n ° 9: « Pater » en C , n ° 10: « Laudate Dominum » dans [ 187 ] Eb deux chorales vocales, N° 11 : « Qui seminant in lachrymis » en F , N° 12 :« Tecum principium » en ut - « Offertorium » n° 1 : « Domini est terra » en sol , n° 2 : « Quare Fremduerunt gentes » en la mineur , n° 3 : « Nocte surgenits » en ut , n° 4 : « Te decet hymnus » en si bémol , n° 5 : « O mi Deus amor meus » en mi bémol , n° 6 : « Ave Maria » en sol , n° 7 : « Gloriosa domina » en si bémol , air de soprano avec concertirender hautbois, n°8 : "Stringor vinculis" en sol mineur , n°9 :« Laetantur coeli » dans As .


V. Travaux théoriques.
En 1825 , les "Ouvres complètes" de S. Albrechtsberger , son école de basse approfondie, sa théorie de la composition et un appendice sur la partition en 3 volumes, avec le eportrait d' Albrechtsberger , furent publiés par Haslinger à Vienne; deuxième édition 1837 ; - « Wiener Tonschule von Preindl , en 2 parties. Edité à partir de la succession du chef de musique de la cathédrale à Haslinger à Vienne et dédié à l'archiduc Rodolphe . Ludwig von Beethoven études contrapunctiques, recueillies à partir de ses manuscrits, comprenant annexe, biographie, anecdotes, traits, lettres, testament, etc. De plus, S. a révisé et complété plusieurs écoles, manuels, etc. Sur sa succession et ce qui lui est arrivé, voir la fin de la biographie à la page 180.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty
MessageSujet: Re: Ignaz von SEYFRIED (1776-1841)   Ignaz von SEYFRIED (1776-1841) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ignaz von SEYFRIED (1776-1841)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: