Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean-Joseph RODOLPHE (1730-1812)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin


Nombre de messages : 15578
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jean-Joseph RODOLPHE (1730-1812)   Sam 29 Oct - 10:01

Jean-Joseph Rodolphe, né le 14 octobre 1730 à Strasbourg, mort le 18 août 1812 à Paris, était un compositeur et théoricien français de la musique d'origine alsacienne. Il eut une brillante carrière de violoniste, corniste et compositeur durant la seconde moitié du xviiie siècle.

Élève de Jean-Marie Leclair à Paris dès 1745, il voyagea dans toute l’Europe, d’abord à Parme (cour francophile de l’Infant, où il rencontre Traetta) en 1754 puis à Stuttgart en 1761, où il devint violoniste de l’orchestre du duc de Württemberg. Le célèbre Jomelli, Maître de chapelle de la cour, lui enseigna son art. Mais c’est surtout sa rencontre avec Jean-Georges Noverre, alors maître de ballet du duc, qui donna un nouvel essor à sa carrière : pour lui, Rodolphe composa la musique du ballet-pantomime Médée & Jason (créé en février 1763), puis de nombreux autres ouvrages.
Quelques années plus tard, Rodolphe retourna à Paris. En 1767-1768, il fit grande sensation en jouant du cor avec la plus grande perfection au Concert Spirituel puis à l’Académie royale de musique, où l’on inséra des airs avec instrument concertant à son intention lors de la reprise d’ouvrages anciens, comme Hippolyte & Aricie ou Dardanus de Rameau. Parmi les partitions qu’il composa alors, le spectaculaire opéra Isménor fut représenté avec grand déploiement de moyens scéniques à l’Opéra royal, pour le mariage du comte d’Artois (1773). Il y utilise le trombone, probablement avant François-Joseph Gossec.
Mais ni la création versaillaise, ni la reprise parisienne, quelques mois plus tard, n’eurent de succès. A la fondation de l'Ecole royale de chant en 1784, Rodolphe fut nommé professeur d'harmonie, mais perd sa place après la Révolution.

En 1798, Rodolphe fut nommé professeur au Conservatoire de Paris, mais suite à une réduction d'effectifs du Conservatoire en 1802, il demeure sans emploi et termine sa vie comme professeur privé.

Sa musique opère une synthèse harmonieuse entre la tradition française, héritée de Leclair, Rameau et Mondonville, et le style italien que Jomelli lui enseigna : c’est pourquoi Noverre appréciait tant cet auteur, y trouvant à la fois grâce et variété chorégraphique, mais aussi fougue et théâtralité.


Œuvres principales

Théorie d'accompagnement et de composition (vers 1785), à l'usage des élèves de l'école nationale de Musique, contenant l'origine des accords, divisée en deux classes, l'harmonie naturelle et l'harmonie composée, la basse fondamentale de chaque accord et des leçons de pratiques.

Solfège ou nouvelle méthode de musique (1790), divisée en deux parties, la première contient la théorie de cet art et la seconde les leçons avec basses et gradations nécessaires pour parvenir aux difficultés par Rodolphe. Paris, Le Duc, 168pages plus planches.

Renaud et Armide, ballet d'action créé à Lyon en 1760, repris à Versailles en 1775
Psyché et l'Amour, ballet (1762)
La Mort d'Hercule, ballet (1762)
Médée et Jason, ballet d'action créé à Stuttgart en 1763, puis repris à Versailles en 1775
Le Mariage par capitulation, Opera (1764)
L'Aveugle de Palmyre, Opera (1767)
Isménor, Opera (1773)
Nanine, sœur de lait de la reine de Golconde, Opera (1773)

Trente-six morceaux de différents genres, pour violon (non daté)
Duos pour violons
Premier concerto avec cor principal, en mi majeur (vers 1779)
Deuxième Concerto de cor (non daté)
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Joseph RODOLPHE (1730-1812)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: