Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Joseph (José) WHITE (1836-1918)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin


Nombre de messages : 15570
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Joseph (José) WHITE (1836-1918)   Mer 26 Oct - 10:18

José Silvestre de los Dolores White Lafitte, connu en France comme Joseph White (né selon les sources le 31  décembre 1835 ou le 17 janvier 1836  à Matanzas, Cuba  et mort le 15  mars 1918  à Paris), est un violoniste et compositeur cubain. Pour son insurmontable technique et son sens d'interprétation, on l'a surnommé "El Paganini negro".

Son père, un commerçant, Don Carlos White Lafitte est français et sa mère María Escolástica est afro-cubaine, une esclave libérée.
Selon de journal que tenait son père, José est né après 12 heures le 31 Décembre 1835. Il a été baptisé le 17 Janvier 1836 (ce qui apparaît généralement comme sa date de naissance dans plusieurs biographies). Quand il eut un peu plus de quatre ans, Joseph manifesta beaucoup d'affinité pour le violon dont jouait son père, un violoniste amateur.  

Toujours selon le journal de son père, le 1er Décembre 1840 (quand Joseph n'avait pas encore de cinq ans) il a commencé à lui enseigner de jouer de son l'instrument. Après trois ans, à la fin de 1843, son père le plaça comme élève d'un violoniste noir, José Miguel Román. Cependant, l'année suivante (1844), Román a été assassiné pendant la fausse "Conspiración de la Escalera"-  soit disant révolte des esclaves -, dans laquelle plusieurs centaines d'afro-cubains influents comme Plácido (le poète Gabriel de la Concepción Valdés), Andrés José Dodge (dentiste) Santiago Pimienta (agriculteur et agronome), José M. Román (violoniste) et Jorge López (peintre et lieutenant de milice) ont été exécutés par des cubains à la peau blanche. Cette année-là Joseph White a commencé à étudier avec Pedro Lecerf. Au fil des ans, son père lui a acheté plusieurs instruments,  et bientôt Joseph a appris à jouer de tous.
Il donne son premier concert à Matanzas le 21 mars 1854, où il est accompagné par le pianiste et compositeur américain Louis Moreau Gottschalk, qui l'encourage à poursuivre ses études de violon à Paris et lui donne l'argent reçu du concert pour le voyage. José White étudie au Conservatoire de Paris en 1855 et y est très apprécié par Rossini. Il étudia le violon avec l'un des plus prestigieux violonistes français, Jean-Delphin Alard, la composition avec Henri Reber et le contrepoint et la fugue avec Ferdinand Taite. Le 29 Juillet 1856, après seulement une année d'études, il a remporté le premier prix au Conservatoire de Paris.

Entre 1857 et 1858, Joseph White a été le premier violon d'un quatuor à cordes à Paris. En 1858, il a dû retourner à Cuba en raison de la maladie de son père. A Matanzas il a continué à jouer avec Gottschalk.

Entre 1861-1874, il a vécu à nouveau à Paris. Il a travaillé avec succès en tant que soliste et musicien de chambre. En 1865, il a été nommé membre de la Société des concerts du Conservatoire de Paris. Parmi ses élèves de violon, se trouvent, entre autres, George Enescu  et Jacques Thibaud. Au début de 1870, il a mené une tournée de concerts en Europe. Plus tard, il part en tournée en Amérique du Nord et du Sud avec son ami et compatriote Ignacio Cervantès. Entre 1875 et 1877, il joue à New York, Boston, Washington et Philadelphie.

De 1877 à 1889, au cours d'un voyage au Brésil, il est nommé directeur du Conservatoire impérial de Rio de Janeiro, et travaille aussi comme musicien à la Cour de l'empereur Dom Pedro II. En 1883 il fonde avec Arthur Napoleão la "Sociedad de Conciertos Clásicos", à Río de Janeiro. En décembre 1889, il accompagne l'Empereur, qui a abdiqué, à Lisbonne.

Après quoi il retourne à Paris pour y passer ses dernières années comme violoniste, professeur et compositeur ; en 1911 il effectue un voyage à Rome, invité pour participer au Congrès International de musique où il interprète et dirige aussi bien de la musique de chambre que des oeuvres avec orchestre.
Il meurt à Paris le 15 mars 1918 âgé de 82 ans et inhumé au cimetière de Boulogne sur Seine. Le célèbre stradivarius Chant du cygne de 1737 a été son instrument.

Comme compositeur, White était sous l'influence de musiciens européens tels que Henryk Wieniawski et Henri Vieuxtemps.

Son œuvre la plus connue est La Bella Cubana, une habanera. White a aussi écrit un concerto virtuose pour violon en fa dièse mineur op 15 (1864), enregistré sur le label Columbia. On lui doit aussi un quatuor à cordes op 17, un boléro de concert pour violon et orchestre op 7 (1859), des variations pour piano et orchestre et plusieurs morceaux pour violon dont, outre la Bella Cubana pré-citée (en si mineur pour 2 violons et piano (1859, éditée 1910), 6 Etudes pour violon seul, op 13 (1859) et Zamacueca op 30, une danse chilienne pour violon et piano (1897).



Oeuvres

Orchestre

Concierto en fa sostenuto menor, op. 15 (1864);
La bella cubana, para dos violines y orquesta.
Marcha cubana per banda militar (1909), dédiée à Caba


Musique de chambre pour violon et piano

Melodia sobre aires cubanes (1854)
El carnaval de Venecia, op. 1, 1858;
Romanza y barcarola, op. 2, 1861;
Potpourrí sobre aires cubanos, op. 3;
Fantasía sobre La traviata, op. 4, 1960;
Capricho-fantasía sobre la jota aragonesa, op. 5, 1963;
Gran fantasía sobre El trovador, op. 6;
Bolero de concierto, op. 7;
Segunda romanza sin palabras, op. 8, 1863;
Capricho gracioso, op. 9;
Fantasía cubana, op. 10 (1859);
Styrienne, morceau de concierto, op. 11;
Romanza sin palabras en si menor, op. 14;
Tercera romanza sin palabras, op. 18;
Le bol mal Placé, op. 20;
Capricho-vals, op. 23, 1875;
Fantasía sobre Martha, op. 24;
Cuarta romanza sin palabras, op. 25;
Zamacueca, op. 30, danza chilena;
Violinesque, op. 32;
La coquets, La juguetona, La sandunguera, Vals de los niños.


Autres musiques de chambre

Estudio, Violín solo, 1859;
Seis studios brillantes, Violín solo, op. 13, 1869;
Andante para viola sola op. 16
Cuarteto de cuerdas, op. 17.
Fantasía sobre Mignon, op. 21, para dos violines;
Juventud, op. 29, para cuatro violines y piano;
La bella cubana, para dos violines y piano. (Habanera)
Nuevos estudios, op. 33, con acompañamiento de un segundo violín


Piano

La amorosa y La Fémina, polka-mazurka;
La yumurina, polka, y Schottisch. (Orquesta típica de baile)
¡Hélas!, vals lento;
El pensaient, La casa consistorial, La piedad y La Sabina, danzas.


Musique vocale (Voz y orquesta)

Versos para la virgen de La Merced, Invitatorio a maintiens Christus natus est nabis y Misa, a cuatro voces (1854)
Miserere mei, deus secundum magnum,
Lamentación,
Versos de la pasión de nuestro señor Jesucristo, a dos voces;
Misa, Invitatorio a maitines Christus natus est, nobis, a cuatro voces.
El llanto de una madre. (Voz y piano)

La Bella Cubana

https://www.youtube.com/watch?v=TblB__PsxyE

https://www.youtube.com/watch?v=TblB__PsxyE


Concerto pour violon

https://www.youtube.com/watch?v=FzK1gaamMKs
Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph (José) WHITE (1836-1918)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: