Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Discussions autour du violoncelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Sam 31 Déc - 19:49

Merci Joachim pour cette présentation. Je n'ai pas le temps, ce soir, d'écouter cette facette moins connue d'Offenbach, mais j'y viendrai en temps et en heure. Entre hier soir et cet après-midi, j'ai réécouté les Six Suites pour violoncelle non accompagné de J. S. Bach, toujours par Yo-Yo Ma. Je suis de plus en plus séduit par cette musique. Pourtant, cette séduction ne fut pas instantanée, comme ce fut le cas avec d'autres oeuvres pour instrument solo. J'avais aimé instantanément le piano ou le clavecin dans les Variations Goldberg, le luth dans son oeuvre de luth, le violon dans ses partitas et encore le piano dans le Concerto italien et le Piano tempéré. Or, le violoncelle avait suscité, lors d'une première approche, il y a pas mal d'années en arrière, certaines réticences. Je n'ai jamais pensé qu'il pouvait s'agir de l'interprétation, du moins en partie. Toujours est-il que lorsque je les ai redécouvertes par un autre violoncelliste, mon impression changea presque radicalement. Je n'irai pas jusqu'à prétendre que l'émotion est constante en intensité, mais je n'éprouve plus aucun ennui à en écouter une heure d'un coup. Il y a quelque-chose dans l'écriture de Bach, un geste qui ne s'arrête pas, un geste qui ondule et tricote des lignes mélodiques envoûtantes, un mouvement continu, presque rotatif, sur différents tempi qui dessinent des mélopées magnétiques. On m'avait même dit que si j'aimais ce type de mouvement musical, je devrais aimer Phil Glass. Mauvaise appréciation car je n'aime pas trop la musique de l'Américain. Je pense que le style d'écriture de Bach a quelque-chose de magnétique - c'est inné chez lui - et convient merveilleusement à l'instrument seul. Avant de découvrir les Partitas, je n'imaginais même pas que je pourrais tenir (en intérêt) sur un disque entier de violon solo, moins encore sur un double-cd! Je n'y croyais pas du tout et m'étais surpris moi-même, comme si c'était un exploit que je réalisais, alors que ça ne m'avait coûté aucun effort. La magie opéra aussitôt. Avec le violoncelle, ce fut beaucoup moins instantané, je l'avoue, néanmoins, à l'époque, j'avais une nette préférence pour le violon et l'alto. Depuis, le violoncelle a pris une place de plus en plus importante, leur vole même un peu la vedette. Laughing Et c'est encore Bach qui arrive à m'accrocher sur deux heures de violoncelle non accompagné, sans broncher. Bon, sur ce coup-là, il ne sera pas le seul à y être arrivé: il y eut Jean-Paul Dessy avec Prophètes. Les Suites pour violoncelle seul de Bach seront d'ailleurs ma dernière écoute de 2016.


Dernière édition par Icare le Dim 1 Jan - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3162
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Sam 31 Déc - 20:20



Joachim a écrit:
Voici un beau concerto pour violoncelle composé par... Offenbach !

Un peu militaire comme ambiance (ce que je n'aime pas trop) mais une belle expressivité du violoncelle qui a une belle part dans l’œuvre et relève le tout pour moi  Very Happy

Je préfère l'élégie  et encore plus l’œuvre que j'ai pu écouter par la suite (YT !) , toujours d'Offenbach et qui s'appelle "Jacqueline's tears", pas très joyeux tout de même mais très beau  
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3162
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Sam 31 Déc - 22:00

Citation :
Les Suites pour violoncelle seul de Bach seront d'ailleurs ma dernière écoute de 2016.

Ce sera le cas pour moi également à la faveur de ton billet Icare, je pourrais écouter ces suites des heures durant sans me lasser, elles me sont bénéfiques, apaisantes, de quoi quitter 2016 le cœur léger et serein.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Zavaro   Dim 1 Jan - 14:38

Si j'ai terminé l'année 2016 avec J. S. Bach et ses six Suites pour violoncelle, je ne savais pas que j'allais démarré 2017 avec le Concerto pour violoncelle et orchestre de Pascal Zavaro, un créateur certes moins connu et reconnu, mais avec le souvenir d'un très beau moment musical. Pascal Zavaro est un compositeur que j'ai découvert, une fois n'est pas coutume, par le biais du concert, et plus précisément par son superbe Concerto pour violoncelle et orchestre que je viens de réécouter ce matin-même. Bien sûr, découvrir une oeuvre dans le contexte d'une salle de concert tout en observant les musiciens en train de jouer, c'est une autre aventure où le son se mêle au visuel et ça change d'une écoute attentive sur un simple support discographique. Néanmoins, c'est avec beaucoup de plaisir et d'intérêt que j'ai réécouté ce concerto, assis confortablement dans mon fauteuil, les yeux rivés sur une partie du ciel que j'arrive toujours à sonder par l'écart entre les deux grands rideaux du salon. L'oeuvre se divise en quatre mouvements; Passacaglia, Toccata, Aria, Finale et, comme au concert, aucun ne s'est avéré ennuyeux. Tous captivants! Tous inspirés! Tous passionnés! Il y a d'ailleurs dans le premier mouvement un passage au violoncelle particulièrement passionné et passionnant...J'en ai été soulevé! La Toccata est dynamique, inventive, d'une énergie contagieuse, avec une introduction violoncelle/percussion inattendue. l'Aria est poétique, attractive, mystérieuse et obsessionnelle. Superbement orchestrée.Le quatrième et dernier mouvement est le plus énergique et entraînant à mes oreilles, celui qui m'emporte définitivement dans les étoiles. Ce fut de même au concert! L'orchestre de manque pas de fulgurances et prend parfois le dessus sur le soliste Henri Demarquette.


Dernière édition par Icare le Dim 1 Jan - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3162
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Dim 1 Jan - 16:14

Citation :
le Concerto pour violoncelle et orchestre de Pascal Zavaro, un créateur certes moins connu et reconnu, mais avec le souvenir d'un très beau moment musical.

Je viens de découvrir les deux mouvements de ce concerto que j'ai trouvés sur YT : l'Aria et le Final (par l'orchestre de Pau) et c'est une musique qui me plaît beaucoup, surprenante, attachante et si bien orchestrée en effet. Belle surprise pour moi en ce premier jour de l'an. J'ai encore écouté ce qui suivait de Zavaro, le même style mais avec des voix en plus, belle réussite et ravissement pour moi qui aime les voix
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Florentz   Dim 1 Jan - 20:03


<<La création du Songe de Lluc Alcari pour violoncelle et orchestre (1992-1994) de Jean-Louis Florentz, commande de "Musique Nouvelle en Liberté" et de l'Etat, a eu lieu salle Pleyel les 12 & 13 octobre 1994, par son dédicataire Yvan Chiffoleau, et l'Orchestre de Paris, sous la direction de Semyon Bychkov. Composé à la mémoire d'un ami cubain disparu, l'ouvrage est une vaste fresque concertante formée de quatre parties jouées sans interruption. Le titre fait référence à un lieu-dit de la côte ouest de l'île de Majorque, lequel est à son tour une métaphore pour Mambré, en Israël, où Abraham eut la visite de trois Anges, venus lui annoncer la naissance d'Isaac. Le cadre formel, construit d'après le déroulement de la cérémonie arménienne de bénédiction aux quatre points cardinaux, et le type de développement, comme cela est souvent le cas dans la musique de ce compositeur, de la volonté d'intégrer différents niveaux de signification et d'interprétation, qu'elles soient d'ordre musical, symbolique ou métaphorique (...)>> Jean-Pierre Cholleton - 1998.

C'est un grand concerto auquel je trouve une dimension onirique et surtout fantastique, un concerto presque terrifiant sous certains aspects tant l'orchestre, superbement coloré, m'éblouit de ses timbres glacés.

En revanche, L'ange du Tamaris - Opus 12 pour violoncelle seul du même compositeur ne m'a pas conduit au Paradis. Dommage. No

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Reijseger   Dim 1 Jan - 22:46

J'ai provisoirement quitté l'univers du concert et du concerto pour la merveilleuse musique que Ernst Reijseger a composée pour le film de Werner Herzog, My son, my son, what have ye done. Ce fut un voyage entre chants africains portés par la voix sublime de Mola Sylla, plaintes de violoncelle langoureux et trituré par moments, un jeu d'une formidable sensibilité de la part de Reijseger, un piano mélancolique, du tabla et un accordéon subtilement employé. Le dernier thème "Rainy Season" est une pure merveille, indéfinissable et très caractéristique du style lancinant et singulier du compositeur. La musique peut prendre par moment une tournure plus statique, plus expérimentale et même plus âpre, mais sait s'assouplir quand il le faut. Il y a des passages réellement merveilleux, fort poétiques, le tout dernier en étant le point culminant. Qu'est-ce que j'adore lorsqu'une oeuvre s'achève sur mon moment préféré. Le "Ernst Reijseger Ensemble" se constitue de cinq violoncelles, d'un accordéon, un piano, une percussion, un tabla et des voix de Mola Sylla & Sandip Bhattacharya.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Kernis   Lun 2 Jan - 18:31

<<Le style musical d'Aaron Jay Kernis a été décrit comme ayant une intensité néo-romantique avec une imagination débordante. Son matériau thématique tend à maintenir les publics engagés tandis que sa palette sonore leur offre une approche novatrice de l'orchestration. Il ya eu beaucoup de comparaisons tirées de Leonard Bernstein, Gustav Mahler, et Igor Stravinsky en raison de leur entraînement rythmique et l'exploration du timbre. Ses influences éclectiques vont de Claude Debussy à la musique moderne hip-hop. Kernis affirme que ses œuvres ont été influencés par la musique du 19ème siècle, le minimalisme, et l'impressionnisme. Il a dit à plusieurs reprises qu'il se sent plus à l'aise à écrire de la "belle" musique, par opposition aux œuvres atonales.>>

Son Concerto pour violoncelle et orchestre - Colored Field est une oeuvre intense, d'une grande tension dramatique. Il faut dire qu'elle puise son souffle intérieur d'un épouvantable fait réel; les camps de la mort durant la Seconde Guerre Mondiale. C'était en 1989, lorsque Kernis visita les camps tristement célèbres de Birkenau et d'Auschwitz. Il dit avoir vu des enfants mâcher quelques brins d'herbe, prenant par ce fait conscience que cette herbe poussait sur un sol qui avait jadis été rougi par le sang de milliers d'êtres humains, singulière alliance de l'innocence régénératrice et du mal latent, d'où naquit une vaste fresque orchestrale. Le violoncelle de Truls Mork y serait l'unique guide, digne et inconsolable. Pourtant, vers la dernière partie du long troisième mouvement - dépassant les 22 minutes - il semble conduire l'auditeur vers une lumière apaisante, peut-être la lumière de la paix...je n'oserai pas dire du pardon...Le premier mouvement est intéressant mais il ne me touche pas complètement. Disons qu'il m'intéresse sans vraiment m'émouvoir. En revanche, j'adore le mouvement médium, le plus agité, le plus déchaîné, sans aucun doute le moment le plus excitant du concerto, celui qui me touche autant intellectuellement que physiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Beethoven   Mar 3 Jan - 22:59

Joachim ne pourra pas faire sa mauvaise langue en pestant que je n'écoute que du contemporain! Hehe J'en veux pour preuve l'intégrale des oeuvres pour violoncelle et piano du grand Beethoven, par Xavier Phillips et François-Frédéric Guy que je me suis procuré il y a peu de temps. Ce soir, je viens d'écouter pour la première fois de ma modeste vie, 12 Variations en Sol majeur sur "See, the conqu'ring Hero Comes" de "Judas Maccabaeus" de Haendel, WoO 45/7 Variations en Mi bémol majeur sur "Bei Männern, welche liebe fühlen" de "La Flûte enchantée" de Mozart, WoO 46/ 12 Variations en Fa majeur sur "Ein Mädchen oder Weibchen" de "La Flûte enchantée de Mozart, opus 66 et aussi la Sonate n°1 en Ut majeur, opus 5 - N°1 et la Sonate n°2 en Sol mineur, opus 5 - N°2. Ce qui ressort d'une première écoute et, par conséquent, d'une première impression, c'est que l'ensemble des Variations, qu'il s'agisse de celles qui tournent autour d'un thème de Haendel ou de deux thèmes de Mozart, me présente une musique de chambre fort agréable et très divertissante, pas quelque-chose qui m'a profondément ému mais qui m'a joyeusement diverti. Prendront-elles de la consistance au fil des écoutes futures? C'est fort possible. Avec les deux premières Sonates, la musique prend alors une autre dimension, plus intense et prenante si j'ose dire. le sommet fut peut-être pour moi les 17 premières minutes de la seconde Sonate. La musique y devient géniale, un coup de maître, d'une modernité intemporelle. Voilà ce qu'il en est de ma première impression.


Dernière édition par Icare le Sam 14 Jan - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16042
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Mer 4 Jan - 11:15

Icare a écrit:
Joachim ne pourra pas faire sa mauvaise langue en pestant que je n'écoute que du contemporain! Hehe J'en veux pour preuve l'intégrale des oeuvres pour violoncelle et piano du grand Beethoven,

Je vois que tu évolues dans le bon sens Laughing Pourvou qué ça doure comme disait Leticia Buonaparte, la mère de Napoleon Hehe

J'avoue que je n'ai plus écouté les oeuvres pour violoncelle de Beethoven depuis pas mal de temps, je ne sais trop pourquoi : trop rabachées peut-être ? Il y a beaucoup d'intégrales en CD...
Ma préférée est la sonate en la majeur opus 69. Qu'en penses-tu par rapport aux autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Mer 4 Jan - 14:18

Ah, les sonates pour violoncelle et piano de Beethoven...

Et particulièrement la n°3, par Yo-Yo Ma et Emmanuel Ax... (CBS Records Masterworks)    Je ne l'écoute que quand je n'ai rien d'autre à faire après, car, la plupart du temps, elle me fait pleurer...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Mer 4 Jan - 19:12

Ce que je peux déjà dire c'est que j'ai mieux aimé le premier cd qui contient les Variations et les Sonates n°1 & 2 (Opus 5 n°1 & 2), plus principalement le premier mouvement de la deuxième sonate. Le second cd que je viens d'écouter à l'instant comporte les Sonate n°3 en La majeur - Opus 69/ Sonate n°4 en Ut majeur - Opus 102 n°1 et la Sonate n°5 en Ré majeur - Opus 102 n°2. Je dois reconnaître que j'en sors un peu déçu. Je m'attendais à beaucoup mieux et rien ne m'a vraiment bouleversé dans l'opus 69. Biensûr, c'est une musique rigoureuse, agréable, mais aucun moment ne m'a vraiment accroché lors de cette première écoute, ce moment qui arrête le temps et où je me dis: <<Tiens! Là c'est super, c'est magique!>>, ce moment qui va mobiliser toute mon attention. Ce n'est pas arrivé. Désolé Joachim et Kristian. Embarassed La Sonate n°4 m'a peut-être moins plu encore que la N°3. En fait, il me faudra attendre l'Adagio (mouvement médium) de la Sonate n°5 pour ressentir quelque-chose d'un peu plus fort, de moins ordinaire...Je n'étais peut-être pas dans un bon jour ou dans l'humeur adéquate. Je ne pense pas que ce soit la faute des interprètes. Pour l'instant, c'est la seconde sonate que je préfère, grâce à son premier mouvement. Le premier cd m'a mieux captivé dans son ensemble alors que je croyais que le meilleur restait à venir.  Evidemment, je ne compte pas en rester là et peut-être que les futures écoutes amélioreront cette première impression. Je ne me contente jamais d'une seule écoute pour juger. 1h 28 de musique pour violoncelle et piano, ce n'est pas rien.

Je sens que je vais finir sur le bûcher. Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Mer 4 Jan - 19:48

Icare a écrit:
Je sens que je vais finir sur le bûcher. Hehe

Mais non, mais non, seulement si tu persistes !     Nous n'allons pas augmenter le taux de particules fines seulement parce que tu as envie de te faire remarquer ! Hehe

Mais trêve de plaisanterie, si tu réécoutes sans a priori, tu changeras peut-être d'avis avec le temps. Ça m'est arrivé dernièrement avec les trios de Mendelssohn, que j'aimais bien, mais sans plus, et que j'aime maintenant beaucoup, surtout le 1er. Il ne faut vraiment jamais dire " Fontaine..."

Bon, ça passera pour cette fois-ci parce que c'est toi, mais n'y reviens pas, sinon c'est la question avant le bûcher ! Ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Theodorakis   Mer 4 Jan - 22:24

Ha! Si Ludwig était encore parmi nous, j'en aurais pris pour mon grade. Hehe Faire la fine bouche avec beethoven, franchement, il y a blasphème, un manquement au bon goût! C'est indigne d'un mélomane digne de ce nom! Laughing Puis, je suis bien placé pour savoir que lorsqu'une oeuvre arrive à nous émouvoir aux larmes, l'hermétisme d'autrui peut paraître incompréhensible, voire frustrant. Que s'est-il passé? A-t-il écouté cette oeuvre dans une mauvaise interprétation? On peut s'imaginer plusieurs raisons mais la musique a sa part de mystère tout comme nous-mêmes avons la nôtre, et lorsque ces deux mystères se rencontrent, il peut se produire une osmose ou une indifférence tout aussi mystérieuse. Ce soir, j'ai justement réécouté une oeuvre que j'aime beaucoup et qui me réjouit à chaque nouvelle approche. Pour encore mieux faire, je l'ai écoutée deux fois de suite dans deux interprétations différentes. J'ai osé une comparaison. C'est rare que je me prête à cet exercice, en même temps, je n'ai pas beaucoup d'oeuvres en double. Il s'agit de la Rhapsodie pour violoncelle et orchestre de Mikis Theodorakis. J'ai d'abord réécouté cette Rhapsodie par Sebastian Hess, le "Nuremberg Symphony", sous la direction de John Carewe, puis par Johannes Moser, le "Sinfonieorchester Aachen", sous la direction de Marcus Bosch. La Rhapsodie se compose de neuf extraits, tous plus touchants les uns que les autres. Très honnêtement, je ne saurais dire laquelle des deux versions je préfère. celle par Moser & Bosch me parut jouée un brin plus rapide mais ça ne m'a pas gêné, si ce n'est de la rendre peut-être un soupçon plus dynamique, mais pas forcément plus émouvante. Par exemple, j'aurai tendance à préférer les moments lents dans la version Hess & Carewe et les moments plus animés (comme le premier) dans la version Moser & Bosch. En tout cas, dans l'une comme dans l'autre, j'adore comment cette musique est orchestrée ainsi que le jeu assez savoureux du violoncelle.


Dernière édition par Icare le Jeu 5 Jan - 12:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6433
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Mer 4 Jan - 23:36

On ne peut que te souhaiter avoir été dans un mauvais jour pour les sonates et variations de Beethoven! Wink ...(mais c'est rédhibitoire ...ce n'est pas si grave...il t'en reste pas mal à chérir ...sans compter ce que tu as encore à découvrir! )...
Pour ma part j'aime beaucoup ces oeuvres , variations comprises et (mais je crois que je me répète là! Wink ) je les apprécie vraiment toutes au point de ne pouvoir choisir une ou deux "préférée"....Je ne connais pas toutes les innombrables versions...mais n'ai jamais été déçu non plus de ce coté là!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Jeu 5 Jan - 7:59

Jean a écrit:
On ne peut que te souhaiter avoir été dans un mauvais jour pour les sonates et variations de Beethoven! Wink.

Jean, en fait, j'ai justement bien aimé les Variations, toutes les Variations, ainsi que les deux premières sonates pour violoncelle et piano. J'ai même été absorbé par le premier mouvement de la Seconde. Je n'ai ressenti aucun ennui sur le premier cd. En revanche, alors que j'étais très enthousiaste pour la suite, les Sonates n°3, 4 & 5 m'ont un peu glissé de dessus comme une voiture sur une plaque de verglas. Je ne doute pas que mon impression puisse s'améliorer lors d'une nouvelle écoute. C'est donc une affaire à suivre!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Martin/Honegger   Jeu 5 Jan - 11:23


Ce matin, j'ai écouté deux compositeurs que j'aime énormément; Frank martin et Arthur Honegger. Il était temps que je m'intéresse à leurs oeuvres pour violoncelle. J'ai donc commencé avec la Ballade pour violoncelle et petit orchestre (1949) de Frank Martin et, ensuite, le Concerto pour violoncelle et orchestre (1929) d'Arthur Honegger. L'introduction au violoncelle de la Ballade de Martin est un peu étrange, un peu rude, mais la musique s'éclaircit assez vite et devient magnifique lorsqu'un cor anglais entre en scène. La musique prend alors une tournure impressionniste qui me plait beaucoup: superbement orchestrée. J'en apprécie les coloris. Le concerto de Honegger me fascine, quant à lui, dès son introduction, ses premières mesures que j'ai toujours trouvées magiques et qui constituent en réalité le thème principal de l'oeuvre, réapparaissant à deux reprises, notamment à la fin. Elles en sont aussi la conclusion. J'ai toujours adoré ce concerto pour violoncelle, l'un de mes préférés avec celui de Dvorak et le N°1 de Schostakovich que je vais réécouter bientôt. La Ballade pour violoncelle et petit orchestre de Frank Martin est interprétée par Quirine Viersen, le "Netherlands Radio Chamber Orchestra", sous la direction de Kenneth Montgomery et le Concerto pour violoncelle et orchestre d'Arthur Honegger, par Christian Poltéra, le "Malmö Symphony Orchestra", sous la direction de Tuomas Ollila-Hannikainen. Je vais bientôt réécouter le Concert pour violoncelle et orchestre (1965) de Frank Martin ainsi que la Sonate pour violoncelle et piano (1920), la Sonatine pour les mêmes instruments (1921-22) et enfin la Sonatine pour violon et violoncelle (1932) d'Arthur Honegger.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Jeu 5 Jan - 17:32

<<Je vais bientôt réécouter le Concert pour violoncelle et orchestre (1965) de Frank Martin>>

Voilà, c'est chose faite! Ce fut un merveilleux moment, ce dont je ne doutais pas car j'ai toujours été très réceptif à la beauté singulière du concerto de Frank Martin. Il est clair que si je devais envisager un TOP 10 des meilleurs concertos pour violoncelle, il en ferait partie, aux côtés de ceux de Dvorak et Honegger. Les trois mouvements me captivent avec le même degré d'intensité...très dramatique durant la première partie du "lento-allegro moderato-lento". Dans ce concerto, j'adore aussi l'intervention du saxophone et du hautbois, surtout le saxophone avec ce clavier à la sonorité étrange qui illumine une petite partie du premier mouvement. L'oeuvre est très inspirée, il s'y passe constamment quelque-chose, quelque-chose qui suscite de l'intérêt à chaque instant. J'aime beaucoup, par exemple, le thème principal de l'"Adagietto" et la construction rythmique vaguement obsessionnelle, avec toujours des interventions du saxophone, dans le "Vivace selvaggio ed aspro", créant ainsi une subtile filiation avec le jazz. Un concerto délectable bien encré dans son époque. Même interprétation que pour la Ballade pour violoncelle et petit orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6433
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Jeu 5 Jan - 21:04

voila qui me donne envie! Wink pour Martin et Honegger
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   Jeu 5 Jan - 21:53

Jean a écrit:
voila qui me donne envie! Wink pour Martin et Honegger

Ces oeuvres te seront très accessibles de toute façon. J'ai d'ailleurs poursuivi l'aventure "Honegger" en réécoutant sa musique de chambre avec violoncelle. Que ce soit la Sonate ou la Sonatine, voilà un jeu passionné et romantique entre le violoncelle et le piano qui m'a aussitôt parlé, aussitôt séduit. Le violoncelle est vraiment somptueux dans cette Sonate de 1920! A l'écoute, on ressent que Christian Poltéra y a mis tout son coeur, toute sa foi. C'est une musique qui s'adresse directement au coeur. La Sonatine est un peu dans le même esprit sans en avoir la même portée. La seconde Sonatine associe, cette fois, le violoncelle et le violon, ce qui n'est pas si banal, pour un résultat qui me flatte l'oreille un peu plus à chaque nouvelle écoute. Je lui trouve même une dimension poétique. Elle a son petit instant magique et c'est cela que je recherche toujours en musique, un moment d'excitation ou de suspension, voire les deux quand c'est possible. Là, c'est plutôt un moment de suspension lorsque le violon de Christian Tetzlaff prend le dessus sur le violoncelle.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Chihara   Jeu 5 Jan - 23:21

Paul Chihara est un compositeur qui va être à l'honneur en cette année 2017, parce que je me suis procuré, il y a environ un mois, un cd contenant son oeuvre pour alto et que je ne l'ai toujours pas écouté. Jusqu'à maintenant, je suis toujours resté accroché à sa musique de ballet Shinju qui est ce que j'ai entendu de mieux chez lui. Mais, peut-être que l'une de ses compositions pour alto la fera tomber de son piédestal. Avec son Concerto pour violoncelle - Wind Song, je ne suis pas aussi captivé, quelques crans en dessous, je dirais... La première fois que je l'avais écouté je me souviens l'avoir même trouvé terne. Depuis, ma première impression a un peu évolué vers le positif, sans que ce soit la panacée. Disons qu'il y a un passage rythmique qui m'a bien plu mais que j'aurais voulu plus développé. S'il avait pu s'étaler un peu plus longtemps sur le violoncelle de Jeffrey Solow lorsque celui-ci hache le temps dans de grands coups nerveux, ca aurait été parfait ou du moins un peu plus jubilatoire. Il y a bien un autre passage dans le premier mouvement qui a mieux retenu mon attention et m'a évoqué, par son climat, quelque-chose qui m'a rapproché du Japon et de Toru Takemitsu, sans doute ses origines japonaises, comme une empreinte ci et là...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Moret   Ven 6 Jan - 11:01

Après avoir fait un détour par les Etats-Unis, Je suis revenu en Suisse avec Norbert Moret, un compositeur dont l'approche musicale est, certes, plus "contemporaine" que celles, respectives, de Frank Martin et Arthur Honegger. Norbert Moret fait partie des Contemporains "contemporains" dont j'aime presque tout ce que j'ai pu écouter de lui. En même temps, je ne connais qu'une demi-douzaine d'opus, ce qui n'est pas beaucoup. Ce qui aurait pu facilement m'être hermétique, impénétrable, duraille, s'est avéré d'une alchimie qui fonctionne...du moins sur moi. Mon oeuvre préférée de lui est certainement ses Hymnes de Silence pour orgue et orchestre, sans doute parce que j'y entends une histoire qui rappelle mon enfance. Mais ce n'est pas l'oeuvre qui nous intéresse ici, plutôt celle avec laquelle elle est couplée: un Concerto pour violoncelle et orchestre en trois mouvements, interprété ni plus ni moins par le grand Mstislav Rostropovitch, le "Collegium Musicum de Zurich", sous la direction de Paul Sacher. Chacun des trois mouvements porte un titre:
__Chanson pour passer le temps
__Chanson d'amour
__Chanson du vent d'ouest
Avec de tels titres, chacun pourrait penser qu'il s'agit d'un concerto plutôt tonal, lyrique, voire léger et romantique. Rassurez-vous, il n'en est rien...enfin si, il n'est pas dépourvu d'un certain lyrisme, mais un lyrisme accidenté. Le concerto est plutôt tourmenté, tonitruant et complexe , avec quelques lueurs tonales ci et là, évoquant peut-être quelques fragments de chansons imaginaires ou bien réelles. Selon Norbert Moret, Slava - il l'appelait Slava - et son violoncelle, c'est la rencontre de deux grands lyriques. "Ils sont rares les virtuoses qui s'identifient à ce point à leur instrument." dit-il. "C'est pourquoi, si mon oeuvre est intitulée de façon tout à fait traditionnelle, chacun des trois mouvements porte un titre qui indique clairement mon intention de souligner cet aspect lyrique. Les titres sont suffisamment explicites. Un mot seulement au sujet du troisième mouvement pour relever l'allusion à un célèbre poème de Shelley, poème qui est à la fois chant d'espoir et hommage à l'inspiration. Le violoncelle a une voix sensuelle, douce et mystérieuse. Pour accompagner un instrument aussi tendre et délicat, j'ai choisi un orchestre léger: les cordes, trois clarinettes (dont une clarinette basse), une trompette, un cor et une percussion légère et colorée." J'apprécie aussi le goût avec lequel ce concerto a été orchestré ainsi que ses moments plus introvertis, aux teintes assez subtiles.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Solbiati   Ven 6 Jan - 14:05

Histoire de ne pas quitter trop vite la forme contemporaine, j'ai opté pour la réécoute de Canto per Ania pour violoncelle et ensemble (1992) du compositeur italien Alessandro Solbiati, un concerto d'une durée voisine de celui de Honegger, plus d'une quinzaine de minutes, mais dans un style très différent. De Solbiati, je m'étais contenté pendant longtemps de sa musique de chambre, notamment son Trio pour cordes qui m'avait fait une forte impression et demeurera toujours, pour moi, la porte d'entrée dans le monde sonore singulier du compositeur. Dans Canto per Ania, ce sont les moments les plus lents qui m'ont suspendu, notamment celui qui se dessine aux alentours de la cinquième minute; estatique, onirique, magnifique celui-là! Il y a aussi la toute dernière étape du concerto où la musique semble se dissiper comme une brume aurorale, se déchirer lentement dans un délicat détachement de timbres: la musique s'effiloche et s'éteint sans fracas. J'adore ça!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Petitgirard/Jolivet   Ven 6 Jan - 18:16

Lorsque je pense au compositeur Laurent Petitgirard, il me revient toujours en tête la magnifique partition de Maigret (la version avec Bruno Cremer), cette musique symphonique profondément mélancolique, d'un lyrisme si soyeux. j'imagine toujours, en la réécoutant, une ville la nuit, une ville française, Paris la nuit, et pourquoi pas un Paris pluvieux et nocturne. Ce ton symphonique, si caractéristique du compositeur, se retrouve nettement dans son Concerto pour violoncelle et orchestre interprété par Gary Hoffman, l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, sous la direction de son auteur. Donc, ce concerto, c'est déjà le plaisir de retrouver cette forte ambiance mélancolique et langoureuse, le tout dans un parfum très français. C'est pratiquement tout ce que j'en retiens et cela me comble amplement. Dans Maigret, l'instrument vedette est principalement l'harmonica, là il s'agit du violoncelle, mais l'émotion est quasiment la même. En revanche, j'ai démarré l'écoute de Hamelin, pour violoncelle seul, mais le jeu du soliste, âpre et "trop" technique, a brisé mon élan. Je n'ai pas eu le courage de poursuivre. J'ai préféré - et j'ai eu bien raison - opter pour un autre concerto pour violoncelle français. Celui-là occupe une grande place dans mon coeur et il est signé André Jolivet.

Le Concerto pour violoncelle et orchestre d'André Jolivet est très très différent de celui de Laurent Petitgirard et même si je suis très sensible au lyrisme teinté de mélancolie du second, celui de Jolivet me fascine davantage. C'est une autre aventure bien moins sage et beaucoup plus ludique. Le violoncelle mène le jeu dès le premier mouvement, un jeu permanent, généreux et intense, magnifiquement exécuté par André Navarra. Il y a une intensité incroyable dans ce premier mouvement intitulé "Méditatif". L'orchestre qui gravite autour, l'enrichit de quelques fulgurances jamais décisives, n'arrivera pas à lui voler la vedette. Le second mouvement, "Hiératique" est incontestablement celui qui me fascine le plus. L'orchestre, dans une architecture complexe et originale, semble entraîner le soliste dans un guet-apens, en devient l'élément dominant. Je me délecte d'un jeu jouissif des percussions, leur relation presque belliqueuse avec le soliste, ces sonorités parfois brutales, comme projetées...Le troisième mouvement, à force d'échanges et de réparties au sein de combinaisons inventives, semble aboutir à une cohabitation viable entre les deux protagonistes. Je me suis régalé, du contemporain comme je l'aime et l'aimerai toujours! Aucun doute là-dessus!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10638
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Santana/Pheloung   Ven 6 Jan - 22:13

Après le concerto savoureusement "chahuté" d'André Jolivet, je suis revenu vers une musique nettement plus tonale et mélodique avec Antonio Santana et les quelques pièces pour violoncelle que je possède de lui; tout d'abord le Lamento de la "Suite Brésilienne" pour violoncelle solo et cordes, Deux Préludes: "Cérémonie dans le temple" & "Le jardin de Jean-Sébastien Bach" pour violoncelle solo et Prélude du "Chant pour la Planète" pour grand orchestre et violoncelle solo (d'après l'oratorio du même nom que je possède en entier et par lequel j'avais découvert le compositeur). Les compositeurs originaires d'Amérique latine n'ont pas leur pareil pour développer de superbes mélodies mélancoliques capables de m'émouvoir jusqu'aux larmes - je pense à Lalo Schifrin, Astor Piazzolla, Luis E. Bacalov, Jobim... - comme le démontre l'irrésistible Lamento de la "Suite Brésilienne". Je pourrais l'écouter en boucle, même si je le perçois comme un hymne du désespoir ou le chant du cygne d'un romantisme morbide. Les Deux Préludes pour violoncelle seul m'ont été bien plus attrayants et touchants que le Hamelin de Laurent Petitgirard. Il faut préciser que le second Prélude, "Le jardin de J. S. Bach", me caresse dans le sens du poil pour une raison facile à deviner. La pièce symphonique qui reprend dans une autre orchestration le Prélude du "Chant pour la Planète" me permet de retrouver les thèmes forts de l'oratorio par le chant somptueux du violoncelle de Mark Drobinsky.

Un détour par le monde du Septième Art me chatouillait derrière l'oreille. La musique de film à ce quelque-chose qui lui est spécifique et que j'aime retrouver, un mélange de savant et de naïveté...je ne sais pas trop...Toutefois, comment pourrais-je ne pas être sensible à la délicate partition que Barrington Pheloung composa pour le film d'Anand Tucker qui retrace la vie ou une partie de la vie de la célèbre violoncelliste Jacqueline du Pré sous le titre de Hilary and Jackie. Bien évidemment, la partition originale emploie le violoncelle et c'est Caroline Dale l'heureuse élue. La musique, du moins celle retenue sur le cd, ne se compose que de quelques thèmes et seulement trois convoquent la soliste. ils sont tous beaux, mais le dernier, "A day on a beach" en est le point culminant, d'une incroyable finesse: il m'emmène très haut, et pas uniquement par un jeu chiadé du violoncelle. Exquis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussions autour du violoncelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussions autour du violoncelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: