Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Lazare BOGHOSSIAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Lazare BOGHOSSIAN   Lun 29 Aoû - 18:34


Eléments biographiques:

Né à Marseille en 1963, Lazare Boghossian vit à Paris depuis 1984. Après des études de solfège et d'harmonie, il pratique le saxophone et divers outils de programmation musicale. Il collabore pour le théâtre avec Hélène Alexandridis, Laurent Augée, Armand Gatti, Jean-Michel Rabeux, André Wilms. Lazare Boghossian oeuvre également pour le cinéma, avec Charles Berling, François Charpentier, Alexandre Costa Gavras, Nils Decoster, Henry Fellner, Stéphane Giusti, Marion Larry et André Téchiné. Depuis 1995, il est membre de la compagnie de théâtre Sentimental Bourreau et travaille sur la totalité des autres projets avec les musiciens de la compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Lazare BOGHOSSIAN   Lun 29 Aoû - 19:58


A propos de la musique de film de Charles Castella, La vies dure, nous aussi, par Lazare Boghossian:

Lorsque le cinéma est muet, le spectateur est-il sourd pour autant? Ajouter une musique à un film aurait donc pour but de briser ce silence? Devant les images qui défilent, ma première tentation est de faire une analyse, pourtant, au moment de confronter mon travail à la table de montage, nous faisons un simple constat: cela fonctionne ou ne fonctionne pas. Pourquoi? La musique de film est un exercice auquel on ne peut assigner aucune règle. Un film est un anarchiste. Il demeure souverain dans sa fantasmagorie. Toute théorie perd ici sa raison, le cinéaste et le monteur font avec les musiciens une lecture instinctive du film. Ainsi, plusieurs thèmes que j'avais écrits avant de commencer les enregistrements ont été spontanément rejetés par le film. D'autres ont été placés sur des séquences pour lesquelles ils n'étaient pas destinés. Une grande partie du matériel musical que contient le film a été jouée devant les images, dans la cabine de prise de son, avec mes collègues et complices Mathieu Bruer, Sylvain Cartigny et Joachim Latarjet. cette méthode de travail reste la plus favorable. Charles Castella est pour moi un mélomane de référence. Son film est donc pour nous l'occasion de mettre en pratique et de valider un plaisir commun: celui d'écouter de la musique ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Lazare BOGHOSSIAN   Lun 29 Aoû - 22:04

Une fois, quelqu'un de bien intentionné me confia qu'il ne comprenait pas que quelqu'un comme moi qui (comme lui) aimait Schoenberg, Bartok, Scriabine ou Herrmann dans le domaine de la musique de film, pouvait trouver de l'intérêt à d'obscurs musiciens comme Lazare Boghossian qu'il estime proche du bricolage et de la musiquette. (je lui avais fait écouter par simple hasard La vie est dure, nous aussi.) D'abord, il a très nettement réduit mes goûts car j'adore aussi Monteverdi, Bach, Mozart, le jazz, certaines choses dans la musique du monde, la belle chanson française et la belle musique de film. Very Happy  J'ai beau me creuser les méninges, je trouverai toujours étrange ce genre de remarque. Il est vrai que j'admire des grands compositeurs qui eurent cette grande capacité d'écrire des choses étonnantes et parfois étonnament complexes; ça ne veut pas dire pour autant que, intellectuellement et émotionnellement, je me suis figé sur de telles exigences artistiques afin de m'enfermer dans une sorte d'intransigeance arbitraire. Lorsque j'écoute l'oeuvre d'un artiste que je ne connais pas, je ne me soucie pas, du moins dans l'absolu, de ses compétences de compositeur ni de ses éventuelles limites, s"il est passé par de grandes écoles avec Nadia Boulanger comme professeur ou s"il s'agit d'un autodidacte comme, par exemple, François de Roubaix. Tout ce que j'ai entendu de musical dans les deux B.O. de Lazare Boghossian; La vie est dure, nous aussi, film de Charles Castella (1999) et Bella Ciao, film de Stéphane Giusti (2001), m'a plu.

Dans le film de Charles Castella, Lazare Boghossian emploie une petite formation instrumentale qui se constitue d'une batterie, un vibraphone, glockenspiel, guitares, basse, clarinette, mandoline, trombone et piano. Dans l'expression, c'est une musique qui flirte avec l'étrange et l'ironique, joue la carte répétitive et minimaliste. Le morceau que j'aime le plus porte le titre du film; La vie est dure - plage 3. J'ignore son impact dans le film que je n'ai pas vu mais je suis très sensible au climat qu'il instaure dans une belle économie d'effets. C'est une musique qui évolue sur du velours et sait s'accaparer de la ritournelle principale avec laquelle elle se surprendra de sautiller de temps à autres. Bien que je ne connaisse rien du film, il y a dans cette B.O. comme un double langage, celui de la légèreté traitant d'un sujet très sérieux et grave. J'en reviens à la plage 3 avec la basse, le vibraphone et la trompette solo auxquels se greffent diverses sonorités. L'extrait ressemble à un boléro décharné, perverti mais évolutif.

Sur le film de Stéphane Giusti, Lazare Boghossian emploie un effectif instrumental à peine plus conséquent; l'alto, percussions, trompette, saxophone, basse, guitare, mandoline, contrebasse, violon, cor, trombone, tuba, piccolo, buggle, piano et même la scie musicale. Cette musique, amoureuse de ritournelles, évoque l'Italie sous sa forme la plus nostalgique possible. Elle emprunte d'ailleurs des succès inaltérables de la chanson italienne, biensûr "Bella Ciao" (Boghossian en fait un superbe arrangement), "I te vurria vasa", formidable chanson napolitaine interprétée par la non moins formidable Miranda Martino. Je peux même avancer que la version qui a été choisie ici est celle arrangée et orchestrée par Ennio Morricone: excellent choix! J'ai aussi eu le bonheur de retrouver une autre merveille de la chanson italienne, "Il cielo in una stanza de Gino Paoli par lui-même, avec là aussi des arrangements signés Ennio Morricone. Que ce soit dans cette B.O. ou dans la précédente, si je devais rapprocher l'approche de Lazare Boghossian à celle d'un autre compositeur très largement connu dans le domaine du cinéma, c'est sans aucune hésitation Nino Rota.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lazare BOGHOSSIAN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lazare BOGHOSSIAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: