Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Frédéric Chopin (1810-1849)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Frédéric Chopin (1810-1849)   Mar 15 Aoû - 14:59

Frédéric Chopin est un compositeur et pianiste polonais né le 1er mars 1810 et mort le 17 octobre 1849 de la tuberculose pulmonaire.

Son nom de naissance est Fryderyk Franciszek Chopin, il adopta ses prénoms francisés Frédéric-François lorsqu'il quitta définitivement la Pologne pour Paris. Les Polonais écrivent parfois son nom Szopen par analogie avec la phonétique française.

Chopin est né à Żelazowa Wola le 1er mars 1810 (les registres paroissiaux mentionnent cependant la date du 22 février) près de Varsovie. Son père Nicolas Chopin (1771 Marainville-sur-Madon — 1844 Varsovie) quitte la France pour la Pologne en 1787 et épouse Justyna Krzyzanowska, dame d’honneur de la comtesse Skarbek, en 1806. Frédéric est le second de quatre enfants ; ses trois sœurs sont prénommées Ludwika (Louise), Izabella (Isabelle) et Emilia (Emilie) qui disparaîtra à l’âge de quatorze ans.

Chopin a révélé très tôt de grandes dispositions pour la musique. Il possédait l'oreille absolue et faisait preuve d'une sensibilité exceptionnelle à la musique. Il commença donc son éducation musicale à six ans (1816) et composa sa première œuvre, la polonaise en sol mineur, à l'âge de sept ans (1817). Il fit sa première apparition sur scène à huit ans, dans un salon aristocratique de Varsovie (1818).

Par son prodige, le petit Chopin qui connaissait déjà dans son pays une certaine renommée, fut rapidement comparé à Mozart. Il étudia la musique tout d'abord avec Wojciech Żywny qui lui fit découvrir Jean-Sébastien Bach, et ensuite, à partir de 1826, au Conservatoire de Varsovie principalement avec Wilhelm Wurfel pour le piano et l'orgue et Jozef Elsner pour la composition et le contrepoint.

Elève du Conservatoire et du Lycée de Varsovie (où son père était professeur), il se familiarisa avec la musique populaire polonaise en passant ses vacances dans différentes régions rurales de Pologne. Il termina ses études musicales en 1829.

Il planifia par la suite un long voyage en Europe, afin de se familiariser plus profondément avec la vie musicale européenne et pour acquérir une certaine réputation. Il s'installa d'abord à Vienne en Autriche où il vivra 8 mois. Connaissant des difficultés financières et ayant du mal à se faire connaître, Chopin pensa rapidement à aller vers d'autres villes. C'est pendant cette période viennoise qu'eut lieu l'insurrection de Varsovie accompagnée de la répression sanglante de l'armée Russe. Chopin était profondément patriote et fut très affecté par cet événement qui a certainement inspiré son imagination créatrice. On retrouvera dans les lignes de son journal intime écrites à Stuttgart ainsi que dans différentes lettres, un cri de révolte et de grand désarroi. De ces années datent le premier des Scherzi ainsi que les Études op. 10.

C'est avec un passeport pour Londres que Chopin se dirigea vers la France où il vécut le restant de sa vie. A Paris, il fit la connaissance de compatriotes polonais exilés suite à la défaite polonaise et découvrit l'intense activité culturelle et musicale, notamment l'Opéra Italien (Rossini, Bellini). Sa grande sociabilité mondaine ainsi que sa réputation de virtuose lui permettra très rapidement de devenir le professeur le plus recherché dans les milieux aristocratiques parisiens. Kalkebrenner, un des plus grands pianistes de son époque, lui aurait fait ce compliment : « Vous avez le style de Cramer et le toucher de Field ». Il arrivera aussi à faire publier ses compositions chez un grand éditeur ce qui lui permettra de se faire enfin connaître en Europe. Ainsi, Schumann à Leipzig ayant découvert les variations sur un thème de Mozart Op. 2, publia en 1831 un article dans lequel il exprima son admiration pour son contemporain (« Chapeau bas, messieurs, un génie ! »). D'autre part, il se lia d'amitié avec d'autres grands artistes de son époque tels Delacroix, Berlioz ou Liszt. Ce dernier restera comme Schumann un très grand admirateur et un fervent défenseur des compositions de Chopin.

Pendant les années suivantes, le compositeur publia des chefs d'œuvres comme la 1ère Ballade (publiée en 1835) ou le 2ème Cycle d'études Op. 25 (publié en 1837) qui contribuèrent à lui assurer sa grande notoriété. Lors de cette période fructueuse, Chopin connut pourtant des passages difficiles à travers son amour déçu pour Maria Wodzinka, et le choix difficile qu'il avait pris en 1834. Pendant cette année, il refusa en effet des invitations auprès de l'ambassade russe et fit savoir que, malgré son départ avant l'insurrection, il était à Paris en émigré politique et non en sujet loyal du Tsar. Ce choix l'interdisait à tout jamais de rentrer dans sa Pologne natale qu'il aimait tant.

De 1838 à 1847, il fut le compagnon de l'écrivain George Sand (pseudonyme d'Aurore Dupin). Ils menèrent ensemble une vie mondaine, nourris d'admirations réciproques. Après un séjour hivernal dans de mauvaises conditions au monastère de Valdemosa (Majorque), durant lequel il composa entre autres son cycle des 24 préludes Op. 28 et sa 2e Ballade, la santé de Chopin, qui était tuberculeux, se dégrada considérablement malgré les soins et le dévouement inconditionnel de Sand. De retour en France, Chopin retrouva une bonne santé et de 1839 à 1846, il séjournera souvent à Nohant, la magnifique résidence de campagne de George Sand non loin de La Châtre. Ce fut une période heureuse pour le pianiste qui y composa quelques-unes de ses plus belles œuvres : la Polonaise Héroïque , la 4e Ballade, la Barcarolle, les dernières Valses …

Pendant le mois de juillet 1847, le couple, qui ne connaissait plus depuis un certain temps la passion de leurs débuts, se sépara définitivement après que Chopin eut pris le parti de Solange, la fille de George Sand, dans une violente dispute familiale qui éclata à Nohant en l'absence du pianiste. Il ne reverra George Sand qu'une seule et dernière fois par hasard en 1848, mais restera jusqu'à la fin de sa vie très proche de Solange et de son mari Auguste Clesinger.

Particulièrement affaibli après cette rupture douloureuse, il fit quand même une dernière tournée en Angleterre et en Ecosse organisée par son élève Jane Stirling. Ce voyage fut pour lui épuisant physiquement et moralement.

Il rentra à Paris, très malade, et mourut quelques mois plus tard, le 17 octobre 1849, au 12 place Vendôme, des suites de sa maladie pulmonaire, à l'âge de 39 ans. Il fut enterré au cimetière du Père Lachaise et sa sœur Ludwika qui était venue de Pologne juste avant qu'il meure, ramena son cœur à Varsovie selon ses dernières volontés.

A travers des monuments comme les Cycles d'Études Op. 10 et Op. 25, les 4 Ballades, les Nocturnes, les 24 Préludes Op. 28, ou encore les 4 Scherzos, Chopin a révolutionné le piano et a inventé une véritable école avec l'apport de nouvelles sonorités ainsi qu'une nouvelle vision de l'instrument. Sa musique mélodieuse reste une des plus atypiques et adulées du répertoire classique. Chopin est considéré par beaucoup de pianistes comme le plus grand compositeur de piano de l'histoire de la Musique.

Il avait pour amis célèbres Eugène Delacroix, l'extravagant Marquis de Custine, le violoncelliste Franchomme, Franz Liszt, Vincenzo Bellini (près duquel il est enterré au cimetière du Père-Lachaise). Il fut aussi l'ami des compositeurs Hector Berlioz et Robert Schumann, mais il n'appréciait que modérément leur musique, bien qu'il leur ait dédié certaines de ses compositions. Chopin idolâtrait Jean Sébastien Bach et jouait quotidiennement "le clavier bien tempéré", il vouait aussi une très grande admiration à la musique de Mozart. Selon le vœu de Chopin, le Requiem de Mozart (extrait de la sonothèque Wikipedia), considéré par le Polonais comme étant d'une beauté exceptionnelle, fut d'ailleurs interprété intégralement lors de ses obsèques, en l'église de la Madeleine à Paris (la petite histoire retiendra qu'une dérogation fut accordée à cette occasion par le clergé car à cette époque les voix féminines n'étaient pas admises aux offices religieux).

Ses œuvres, toutes sans exception, concernent le piano avec ou sans accompagnement. La grande majorité est composée pour le piano seul. L'œuvre symphonique se limite à deux concertos, une polonaise, un rondo et des variations (ces œuvres ont été écrites pour piano et orchestre, mais dans celles-ci, l'orchestre joue un rôle limité et plutôt « accessoire »). Sa musique de chambre se limite à cinq pièces : les quatre premières sont des œuvres de jeunesse, la dernière est sa sonate pour violoncelle et piano et elle est la dernière œuvre qu'il ait jouée en public, avec son ami Auguste Franchomme, violoncelliste de renom. Cette amitié explique une relative affinité pour cet instrument, puisque quatre des cinq partitions de musique de chambre utilisent le violoncelle. Il existe également un cycle de 17 Lieder (Chants Polonais).

À noter qu'un concours international de piano portant son nom a lieu tous les cinq ans à Varsovie (le dernier en date est celui d'octobre 2005), où de nombreuses nationalités sont représentées. Ce concours réputé pour sa très grande difficulté a permis de révéler des pianistes comme Martha Argerich, Maurizio Pollini, Krystian Zimerman ou encore Rafal Blechacz
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 20:51

joachim a écrit:
Mais je ne crois pas que ces nocturnes, ce soit le mieux pour aborder Fauré (je préfère de beaucoup les nocturnes de Chopin ou de John Field)..

Moi aussi! Il n'y a pas photo! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 23:00

Citation :
Mais je ne crois pas que ces nocturnes, ce soit
le mieux pour aborder Fauré (je préfère de beaucoup les nocturnes de
Chopin ou de John Field).

D'abord Chopin ne se compare à rien, ni à personne Laughing

Bon c'est vrai que ces nocturnes de Fauré sont gentils, mais néanmoins agréables à écouter, peut-être des harmonies déjà trop modernes pour Snoopy, il prend quelques petits risques intéressants.

Je préfère nettement les barcarolles que je viens de survoler là dans les liens que j'ai mis.

Dans les 48 mélodies aussi, des jolies choses, pas encore tout écouté.

Coco
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 23:05

Coco a écrit:
D'abord Chopin ne se compare à rien, ni à personne Laughing

Franchement, j'ai jamais compris pourquoi tant de gens adorent Chopin. C'est sensible, agréable, virtuose, mais finalement quand tu as écouté 2 ou 3 morceaux, t'as tout écouté. C'est toujours le même truc. On dirait qu'il n'a fait que des variations de ses propres oeuvres. En ça, c'est vite lassant.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 23:31

Snoopy a écrit:
Coco a écrit:
D'abord Chopin ne se compare à rien, ni à personne Laughing

Franchement, j'ai jamais compris pourquoi tant de gens adorent Chopin. C'est sensible, agréable, virtuose, mais finalement quand tu as écouté 2 ou 3 morceaux, t'as tout écouté. C'est toujours le même truc. On dirait qu'il n'a fait que des variations de ses propres oeuvres. En ça, c'est vite lassant.

Peut-être que tant de gens adorent Chopin parce que sa musique vient de l'âme totalement mise à nu. Je crois que les gens le sentent quand on ne triche pas. Ce n'est pas seulement sensible, mais profond, délicat, plein de tact. Moi ce n'est pas sa virtuosité qui m'impressionne, c'est sa manière de mettre une intention émotionnelle dans chaque note, même dans les toutes petites notes de passage.

Pour le reste, beeen je dirais que c'est normal et souhaitable que du Chopin ressemble à du Chopin, comme du Beethoven ressemble à du Beethoven,

Quand on a trouvé sa couleur musicale, celle qui correspond vraiment à soi, pourquoi vouloir en chercher une autre qui ne serait pas sienne...

Coco
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 23:39

Je suis d'accord mais c'est aussi le risque de paraphraser ses propres émotions et compositions éternellement. Je trouve que c'est le cas chez Chopin.

C'est ça qui me gêne et pour faire le comparatif avec la couleur justement, c'est comme s'il avait été un peintre qui faisait des tableaux différents mais toujours avec la meme et unique couleur. Au bout d'un moment, c'est évident tu décroches car ça semble l'amalgame quelque soit l'oeuvre que tu regardes ou que tu écoutes.


Dernière édition par le Jeu 22 Nov - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 23:46

Je te trouve un peu sévère pour Chopin..et comme le dit Coco...tu pourrais en dire autant de pas de compositeurs si ce n'est tous...jusqu'au 20eme siecle?...C'est vrai que Chopin est défovorisé par rapport aux autres, sous cet angle là: à part quelques mélodies et pièces violoncelle piano...il n'y a que du piano...et cet aspect qui te gène à la longue ,ressort d'autant plus Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Jeu 22 Nov - 23:49

Jean a écrit:
.il n'y a que du piano...et cet aspect qui te gène à la longue ,ressort d'autant plus Wink

C'est peut êre en effet à cause de cela. Peut être m'aurait il semblé plus "varié" s'il avait composé plus pour d'autres genres, c'est fort possible. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
gunther



Nombre de messages : 201
Age : 41
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Ven 23 Nov - 2:06

Snoopy a écrit:
Jean a écrit:
.il n'y a que du piano...et cet aspect qui te gène à la longue ,ressort d'autant plus Wink

C'est peut êre en effet à cause de cela. Peut être m'aurait il semblé plus "varié" s'il avait composé plus pour d'autres genres, c'est fort possible. Wink

Les mélodies sont superbes pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Ven 23 Nov - 8:47

Ca ne fait pas tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Ven 25 Avr - 10:52

e ne trouve pas qu'il se répète à ce point.
Je suis un inconditionnel de Chopin mais, comme je l'ai dit en me présentant, mon jugement est forcément biaisé : c'est ce que ma mère jouait tout le temps quand j'étais enfant.

Il peut y avoir, selon le point de vue, des tas de raisons "objectives" de détester Chopin. Je pense que quelqu'un comme Bach l'aurait probablement méprisé. Bach composait à la table et engageait beaucoup son intellect dans le processus de création (comme beaucoup de contemporains).
Chopin composait (dit on) à l'instrument. C'était avant tout un improvisateur et on peut supposer que ces compositions étaient des improvisations retravaillées.

C'est peut-être ce qui explique cette impression que....
Citation :
[...] sa musique vient de l'âme totalement mise à nu.[...]
(Coco)

Je n'ajouterai rien à ce qu'à dit Coco pour le défendre. Je parlerai quand même des ruptures d'atmosphère qui sont si caractéristiques de sa musique. (passage brusque d'une mélodie très lyrique à quelque chose de beaucoup plus bizarre et nerveux).
Nerveux, ça le définit bien, je crois. Cette émotivité excessive qui conduisait George Sand à se moquer gentiment de lui ("l'ombre d'une mouche le faisait saigner")...

Mais je ne pense pas évidemment pas à tout ça quand je l'écoute et rien ne vient me gâcher mon plaisir. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Dim 30 Aoû - 22:40

Une jolie peinture plus " moderne" que celle de Delacroix...

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16377
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Lun 31 Aoû - 10:44

Tu as la date de la peinture ? Chopin semble beaucoup plus jeune que sur les autres portraits connus (le Delacroix est de 1838, la photo en daguerreotype de 1848)
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Lun 31 Aoû - 14:42

joachim a écrit:
Tu as la date de la peinture ?

Oui, 2009
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16377
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Mar 1 Sep - 10:15

C'est une peinture récente ? De qui ? Toi ? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Mar 1 Sep - 10:53

Un ami a moi...
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16377
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Ven 5 Fév - 19:35

Incroyable ! je n'avais pas encore vu qu'il n'y a pas le catalogue des oeuvres !

Une grave lacune à combler Wink



Classées par opus (pas forcément chronologique)

Op. 1 Rondeau en ut mineur (1825)
Op. 2 Variations pour piano et orchestre sur Là ci darem la mano de Mozart en si bémol majeur (1827/8)
Op. 3 Introduction et Polonaise pour violoncelle et piano en ut majeur (1829)
Op. 4 Sonate pour piano n° 1 en ut mineur (1828)
Op. 5 Rondeau à la Mazur en fa majeur (1826/7)
Op. 6 Quatre mazurkas en fa dièse mineur, ut dièse mineur, mi majeur, mi bémol majeur (1830/2)
Op. 7 Cinq Mazurkas en si bémol majeur, la mineur, fa mineur, la bémol majeur, do majeur (1830/2)
Op. 8 Trio pour piano, violon, et violoncelle en sol mineur (1829)
Op. 9 Trois Nocturnes en si mineur, mi bémol majeur, si majeur (1830/2)
Op. 10 Douze Études (à son ami Franz Liszt) en do majeur, la mineur, mi majeur, do dièse mineur (dite sol-fa-mi-ré-do), sol bémol majeur, mi bémol mineur, do majeur, fa majeur, fa mineur, la bémol majeur, mi bémol majeur, do mineur (1830/2)(environ 15 minutes)
Op. 11 Concerto pour piano et orchestre n° 1 en mi mineur (1830)
Op. 12 Introduction et Variations brillantes sur « Je vends des scapulaires » de Ludovic d’Hérold, en si bémol majeur (1833)
Op. 13 Fantaisie pour piano et orchestre sur des airs polonais en la majeur (1829)
Op. 14 Rondeau à la Krakowiak pour piano et orchestre en fa majeur (1831/3)
Op. 15 Trois Nocturnes en fa majeur, fa dièse majeur, sol mineur (1831/3)
Op. 16 Introduction et Rondeau en mi bémol majeur (1832/3)
Op. 17 Quatre Mazurkas en si bémol majeur, mi mineur, la bémol majeur, la mineur (1831/3)
Op. 18 Grande Valse brillante en mi bémol majeur (1833)
Op. 19 Bolero en do majeur (1833)
Op. 20 Scherzo n° 1 en si mineur (1831/4)
Op. 21 Concerto pour piano et orchestre n° 2 en fa mineur (1829/30)
Op. 22 Andante spianato et Grande Polonaise brillante, en mi bémol majeur (1830/6)
Op. 23 Ballade n° 1 en sol mineur (1835)
Op. 24 Quatre Mazurkas, en sol mineur, do majeur, la bémol majeur, si bémol mineur (1833/6)
Op. 25 Douze Études (à Mme la Comtesse d’Agoult) en la bémol majeur, fa mineur, fa majeur, la mineur, mi mineur, sol dièse mineur, do dièse mineur, ré bémol majeur, sol bémol majeur, si mineur, la mineur, do mineur (1833/7)
Op. 26 Deux Polonaises, en do dièse mineur, mi bémol mineur (1831/6)
Op. 27 Deux Nocturnes, en do dièse mineur, ré bémol majeur (1833/6)
Op. 28 24 Préludes (par ordre croissant des tonalités en majeur/mineur, dièses puis bémols) (1838/9)
Op. 29 Impromptu n° 1 en la bémol majeur (1837)
Op. 30 Quatre Mazurkas, en do mineur, si mineur, ré bémol majeur, do dièse mineur (1836/7)
Op. 31 Scherzo n° 2 en si bémol mineur (1835/7)
Op. 32 Deux Nocturnes, en si majeur, la bémol majeur (1835/7)
Op. 33 Quatre Mazurkas, en sol dièse mineur, ré majeur, do majeur, si mineur (1836/8)
Op. 34 Trois Valses, en la bémol majeur, la mineur, fa majeur (1831/8)
Op. 35 Sonate pour piano n° 2 en si bémol mineur (1839, environ 24 minutes)
Op. 36 Impromptu n° 2 en fa dièse majeur (1839)
Op. 37 Deux Nocturnes, en sol mineur, sol majeur (1837/9)
Op. 38 Ballade n° 2 en fa majeur (1839)
Op. 39 Scherzo n° 3 en do dièse mineur (1839)
Op. 40 Deux Polonaises, en la majeur (« Militaire »), do mineur (1838/9)
Op. 41 Quatre Mazurkas, en do dièse mineur, mi mineur, si majeur, la bémol majeur (1838/9)
Op. 42 Grande Valse en la bémol majeur (1839/40)
Op. 43 Tarantelle en la mineur (1841)
Op. 44 Polonaise en fa dièse mineur (1841)
Op. 45 Prélude en do dièse mineur (1838/39)
Op. 46 Allegro de Concert en la majeur (1832/41)
Op. 47 Ballade n° 3 en la bémol majeur (1841)
Op. 48 Deux Nocturnes, en do mineur, fa dièse mineur (1841)
Op. 49 Fantaisie en fa mineur (1841)
Op. 50 Trois Mazurkas, en sol majeur, la bémol majeur, do dièse mineur (1841/2)
Op. 51 Impromptu n° 3 en sol bémol majeur (1842)
Op. 52 Ballade n° 4 en fa mineur (1842)
Op. 53 Polonaise en la bémol majeur (« Héroïque ») (1842)
Op. 54 Scherzo n° 4 en mi majeur (1842)
Op. 55 Deux Nocturnes, en fa mineur, mi bémol majeur (1843)
Op. 56 Trois Mazurkas, en si majeur, do majeur, do mineur (1843)
Op. 57 Berceuse, en ré bémol majeur (1844)
Op. 58 Sonate pour piano n° 3 en si mineur (1844)
Op. 59 Trois Mazurkas, en la mineur, la bémol majeur, fa dièse mineur (1845)
Op. 60 Barcarolle en fa dièse majeur (1846)
Op. 61 Polonaise Fantaisie en la bémol majeur (1846)
Op. 62 Deux Nocturnes, en si majeur, mi majeur (1845/6)
Op. 63 Trois Mazurkas, en si majeur, fa mineur, do dièse mineur (1846)
Op. 64 Trois Valses: n° 1 « Valse du petit chien » ou « Valse minute », en ré bémol majeur, n° 2 Valse op. 64 no. 2 en do dièse mineur , n° 3 en la bémol majeur (1840/7)
Op. 65 Sonate pour violoncelle et piano, en sol mineur (1846/7)


Œuvres posthumes

Op. 66 Fantaisie Impromptu n° 4 en do dièse mineur (vers 1843)
Op. 67 Quatre Mazurkas, en sol majeur, sol mineur, do majeur, la mineur (1830/49)
Op. 68 Quatre Mazurkas, en do majeur, la mineur, fa majeur, fa mineur (1830/49)
Op. 69 Deux Valses : n° 1 « Valse de l’adieu », en la bémol majeur (1835), n° 2, en si mineur (1829)
Op. 70 Trois Valses : n° 1 en sol bémol majeur (1832), n° 2 en la bémol majeur (1841), n° 3 en ré bémol majeur (1829)
Op. 71 Trois Polonaises, en ré mineur, si bémol majeur, fa mineur (1824/28)
Op. 72 n° 1 Nocturne en mi mineur
Op. 72 n° 2 Marche funèbre en do mineur
Op. 72 n° 3 Trois Écossaises, en ré majeur, sol majeur, ré bémol majeur (vers 1829)
Op. 73 Rondeau pour deux pianos en do majeur (1828)
Op. 74 17 Chansons polonaises (1829/47)


Œuvres sans numéro d’opus

Polonaise en sol mineur (1817)
Polonaise en la bémol majeur (1821)
Introduction et variations sur un air national allemand en mi majeur (1824)
Polonaise si dièse mineur (1824)
Mazurka si majeur (1825/26)
Mazurka sol majeur (1825/26)
Variations pour piano à quatre mains en ré majeur (1825/26)
Polonaise en si mineur (1826)
Nocturne en mi mineur (1828/30)
Souvenir de Paganini en la majeur (1829)
Mazurka en sol majeur(1829)
Valse en mi majeur (1829)
Valse en mi bémol majeur (1829)
Mazurka avec partie vocale en sol majeur (1829)
Valse en la bémol majeur (1829)
Valse en mi mineur (1830)
Czary avec partie vocale (1830)
Polonaise en sol bémol majeur (1830)
Lento con gran espressione en do dièse mineur (1830)
Mazurka en si majeur (1832)
Mazurka en ré majeur (1832)
Mazurka en do majeur (1833)
Cantabile en si majeur (1834)
Mazurka en la bémol majeur (1834)
Marche funèbre en do mineur (1837)
Valse en la mineur
Valse en mi bémol majeur


Œuvres de circonstances publiées du vivant du compositeur, sans numéro d’opus

Grand Duo concertant sur Robert le Diable de Meyerbeer pour violoncelle et piano, composé en collaboration avec A. Franchomme, E (1832/33)
Variation sur la Marche des puritains de Bellini, 6e variation de L'Hexaméron (1839)
Trois études nouvelles pour la Méthode des Méthodes de Moschelès (1840)
Mazurka composée pour la revue La France musicale surnommée Notre Temps (1841)
Mazurka dédiée à Émile Gaillard (1841)
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Ven 5 Fév - 20:27

Finalement il a pas composé tant que ça!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Ven 5 Fév - 22:26

Brilliant classqiue n'a pas encore sorti son intégral?...elle devrait être beaucoup moins lourde que cellede Mozart ou Bach!
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Sam 6 Fév - 0:38

Ben oui, c'est ce que je me suis dit aussi! Je suis etonne qu'il n'existe aucune integrale de Chopin. confused
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16377
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Sam 6 Fév - 20:29

Snoopy a écrit:
Ben oui, c'est ce que je me suis dit aussi! Je suis etonne qu'il n'existe aucune integrale de Chopin. confused

Mais si, il en existe au moins quatre, chez EMI, Hyperion, DG et Brillant Wink

La totalité de l'oeuvre tient sur 16 CD (12 pour le piano seul, 2 pour piano et orchestre, 1 musique de chambre, 1 mélodies).

Il faut dire qu'il n'y a pas chez Chopin d'oeuvres qui sont traditionnellement longues, comme les opéras, messes et requiem, symphonies.

Les plus grandes formes sont les deux Concertos (40 et 35 minutes), le Trio opus 8 et la Sonate pour violoncelle et piano (27 minutes chacun), ainsi que les trois Sonates pour piano (20, 24 et 25 minutes).
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Dim 7 Fév - 14:30

Ah ben je l'ignorais tu vois! Comme quoi. Je ne suis pas particulierement fan de Chopin sans quoi...

Mais merci pour l'info! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Lun 8 Mar - 21:02

J'ai vu au magasin l'integrale de Chopin dans un coffret de chez Brillant. Ce n'etait d'ailleurs pas tres cher en plus. Toutefois, je ne l'ai pas achete ( deja parce que j'ai pas un rond ) et en plus parce que je n'aime pas tout chez Chopin et que j'ai deja une bonne moitie de ses oeuvres pour piano.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Mar 27 Avr - 20:37

Est ce que quelqu'un possède l'intégrale de Chopin chez Brillant? Je l'ai vu en magasin et j'hésite...Aussi j'aurais voulu avoir des avis. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   Mar 27 Avr - 21:29

Snoopy a écrit:
Est ce que quelqu'un possède l'intégrale de Chopin chez Brillant? Je l'ai vu en magasin et j'hésite...Aussi j'aurais voulu avoir des avis. Wink

Quand est-elle sortie ?Parce que je peux aller voir à la discothèque de mon quartier qui est assez bien approvisionnée. C'est ainsi que je me grave un max de cd et quand ça me plaît beaucoup, j'achète.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frédéric Chopin (1810-1849)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frédéric Chopin (1810-1849)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: