Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Alexandre KNAIFEL (né en 1943)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16202
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Alexandre KNAIFEL (né en 1943)   Sam 6 Aoû - 9:23

Alexandre Aronovitch Knaïfel (en russe : Александр Аронович Кнайфель) est un compositeur russe né le 28 novembre 1943 à Tachkent.

Alexandre Knaïfel naît à Tachkent où ses parents, tous deux musiciens, sont évacués lors du siège de Léningrad. Son père, violoniste distingué, participe au quatuor à cordes et sa mère enseigne la théorie de la musique à l’école secondaire de dix classes attachée au Conservatoire de Léningrad. C’est cette même école que le jeune Alexandre entre en 1950 comme violoncelliste et après l’avoir terminée il vient à Moscou pour devenir élève du célèbre Mstislav Rostropovitch au conservatoire. Après deux ans des études le mal aux mains l'empêche de continuer sa carrière d’interprète. En 1963 Knaïfel retourne à Léningrad et y entre au conservatoire dans la classe de composition de Boris Arapov.

Sa première œuvre majeure, l’opéra Le Fantôme de Canterville (1965) d’après Oscar Wilde montre l’humour grotesque à la manière du jeune Dmitri Chostakovitch qui se combine avec la musique d’un caractère lyrique et quasi-liturgique, dont l’exemple est la passacaille pour orgue qu’on interprète souvent comme une œuvre indépendante. Le succès de cet opéra créé sur la scène du Conservatoire inspire le compositeur aux nouvelles œuvres d’un caractère osé et expérimental ce qui lui faire la réputation de non-conformisme.

Dans les années 1970 son langage musical évolue en montrant les traits de l’art conceptuel. En ce même temps il commence son travail comme compositeur de musique de films. En 1979 lors du congrès de l’Union des compositeurs de l’URSS sa musique est fort critiqué par le président de cet union, Tikhon Khrennikov, et le nom de Knaïfel est tombé dans Les Sept de Khrennikov ― la liste noire des compositeurs dont la musique sera boycottée pendant quelques années en l’URSS.

Le caractère statique de la musique de Knaïfel des années 1970―80 ainsi que la longue durée des œuvres et le grand nombre des silences évoquent le parallèle avec la musique de Morton Feldman. À la différence de ce dernier le son pour Knaïfel n’est pas un moyen pour créer un image abstraite mais plutôt une méditation libérée des émotions sensuelles. La musique de Knaïfel est moins dissonantes  que celle de Feldman ce qui la rapproche à la nouvelle simplicité d’Arvo Pärt et John Tavener.

La parole joue une rôle très importante dans ses œuvres. Certaines compositions incluent les mots qui ne doivent être ni chantés ni prononcés à haute voix mais articulés par les musiciens à part soi. La structure de ses œuvres est souvent basée sous les relations mathématiques strictement calculés.

Les années 1990 voient un intérêt profond du compositeur aux sujets religieux et philosophiques. L’Échelle de Jacob (1992) et Chapitre Huit (1993) sont les œuvres importantes de cette période. L’année 1992 voit le premier festival consacré entièrement à la musique de Knaïfel qui a lieu à Francfort-sur-le-Main. En 2001 son opéra, Alice au pays des merveilles, est créé à Amsterdam.

Les œuvres de Knaïfel sont jouées par Guennadi Rojdestvenski qui présente Le Fantôme de Canterville à Londres en 1980, Mstislav Rostropovitch qui joue la partie du violoncelle lors de la création du Chapitre Huit et d’autres œuvres, Mark Pekarski et son ensemble, Alexei Lioubimov et d’autres. La cantatrice Tatiana Melentieva, que Knaïfel épouse en 1965, interprète toujours ses compositions vocales.


Oeuvres principales

Le fantôme de Canterville, opéra en 3 actes avec prologue d'après Oscar Wilde pour solistes et orchestre de chambre (1965-1966)
Médée, ballet en deux parties après la saga grecque (1968)
Monodie pour choeur de femmes, sur le psaume 22 (1968)
Jeanna, Passion pour 13 groupes instrumentaux (56 solistes) (1970/78)
Oui, pour ensemble instrumental (1975)
Le Cheval stupide, 15 poèmes après V. Levin et F. Solasko pour voix de femme et piano (1981)
Agnus Dei pour quatre instruments a cappella (1985)
Dieu, ode d'après Dershavin pour chœur et le chœur d'enfants (1985)
Litanie I pour orchestre (1988)
Litanie II pour orchestre (1988)
A travers l'arc-en-ciel, des larmes involontaires pour soprano et violoncelle (1988)
L'Offre pour un chœur d'instruments à cordes (1991)
Svete Tikhiy (Douce lumière), chanson de la Très Sainte Mère de Dieu pour Tatjana Melentieva (1991)
Encore une fois, sur l'hypothèse (Dialogue avec le Prélude et Fugue en si mineur du Clavier bien tempéré, pour ensemble instrumental soliste (1991-1992)
Dans un état de transe et d'épuisement, Postludium à la mémoire de M.G. Orlovski pour orchestre de chambre (1992)
Postludium pour soprano et piano (1992)
Le huitième chapitre, canticorum canticum pour chœur mixte, choeur d'enfants et violoncelle (1993)
Dans l'Air clair et invisible, strophes avec Tiouttchev pour piano et quatuor à cordes (1994)
Psaume 51 pour violoncelle (1995)
Lux Aeterna pour deux violoncelles et chanteurs psalmodiques (1998)
Marche de Scarry pour soprano et piano
Prière à l'Esprit Saint pour soprano et piano
Alice au pays des merveilles, opéra (2001)
Le conte  du pêcheur et du poisson (Pouchkine), pour choeur mixte, violon et violoncelle (2002)
EF et les trois cartes d'appel du poète, trio à cordes (2009)
O Roi céleste, pour piano et quatuor à cordes (2009)




https://www.youtube.com/watch?v=VR4K4kAuPwk

Knaifel souligne que "le Psaume 51 (50) a été jugé par certains commentateurs comme l'expression la plus complète de l'émotion dans l'ensemble du livre des Psaumes, et j'ai eu ce sentiment que seulement Rostropovich pourrait articuler ce texte". "Rostropovich est appelé à "chanter" la traduction russe du texte, l'articuler "syllabe par syllabe" par l'intermédiaire du violoncelle. Dans un esprit similaire, les instrumentistes de l'Orchestre de l'Ermitage sont également chargés de "chanter les textes spirituels, comme s'ils étaient littéralement sonnés à haute voix".


Le Huitième Chapitre

https://www.youtube.com/watch?v=VYJVGXPZbFo
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre KNAIFEL (né en 1943)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: