Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Giovanni Maria NANINO (1543-1607)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15978
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Giovanni Maria NANINO (1543-1607)   Lun 1 Aoû - 13:02

Giovanni Maria Nanino, également appelé Nanini (né en 1543 ou 1544 à Tivoli, alors dans les États pontificaux et mort le 11 mars 1607 à Rome), est un compositeur et maître italien de la fin de la Renaissance. Membre de l'école romaine des compositeurs, il fut le plus influent maître de musique à Rome à la fin du xvie siècle. Il est le frère aîné du compositeur Giovanni Bernardino Nanino (1560-1623).

Nanino commence sa carrière dans sa ville natale comme soprano masculin à la cathédrale de Viterbo. En 1560, il étudie (probablement avec Giovanni Pierluigi da Palestrina) à l'Église de Saint-Louis des Français de Rome. Il succède à Palestrina en tant que maestro di cappella.
En 1577, il rejoint le chœur papal comme ténor, et passe le reste de sa vie dans ce chœur, en prenant occasionnellement le tour pour le poste de maestro di cappella. Pendant l'année 1590, il est reconnu comme maître, et de nombreux futurs compositeurs étudièrent avec lui et chantent dans son chœur, tels que Felice Anerio, Antonio Cifra, Antonio Brunelli et Gregorio Allegri (compositeur du fameux Miserere).


Œuvres

La production de Nanino, en tant que compositeur, n'est pas gigantesque. Il était toutefois reconnu et sa musique – particulièrement ses madrigaux – est à l'époque extrêmement populaire. Presque aucune collection de madrigaux n'a été éditée à Rome qui n'ait inclus au moins une partition de Nanino, souvent en première place dans le livre – avant même Palestrina.

Stylistiquement, ses madrigaux sont extrêmement variés. Alors qu'il n'est pas aussi complet que Marenzio, qui, après tout, a écrit plus de 500 madrigaux, les œuvres de Nanino dans le genre vont du contrepoint le plus austère aux canzonette les plus légères ; dans l'intensité expressive, il est parfois comparé à Marenzio. En plus de ses madrigaux célèbres, il écrit des motets, des arrangements de lamentations, des canons, et des chants sacrés. Avant 1980, aucune édition complète ne lui avait été consacrée et beaucoup de ses compositions musicales sont restées sous forme manuscrite.


Musique sacrée

Motecta … nova inventione elaborata, 3–5vv, Venezia, 1586
Missa "Vestiva i colli"
3 mottetti, 1614
5 Lamentazioni
2 canoni, 1605
Composizioni varie


Musique profane

Il primo libro de' madrigali, 5vv Venezia, ?1570–5, perduto, di cui si conserva l'edizione del 1579
Madrigali, 5vv Venezia, 1581, comprendente 13 composizioni di Annibale Stabile
Il terzo libro de madrigali, 5vv Venezia, 1586, comprendente una composizione del fratello Giovanni Bernardino Nanino
Il primo libro delle canzonette, 3vv Venezia, 1593




https://www.youtube.com/watch?v=0mJDK0YLoVQ
Revenir en haut Aller en bas
Musica Enchiriadis

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 34
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: Giovanni Maria NANINO (1543-1607)   Lun 27 Mar - 14:30

La messe Vestiva i colli, d'après le madrigal et la messe parodie de Palestrina, n'a jamais été imprimée du vivant de son auteur. Elle est préservée uniquement dans deux manuscrits de la bibliothèque du Vatican.

Un enregistrement amateur du Pleni et de l'Osanna de cette belle messe :



Ces deux manuscrits sont en très mauvais état, l’encre corrosif ayant dégradé par endroit le papier. L’édition moderne établie pour notre chœur a demandé, de ce fait, quelques reconstructions sur certaines mesures.



Revenir en haut Aller en bas
https://musicaenchiriadis.wordpress.com/
 
Giovanni Maria NANINO (1543-1607)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: