Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Arrêt sur image ou l'instant magique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Mer 20 Juil - 11:23

Il y a un moment que j'avais cette idée en tête: créer un sujet de discussion autour d'un thème ou d'un instant musical au sein d'une oeuvre, cet instant sur lequel notre attention va se figer plus particulièrement. Le plus difficile fut pour moi de trouver un titre qui illustre parfaitement mon idée de discussion. "arrêt sur musique" m'était trop vague. "Arrêt sur un instant musical" ne me convenait guère non plus. "Arrêt sur image" me plait assez, déjà parce que, d'après moi, la musique, même celle qui n'a pas été composée pour un film, a un aspect visuel plus ou moins important. Par exemple, dans une symphonie de Ludwig von Beethoven, je peux aisément voir des images...des images musicales...aussi furtives soient-elles!

Attention, il ne s'agit pas d'un nouveau "coup de coeur du jour ou du moment" et il ne s'agit pas ici de faire l'éloge d'une oeuvre en entier - il y a tellement d'autres fils pour le faire - mais de capter avec ses mots un instant, un passage, un thème, voire un mouvement, qui nous parle particulièrement, pour diverses raisons: une proximité émotionnelle ou intellectuelle (ou les deux), un point culminant. Un arrêt sur image.

Votre "Arrêt sur image", sur un moment musical en particulier, sur lequel vous aimeriez revenir, analyser, décortiquer, définir, rendre moindre abstrait avec vos mots...?...


Dernière édition par Icare le Jeu 21 Juil - 8:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Mer 20 Juil - 13:13

Le mieux est que je commence cet Arrêt sur image si je ne veux pas qu'il fasse lettre morte   . Mon premier choix provient d'une musique de film, d'une musique pour l'image, justement, qu'Ennio Morricone composa pour le dernier métrage de Giuseppe Tornatore, La Corrispondenza qui est visiblement une histoire romantique, ce qui a permis à Morricone de changer complètement d'univers après la sauvagerie glaciale de The Hateful Eight. L'instant musical en question est le premier thème du disque et s'intitule La Casa sul Lago. Le titre est déjà une image en soi mais il n'a aucune véritable influence sur ma perception de l'extrait musical. Il démarre sur les notes douces et fragiles d'un piano solitaire et presque hésitant. Oui, la solitude du piano me touche dans ce moment précis alors qu'il pourrait me laisser indifférent dans bien d'autres cas de figure. Là, je dirais qu'il cherche quelque chose; un souvenir, une pensée, un regard. Ce piano ressemble à des pas sur du sable que le vent fera disparaître dans son doux murmure. Les cordes se font très discrètes et succinctes lors d'une première entrée: deux traits d'une concision extrême. Elles gagnent progressivement en consistance puis glissent tendrement, amoureusement, alors que le piano, imperturbable, perpétue la promenade d'une âme paisible et solitaire. En aucun cas les cordes appuient ou paraphrasent le jeu du piano, davantage un doux contraste, un émouvant relief.  

Ce que j'aime dans cet extrait, c'est d'abord un sentiment de plénitude, d'envol, pas un envol vers des hauteurs inaccessibles, mais à fleur-d'eau et de terre, un envol qui demeure terre-à-terre. Il y a une grande sérénité qui émane de "La Casa sul Lago", une paix intérieure qui s'impose à soi. L'homme tranquille en osmose avec lui-même. C'est l'image subjective qui en ressort.

D'un point de vue purement musical, c'est le rapport délicat et tout en nuance entre le piano et les cordes, le thème se dessinant dans l'hésitation et la subtilité. Il y a quelque chose de très visuel dans cette relation instrumentale.  Le piano avance sur la pointe de ses notes au coeur de la brume, fragile et timide, silencieusement car ces notes sont le silence d'une mélodie qui ne s'est pas encore présentée. Elle le fera sous le voile complice des cordes qui maintiennent le piano en pesanteur, en équilibre entre la mélancolie et le bonheur: c'est le bonheur qu'elle choisira, la liberté d'aimer la lumière qui scintille au loin et le vent qui efface tendrement les pas d'un piano définitivement heureux.

Malheureusement, je n'ai pas trouvé sur Youtube le thème en question, mais voici un petit montage qui donne une petite idée de sa dernière musique de film. J'aime beaucoup ce thème aussi, mais dans une version plus développée qu'ici:

https://www.youtube.com/watch?v=l4T6vqhvSVw


La musique qui est entendue dans la vidéo n'est pas celle qui y est jouée, ce qui se comprend facilement si on est un minimum observateur. Very Happy


Dernière édition par Icare le Mer 20 Juil - 15:57, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Mer 20 Juil - 14:20


Si j'ai choisi en premier lieu La Correspondance qui est la dernière musique de film d'Ennio Morricone connue, c'est tout simplement parce que mon idée d'Arrêt sur image s'est réellement concrétisée, ce matin, pendant l'écoute, et plus principalement sur le thème La casa sul Lago, morceau d'essence romantique, sans emphase et c'est tant mieux, qui évolue même à la frontière de la platitude et de la mièvrerie, sans jamais y céder. C'est justement ce qui me le rend émouvant: son thème mélodique, au départ, insaisissable, puis qui se dessine incidieusement par le piano, sans faire de vagues, juste quelques remous à peine perceptibles, une mélodie qui garde un aspect énigmatique malgré tout, à croire que cette belle sensibilité musicale correspondait à la perfection à mon humeur du moment. Si je devais saisir de ce thème une image concrète, ce serait un piano jouant tout seul les pieds dans l'eau. Pas de danger que le film de Tornatore me renvoie une de ses images, je ne l'ai pas vu.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16543
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Mer 20 Juil - 20:28

Tu as le don de savoir "décortiquer" un morceau et bien définir tes impressions, et cela j'en suis incapable, à part dire j'aime ou j'aime pas, ceci même pour les musiques que je préfère le plus. Quand j'écoute un morceau, il n'y a que très rarement des images qui me viennent à l'esprit, j'ai quelquefois la chair de poule à l'écoute, et même une sorte de transe pour quelques oeuvres (une douzaine peut-être) mais je suis incapable de dire pour quelle raison précise...

Alors, cher ami, je suis désolé de ne pas pouvoir participer à ton arrêt sur image Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Mer 20 Juil - 23:39


Il n'est pas nécessaire d'y voir une image et c'est en cela que mon titre est trompeur. Il ne s'agit pas non plus d'évoquer l'impression que peut nous procurer une oeuvre dans son entièreté, mais d'un instant musical saisi au vol si j'ose dire, un instant musical qui va te procurer un effet particulier, un frisson, un supplément d'émotion, quelque-chose comme ça. Par exemple, prenons le Quintette pour harpe, flûte, violon, alto et violoncelle de Jean Cras. Cet instant exceptionnel pour moi, c'est le tout début de l'oeuvre, de 0 à 51 secondes, et, plus précisément, à partir de la 36ème seconde jusqu'à la 51ème. A chaque fois que j'écoute ce Quintette de Cras, je me fige complètement sur cet instant musical alors qu'il ne s'agit même pas d'un thème comme dans mon exemple précédent, ni même d'un mouvement, juste un instant d'une poignée de secondes qui me procure un effet, disons le, magique, unique en son genre. Ceci étant dit, cette oeuvre est superbe en entier et je sais aussi, bien évidemment, l'apprécier dans sa globalité. Mais voilà, il y a cet instant si bref et si spécial qui va au-delà de la musique et touche quelque-part à l'indescriptible. Joachim, tu ne vis jamais ce genre d'expérience privilégiée au sein d'une symphonie, d'un concerto, d'un oratorio, une musique de chambre...ce court instant de grâce?? J'en serais étonné. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5927
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Jeu 21 Juil - 10:21

Je crois comprendre ce dont tu parles et si c'est le cas, il y a beaucoup d'oeuvres - principalement des opéras - où il y a quelques instants "magiques" qui m'ont enchantée soit grâce à la musique, au chant ou à l'interprétation.  Dans ce cas, il m'arrive de réécouter en boucle ce moment, souvent fugitif.
Par contre, arriver à les situer dans l'oeuvre et les décrire comme tu le fais, c'est une autre affaire.

Un de ces moments me revient à l'esprit et je vais le décrire du mieux que je peux ! Wink

Verdi - Ernani : acte 4, finale
Riccardo Muti - Orchestre de la Scala Milan
Ernani : Placido Domingo - Silva : Nicolai Ghiaurov - Elvira : Mireilla Freni
Enregistrement Emi - direct 1983
Je cite les références parce que pour moi, en opéra en tout cas, ce moment hors du temps est aussi lié aux interprètes.
Cet opéra est un de mes préférés chez Verdi, il est empreint d'une dramaturgie magnifique qu'on ne retrouve pas toujours chez ce compositeur. Alors que tout semble se dénouer pour le mieux : Carlo a offert en noces Elivra à Ernani, noble proscrit revenu en grâce, retentit le cor de Silva à qui Ernani a promis sa vie dès qu'il la lui demandera par le son de cet instrument.  Commence alors l'air final de 13'19, Tutto ora tace intorno : c'est d'abord Ernani qui plaide sa cause Solingo, errante e misero, Eliva tente ensuite d'arrêter la terrible sentence Ferma, ferma, crudele, estinguere.  Leur répond la vengeance implacable de Silva E'vano, io non perdono, è vano. Arrive ce moment magique où Ernani va accomplir sa promesse, accompagné d'un chant d'un grand lyrisme et d'une émotion justement contôlée - une grande qualité de Placido Domingo dont la voix aux reflets cuivrés donne toute sa dimension à ce grand moment !      
Sur la vidéo cela se situe entre environ à 5'35 et dure plus ou moins 1 minute.


https://www.youtube.com/watch?v=v-gdf02ENIo
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Jeu 21 Juil - 12:17

Tu as parfaitement saisi le thème de mon topic. Bel extrait d'un opéra que je ne connaissais pas et, grâce à tes précisions, j'ai pu cerner l'instant musical qui correspond chez toi à un pic d'émotion.

Pour en revenir au QUINTETTE de Jean Cras, j'ai oublié de poster la vidéo où vous pourrez saisir l'instant magique, le point culminant, comme je l'ai dit, de 1 à 51/52/53 secondes et plus précisément à partir de la 36ème: là c'est l'extase! Mais, je le répète, c'est un Quintette que j'apprécie aussi dans son entièreté.

https://www.youtube.com/watch?v=Q-ATDBgDbLE
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16543
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Ven 22 Juil - 12:47

Voici je crois un exemple pour ce qu'il me semble comprendre de cet arrêt sur image défini par Icare.

Je viens de "tomber" par hasard sur cet enregistrement de l'ouverture de Tannhauser de Wagner, et pour moi ce frémissement a lieu lorsque trombones et cors éclatent solennellement pour la marche des pèlerins. C'est à 2'23 dans l'enregistrement et dure environ une minute et demi. C'est la seule musique de Wagner qui me procure cette sorte de transe, au point qu'elle me met la larme à l'oeil. La cause ? Peut-être parce que la première fois que je l'ai écoutée sur un 33 tours, j'avais autour de 14 ans, à ma grande surprise, ma mère s'est mise à fredonner le thème. J'ai ainsi appris qu'elle le connaissait depuis son enfance lorsqu'elle allait à l'école ! Ce peut être une explication pour ce cas, mais quelques autres musiques me font le même impression sans aucun souvenir de jeunesse.



https://www.youtube.com/watch?v=OQpBQSOOups


Autre exemple, celui-ci inexplicable : La Musique funèbre de Mozart surtout à partir de 4'10

https://www.youtube.com/watch?v=t0_SE-k2KMI

Je verrai bien cette musique à mon enterrement !
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5927
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Ven 22 Juil - 21:21

Pour la marche des Pèlerins, je te rejoints Joachim ...je ne connaissais pas avant de voir l'oeuvre sur scène et je revois encore cette foule qui avance doucement dans le noir, portant des flambeaux, la lumière augmentant en même temps que le chant, d'abord très ténu et prenant de l'ampleur très progressivement. Une merveille !!! Et je ressens la même plénitude à chaque fois que j'entends cet air.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
laudec

avatar

Nombre de messages : 3393
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Ven 22 Juil - 23:08

Des instants magiques en musique, j'en vis souvent, je n'utiliserais pas le terme "arrêt sur image" non plus, parce que je ne suis pas visuelle et ce n'est pas une image qui me vient lorsque je "craque"... je sais que c'est là mais je n'ai pas de mots pour décrire ce qui se passe
Je suis trop occupée pour l'instant pour aller rechercher quelques-uns de ces moments de grâce, j'y reviendrai plus tard, mais je peux déjà dire que depuis que je joue d'un instrument, il y a des moments, des passages, parfois de trois, quatre notes seulement qu'il m'est délicieux de répéter sans comprendre ce qui fait la magie de cet enchaînement. Lorsque j'écoute la pièce entière je ne m'arrête pas nécessairement sur ce passage-là, mais j'aime en général la totalité ou presque de cette œuvre.
J'ai beaucoup aimé le quintette pour harpe et flûte que tu nous présentes Icare, il y a quelque chose d'indéfinissable dans cette œuvre pour moi, sans m'arrêter à un moment bien précis.
De même pour la Marche des pélerins de Joachim, dès l'entrée, cette musique me renvoie au passé et m'émeut particulièrement dans la première partie mais je ne serais pas aussi précise quant au timing. Très fort tout ça, des moments uniques
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6568
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Ven 22 Juil - 23:38

Vos exemples sont tous magnifiques et parlant!

Le premier "arrêt sur image" qui me vient est le début du 4ème mouvement de la 3ème symphonie pour orgue de Saint Saens où je vois toujours dans les grands accords du début de grandes chutes d'eau , genre Niagara, suivie du cours plus calme paisible et riant d'une rivière , là où le piano intervient...puis un débit plus tourmenté  genre rapides!

En fait ces images s'images s'imposent depuis que dans ma jeunesse, j'avais utiliser ce passage pour un montage "diapo" d'un ami qui rentrait du Canada



https://www.youtube.com/watch?v=V_2FKcorqqE

dans le même "reportage" il y avait une scène sur une patinoire en plein air : j'ai choisi le début du 3ème mouvement du concerto pour piano N° 2 de Tchaïkovsky:

https://www.youtube.com/watch?v=q467Y_cT2_U
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Sam 23 Juil - 22:41

Magnifiques musiques Icare et très bonne idée de fil, Very Happy

J'ai été submergée premièrement par la première musique, aussi influencée par tes commentaires Icare. C'est très explicite et on arrive bien à se représenter tes impressions, que je partage en écoutant ce moment musical.

C'était sans compter la deuxième musique, le Quintette pour harpe, flûte, violon, alto et violoncelle, qui m'a émerveillée et fait voyager. Tellement douce, sereine, je me suis sentie non seulement voyager vers d'autres pays, sûrement asiatiques, mais aussi sentie dans la peau d'une autre, sûrement une jeune fille, qui voit traverser divers paysages asiatiques tous plus beaux les uns que les autres. La musique est elle même fleurie, douce, tellement paisible, et rebondissante de sentiments, apportant une joie de vivre, une grande fraîcheur, une jeunesse dans son émerveillement du monde.

C'est un sacré coup de coeur pour moi. Une musique très expressionniste et assez simple tout de même à décoder quant aux sentiments et aux impressions.

Merci donc pour cette belle découverte. Je ferai partager, :)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Dim 24 Juil - 19:09

Joachim a écrit: Je viens de "tomber" par hasard sur cet enregistrement de l'ouverture de Tannhauser de Wagner, et pour moi ce frémissement a lieu lorsque trombones et cors éclatent solennellement pour la marche des pèlerins. C'est à 2'23 dans l'enregistrement et dure environ une minute et demi. C'est la seule musique de Wagner qui me procure cette sorte de transe...

Je ne suis pas sûr que ce soit la seule musique de Wagner qui me procure cet effet - il me semble qu'il y a un passage dans Parsifal qui me fait un effet voisin - mais concernant la fameuse Ouverture de Tannhauser, je pourrais écrire la même chose au même endroit et à la seconde près! Tu as parfaitement saisi le thème de mon topic. Mains

Pianoline a pianoté: Magnifiques musiques Icare et très bonne idée de fil

Merci beaucoup. Au début, j'ai pensé que ce thème allait faire un flop. Laughing Pour le peu d'intervenants que nous sommes, c'est déjà pas mal. Merci à tous pour votre participation.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Lun 25 Juil - 22:55

En réécoutant la Symphonie n°5 de Gustav Mahler, mon attention s'est, comme par magie, focalisée sur l'utilisation de la harpe dans l'adagietto. Biensûr, ce mouvement est magnifique en entier, mais, cette fois-ci, plus que les précédentes, la harpe a eu un effet hypnotique sur moi. J'étais comme envoûté par sa douceur, sa distance mesurée, sa fragilité au sein du tissu orchestral:

lire cette vidéo

Cette proximité émotionnelle avec la harpe fonctionne mieux (pour ma part) sur disque, peut-être aussi parce que je ferme les yeux, que j'ai pu ressentir en elle un souffle de fraîcheur et respirer son parfum de mystère. Ce soir, je me suis senti carressé par elle...hypnotisé...

Dans cet exemple, il ne s'agit pas nécessairement d'un instant en particulier dans l'adagietto, quoique les deux/trois premières minutes correspondent à merveille au thème du topic, mais davantage de l'emploi de la harpe dans ce mouvement, peu importe l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Lindale



Nombre de messages : 26
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Mer 10 Aoû - 15:09

Je dirais par ma récente découverte  :  Concerto n 1 de Locatelli en ré majeur dans l'opus arte del violino de Japp van Zweden à l'Allegro (pas évident à trouver) ,

C'est le starting block et le début de multiples coups d'archet du violon qui après fait une sorte de bonne humeur "fofolle" déclenchée par la virtuosité du violoniste ...

Pour un autre dans La Création de Haydn, la première minute est très émotionnelle, je vois presque l'univers se former .... Un effet génial  !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Ven 12 Aoû - 18:21

Dans la fastidieuse musique de ballet, Roméo et Juliette, de Sergei Prokofiev, je pourrais extraire plusieurs instants magiques. J'ai d'abord pensé à celui que je le considère comme étant le second thème principal et qui réapparaît, par ce fait, plusieurs fois dans l'oeuvre, comme, par exemple, au tout début de la Scène 3 de l'Acte III, Juliet's bedroom (N°46). Il est devenu moins célèbre que l'autre thème principal que l'on retrouve même dans les pubs mais il a pourtant aussi de réelles qualités entêtantes. Néanmoins, ce n'est pas cet extrait que je souhaite ériger sur un piédestal. L'extrait en question s'intitule Morning Serenade (N°48). Il appartient également à la Scène 3 de l'Acte III. Il met en scène des mandolines qui apparaissent déjà dans Dance with the mandolins, sauf que là, on passe du sympathique à l'excellent. Je trouve qu'au travers de la combinaison flûte/mandolines/violon/cuivres qui anime Morning Serenade, s'émancipe un délicieux sens de la fantaisie: une fulgurance poétique qui a pleinement monopolisé mon attention. Mais vous savez, je pourrais presque dire la même chose du morceau suivant; Dance of the girls with the lilies (N°49), même si les mandolines se sont définitivement tues.

https://www.youtube.com/watch?v=DOjJYJfNB7g
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Sam 13 Aoû - 19:32

Je ne pensais pas soulever dans Cinderella un instant spécial, mais c'était sous-estimer le talent musical de Prokofiev. Il faut dire que si la première partie de Cinderella me laisse un peu à la surface des choses, à l'exception des N°29 & 30 de L'Acte II, la seconde me divertit plus en profondeur, si j'ose dire. Il y a des passages qui m'accrochent vraiment; je pense notamment à l'"Orientalia (Andante dolce)", N°43 de l'Acte III, histoire de me limiter à cet exemple. Il y en a d'autres...Mais, le moment magique est un morceau de romantisme passionné qui conclut le ballet sous le titre Amoroso - Andante dolcissimo. J'ai justement été scotché - c'est bien le terme qui convient pour exprimer mon ressenti - par le caractère amoureux et passionné de ce final, qui, en plus, ne s'achève pas dans la fanfare ou dans un tintamarre de cuivres...tout en douceur, dans une infinie douceur, sur quelques notes de carillon. Bref, j'adore la portée romantique de cet Amoroso.

Dans une autre version que celle que je connais:

https://www.youtube.com/watch?v=XACBikKznXw
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Ven 19 Aoû - 22:18

En relisant le commentaire que j'avais écrit dans le fil de Mieczyslaw Weinberg, je me suis dit, après la réécoute de sa Symphonie n°8 "Polish Flowers", que je pourrais réécrire la même chose à la virgule près. Bref, un ressenti totalement identique! Il y a un passage...plus exactement, un mouvement...que j'avais biensûr souligné et encadré de mon émotion: il s'intitule "Matka (Mother)". Il fut pour moi le moment magique de cette symphonie, le moment sur lequel le temps s'arrête, porté par la superbe voix du ténor Rafal Bartminski.

https://www.youtube.com/watch?v=IkP6q5wevAI


Ce n'est pas la même interprétation, cependant elle me semble très bonne, elle aussi. Jean, cet extrait est pour toi. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   Jeu 8 Sep - 19:14


Le morceau sur lequel je me suis arrêté, aujourd'hui, est l'"Allegro ma non troppo", quatrième et dernier mouvement du Quintette op.31/4 G. 328 en ut mineur pour deux violons, alto et deux violoncelles de Luigi Boccherini, interprété par l'Ensemble 415. Pourquoi le quatrième mouvement de ce quintette m'a-t-il suffisamment touché pour que je lui dédie un "arrêt sur image"? Je ne peux pas dire qu'il s'agit là, à mon goût, du meilleur moment musical composé par Boccherini. Je ne peux pas dire non plus qu'il me met la larme à l'oeil. Alors pourquoi? C'est difficile à expliquer mais ce mouvement m'a terriblement amusé, séduit, plus que lors des précédentes écoutes. Je sais que le motif mélodique et récurrent qui le hante y est pour beaucoup. C'est quelque-chose qui me touche et m'amuse plus que la moyenne: cette musique possède à ce moment précis, une élégance, un charme, qui me la rend unique. Si, par exemple, je devais réaliser une compilation d'extraits classiques de cette période, je la retiendrais à coup sûr. Malheureusement, je n'ai pas trouvé d'interprétations de ce Quintette ni de ce mouvement en particulier sur Youtube. Dommage!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrêt sur image ou l'instant magique.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrêt sur image ou l'instant magique.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: