Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-60%
Le deal à ne pas rater :
Red Dead Redemption 2 – PS4 ou Xbox One
15.99 € 39.99 €
Voir le deal

 

 Emmanuel Chabrier (1841-1894)

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26317
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2006-08-15, 14:55

Emmanuel Chabrier est un compositeur français né à Ambert (Puy-de-Dôme) le 18 janvier 1841 et mort à Paris le 13 septembre 1894.

Son père, Jean Chabrier, est avocat ; sa mère, Marie-Anna-Evelina Durozay, originaire de Cusset-Vichy. Sa nourrice Anne Delayre (surnommé "Nanine" par Emmanuel Chabrier) est restée proche de lui toute sa vie. Il commence les leçons de musique à 6 ans. Il apprend le piano avec un réfugié carliste espagnol, M. Saporta. Ses compositions les plus anciennes datent de 1849 et sont pour piano. La famille vit alors à Ambert, mais elle déménage à Clermont-Ferrand en 1852. À cette époque, Emmanuel Chabrier prépare une carrière dans le droit et étudie au lycée impérial de Clermont-Ferrand de 1852 à 1856. En parallèle, il continue de prendre des leçons de musique (théorique et pratique, le violon) avec Alexandre Tarnowski, un compositeur polonais et violoniste. Le père d'Emmanuel s'oppose toutefois à une carrière musicale.

La famille quitte Clermont-Ferrand pour Paris et s'installe au 23, puis au 40 rue Vanneau. Il rejoint le lycée Saint-Louis à Paris en 1856 et prend des leçons de piano avec Édouard Wolff et de composition avec Théophile Semet, puis Aristide Hignard. Une pièce de piano de cette période, que le jeune homme coiffe du titre Le Scalp (1861), sera modifiée et rebaptisée pour devenir la Marche des Cipayes (1863). Le jeune Emmanuel est bachelier le 4 novembre 1858. Il passe sa licence de droit en 1861.

Ami avec Verlaine dès ses 20 ans, Emmanuel Chabrier écrit dans son exemplaire de Jadis et Naguère (édition 1891) ː "Pendant deux ou trois ans, 1860 à 1863, rue Lecluze, aux Batignolles, j'allais dîner chez Mme Verlaine presque tous les samedis ". Verlaine parle de ces soirées dans un sonnet publié dans Amour.

À partir de 1862, Chabrier travaille au ministère de l'Intérieur à Paris. Le 29 octobre 1863, il devient expéditionnaire au bureau des ampliations. Il épouse Alice Dejean le 27 décembre 18734. Alice Dejean est la fille d'un architecte. Il s'installe à Montmartre, puis successivement rue Mosnier, rue de Rochechouart et avenue Trudaine. Il fréquente les écrivains Émile Zola et Alphonse Daudet, avec qui il entretient une grande amitié. Il fréquente également les peintres Auguste Renoir, Claude Monet, Édouard Manet dont il est un fidèle admirateur et à qui il achète de nombreuses toiles, dont certaines sont aujourd'hui exposées dans de grands musées.

Tristan und Isolde de Richard Wagner, "qu'il entend en 1879 à Munich, le bouleverse ". En 1880, il choisit de se consacrer entièrement à la musique. "À partir de 1883, il passe chaque année plusieurs mois chez sa belle-mère, à La Membrolle, près de Tours, où il composera la majeure partie de son œuvre pendant les dix années qui lui restent à vivre".

Emmanuel Chabrier et Paul Lacôme ont eu l'initiative de réhabiliter l'inventeur du saxophone Adolphe Sax.

Dans ses dernières années, à partir de 1890, Chabrier connait des problèmes financiers de plus en plus importants, causés par la faillite de ses banquiers. Sa santé se dégrade et il entre en phase terminale de la syphilis, le rendant irritable et dépressif. En 1891, le décès de sa nourrice bien aimée « Nanine » l'affecte profondément. Il devient obsédé par la composition de son opéra Briséïs, inspiré par une tragédie de Goethe et par le style musical de Wagner, mais il n'en terminera que le premier acte.

A Paris, son opéra Gwendoline est enfin donné en France pour la première fois, en décembre 1893. Il ne reconnait pas sa musique et l'applaudit à tout rompre, ne comprenant pas que les applaudissements s'adressent à lui.

Il meurt prématurément le 13 septembre 1894, à Paris, de paralysie générale. Il est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.


Œuvres

Le style d'Emmanuel Chabrier est très varié : harmonies wagnériennes (Gwendoline), légèreté mélodique (Duo de l'ouvreuse de l'Opéra-Comique et de l'employé du Bon Marché), inspirations folkloriques (Les Plus Jolies Chansons du pays de France), pastiche (Ballade des gros dindons), etc.

En 1882, Chabrier se rend en Espagne. Ce voyage lui inspire sa plus célèbre œuvre, la rhapsodie pour orchestre España (1883), mélange d'airs populaires et de créations de son imagination. À en croire son ami Henri Duparc, cette composition affirmait un style personnel, riche et très coloré. La femme d'Auguste Renoir écrit : "Un jour, Chabrier vint, et joua España pour moi. Ce fut comme si un ouragan avait été libéré. Il battait et battait encore le clavier. Une foule s'était réunie dans la rue et écoutait, fascinée. Quand Chabrier atteignit les formidables derniers accords, je me jurai à moi-même de ne jamais plus toucher un piano. Il avait d'ailleurs cassé plusieurs cordes, et mis le piano complètement hors d'usage." Joyeuse Marche, un arrangement de sa pièce pour piano, et Dix pièces pittoresques comptent également parmi ses œuvres les plus connues, de même que la mélodie Les Cigales (1889). Ses compositions influencèrent de nombreux compositeurs français, notamment Maurice Ravel et Francis Poulenc.

Partageant avec les Parnassiens un humour dans sa vision critique de la société, Chabrier disait de lui-même : "Je rythme ma musique avec mes sabots d'Auvergnat". Au contraire de George Onslow, Chabrier ne fut cependant pas attaché à l'Auvergne et ne s'impliqua d'aucune façon dans la vie culturelle de cette région qu'il quitta très tôt pour s'installer à Paris, même s'il présida l'association "La Soupe aux choux d'Auvergne", qui se réunissait régulièrement à Paris

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Emmanuelchabrier1ny2
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2006-11-12, 10:06

Il faut redécouvrir ce grand génie, qui a assumé l'héritage français le plus pur, en droite ligne de Rameau et Couperin, et ouvert la porte à Debussy et Ravel.
Son oeuvre pour piano est à découvrir d'urgence (sous les doigts d'Alexandre Tharaus ou Marcelle Meyer) !
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26317
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2006-11-12, 10:13

Perso, j'aime pas trop Chabrier. Quelques pièces sympas mais dans l'ensemble... :|
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2010-02-25, 20:17

Catalogue des oeuvres

Operas & operettes

Fisch-Ton-Kan, 1863-64 (opéra bouffe - incomplete, P. Verlaine), f.p. (as Peh-Li-Kan) 31 March 1875, ‘Cercle de l'Union artistique’ in Paris.
Vaucochard et fils Ier, 1864 (operetta - incomplete, Verlaine & L. Viotti), f.p. Salle de l'Ancien Conservatoire, 22 April 1941
Jean Hunyade, 1867 (opéra - incomplete, H. Fouquier)
Le Service obligatoire, 1872 (opérette, Marion et Leihac)
L'Etoile, 1877 (opéra bouffe, Eugène Leterrier & Albert Vanloo) f.p. Bouffes Parisiens, Paris, 28 November 1877.
Le Sabbat, 1877 (opéra comique - incomplete, A. Silvestre)
Une éducation manquée, 1879 (operetta, Leterrier & Vanloo) f.p. Cercle de la Presse, Paris, 1 May 1879.
Les Muscadins, 1880 (opéra - incomplete, J. Claretie & Silvestre)
Gwendoline (opera), 1885 (opéra, Catulle Mendès) f.p. Théâtre de la Monnaie, Brussels, 10 April 1886.
Le roi malgré lui, 1887 (opéra comique, E. de Najac & P. Burani, revised by J. Richepin, after Ancelot) Opéra Comique (Favart), 18 May 1887.
Briséïs, ou Les amants de Corinthe, 1888-91 (drame lyrique - only one act complete, Mendès & E. Mikaël, after Goethe) f.p. Concerts Lamoureux, Paris, 13 January 1897.


Oeuves orchestrales

Lamento (1875)
Larghetto pour cor et orchestra (1875)
España, rapsodie pour orchestra (1883)
Prélude pastoral et Joyeuse marche (1888; orchestration de Chabrier du Prélude et marche française pour piano-4 mains (1883/5)).
Ouverture de Gwendoline (1886)
Suite pastorale (1888, orchestrations par le compositeur de quatre des dix Pièces pittoresques pour piano)


Piano

Euphrasie, polka (1849)
Juvenilia (1849)
Rêverie (1855)
Aïka, polka-mazurka (1855)
Julia. Grande Valse op.1 (1857)
Le scalp!!! (1861) révisé, devenu Marche des Cipayes
Souvenirs de Brunehaut. Waltz (1862)
Marche des Cipayes (1863)
Suite de valses (1872)  aussi orchestration Lacome
Impromptu en ut majeur (1873)
Petite valse (1878)
Pas redoublé (Cortège burlesque) for four hands (1881) aussi orchestré par Ravel
10 Pièces pittoresques (1881) : Paysage, mélancolie, tourbillon, sous-bois, mauresque, idylle, danse villageoise, improvisation, menuet pompeux (aussi orchestré Ravel), scherzo-valse
Trois valses romantiques pour 2 Pianos (1883) (aussi orchestrées par Felix Mottl)
Capriccio (1883) terminé par Le Boucher
Prélude et marche française for piano 4-hands (1883/5). Prélude orchestré par Chabrier du Prélude pastoral, Marche française orchestré, devenu Joyeuse Marche (vers 1888; révisé 1890, puis arrangé piano solo)
Habanera (1885, aussi orchestré par le compositeur, 1888)
Souvenirs de Munich. Quadrille sur des Themes de Tristan und Isolde pour piano 4-mains (1885-86)
Bourrée fantasque (1891; orchestrée par Felix Mottl, 1898, Charles Koechlin, 1924, Robin Holloway, 1994 (termine l'orchestration originale de Chabrier, inachevée)
Cinq morceaux (posthume, 1897) : Aubade, Ballabile, Caprice, Feuillet d'album, Ronde champêtre
Souvenirs de Munich: quadrille sur les thèmes favoris de Tristan et Isolde de Richard Wagner: pour piano à 4 mains (1886) orchestration J. Françaix.
arr Camille Chevillard de España : rapsodie pour orchestre arrangée pour 2 pianos à 8 mains (1900)


Mélodies

9 Mélodies (1862) (Couplets de Mariette, L'Enfant, Ronde gauloise, Le Sentier sombre, Lied, Chants d'oiseaux, Sérénade, Adieux à Suzon, Ah! petit démon!)
Le Pas d'armes du roi Jean (1866)
Les Lèvres closes (1867)
Ivresses (1869)
L'invitation au voyage (1870, poeme de Baudelaire)
Sérénade de Ruy Blas "À quoi bon entendre" (1873)
Sommation irrespectueuse (1880, poeme de Hugo)
Tes yeux bleus (1883)
Credo d'amour (1883)
Chanson pour Jeanne (1886)
6 mélodies sur des poèmes de Rosemonde Gérard et Edmond Rostand (1890) (Ballade des gros dindons, Villanelle des petits canards, Les Cigales, Pastorale des cochons roses, L'Île heureuse, Toutes les fleurs)
Lied. Nez au Vent (poème Mendès, posthume, 1896))
Les plus jolies chansons du Pays de France, 16 chants, arrangement de chansons folkloriques (1888)


Autres oeuvres vocales

Cocodette et Cocorico. Duo comique pour soprano, tenor et orchestra (1878)
Monsieur et Madame Orchestre. Duo comique pour 2 voix, choeur et piano (1877-79)
La Sulamite. Scène lyrique pour mezzo-soprano, choeur de femmes et orchestra (1884)
Duo de l'ouvreuse de l'Opéra-Comique et de l'employé du Bon Marché (1888)
Ode à la musique pour soprano, choeur de femmes et orchestra (piano) (1890, paroles de Rostand)


Dernière édition par joachim le 2018-07-31, 09:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Olivier

Olivier

Nombre de messages : 790
Age : 54
Date d'inscription : 14/05/2011

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2012-02-17, 20:40

J'aime beaucoup l'oeuvre pour orchestre et surtout pour piano d'Emmanuel Chabrier par son sens de l'harmonie, du rythme, des couleurs et ses qualités d'orchestration.

Ses oeuvres pour piano sont de vraies perles qui doivent être re découvertes notamment sous les doigts d'A Tharaud Emmanuel Chabrier (1841-1894) 185465 notamment Souvenirs de Brunhaut et de Munich qui témoignent de son admiration pour Wagner.
Revenir en haut Aller en bas
germou

germou

Nombre de messages : 41
Age : 78
Date d'inscription : 11/12/2011

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2012-02-23, 14:03

Je vais être un peu partisan car Chabrier est né à 50km de chez moi mais tant pis.
J'ai toujours un faible pour "L'Etoile" dont la musique et le livret d'Eugène Leterrier et Albert Vanloo sont irrésistibles. Par la suite il n'y que "Le Testament de tante Caroline" de Roussel sur le livret de Nino (Michel Veber) qui ait atteint cet humour total paroles et musique.
Le morceau sur le supplice du pal, fallait oser !

Cela dit s'il a un catalogue relativement limité, nul ne peut ignorer l'influence de Chabrier sur la musique de Debussy, Satie, Poulenc ... ce qui est paradoxal quand on sait qu'il appréciait Wagner. Mais j'ai du mal à retrouver Wagner dans la Pastorale des cochons roses, la "Vilanelle des petits canards", ou la "Joyeuse marche" pas davantage dans les Pièces pittoresques de jeunesse ou son Feuillet d'Album.
La "Bourrée fantasque" est sa seule référence auvergnate qui semble attendre la "Bourrée au pavillon d'Auvergne" de Poulenc !
Chabrier est un créateur du piano plus que son quota d'opus ne le laisse penser et on peut considérer cet Auvergnat de Paris comme un chroniqueur, comme fut Alexandre Vialatte (qui vint s'installer par deux fois à Ambert).
En tout cas je trouve superbe cet humour venant d'un employé du ministère de l'intérieur !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gereve63.net
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2012-02-24, 17:54

Briseïs ou les amants de Corinthe n'est pas un opéra genre comique mais bel et bien un drame lyrique qui, s'il avait été achevé, aurait pu prendre place auprès des grands opéras français comme le Roi d'Ys, Carmen ou Samson et Dalila. Malheureusement il n'en a composé que le premier acte (quatre scènes) qui au total a quand même une durée de 74 minutes.

Voir l'article d'Hypérion dans la rubrique opéras du forum.

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Cover_15


Pour moi, tout inachevé qu'il soit, cet opéra est le chef d'oeuvre vocal de Chabrier. Quel dommage que, à cause de sa santé chancelante des dernières années de sa vie, il n'ait pas pu le terminer ! Crying or Very sad


Revenir en haut Aller en bas
germou

germou

Nombre de messages : 41
Age : 78
Date d'inscription : 11/12/2011

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: A faire écouter en aveugle   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2013-02-02, 07:53

Tout d'abord concernant "Briséis" je vois que les orchestres français sont toujours à la traîne pour valoriser leur patrimoine. La BBC par contre est présente ! Et après ça on nous dira de consommer français !

Mais je voulais vous signaler une œuvre de 1881 "Cortège burlesque", pas redoublé pour piano 4 mains (ici des mains italiennes !)

www.youtube.com/watch?v=5X8aJu6m9_Y

En passant, Scott Joplin est né en 1867
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gereve63.net
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2014-05-13, 23:54

Il fallait bien qu'un jour je risque quelque chose d'un compositeur français que je ne connaissais jusqu'ici que de nom; Emmanuel Chabrier. Il s'agit d'oeuvres orchestrales; Suite pastorale, Espana, Habarena, Larghetto pour cor et orchestre, Ouverture de Gwendoline, Prélude pastoral, Marche française, Fête polonaise. Ce compositeur n'appartient pas forcément à ma période de prédilection, n'en est peut-être pas non plus le plus brillant représentant, cependant, l'idée de bousculer mon "confort" de mélomane n'est pas pour me déplaire. Ha, j'oubliais! Ces oeuvres sont jouées par le Wiener Philharmoniker sous la direction de John Eliot Gardiner. Voilà qui devrait interpeller Jean! Emmanuel Chabrier (1841-1894) 699201 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2014-06-20, 09:41

Première écoute et donc totale découverte de la musique orchestrale d'Emmanuel Chabrier qui commença plutôt bien et même superbement avec le premier mouvement "Idylle" de sa Suite Pastorale, une oeuvre bien sympathique en entier même si aucun des trois mouvements suivants ne m'a fait l'effet du premier qui est, selon moi, un pur bijou. Emmanuel Chabrier (1841-1894) 333455 Emmanuel Chabrier (1841-1894) 333455 Emmanuel Chabrier (1841-1894) 333455 . Si j'insiste sur cette "Idylle", c'est parce qu'elle va s'avérer être le seul morceau vraiment prenant du disque. Certes, j'ai bien aimé Habanera (pas aussi belle toutefois que celle de Frédéric Devreese). Espana et Larghetto pour cor et orchestre ne m'ont pas particulièrement déplu. Au contraire, cette musique est plutôt bien faite et plaisante, même si elle ne m'a pas renversé, pas bouleversé, un style orchestral que je n'écouterais pas en boucle, pour reprendre une expression de Joachim. Hehe  On est dans du "symphonique" bien fichu, bien orchestré, bien "tout ce qu'on veut", impeccablement interprété par le "Wiener Philharmoniker" sous la direction de John Eliot Gardiner...seulement voilà, rien de vraiment transcendant à mes oreilles... "Idylle" est déjà très loin...Ceci-dit, jusque là, l'écoute se passe bien, la musique de Chabrier s'installe en moi, tranquillement. Tout ce gâte avec l'Ouverture de Gwendoline aux orchestrations surchargées et d'un style pompeux et bourratif. "Dans le genre j'en fais des tonnes!" Voilà exactement le style de musique symphonique ronflante et tapageuse qui me tape sur le système! La Symphonie fantastique de Berlioz, alors qu'elle fut parfois taxée de tapageuse (je me demande d'ailleurs pourquoi?), est une merveille de douceur et de délicatesse en comparaison (comparaison qui, cela va sans dire,, ne s'impose pas) Laughing. Désolé, mais je déteste cette ouverture. je la trouve "rasoir"!  Laughing  Heureusement, Prélude pastoral est tombé à point nommé pour apaiser mon coeur et mon âme meurtris par tant de luxuriance et de clinquance...Cette musique-là a un peu plus de tenue et de retenue, ne tombant jamais dans une surenchère de cuivres assourdissants. J'ai eu un peu peur avec la Marche Française qui, sans être complètement ma tasse de thé, m'a amusé par le jeu espiègle d'une petite flûte solo. Bref, cette Marche aurait pu être bien plus banale que ça. Le second coup de massue sur les esgourdes est arrivé avec la Fête Polonaise, une Fête que j'ai trouvé grasse et indigeste, notamment la première partie et la valse pachydermique qui en découle.  Rolling Eyes  Déçu de ces pompes, je n'ai souhaité terminer là-dessus. Pour ne pas oublier qu'Emmanuel Chabrier fut aussi capable du meilleur (à mon goût), je me suis remis, comme conclusion, la superbe "Idylle", premier mouvement de sa Suite pastorale, histoire de terminer l'écoute de ce disque sur une note beaucoup plus positive. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2015-05-20, 19:07

A la réécoute des oeuvres mentionnées dans mon précédent commentaire, il en ressort pour ainsi dire les mêmes impressions, en hausse concernant la Suite Pastorale et pas seulement grâce à la magnifique "Idylle" mais également pour ses autres mouvements "Danse villageoise", "Sous-bois", "Scherzo-valse". J'ai mieux apprécié aussi Habanera, Espana, Prélude Pastoral et surtout Larghetto pour cor et orchestre qui m'a vraiment séduit cette fois-ci. Si l'Ouverture de "Gwendoline" m'a moins déplu que la première fois, en revanche, la Marche Française déclenche un symphonique que je n'aime vraiment pas et je ne supporte carrément pas sa Fête Polonaise que je n'écouterai plus jamais. La prochaine fois que je réécouterai ce cd, je m'arrêterai au Prélude Pastoral. Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2018-07-30, 23:17

Icare a écrit:
A la réécoute des oeuvres mentionnées dans mon précédent commentaire, il en ressort pour ainsi dire les mêmes impressions, en hausse concernant la Suite Pastorale et pas seulement grâce à la magnifique "Idylle" mais également pour ses autres mouvements "Danse villageoise", "Sous-bois", "Scherzo-valse". J'ai mieux apprécié aussi Habanera, Espana, Prélude Pastoral et surtout Larghetto pour cor et orchestre qui m'a vraiment séduit cette fois-ci. Si l'Ouverture de "Gwendoline" m'a moins déplu que la première fois, en revanche, la Marche Française déclenche un symphonique que je n'aime vraiment pas et je ne supporte carrément pas sa Fête Polonaise que je n'écouterai plus jamais. La prochaine fois que je réécouterai ce cd, je m'arrêterai au Prélude Pastoral. Voilà!

Suite Pastorale, notamment l'"Idylle", représente tout ce que j'aime alors que la Fête Polonaise tout ce que je n'aime pas, symphonique trop bavard et clinquant pour moi. Le Larghetto pour cor et orchestre avec Ronald Janezic comme soliste, est d'un beau raffinement auquel il me serait impossible de rester insensible. Voilà une oeuvre qui met parfaitement en valeur la beauté du cor sans excès de virtuosité. L'"Idylle" est une pure merveille qui fait que cet album commence sur son point culminant.

https://www.youtube.com/watch?v=bFmpB_w81Mg
Revenir en haut Aller en bas
JosefK

JosefK

Nombre de messages : 224
Age : 71
Date d'inscription : 18/02/2018

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2018-07-31, 00:36

Icare a écrit:
Suite Pastorale, notamment l'"Idylle", représente tout ce que j'aime alors que la Fête Polonaise tout ce que je n'aime pas, symphonique trop bavard et clinquant pour moi.

Comme souvent chez Chabrier, je me demande s'il faut prendre cette musique au premier degré.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2018-07-31, 09:15

JosefK a écrit:
Icare a écrit:
Suite Pastorale, notamment l'"Idylle", représente tout ce que j'aime alors que la Fête Polonaise tout ce que je n'aime pas, symphonique trop bavard et clinquant pour moi.

Comme souvent chez Chabrier, je me demande s'il faut prendre cette musique au premier degré.

Je le pense aussi.

Il y a chez lui un mélange d'humour (Cocorette et Cocorico, Pastorale des cochons roses, duo bouffe de l'ouvreuse de l'opéra-comique et de l'employé du Bon Marché, et autres du même acabit), de romantisme voire tragédie (Gwendoline, Briseis, Mélancolie) et de musique "pompière" comme dirait Icare (Bourrée fantasque, Joyeuse marche, Fête polonaise).

(il y a un article beaucoup plus complet de Wikipedia, que j'ai remplacé au texte de présentation de Snoopy, qui était très succinct)
Revenir en haut Aller en bas
Pébété

Pébété

Nombre de messages : 574
Age : 76
Date d'inscription : 19/03/2019

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2021-06-19, 18:09

C'est léger, sympathique, dansant et amusant Emmanuel Chabrier (1841-1894) 987794
Ça me plait beaucoup. Emmanuel Chabrier (1841-1894) 185465

Cortège burlesque pour piano à quatre mains


https://www.youtube.com/watch?v=yPQRtLSwJC4
Revenir en haut Aller en bas
Pébété

Pébété

Nombre de messages : 574
Age : 76
Date d'inscription : 19/03/2019

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2021-06-19, 18:19

España est une rhapsodie pour orchestre écrite par le compositeur français Emmanuel Chambrier en 18831.

España fut écrite à la suite du séjour de Chabrier en Espagne à l'automne 1882 avec sa femme et sa famille ; le compositeur y fut enchanté par la musique espagnole et andalouse. De retour à Paris, il promit au chef d'orchestre Charles Lamoureux qu'il allait écrire une pièce aux accents espagnols qui feraient se lever et s'embrasser les personnes présentes dans le public ! Il écrivit ainsi cette pièce, inspiré par les mélodies, les rythmes et le style de cette musique. Bien qu'au départ Chabrier comptât l'écrire pour le piano, il réalisa vite qu'il allait avoir besoin de la brillance d'une orchestration et utilisa toutes les ressources qu'elle pouvait lui apporter.

La première se tint le 4 novembre 1883 aux Concerts Lamoureux et rencontra un immense succès.

La construction de la pièce est simple : une introduction, suivie de six thèmes alternés aux accents espagnols.


https://www.youtube.com/watch?v=VvlD7XYbI_U
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26317
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty2021-06-19, 20:39

Très sympa ces deux oeuvres en effet! Merci beaucoup pour cette découverte Pébété Mains
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty
MessageSujet: Re: Emmanuel Chabrier (1841-1894)   Emmanuel Chabrier (1841-1894) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Emmanuel Chabrier (1841-1894)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: