Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La musique andine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Ernesto CAVOUR   Mar 19 Aoû - 22:56

Je souhaite vous évoquer cet excellent musicien bolivien, inventeur d'instruments et maître dans l'art du charango qu'est Ernesto Cavour que je connais surtout au travers d'une musique très encrée dans le folklore bolivien et écrite pour le film japonais de Yoichi Higashi réalisé entre 1991 et 1992, The river with no bridge.

La petite biographie:

Ernesto Cavour est un musicien, écrivain et théoricien de la musique andine, de nationalité bolivienne, né le 9 avril 1940 dans la ville de La Paz, Bolivie. Il est connu pour être l'inventeur de différents instruments qui ont enrichi le folklore bolivien.

Le musée d'instrument de musique de la Paz expose plus de 2000 instruments provenant de sa collection personnelle ainsi que tous les instruments créés par cet artiste polyvalent. Parmi ses inventions les plus importantes figurent le charango en étoile, la guitare à double bras ainsi qu'une version améliorée de la zampoña qui s'est popularisée dans tout le pays grâce au groupe Los Kjarkas. Il est aussi le fondateur du groupe Los Jairas qui a permis de faire connaître la musique traditionnelle bolivienne jusqu'en Europe.

Il commence sa carrière en 1957 comme soliste. Il a produit 50 LP et 11 CD. Sa virtuosité avec le charango est reconnue internationalement.


Ses dons au charango en image!:



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique andine   Mar 19 Aoû - 23:17

En solo, cette fois:

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique andine   Jeu 21 Aoû - 12:22

Outre le fait qu'Ernesto Cavour est un excellent charanguiste (joueur de = charango), il est également mentionné dans la courte biographie que j'ai trouvée qu'il est l'inventeur de plusieurs instruments ayant enrichi le folklore bolivien. J'aimerais bien connaître tous les noms de ces instruments et en faire un inventaire pour le forum. Je n'ouvrirais évidemment pas un fil pour chacun d'eux mais j'en ferais bien un petit exposé ici, sur le fil de leur créateur. Pour l'instant, je n'ai rien trouvé. Comme je l'ai sûrement déjà dit et redit, j'ai toujours voué une profonde admiration pour l'instrument en lui-même, du plus commun au plus exotique. Si j'avais eu les moyens et l'espace, j'aurais pu devenir un collectionneur dans ce domaine. Dans l'absolu, je dirais que d'un point-de-vue sonore, tous les instruments m'intéressent et m'interpellent, du plus sophistiqué au plus rudimentaire. Lorsque j'entends parler, par exemple, d'une oeuvre qui met en scène un instrument rare, voire inconnu à mon oreille, cela peut suffire à justifier mon achat. Ma volonté de découvrir un nouvel instrument sera la plus forte, même si je ne suis jamais sûr d'aimer l'oeuvre en elle-même, car l'instrument ne fait évidemment pas la musique, c'est un tout qui se doit de fonctionner ensemble: "Le charango ne fera pas le concerto, même avec un brillant charanguiste, mais le concerto, s"il est excellent, sublimera le charango et le charanguiste à la fois".
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: La musique andine   Ven 1 Juil - 8:14


La musique andine (source Wikipédia)

La musique andine tire ses origines de la musique des peuples de langue quechua, aymara et d'autres peuples de la Cordillère des Andes. Cette zone comprend l'Argentine, la Bolivie, l'Équateur, le Chili, la Colombie, le Pérou et le Venezuela. On sait que les instruments à vent et à percussions ont existé en Amérique du Sud avant même les Incas, mais c'est avec l'empire inca que l'évolution musicale a culminé[réf. nécessaire]. L'arrivée des Espagnols au xvie siècle a apporté des instruments à cordes et de nouvelles formes, encourageant l'invention du charango, un instrument à cordes semblable à un luth avec à l'origine une carapace de tatou, mais maintenant fabriqué en général à partir de variétés locales de bois. À la famille des charangos appartient un instrument plus gros appelé ronroco s'apparentant à la mandoline. Les violons ont pu également s'introduire dans la musique andine, tout comme d'autres instruments d'origine européenne tels la guitare ou l'accordéon.

Le groupe des flûtes de Pan comprend le siku (ou zampoña) et l'antara. Ce sont des instruments indigènes anciens qui varient dans leurs tailles, dans les façons de les accorder et dans leur style. Les instruments de ce groupe se fabriquent à partir de roseaux aquatiques présents dans de nombreux lacs de la partie andine de l'Amérique du Sud. Le siku est fait d'un ensemble de deux roseaux qui sont accordés soit en gamme pentatonique soit en gamme diatonique. Certaines flûtes de Pan modernes avec un seul roseau[pas clair] s'inspirent de l'antara indigène et sont capables de jouer la gamme complète, tandis qu'on joue du siku traditionnel en utilisant deux roseaux liés entre eux. Il est encore courant que deux artistes se partagent une mélodie en jouant sur un siku de taille plus grande appelé toyo. Cette façon de répartir entre deux musiciens les notes à jouer s'appelle le jeu en hoquet et est encore en usage aujourd'hui dans nombre de chants traditionnels huaynos et dans la musique andine contemporaine.

Les quenas (flûtes à bout entaillé) restent populaires et sont traditionnellement fabriquées à partir des mêmes roseaux aquatiques que les sikus, même si on utilise parfois un tube en PVC en raison de sa résistance à la chaleur, au froid et à l'humidité. En règle générale, on n'utilise les quenas que pendant la saison sèche, et on joue avec des flûtes verticales, appelées tarkas, au cours de la saison des pluies[réf. nécessaire]. Les tarkas sont fabriquées en bois dur des Andes, donc de provenance locale. Les fanfares où dominent les tambours et les flûtes de Pan sont tout à fait courantes aujourd'hui et servent à célébrer mariages, carnavals et autres festivités.

Le xxe siècle a été témoin de changements radicaux dans la société et la culture des Andes. La Bolivie, par exemple, a connu en 1952 une révolution nationaliste, avec comme conséquence une prise de conscience sociale par les autochtones et un élargissement de leurs droits. Le nouveau gouvernement a créé un département de folklore au ministère bolivien de l'Éducation, et des stations de radio ont commencé à émettre en aymara et en quechua. En 1965, un groupe influent, Los Jairas, s'est formé à La Paz, en Bolivie. Ce quatuor est arrivé à fondre des sons indigènes dans des formes convenant mieux aux Européens et à la classe moyenne de villes[réf. nécessaire]. Un membre de Los Jairas, Gilbert Favre (un flûtiste de la Suisse francophone) avait auparavant fait à Paris la connaissance des Parra, Ángel, Isabel, et leur mère Violeta). Par la suite les Parra ont commencé à promouvoir la musique indigène à Santiago du Chili.

La fin des années 1960 a vu l'apparition de groupes indigènes comme Ruphay, Grupo Aymara, et la chanteuse emblématique en quechua, Luzmila Carpio. Par la suite, des groupes chiliens comme Inti-Illimani et Los Curacas ont entrepris un travail de fusion de Los Jairas et des Parra pour inventer la nueva canción, qui est revenue en Bolivie dans les années 1980 en la personne d'artistes du canto nuevo comme Emma Junaro et Matilde Casazola.

Les années 1970 ont été la décennie au cours de laquelle la musique andine a connu sa croissance la plus forte[réf. nécessaire]. Différents groupes ont surgi dans les différents villages à travers toute la région des Andes, au Pérou, en Équateur, au Chili, en Bolivie, en Colombie et en Argentine. Certains groupes s'installent de l'autre côté de l'Atlantique, tels Los Calchakis, Quilapayún ou Illapu choisissant la France et Inti-Illimani préférant l'Italie, et participent ainsi à la popularisation de cette musique en Europe. Un grand nombre de musiciens ont trouvé le chemin des grandes villes formant différents groupes et ensembles dont l'un des plus légendaires était Los Kjarkas, de Bolivie[réf. nécessaire]. Ses chants et ses compositions ont connu un immense succès en Bolivie et étaient destinés à constituer par la suite le standard de la musique andine. C'est Los Kjarkas qui devaient plus tard transmettre la musique andine au reste du monde
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3205
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La musique andine   Ven 1 Juil - 8:55

Musique très évocatrice de haute montagne pour moi, je vois des lamas chargés de ballots colorés arpentant des pentes arides.
Je n'aime pas trop le son du charango mais accompagné d'une flûte ou d'autres instruments, je lui trouve beaucoup de charme  Wink .
Le musicien Ernesto Cavour est hors pair, un vrai magicien de la musique  
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique andine   Ven 1 Juil - 10:43

Je suis un peu comme toi, le charango seul me lasserait assez vite, seulement, dans sa B.O.,
The river with no bridge, ce sont surtout les flûtes de pan avec le soutien du charango qui font merveille. C'est une musique des hauteurs, en harmonie avec le vent, elle respire à plein poumon. Le moindre son d'une des merveilleuses flûtes des Andes est une respiration des esprits de la nature...et Dieu sait si elle est belle en Bolivie! Enfin paraît-il, je n'y suis malheureusement jamais allé. Imagine: partir en Bolivie rejoindre ces joueurs de flûtes de pan ou de charango, partager leur quotidien, explorer une partie de leurs montagnes avec eux...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique andine   Ven 1 Juil - 10:50

Petit instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=5YueA05l0E8


Il n'y a pas que la nature qui soit belle en Bolivie...et cette musique ferait danser les montagnes! Very Happy

Si j'y vais un jour, je laisserai peut-être ma femme à la maison. Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10708
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La musique andine   Ven 1 Juil - 11:05


Los Kjarkas- mini-biographie (source Wikipédia):

Los Kjarkas est un groupe de musique folklorique bolivienne formé en 1965 par les aînés des frères Hermosa, originaires de la région de Cochabamba et tous musiciens depuis l'enfance. Après quelque temps, le relais est pris par les plus jeunes frères : Gonzalo, Ulises et Elmer que rejoignent d'autres amis. Le succès du groupe s'accroît rapidement. En 1984, le groupe participe à un concours de musique du monde organisé au Japon. Sur l'interprétation de 'Florcita Azul', le groupe parvient à se classer septième du concours sur les milliers de participants. La renommée du groupe est dès lors internationale. Grâce à leur succès, les Kjarkas sont devenus un groupe phare de la musique bolivienne contemporaine. Ils utilisent l'instrumentation et la rythmique traditionnelle des Andes en abordant des thèmes principalement romantiques. Parmi leur plus grand succès, on peut citer Tiempo al tiempo, Jilguero Flores, Wayayay, Imillitay, El árbol de mi destino…

Pour la petite histoire:

Le procès de la Lambada

À la fin des années 1980, l'air de "Llorando se fue" de Los Kjarkas fut plagié par le groupe français Kaoma pour son titre "Lambada", tube de l'été 1989 en France, puis tube international. Kaoma n'avait demandé aucune autorisation, n'avait indiqué nulle part le nom du groupe original et n'avait pas rétribué le groupe bolivien. À la suite d'un procès, Kaoma dut verser des indemnités à Los Kjarkas. Bien que la justice ait donné raison au groupe bolivien, la confusion en France demeure et, lorsque les groupes latino-américains interprètent Llorando se fue, le public pense qu'ils reprennent la Lambada…


Autre instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=-W1d9GHcJnQ
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3205
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La musique andine   Ven 1 Juil - 22:10

Citation :
C'est une musique des hauteurs, en harmonie avec le vent, elle respire à plein poumon. Le moindre son d'une des merveilleuses flûtes des Andes est une respiration des esprits de la nature...et Dieu sait si elle est belle en Bolivie! Enfin paraît-il, je n'y suis malheureusement jamais allé. Imagine: partir en Bolivie rejoindre ces joueurs de flûtes de pan ou de charango, partager leur quotidien, explorer une partie de leurs montagnes avec eux...

Le rêve, bien d'accord drunken mais ici, la musique nous transporte au cœur de l'émotion, le voyage est intérieur.

Intéressant cette "affaire" de lambada, je me souviens de cette époque mais ne connaissais pas le dessous des cartes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La musique andine   

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique andine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musique du monde-
Sauter vers: