Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Peter KATER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Peter KATER   Mar 28 Juin - 23:02


Eléments biographiques

Peter Kater est né de parents allemands dans la ville bavaroise de Munich. A l'âge de sept ans, peu de temps après avoir déménagé à New Jersey, sa mère a insisté pour qu'il prenne des leçons de piano classique. À l'âge de 18 ans, Peter Kater a quitté le New Jersey avec son sac à dos et ses livres de musique et fait de l'auto-stop à travers le continent américain pendant plus d'un an. Il a dormi dans les parcs et sur les plages et au bord des routes à travers le pays tout en s'arrêtant pour jouer du piano dans les restaurants et les salons, réceptions, etc... Peter Kater a fini par atterrir à Boulder, Colorado, et a trouvé du réconfort et de l'inspiration au pied des montagnes Rocheuses qui lui rappelaient son éducation de la petite enfance dans les Alpes bavaroises. Peu après, il a commencé à écouter la musique du pianiste Keith Jarrett; "The avant jazz group", Oregon; et le "Paul Winter Consort". Cette découverte lui a ouvert un tout nouveau monde musical. Il a alors commencé à improviser 3/4 heures par nuit dans les clubs et les salons dans toute la région de Boulder / Denver, parfois 5 à 6 soirs par semaine. Après plusieurs années, il s'est lassé de jouer dans les clubs et les restaurants. Il a rompu tous ses engagements et a commencé la location de petites églises et de petits concerts d'auto-promotion à travers le Colorado.

En 1983, Peter Kater a sorti son premier album de compositions et improvisations au piano solo intitulé SPIRIT. Sa musique a été très bien accueillie et a commencé par se faufiler dans le Top 10 des chartes du "National Contemporary Jazz Airplay" et il ne fallut que quelques années à Peter Kater pour passer des petites églises aux grandes salles de concert du siège et participer dans les festivals de jazz nationaux dès l'âge de 27 ans. en 1985, l'acteur Robert Redford a demandé à Kater de jouer à l'"Institut Sundance Film festival", dans l'Utah, qui était tout nouveau à l'époque. Dans ses concerts autour de Colorado, Peter Kater a commencé à partager la scène avec certains de ses artistes préférés de ses années adolescentes tels que Dan Fogelberg et John Denver. Ce dernier lui a demandé de se produire lors de concerts au Japon et aux événements du Forum mondial de l'exécution des dignitaires et des célébrités telles que Mikael Gorbatchev et Shirley MacLaine . Ces collaborations avec John Denver ont duré pendant près de 10 ans jusqu'à la mort prématurée de celui-ci en 1997. La musique de Peter Kater a également attiré l'attention du réalisateur légendaire et co-fondateur du "New York City et Circle Rep Theater", Marshall Mason et le dramaturge prix Pulitzer, Lanford Wilson. La musique de Peter est alors devenue le score de la production de Broadway "BURN CE", mettant en vedette John Malkovich et Joan Allen, une représentation qui a duré plus d'un an. En tant que nouveau membre de leur équipe, lors des années suivantes, Peter Kater a signé la musique pour 11 pièces dramatiques "On & Off Broadway". Il a ensuite davantage composé pour la télévision et le cinéma, puis a travaillé en étroite collaboration avec ses organisations environnementales et humanitaires préférées telles que Greenpeace, la Fédération nationale de la faune, Conservation de la nature et Childreach.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Peter KATER   Mar 28 Juin - 23:20

<<En 1989, un ami proche a donné à Peter Kater une cassette appelée «Earth Spirit» par le flûtiste amérindien, R. Carlos Nakai. Le musicien a été complètement subjugué par la beauté et la truculence de la flûte native. Il a alors "traqué" Nakai et lui a demandé de collaborer avec lui sur un enregistrement. Dans le studio, ils se sentaient comme s"ils avaient joué ensemble depuis toujours et leur premier album, NATIVES, a été achevé sans effort en quelques heures. Lors de l'enregistrement avec Nakai, Peter sentait qu'il se lançait dans un peu d'indulgence "personnel", divergeant temporairement de sa carrière mainstream de jazz contemporain en plein essor. Mais à sa grande surprise, alors que ses enregistrements comme Coming Home, Two Hearts, Gateway et Rooftops se sont retrouvés dans le Top 10 des chartes du "National Jazz", les nouveaux enregistrements avec R. Carlos Nakai sont rapidement devenus très populaires dans le marché alternatif, vendant des milliers d'exemplaires générant ainsi une solide base de fans. En raison de la profonde satisfaction que Peter Kater ressentit dans la co-création de cette belle musique avec Nakai, il a rapidement perdu l'intérêt pour les genres "jazz" et a déplacé son attention sur la musique d'une nature plus intime et spirituelle.>>

How the West was Lost, musique sublime pour une mini-série télévisée de six heures, illustre à merveille cette formidable osmose entre les deux musiciens, même si cette partition invite d'autres solistes tels que, par exemple, le céleste hautbois de Kathy Golding, le sensuel violoncelle de Tim Butler, le violon de l'âme de Cecil Hooker et la voix fragile et soyeuse de Chris White. Puis, sachons-le, la flûte native de Ray Carlos Nakai est d'une beauté exceptionnelle. Mais, dès qu'il pose sa flûte et qu'il se met à chanter, on s'aperçoit que sa voix l'est tout autant. J'ai passé, ce soir, un moment magnifique d'une émotion rare, entre ciel et terre. Le piano de Peter Kater a également sa part de magie douce dans cette partition.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Peter KATER   Mar 28 Juin - 23:25

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Peter KATER   Mer 29 Juin - 21:24

Laudec a écrit: <<Peter Kater a vraiment bien saisi toute la richesse de cette musique, s'y est coulé, l'a fait sienne pour nous offrir ses compositions tellement harmonieuses et relaxantes, du bonheur en barres. Même si je lis des critiques la trouvant trop planante, simpliste, style New age, moi, elle me fait beaucoup de bien

Ce n'est évidemment pas une musique qui sollicite la complexité ni la virtuosité. Elle est planante parce qu'elle se veut planante, et si elle te fait beaucoup de bien il me semble que c'est l'essentiel.Very Happy  Personnellement, ce que j'ai voulu mettre en avant c'est avant tout sa collaboration avec R. Carlos Nakai, plus principalement sur How the West was Lost qui dépasse nettement le stade de "musique planante". Il y a beaucoup de beauté dans cette musique, de merveilleuses mélodies, une belle exploration des voix et instruments solistes, une forte dimension spirituelle aussi dans la mesure où elle me transporte et me transmet une impression d'immatérialité. C'est vrai qu'à l'époque, fort heureux de cette découverte, j'avais tenté le volume 2, mais la magie n'était pas là. Pourtant, la musique suivait le même cours que dans le premier opus, disons que c'était à mon goût beaucoup plus plat. J'ai écouté d'autres choses de Peter Kater, sans Carlos Nakai cette fois, souvent pour piano et "cordes synthétiques", et j'avoue m'être ennuyé: je passais d'une musique simple et superbe à quelque chose de plus simpliste et plat. Il est évident que si c'est juste planant ça ne me suffit pas. C'est pour cette raison que je n'ai jamais trop approfondi l'oeuvre de ce musicien, même si je garde malgré tout une oreille sur lui, toujours profondément ému par How the West was Lost. Un autre compositeur qui a invité la musique amérindienne dans son oeuvre est James Demars. Il est déjà plus surprenant et démontre une palette musicale plus large.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3393
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Peter KATER   Mer 29 Juin - 23:16

Citation :
Ce n'est évidemment pas une musique qui sollicite la complexité ni la virtuosité. Elle est planante parce qu'elle se veut planante, et si elle te fait beaucoup de bien il me semble que c'est l'essentiel.Very Happy Personnellement, ce que j'ai voulu mettre en avant c'est avant tout sa collaboration avec R. Carlos Nakai, plus principalement sur How the West was Lost qui dépasse nettement le stade de "musique planante". Il y a beaucoup de beauté dans cette musique, de merveilleuses mélodies, une belle exploration des voix et instruments solistes, une forte dimension spirituelle aussi dans la mesure où elle me transporte et me transmet une impression d'immatérialité.

Totalement d'accord avec toi Icare, il y a dans cette musique tout un univers spirituel exprimé avec grande amplitude et avec une palette de "couleurs" tellement diversifiées qu'elle touche à l'universelle beauté.

Il y a moyen d'écouter ce "monument" sur YT , à découvrir absolument !


https://youtu.be/peI8BaEqWOs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peter KATER   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peter KATER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: