Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Amédée MEREAUX (1802-1874)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16560
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Amédée MEREAUX (1802-1874)   Sam 21 Mai - 18:28

Amédée Méreaux (nom complet Jean-Amédée Lefroid de Méreaux), né à Paris, le 17 Septembre 1802 - mort à Rouen le 25 Avril 1874) était un musicologue, pianiste et compositeur français. Il est l'auteur de "Les clavecinistes de 1637 à 1790", écrit de 1864 à 1867, comprenant des essais sur les compositeurs qu'il a mentionnés. Son grand-père, Nicolas-Jean Lefroid de Méreaux (1745-1797), était un compositeur d'opéras et oratorios, tandis que son père, Jean-Nicolas Lefroid de Méreaux, était un organiste et pianiste ainsi qu'un compositeur de sonates pour piano. Amédée était un ami de Frédéric Chopin, avec lequel il exécuta un duo de sa composition sur le Pré aux clercs en 1832.

Amédée a étudié le piano avec son père tout en suivant les cours du lycée Charlemagne. Plus tard, il a étudié l'harmonie, le contrepoint et la fugue avec Reicha, et quand il eut terminé ses études, il se consacra à donner des leçons. Ensuite il effectue des tournées dans les grandes villes en France en tant que pianiste de concert ; il a vécu pendant deux ans à Londres, et enfin, en 1835, il installe à Rouen, où il a passé le reste de sa vie.

Sa musique, tout obscure, est quelque peu connue à cause de ses immenses difficultés (ses œuvres pour piano sont parfois plus difficiles même que celles de Charles-Valentin Alkan), et son oeuvre la plus célèbre est ses "60 Études, Op. 63". Par exemple, son étude "Bravura", Op. 63 n ° 24, a des passages où les deux mains du pianiste se croisent en même temps sur toutes les croches, à la vitesse de noire = 100. Cependant, toutes ses œuvres n'ont pas de telles difficultés. Bien que ses œuvres sont considérés par certains (y compris Marc-André Hamelin) pour être non-musicales, ce point de vue n'est pas partagé par tous. Malgré son obscurité actuelle, une partie de ses études Op. 63 ont été incluses dans certaines collections de piano édités par Isidor Philipp, et il y a une rue à Rouen nommée d' après lui.

Pendant une trentaine d'années, il a été critique musical au Journal de Rouen. Outre son ouvrage sus-mentionné "Les clavecinistes de 1637 à 1790" (qui analyse des oeuvres de Frescobaldi, Couperin, Bach, Haendel, Marcello, Scarlatti, Rameau, etc), il a également publié des brochures et des articles sur l'histoire et la critique musicale, qui ont été compilées par sa veuve et intitulé "Variétés littéraires et musicales" (Paris, 1878).

Il a composé environ 120 opus. Outre ses nombreuses pièces pour piano (études, variations, polonaises, fantaisies, une sonate élégiaque op 99, etc) et pour orgue, il a composé deux messes solennelles (op 59, 1852, op 93,1866), des cantates, pièces chorales et romances. On lui doit également un "Grand Concerto symphonique" pour piano et orchestre et de la musique de chambre, dont un quatuor à cordes (1877), un Grand Trio pour piano, violon, violoncelle, op 102 (1873), un "Hymne du Matin et Hymne de la Nuit, op 104-105" pour violon et piano (1877), des duos pour violon et piano...


Liste complète des oeuvres : source : http://www.musimem.com/mereaux_amedee.htm


Op. 1. – La Biondina, fantaisie avec variations, pour piano, dédiée à sa mère.
Op. 2. – Rondeau pastoral, pour piano, dédié à madame Sébastien Archdeacon.
Op. 3. - Polonaise brillante, précédée d’une introduction, dédiée à mademoiselle Sampet de Sanjon.
Op. 4. – Air créole, varié pour piano, dédié à mademoiselle Joséphine Latour.
Op. 5. – Variations sur un thème favori de Hændel : « God Save The Queen. »
Op. 6. – Rondo brillant sur un motif de Sémiramis, dédié à miss Barlow.
Op. 7. – Le Départ pour les Champs, rondoletto, précédé d’une introduction, sur le nocturne de M. Amédée de Beauplan, dédié à madame Neuton.
Op. 8. - Rondo sur la valse de Robin des bois, de Weber, dédié à madame la comtesse d’Aux.
Op. 9. – Rondo-valse pour piano.
Op. 10. – Les Cloches, impromptu pour piano, dédié à madame Ségalas d’Etchepare.
Op. 11. – Fantaisie et variations sur une canzonnetta italienne de Righini, pour piano, dédiée à sa sœur.
Op. 12. – Duo concertant pour piano et violon sur des thèmes choisis de la Dame Blanche, dédié à mademoiselle Léontine d’Aux par A. Méreaux et Robberechts.
Op. 13. – Trois Rondeaux pour piano, dédiés à son ami Adolphe Adam (n°1, op. 13).
Op. 14. – Variations concertantes pour piano et violon, sur la romance de Bruguière : Je te pardonne en t’oubliant, par A. Méreaux et Robberechts, dédiés à la marquise de Sassenay.
Op. 15. – Variations et Rondeau brillant sur la chansonnette d’Auguste panseron : Chantez, petit, petit, baisez, vite, dédié à son ami Robberechts.
Op. 16. – Variations pour piano et violon, sur la barcarolle de Fiorella, par A. Méreaux et Robberechts.
Op. 17. – Caprice en forme de valse sur l’air écossais intercalé dans la Dame Blanche.
Op. 18. – Polonaise brillante, avec accompagnement d’orchestre, dédié à son ami J.-B. de Roncourt.
Op. 19. – Variations pour piano, sur l’air : Do, do, l’enfant do, dédiées à madame Jules Bidault.
Op. 20. – L’Inquiétude, romance de Romagnesi, pour piano, dédiée à sa sœur.
Op. 21. – Adagio, Variations et Polonaise, sur un thème favori de Carafa, dédiés à Madame Perraud, née de Caire.
Op. 22. – Les Matelots, rondo brillant pour piano, dédié à madame veuve Andrade.
Op. 23. – Thème original, varié, pour piano, dédié à M. Rigel.
Op. 24. – Variations brillantes sur la barcarolle favorite de la Muette de Portici, dédiées à madame Ernest de Vilgruy.
Op. 25. – Grandes Variations sur la marche de Moïse, pour piano, avec accompagnement de deux violons, alto, basse, contre-basse et harpe (ad libitum), dédiées à son ami Liszt.
Op. 26. – Trois Rondeaux pour piano, dédiés à son ami Adolphe Adam (n°2, op. 26)
Op. 27. – Trois Rondeaux pour piano, dédiés à son ami Adolphe Adam (n°3, op. 27)
Op. 28. – Variations brillantes sur la romance des Deux Nuits, dédiées à mademoiselle Léonie Batardi.
Op. 29. – Rondino varié sur la romance favorite du Pêcheur : Sous l’orme, au déclin d’un beau jour, dédié à mademoiselle Laurence Eblé.
Op. 30. – Sur l’eau qui te balance, barcarolle pour piano, dédiée à madame la marquise de Radepont.
Op.31. – Aigues Caoutes, canzonette du Petit Pâtre de Saint-Sauveur, avec variations, dédiée à mademoiselle Laurence Eblé.
Op. 32. – Variations brillantes sur la Marche du Tournoi de Robert-le-Diable, dédiées à madame Laure Boilleau.
Op. 33. – Souvenir de madame Cinti-Damoreau ; Mélanges en forme de fantaisies, sur les motifs favoris chantés par la célèbre cantatrice, à Londres, avec les ornements donnés par elle-même.
Op. 34. – Fantaisie et Variations sur le trio du Pré-aux-Clercs, à quatre mains.
Op. 35. – Rondo brillant pour piano, sur le chant des odalisques et le chœur des pasteurs de la Tentation, de halévy et Gide, dédié à mademoiselle Aglaé Oblet.
Op. 36. – Les Fleurs de Cinti, fantaisies brillantes sur les airs nouveaux chantés par la célèbre cantatrice, à Londres, avec les ornements, variations et points d’orgue donnés par elle-même. (Ces morceaux font suite aux Souvenirs de Cinti, en deux livraisons, du même auteur.)
Op. 37. – Souvenir des Montagnes, duo concertant, pour piano et violon, sur une mélodie suisse (Méreaux et désirée Le Mire).
Op. 38. – Mélodies de G. Meyerbeer, transcrites pour piano en dix livraisons.
Op. 39. – Bonheur de se revoir, tyrolienne favorite variée pour le piano forte, chantée par madame Malibran.
Op. 40. – Bravo ! bravo ! La leçon tyrolienne chantée par madame Malibran, variée pour le piano forte.
Op. 41. – La Folle, fantaisie romantique pour le piano.
Op. 42. – Grande fantaisie sur la marche des chevaliers de la tour enchantée, de la Juive, dédié à madame Amand Le Mire.
Op. 43. – Variations de concert pour piano, sur un thème italien, dédiées à madame la duchesse de Dino, née princesse de Courlande.
Op. 44. – Fantaisie et variations brillantes pour piano, sur les couplets en trio et la sérénade de Marguerite, d’Adrien Boïeldieu, dédiées à madame Hippolyte Germonière.
Op. 45. – Grande fantaisie sur une mazurka de Chopin, dédiée à son ami Camille Pleyel.
Op. 46. – Grande valse pour piano, dédiée à mademoiselle Désirée Le Mire.
Op. 47. – Deux mélodies pour piano, dédiées à sa femme.
Op. 48. – Romance de Guedron, maître de chapelle de Louis XIII, variée pour piano, dédiée à son ami A. Neukomm.
Op. 49. – Les Travailleurs français, cantate, avec chœur et accompagnement d’orchestre.
Op. 50. – Fantaisie st variations de concert sur l’air de Marlborough.
Op. 51. – Divertissement pour piano, à quatre mains.
Op. 52. – Grande valse de piano.
Op. 53. – Pauvre Jeannette ! mélodie savoisienne pour piano, avec variations.
Op. 54. – Pavane variée, pour piano.
Op. 55. – Caprice-valse, pour piano.
Op. 56. – Caprice à la hongroise pour piano.
Op. 57. – Variations brillantes sur l’air du Tra la la, pour piano.
Op. 58. – Souvenirs de Normandie, grande fantaisie sur des mélodies normandes, pour piano à quatre mains.
Op. 59. – Première messe solennelle en mi bémol (inédite).
Op. 60. – Ballade pour piano.
Op. 61. – Caprice-Mazurka pour piano.
Op. 62. – Idylle pour piano.
Op. 63. – Grandes études pour piano en 60 caprices caractéristiques, dans le style libre et dans le style sévère (en 5 livres).
Op. 64. – Cantilènes concertantes en duo (17 morceaux d’ensemble pour piano et divers instruments).
Op. 65. – Grand Caprice concertant sur Robert-le-Diable, pour piano, violon et harmonicorde.
Op. 66. – La Brigantine, fantaisie romantique pour piano et voix. (Poésie de Casimir Delavigne, mélodie de madame Pauline Ducambge.)
Op. 67. – Le Retour de la Chasse, ballade à deux cœurs sur le Roi Dagobert.
Op. 68. – Grande fantaisie historique sur des airs français des seizième et dix-septième siècles, pour piano.
Op. 69. – Grande fantaisie concertante sur la ballade de Preciosa, de Weber, pour piano, violon, violoncelle et harmonium.
Op. 70. – Trois valses caractéristiques pour piano.
Op. 71. – Addio, caprice-élégie pour piano.
Op. 72. – Boléro pour piano.
Op. 73. – Eleganza, mazurka de concert.
Op. 74. – Grazia, redowa de concert.
Op. 75. – Leggerezza, galop de concert.
Op. 76. – Prière pour orgue.
Op. 77. – Canzonetta pour orgue.
Op. 78. – Idylle pour orgue.
Op. 79. – Marche hongroise pour orgue.
Op. 80. – Berceuse pour orgue.
Op. 81. – La neige des Alpes, tyrolienne pour orgue.
Op. 82. – Messe de Damont, avec accompagnement d’orgue et pièces d’orgue en faux-bourdon.
Op. 83. – 24 transcriptions concertantes : Duos, trios et quatuors pour piano, violon, violoncelle et orgue (1re et 2e séries.)
Op. 84. – Romance-étude pour piano.
Op. 85. – Inquiétude, andante pour piano.
Op. 86. – Les Travestissements, gavotte variée pour piano.
Op. 87. – Une chanson d’autrefois, arabesque pour piano.
Op. 88. – Au bord de la Mer, barcarolle à quatre mains.
Op. 89. – Les Refrains oubliés, trois airs connus, avec variations.
Op. 90. – Trois élévations pour orgue.
Op. 91. – Offertoire pour orgue.
Op. 92. – Les Blés et Veille de Bataille, deux chœurs à quatre voix d’hommes.
Op. 93. – 2e Messe (de Sainte-Cécile), à quatre voix, avec accompagnement d’orchestre (inédite).
Op. 94. – Improvisata sur Mignon.
Op. 95. – Le Rappel, marche caractéristique, à quatre mains, dédiée à Mesdemoiselles Lefébure-Wély.
Op. 96. – Berceuse sur une mélodie de Frédéric Deschamps.
Op. 97. – La Kermesse, grande scène chorale, à quatre voix.
Op. 98. – Cantate chorale, pour quatre voix d’hommes, en l’honneur de Hyacinthe Langlois.
Op. 99. – Sonate élégiaque pour piano seul, dédiée à Marmontel.
Op. 100. – Le Départ des Pélerins, caprice caractéristique, dédié à madame la marquise de Tillet.
Op. 101. – Souvenirs de la Bastide, villanelle pour piano, dédiée à madame la comtesse J. Murat.
Op. 102. – Grand trio pour piano, violon et violoncelle, dédié à son élève madame Amédée Tardieu (Charlotte de Malleville).
Op. 103. – Dix mélodies pour chant et piano.
Op. 104. – Hymne du Matin, pour violon, avec piano ou orgue (exécuté à l’inhumation de l’auteur par MM. F. Lamoury et A. Klein), dédié à M. François Lamoury, violoniste.
Op. 105. – Hymne de la Nuit, pour violoncelle, avec piano ou orgue, dédié à M. Philippe Lamoury violoncelliste.
Op. 106. – 1er nocturne pour piano et violon.
Op. 107. – 2e nocturne pour piano et violon.
Op. 108. – Helvetia, grande fantaisie sur des airs suisses.
Op. 109. – Humoresque, pour piano et violoncelle, dédiée à M. Jules Dubosq.
Op. 110. – Marine, pour piano et violoncelle, dédiée à M. Jugelet.
Op. 111. – Rêve, pour piano.
Op. 112. – Scherzo-valse pour piano.
Six caprices-études de genre, dédiés à son élève Léontine Visinet :
Op. 113. – A la Veillée, légende.
Op. 114. – Alla Monferine.
Op. 115. – Sur la Plage.
Op. 116. – Alla Pollacca.
Op. 117. – Dans la Forêt.
Op. 118. – Alla Francese.

Op. 119. – Publié par Richault, reprend l'œuvre posthume :
Les Clavecinistes (de 1637 à 1700) , texte et musique.
Préludes pour piano, par François Couperin (dit le Grand), nouvelle édition publiée par Amédée Méreaux.
Mélodies de Meyerbeer, transcrites pour piano seul (en 10 livraisons).
Polonaise brillante (en si bémol), 2e édition, précédée d’une introduction.
Son doux Nom ! romance, chantée par Poultier.
La Flûte Enchantée, duetto transcrit pour piano et orgue.
Il Trovatore (Miserere), transcrit pour piano et orgue.
Il Trovatore (duettino) transcrit pour piano et orgue.
Rigoletto (quatuor), transcrit pour piano et orgue.
Le Premier Jour de Bonheur (Nocturne et les Djins), transcription pour piano et orgue.
La Traviata (largo du finale), transcription pour piano et orgue.
La Reine de Saba (chœur des Sabéennes), transcription pour piano et orgue.
Trois mélodies célèbres de François Schubert, transcription pour harmonium et violon.
Elégie pour piano, avec accompagnement de 2 altos, 4 violoncelles, 2 cors, basse et clarinette basse.
Deux points d’orgue ajoutés au Concerto (n°17) en mi bémol pour 2 pianos, de Mozart. Ce Concerto fut exécuté pour la première fois, à Paris, le 2 avril 1853, par M. Amédée Méreaux et son élève mademoiselle Charlotte de Malleville (madame Amédée Tardieu).
Quatuor pour deux violons, alto et violoncelle, en ré majeur (exécuté pour la première fois, le 4 août 1873, dans une séance solennelle de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, à l’Hôtel-de-Ville,) – inédit.
Ave Maria, pour soprano, ténor et basse, avec accompagnement de 2 violoncelles (exécuté en avril 1868, à l’église Saint-Roch, à Paris).
Sonate, fantaisie pour piano seul.
Grand Concerto symphonique pour piano avec accompagnement d’orchestre.
Marche solennelle à grand orchestre.
Concertino militaire pour deux pianos.
Le même arrangé pour piano à quatre mains.
Mélodie irlandaise variée pour la voix, et composée pour madame Cinti-Damoreau.
Corinne, cantilène pour chant et piano.
O Salutaris, pour ténor, avec cor anglais et orgue.
Virgineis titulis, motet à six voix, avec orgue.
Andante du premier Concerto de Mendelssohn, transcrit pour piano et orgue.
Adagio du Concerto en si mineur, op. 89, de Hummel, transcrit pour piano et orgue.
Troisième nocturne (en mi majeur), pour piano et violon.
L’Enfant, mélodie pour chant (poésie de Victor Hugo).
Elégia, pièce pour piano, parue in : J. Fétis et J. Moschelès, Méthode des méthodes de piano, analyse des meilleurs ouvrages qui ont été publiés sur l'art de jouer cet instrument, Paris, Maurice Schlesinger, 1837




https://www.youtube.com/watch?v=Uj6ueXbH9Qk


et les fameuses 60 Etudes, complètes

https://www.youtube.com/watch?v=DBbgUcIce8A

Détail :

Grandes etudes pour piano en soixante caprices caracteristiques : dans le style libre et le style severe (Op.63)

Composer: Amédée Méreaux
Pf: MIDI(by @aaa1110002)

ーChapterー
1 0:00:07
2 0:04:01
3 0:07:24
4 0:10:37
5 "Campanella" 0:14:31
6 "Fughetta" 0:19:11
7 0:20:49
8 0:23:43
9 "Barcarolle" 0:28:01
10 "Melancolie" 0:30:28
11 "Scherzetto" 0:36:45
12 "Moto Perpetuo" 0:41:31
13 0:43:46
14 "Gigue" 0:47:04
15 0:49:17
16 0:52:37
17 "Les Deux Mesures" 0:55:47
18 "Marine" 0:58:16
19 "Saltarelle" 1:03:35
20 "Toccata" 1:07:00
21 "Humoresque" 1:11:18
22 "Nocturne" 1:14:06
23 "Ballade" 1:17:20
24 "Bravura" 1:23:36
25 1:27:28
26 1:29:30
27 "Preludio" 1:33:15
28 "Fuga" 1:36:11
29 1:45:55
30 1:49:44
31 1:53:25
32 1:55:49
33 1:59:00
34 "Sonata" 2:02:16
35 "Scherzo Grazioso" 2:10:01
36 "Finale" 2:11:20
37 2:15:40
38 "Allegro di Bravura" 2:18:35
39 2:22:58
40 2:26:00
41 "Elegia" 2:30:25
42 2:33:24
43 2:36:18
44 "Romance" 2:38:32
45 "Scherzo" 2:45:29
46 2:49:03
47 "Capricio alla Fuga" 2:52:40
48 "Il Torilo" 2:56:35
49 3:03:28
50 "Calmato" 3:06:08
51 "Arioso" 3:09:57
52 "Tarantelle" 3:16:41
53 3:20:28
54 "Preludio" 3:24:28
55 "Fuga" 3:27:49
56 3:31:59
57 3:35:52
58 3:39:42
59 "Elegia" 3:43:06
60 3:49:57
Revenir en haut Aller en bas
 
Amédée MEREAUX (1802-1874)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: