Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Franz Liszt, les Années de Pélerinage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Ven 13 Mai - 22:10

"LES ANNEES DE PELERINAGE"...., par Bertrand Chamayou..
(coffret de trois CD que je viens de recevoir).

Ce cycle se compose de trois années : la première se déroule en Suisse, les deux autres en Italie. Toutes sont particulièrement profondes et littéraires. Il comporte les premiers Jeux d'eau pour piano composés à et inspirés par la villa d'Este de Tivoli, idée que reprendront notamment Maurice Ravel et Claude Debussy.
Cette pièce est considérée comme chef d'œuvre pianistique. Les difficultés d'interprétation sont nombreuses : tierces staccato en arpèges et gammes, sauts, traits parallèles rapides, trémolos et trilles à deux mains. Les Jeux d'eau de Ravel en sont inspirés. . Fin de citation.

Première étape
: Ouvrir son coffret comme une petite Alice admirative, et découvrir. D'abord le livret. Lire , regarder (nombreuses photos en noir et blanc et quelques planches couleur de tableaux italiens Renaissance). S'imprégner de présentations très intéressantes par Nicolas Dufetel ("les années...", ou la quête d'une métamusique), celle du "perpetuum mobile" par Dominique Fernandez, et puis tout simplement et peut-être le plus intéressant, la réflexion très profonde de Bertrand Chamayou s'intitulant "Pélerinage au coeur de la création lisztienne".
On sait que l'on est dans ces années presque d'errance (1835-1847 environ, et même bien plus avec d'autres voyages), quand Liszt et sa compagne Marie d'Agoult (mariée), ont fui en Suisse, puis en Italie.
Ces oeuvres, Liszt les reprendra plusieurs fois, jusqu'à même changer leur nom d'origine, au fil du temps.
Ce qui m'a profondément émue, c'est de savoir que Liszt voulait absolument faire des passerelles, et même des immersions, avec les autres arts, littérature comme peinture, au point d'annoter ses partitions de façon extrêmement poétique -citations de poèmes à l'appui en marge, etc..- et "illustrées"... A suivre,  =  PREMIERE ECOUTE : Je veux la tranquillité en solitaire....

PROPOSITION DES ADMINISTRATEURS : Que je crée un fil spécial, étant donné sa densité...

OK, on va faire comme ça, et je vous en remercie. Car cette oeuvre mérite un fil à elle toute seule, et je pense vous en parler pas mal.. Elle est longue et très riche, complètement représentative d'un Liszt toujours en mouvement, en plein désarroi, mais en pleine création artistique. De quoi écouter et de quoi écrire (et lire). Je ferai la manip plus tard en soirée : Créer le fil, et faire le couper-coller des messages ci-dessus. Very Happy

Ce soir, j'en suis toujours à l'étude LIVRESQUE de ce qui a inspiré Liszt sur "sa première année de pélerinage", à savoir la Suisse, où il venait de fuir avec sa maîtresse mariée, Marie d'Agoult, en plein scandale. Les réminiscences de la nature semblent omni-présentes, les titres très évocateurs...
Je devrais enfin pouvoir écouter ça ce soir...  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Mer 18 Mai - 1:40

Je suis en pleine émotion , car j'ai écouté la première année (en Suisse), TROIS FOIS, pour m'imprégner de l'atmosphère. C'est absolument admirable.  

Ce n'est pas mon compte-rendu, que je souhaite bien sûr plus dense et plus émouvant. Sur cette "première année", où Liszt, torturé comme toujours, était encore heureux avec Marie d'Agoult, dans un cadre très apaisant, avant un second exil vers l'Italie.  A suivre plus en détails.  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: peèq xin   Jeu 19 Mai - 2:37

Tout d'abord, rappelons que c'est une oeuvre compliquée, parce que Liszt, qui avait appelé ses 19 pièces composées entre 1837 et 1838, "l'album d'un voyageur", a ensuite changé le titre pour "les années de pélerinage", travaillé sur la "re-composition" pendant presque 30 ans !! Donc les dates de composition sont complexes.

J'y reviendrai tout à la fin. Concentrons-nous sur la Suisse, oh beau pays s'il en est !

Voici le détail  donc de cette première année : SUISSE  (et un petit peu de biographie au passage -c'est difficile, de le suivre, ce très cher !- :

C'est la période où Liszt a fui Paris avec Marie d'Agoult. Ils s'installent à Genève en avril 1835. Le compositeur offre gratuitement (eh oui !, et comme il le fit très souvent tout au long de sa vie), ses services au conservatoire de la cité calviniste et créee une classe de virtuosité. Le couple repart à Paris après un an (le scandale un peu éteint..), et crée un très brillant salon (fréquenté par Hugo, Sainte-Beuve, Berlioz, Rossini, Heine, Chopin, George Sand.. !!, tous amis et très familiers du couple).
Le couple repart en Suisse. Liszt va commencer alors la composition de ses "années de pélerinage".
La vie de Liszt est tellement un tourbillon que je ne sais plus si son premier enfant (de Marie), va naître en Suisse ou plus tard, en Italie. Je vous dirai cela plus tard.

CD 01 - SUISSE, musique
1. Chapelle de Guillaume Tell
2. Au lac de Wallenstadt
3. Pastorale
4. Au bord d'une source
5. Orage
6. Vallée d'Obermann
7. Eglogue
8. Le mal du pays
9. Les cloches de Genève


Je vous donne mon ressenti personnel, sans évidemment analyse d'un musicologue expert en pianistique lisztienne, ce n'est pas mon expertise, ni mon but.
Tous ces mouvements sont infiniment descriptifs, et lorsqu'on a lu le contexte, avant, pour s'en imprégner, et qu'on les écoute, ils deviennent merveilleusement "limpides" à l'oreille. Après cinq écoutes, je comprends tout, c'est d'une transparence !  :Comme les "eaux" de la Suisse, si bien traduites par son admirable composition pianistique. Liszt a eu le génie de remanier ses oeuvres-là, justement pour rappeler ses souvenirs heureux (et un peu "torturés", comme toujours). Il a énormément travaillé, on sent que ce n'est pas "un brouillon", mais une oeuvre très aboutie, pensée, et chérie.

La nature est magnifique, le témoignage en est éblouissant.

1. La Chapelle de Guillaume Tell : est un morceau un peu surprenant par une certaine sévérité, et passion, mais retenue. Réellement, on entre dans la Chapelle, on se recueille, on comprend... Le piano commence lentement, puis part en crescendos , presque en violence, puis en prière.
2. Au lac de Wallenstadt : On ne se pose pas de question ! Le lac est là, qui coule, on l'entend. La virtuosité évidement est très présente, parfois des arpèges un peu plus calmes..
3. Pastorale : Eh bien, c'est une petite pastorale jolie.. (1 mn 36)
4. Au bord d'une source : Tout simplement ravissant, la cascade qui scintille et chante de toutes ses gouttes livrées par le divin piano de Liszt.
5. Orage : Evidence aussi... du piano. On commence un peu lentement, mais sourdement sur les graves, puis on part dans d'invraisemblables aigus, pour retomber ensuite "très lourdement", sur toute la cadence de l'orage. Liszt se défonce sur tout le piano, fortissimo bien sûr (j'ai dû baisser le son de ma chaîne parce qu'il y avait un contraste fou avec le reste). C'est même oppressant. Ca me fait penser à Beethoven quand il me fait -presque- peur.
6. Vallée d'Obermann (le plus long morceau = 13 minutes) : Un dialogue sans doute entre le paysage et un Liszt un peu déprimé. Ce n'est pas très gai, mais c'est très beau. Liszt "s'intériorise" plus, il est moins descriptif, il nous dépeint plutôt ce qu'il ressent... : une envie encore de partir, comme toujours...., mais un apaisement aussi devant ce merveilleux paysage. D'où des contrastes magnifiques pianistiques, accords, arpèges, etc..
7. Eglogue :
(Une églogue est un poème de style classique consacré à un sujet pastoral. Les poèmes de ce genre littéraire sont parfois qualifiés de « bucoliques »). Très joli, simple.. Environ 3 mn.
8. Le mal du pays (environ 5 mn) : J'ai adoré ce morceau, car on y entend quelques réminiscences un peu hongroises, c'est Liszt qui nous parle. En-deça de cette virtuosité qu'il utilise sans arrêt, on sent sa nostalgie, son mal-être.
9. Les cloches de Genève : Eh oui, on les entend bien, les petites cloches. C'est très beau..

Cette "première année" est évidemment une ode totale à la nature, complètement "panthéiste", Liszt était en communion avec la terre, les montagnes, les lacs et les cascades..

Citons Les deux vers de Byron que Liszt mit en exergue à l'un de ses morceaux , résumant son désir de fusion avec la nature : "Je ne vis pas en moi-même, mais je deviens, une part de ce qui m'entoure..."..............

Cette musique pianistique est exceptionnelle, sans doute ce que j'ai entendu de plus beau de Liszt jusqu'à présent....

Et Liszt , toujours en perpétuel mouvement, l'infatigable génie... va ensuite partir en Italie avec Marie.

A SUIVRE !
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Jeu 19 Mai - 9:32

Merci chère Anouchka pour ce fil très intéressant que je découvre à l'instant.
Il y a là de quoi me réjouir et passer des moments sublimes : Liszt : tout grand pour moi ainsi sa musique, le piano solo, les thèmes du voyage, de la nature, la littérature, la poésie, hymnes à la vie

J'ai trouvé cette version sur YT avec les différentes parties indiquées et de belles photos de Liszt au fil du temps Very Happy

Tes commentaires m'orientent et me guident dans l' écoute renouvelée que je fais de cette œuvre dont je gardais déjà un excellent souvenir. Merci !


https://youtu.be/fpcTuVV-Xmw
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16106
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Jeu 19 Mai - 10:16

Très belles descriptions de ces pièces magnifiques, Anouchka Very Happy

A noter, côté biographique, que cette version des Années de pèlerinage - suisse - date de 1848. Dix à douze ans auparavant, Liszt avait composé une première version nommée Album d'un voyageur, en 3 livres appelés Impressions et Poésies, Fleurs mélodiques des Alpes, Paraphrases.
Impressions et Poésies se compose de 7 pièces, dont 5 se retrouveront à peine modifiées dans les années de pèlerinage : le lac de Wallenstadt, Au bord d'une source, Les cloches de Genève, la vallée d'Obermann et la chapelle de Guillaume Tell. Les Fleurs mélodiques des Alpes regroupent 9 pièces, dont seront issus la Pastorale (raccourcie) et le Mal du pays (pas mal modifié). Eglogue ne figure pas dans l'Album mais a été aussi composé en 1836. Par contre Orage a été écrit en 1855 lors de la publication des Années de pèlerinage.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Jeu 19 Mai - 16:54

Exactement, merci Joachim. J'ai toute l'histoire de "l'Album d'un Voyageur", "le premier jet", ensuite la composition complexe et les remaniements de cette splendide oeuvre, qui comme tu dis où Liszt en a en rajouté d'autres etc..., mais je ne voulais pas trop alourdir mon déjà long compte-rendu ! Ce que Liszt a voulu léguer à sa postérité, c'était donc son oeuvre aboutie "les années de pélerinage". (Et encore, le splendide Bertrand Chamayou   , explique que bien des morceaux ne sont JAMAIS JOUES, on se contente des plus connus sur l'ITALIE. Je vous expliquerai.)
Effectivement Liszt a ajouté des oeuvres, retranché d'autres etc.., et surtout il les a RE-TRAVAILLEES, moi à l'oreille je le sens parfaitement.
Quand certains critiques expliquent qu'il y a des couvertures d'octaves, des accords, et des arpèges acrobatiques "improbables", dont on se demande comment ils vont finir par aboutir, je ne souscris pas. Je trouve qu'il y a une immense cohérence dans tous ces petits morceaux, donc on sent très bien que Liszt a pu rebaptiser et recomposer la première oeuvre "jetée sur le papier", pour un faire comme une sorte de testament, avec un immense labeur, d'une période de sa vie. Je ressens une totale maîtrise de chaque composition, de "A" à "Z".

Dans cette première année, la SUISSE, Liszt illustrait en marge (dessins), annotait par des petits poèmes ou des vers. C'est le côté "multi-artiste" de Liszt, polyvalent, faisant des ponts entre tous les arts, surtout entre POESIE-MUSIQUE ou LITTERATURE-MUSIQUE. Je vous citerai ses propres phrases lors du compte-rendu suivant.

Je pense que la suite va me donner des frissons artistiques très denses... ! (l'ITALIE)
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Ven 20 Mai - 22:17

Laudec a écrit:
Il y a là de quoi me réjouir et passer des moments sublimes : Liszt : tout grand pour moi ainsi sa musique, le piano solo, les thèmes du voyage, de la nature, la littérature, la poésie, hymnes à la vie  

C'est moi qui te remercie, et pour l'envoi de cette très belle vidéo avec les photos. Autre interprétation..., mais nous en reparlerons à la fin.
Chamayou est exceptionnel de justesse, de sobriété, il entre dans l'univers de Liszt , s'en imprègne, et s'efface derrière lui. Aucun pathos ni virtuosité factices.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Ven 20 Mai - 22:33

Malheureusement dans la vidéo il n'y a pas d'indications quant à l'interprète, à moins que ce soit André Laplante ? que je ne connaissais pas avant de l'entendre ici alors
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Sam 21 Mai - 20:42

J'ai écouté avec respect d'écoute, cette seconde année en Italie. J'ai commencé mon compte-rendu (comme pour la première année en Suisse), mais comme je pars à Paris demain (en principe.., je dis ça parce que j'ai eu plein de voyages annulés au dernier moment, hélas)..., et qu'en rentrant, j'ai un concert important à donner avec ma chorale... : Je pense que ce compte-rendu complet sera plutôt pour dimanche 29 (la Fête des Mères en France !).
A propos de "maman", voilà, j'ai trouvé les précisions concernant les trois enfants que Liszt a eus avec Marie d'Agoult :
- Blandine, la première fille, est bien née en 1835, en Suisse
- Cosima, la seconde, en 1837, en Italie (on en reparlera, mais vous connaissez son parcours !)
- Daniel, le dernier, en 1939, en Italie aussi.
Hélas, seule Cosima survivra longtemps, Blandine et Daniel sont morts dans leur pleine jeunesse.

Dans ces années en Suisse, nulle allusion de Liszt à sa paternité, il aurait pu faire une petite composition, mais non. Il était "comme ça". Le fait d'être père lui pesait, comme désormais un peu "désigné" comme le compagnon de Marie... Ce qui , pour un être aussi instable que Liszt, et c'est une évidence, ne pouvait pas "être". Il avait besoin d'une liberté absolue, sans aucune contrainte, aucun engagement, aucun lien. ....

L'Italie donne un tout autre aspect de Liszt, beaucoup moins directement descriptif, mais dans une sorte d'impressionnisme personnel, ce sont exactement les mots qui me viennent à l'esprit.... : Découverte d'admirables chefs d'oeuvre , écriture musicale sur un tableau sublime de Raphaël ("le mariage de la Vierge", dont nous avons une représentation dans le livret), et de la fameuse statue de Michel-Ange à Florence sur Julien de Medicis. Le reste de l'oeuvre , c'est une petite pirouette napolitaine, ensuite les sonnets de Pétrarque (trois), pour terminer sur ce magnifique et très long morceau sur "l'enfer de Dante".
Je vais ré-écouter ce soir pour bien m'en "imprégner", et à plus tard pour la suite.... dans quelques jours...

Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Dim 29 Mai - 1:32

Liszt et la suite.. : Cela sera pour lundi ! Retour de Paris, concert terminé (bien, OUF), demain pas le temps...

Tout ceci m'a donné l'envie de relire la bio de Liszt, mais ce n'est pas l'objet de ce fil.
La dernière et troisième partie sera sans doute passionnante.
Pour l'instant, je dois me ré-imprégner de la beauté des années italiennes "premières".., un Liszt encore heureux, encore amoureux de Marie -avant de tomber fou amoureux d'une autre qu'il épousera-, ébloui par l'Italie, qui "lui permettait de comprendre Mozart.." (entre autres).
Cette deuxième partie est très poignante. Total chef d'oeuvre. A suivre !

P.S. RECTIFICATION de dimanche soir : : Non, il ne l'épousera pas, l'autre grande femme de sa vie, Carolyne, parce qu'au dernier moment, le pape refusa l'annulation du mariage (donc le divorce en quelque sorte), pour qu'elle puisse épouser Liszt. Mais c'est une autre histoire...., celle de la troisième partie des "Années de pélerinage", retour en Italie !
Quelle vie de folie...... Laughing (il était épuisant, cet homme...).
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Sam 11 Juin - 19:25

Je suis un peu en retard sur mon planning pour cette suite de la "première année en Italie" (oeuvre remaniée d'ailleurs, comme toutes celles des "années"). Je veux faire un compte-rendu soigné, cela demande beaucoup d'écoute.
Je suis allée en particulier me renseigner sur toutes les oeuvres que Liszt a admirées en Italie, picturales, musicales, et littéraires. Le fameux pont entre tous les arts. Dont les sonnets de Pétrarque (il y en a trois dans cette oeuvre-ci), et le texte que Liszt a choisi est très symbolique de son amour fou puis déclinant pour Marie d'Agoult... : L'amour de Pétrarque pour la fameuse "Laure", qui se termine dans la spiritualité, un amour qui ne devient plus charnel mais mystique.
Ceci, cette recherche, me semble important pour s'imprégner d'une oeuvre aussi profonde.

Je ne vais pas vous ennuyer avec des exégèses musicologiques, comme je vous le disais. Non, un ressenti résumé.., qui m'émeut énormément. Chamayou est éblouissant.

Il ne me reste plus qu'à faire le boulot de compte-rendu... ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Sam 11 Juin - 19:29

Mais ! Laudec aussi a changé d'avatar ? Très joli... , le temps qui passe, l'été qui vient, les enfants qui s'amusent...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10722
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Sam 11 Juin - 22:03

Anouchka a écrit:
Mais ! Laudec aussi a changé d'avatar ? Très joli... , le temps qui passe, l'été qui vient, les enfants qui s'amusent...

...et les Anouchka qui s'égarent... Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Sam 11 Juin - 23:08

Dans Franz Liszt, non "égarement", mais voyage, dans ces sublimes "pélerinages de Liszt", l'une de ses oeuvres majeures je pense !...
Puisque tu parles "des Anouchka" : Une Anouchka , très rationnelle et émue... par ce compositeur !  Une Anouchka donc libre voyageuse, butineuse, et qui met de la vie , je crois...., une abeille , mais fidèle... !! (à sa ruche).

P.S. : et les Anouchka comme moi, il n'y en a qu'UNE, comme tu es un ICARE !
J'ai tenté d'envoyer un début de mon compte-rendu sur les années italiennes de Liszt, avec Marie d'Agoult, et la naissance de ses deux autres enfants, et la découverte des chefs d'oeuvre italiens..., et la liste des différentes oeuvres composées à cette époque, avec un commentaire perso qui changera de Wikipédia, j'espère ( Very Happy )

J'avoue que ce soir, sur mon ordi, j'ai des spams sans arrêt, de la part de "mutuelles", donc je ne peux plus rien poster. J'arrête, d'ailleurs !  L'abeille est dans sa ruche car je continue ma bio de Liszt (assez "dingue", quand même !!).   Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Jeu 16 Juin - 20:11

CD 02 - ITALIE , "deuxième année" (1837-1849) ,codifiée "s.161") si l'on inclut les remaniements et la publication tardive.

Différents séjours en Italie, toujours en compagnie de Marie d'Agoult, se déroulent entre 1837 et 1839. Deux autres enfants naissent, Cosima et Daniel. Liszt est ébloui , comme le montrent les titres des morceaux, par les arts de la peinture, la sculpture et la littérature italiennes....
Le couple commence à se déchirer, entre ruptures et réconciliations).

Toujours mon ressenti personnel, aucune analyse musicologique spécifique, ce n'est pas le but comme je l'ai dit (sinon, on y passerait des heures sans doute fastidieuses).



1. Sposalizio, 6'50

Découverte du tableau de Raphaël merveilleux, "le mariage de la Vierge", à Milan. Photo dans le livret.., et sur Internet bien sûr !
"Sposalizio" signifie "mariage"... Deux thèmes semblent s'entrecroiser. Celui, peut-être, du mariage, assez marqué par des octaves graves au départ (puis repris), , et celui de la Vierge, qui me semble évident, et vibrant, dans son envolée de trilles. On n'est pas loin d'une sorte d'hymne et presque de polyphonie chorale..
Ces thèmes -j'en trouve deux..-, reviennent à plusieurs reprises, et soudain Liszt part dans un crescendo fortissimo très passionné.... Pourquoi ? Mystère de la pensée de Liszt, mystère de notre propre écoute...

2. Il penseroso, 3'05

Découverte de la statue sublime de Michel-Ange à Florence, de Julien de Médicis, sur son tombeau (que son frère Laurent fit construire pour lui).
"Le penseur"..., qui a peut-être inspiré Rodin ??
Les accords sont très lourds, graves, très pensés justement, lents. La statue est devant nos yeux, immuable et extraordinaire d'éternité. Liszt en trois minutes nous transmet de sa vision toute son émotion.

3. Canzonetta del Salvator Rosa, 2'54

Une chanson fidèlement retranscrite du folklore napolitain. Chanson justement à chanter, siffler, danser !
Le thème en est très gai, très mélodique, harmonie parfaite des graves et des aigus en respons.

4. Sonetto 47 del Petrarca, 4'41
5. Sonetto 104 del Pëtrarca, 5'29
6. Sonetto 123 del Petrarca, 5'4


Nous sommes dans "le sérieux", dans l'amour avec toutes ses contradictions, ses blessures et ses joies.
Liszt a lu tout ou partie des sonnets de Pétrarque dédiés à celle qu'il aime... Pétrarque qui magnifie, puis transcende sa passion pour la femme aimée, vers le "mystique", et l'abstraction du "charnel" (voir sites ad hoc si cela vous intéresse).
Nul doute que Liszt se soit absolument "projeté", avec passion, dans sa propre relation très houleuse avec Marie d'Agoult.. et pourtant, elle était mère à l'époque de ses deux premiers enfants (Cosima était née donc en 1837 à Bellagio en Italie), elle partageait toutes ses émotions artistiques en tenant même des cahiers de notes pour son compagnon !  Liszt, l'aventurier toujours en quête (du Graal ??), et en perpétuel mouvement, le séducteur-né, l'amateur de sensations nouvelles rapides, ne pouvait accepter cette "vie rangée"....
Les sonnets, surtout le 123... sonnent précisément le glas des amours...
Les thèmes sont imprécis, Liszt s'envole du haut en bas, on le suit... Grave, gai, toute la palette de son piano est dans notre oreille.... Les doigts chavirent sur tous les octaves, se fondent dans un impressionisme musical personnel sidérant....

7. Après une lecture DU (sic) Dante, Fantasia quasi sonata, 15'31 :

Cette superbe oeuvre est plus "lisible", plus structurée, que les sonnets ci-dessus mentionnés. (avis personnel bien sûr). Une variation thématique est très nette, sur un motif chromatique : la structure de sonate est évidente.
Il me semble important de savoir que Liszt, toujours dans son amour fou pour la littérature, qu'il traduit par sa composition pianistique, s'est appuyé sur deux thèmes de la "Divine Comédie" : La description des tourments de l'enfer des damnés.., et l'histoire d'amour de Francesca da Rimini...
Et je cite Bertrand Chamayou (remarquable commentaire de 5 pages dans le livret, sur son immersion lisztienne -on verra à la fin-) :
" l'apparition la plus fantômatique du cycle des "années..", est celle de Victor Hugo, le titre "Après une lecture de Dante" étant en fait celui d'un poème issu des "Voix Intérieures", Liszt a d'ailleurs altéré ce titre en baptisant probablement par erreur sa pièce "Après une lecture DU Dante"....

Supplément (après un autre voyage en Italie), "Venezia e Napoli", codifiée "s.162 (publication 1859).

8. Gondoliera, 4'52
9. Canzone, 3'28
10.Tarentella, 8'35


Ces trois oeuvres sont moins "émotionnelles", moins prégnantes presque, que ce qui précède. Nous sommes dans une certaine joie, dans la mélodie, la danse...
A cette époque, Marie était enceinte de Daniel, leur dernier enfant, qui naquit donc en Italie. Peut-être Liszt était-il plus calme...
Les thèmes qui courent sur le clavier sont très agréables, ils coulent de source, aucun problème de compréhension... : L'évidence mélodique...

Que dire pour clôturer cette "deuxième année".. ? Bien sûr, que l'analyse, sans être trop fastidieuse, me paraît nécessaire pour "comprendre" la pensée lisztienne, puisqu'il s'agit bien d'une "pensée". D'où des remaniements nombreux (la composition s'étale de 1838 à 1861, bien après le départ premier de l'Italie !). La genèse fut compliquée, en plusieurs étapes.. : "les sonnets" furent plubliés en 1840, les autres pièces durent attendre 1858 pour l'édition chez Schott.

Il m'a fallu plusieurs écoutes pour vraiment m'imprégner de cette musique, qui désormais me semble, complètement transparente, évidente, même si nous "interprétons" ce que Liszt veut bien nous dire !!!

A suivre pour la troisième année, le retour en Italie, période de 1877 à 1882 (Liszt se rend alors en Italie plusieurs semaines tous les ans).


Je vais essayer un peu plus tard de vous envoyer une vidéo YT, si je la trouve belle... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Dim 19 Juin - 20:26

Je n'ai rien envoyé, car sur Youtube pour la "seconde année" sur l'Italie, on trouve peu de chose, à part les deux premières oeuvres de cet opus-là. Dans certaines versions proposées sur Youtube, le titre peut être trompeur : Annoncer "la deuxième année de pélerinage, en Italie" : Et en fait il y a les deux premiers morceaux, puis un panachage avec la troisième année en Italie.. C'est compliqué, pour l'instant, je n'ai trouvé que des extraits en fait.  Ou alors sur Medici TV, mais il faut s'inscrire etc... Je vais continuer mes recherches, sinon ne vous envoyer que des extraits.
En concert, les pianistes ne jouent pas l'intégrale (de toute façon ça serait trop long) -si, je crois à la Roque d'Anthéron mais je ne sais plus par qui et justement, peut-être un mix avec des oeuvres de la troisième année.
C'est ce que Bertrand Chamayou explique très bien. L'intégrale a été souvent enregistrée, mais en concert, beaucoup d'oeuvres sont complètement ignorées, au profit des "tubes", comme "les jeux d'eau de la Villa d'Este", ou le "sonnet 104" Pétrarque, par exemple.

Cette troisième année (retour en Italie) est complètement différente, changement radical de ton, de tempo, d'inspiration, de jeu lisztien. Belle, sombre, emplie de méditation et de tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Lun 20 Juin - 9:30

Merci pour ce ressenti personnel que tu nous partages Anouchka, il m'incite à partir à la découverte, ce que je ferai dès que possible. J'ai déjà écouté quelques beaux extraits qui me mettent en appétit drunken
Pour le moment j'écoute "années de pélerinage en Italie" sans doute la deuxième année ? ..., magnifique ...par un pianiste que je ne connaissais pas : Kemal Gekic dont j'aime déjà l' interprétation.

FRANZ LISZT ANNEES DE PELERINAGE ITALY

00:00 Sposalizio
07:05 Pensieroso
11:38 Canzonetta del Salvator Rosa
14:30 Sonetto 47 Petrarch
19:23Sonetto 104 Petrarch
25:39 Sonetto 123 Petrarch
32:01 Dante Sonata

KEMAL GEKIC piano , live performance

https://youtu.be/eigQVtbP9BM
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Lun 20 Juin - 9:53


La deuxième et la troisième année par Aldo Ciccolini, avec tant d'humilité et de douceur  : https://youtu.be/Ps_tfc4k0Hs

Possibilité d'écouter toutes les "Années de Pélerinage", de la Suisse à l'Italie par Lazar Berman :ici

Par Jérôme Rose (grand prix du disque ) :ici Quelle fougue à certains moments, puis infinie douceur à d'autres moments... très émouvant cette interprétation.

Les débuts du voyage par A. Brendel : ici

Pour moi, chaque interprétation m'apporte une facette différente et j'ai énormément de plaisir à découvrir ces facettes multiples.

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16106
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Lun 20 Juin - 11:25

Comme tu le dis si bien, les pièces ont subi plusieurs remaniements avant leur dernière publication. Les sonnets de Pétrarque ont d'abord fait l'objet de mélodies pour voix et piano vers 1838, elles même revues en 1883 ! La première version piano seul date de 1846, puis revues en 1858 par inclusion dans les années de pèlerinage.

Venezia et Napoli, dont la première version remonte à 1840, était à l'origine un cycle en quatre mouvements dont trois sans titre (lento, allegro, andante placido) et la quatrième, Tarentelles napolitaines. En 1859 il remanie son cycle, en ne conservant que les pièces 3 et 4, devenant, transformées, les pièces 1 (Gondoliera) et 3 (Tarentella) et en ajoutant comme numéro 2 la canzone (sur le thème de Nessum maggior dolore de Otello de Rossini).
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Lun 20 Juin - 20:47

Bizzz à tous ! Formidable, car sur Youtube, Laudec, tu as trouvé ce que je recherchais : la précise interprétation de cette seconde année Italie (en fait composition s'étalant sur deux ans en premier jet de voyage, puis sur de très nombreuses années comme Joachim nous le dit : N'OUBLIONS PAS QUE CES ANNEES DE PELERINAGE sont le "testament musical", "le journal intime".. de Liszt..

C'est très important d'avoir trouvé cette vidéo, merci infiniment.., cela vous permet d'entendre, comme vous le souhaitez et en lisant mon compte-rendu, ces oeuvres-là..... qui n'ont RIEN à voir avec celles de la troisième année (que j'écoute en ce moment, austère et toujours aussi beau).

Merci à vous de me répondre sur ce fil Kiss ,  cela me touche beaucoup, car je suis évidemment dans l'émotion (il y a peu de temps inconnue, désormais quotidienne !), avec un Liszt qui maintenant fait partie de moi !

P.S. : Ce que tu envoies, Laudec,

FRANZ LISZT ANNEES DE PELERINAGE ITALY

00:00 Sposalizio
07:05 Pensieroso
11:38 Canzonetta del Salvator Rosa
14:30 Sonetto 47 Petrarch
19:23Sonetto 104 Petrarch
25:39 Sonetto 123 Petrarch
32:01 Dante Sonata

Il me semble très important d'écouter tout cela un peu "dans l'ordre"... pour comprendre la vie de Liszt...
Car la troisième année est intégralement différente, comme je vous l'ai dit.... Wink


Dernière édition par Anouchka le Mar 21 Juin - 0:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Lun 20 Juin - 23:54

Vous écouterez peut-être la "troisième année" avant mon compte-rendu, que je ne puis livrer en détail que dans la semaine. Voici trois fois que je l'écoute, et cette dernière oeuvre est absolument complètement différente, mais d'une "évidence" très lisztienne, une composition absolument libre et "romantique" (au sens fort), mais aussi austère, mystique et d'une certaine façon, triste, dans la compassion et la prière... (d'où l'intérêt du détail des oeuvres).
Je vous donnerai mon petit humble  compte-rendu.
Et puis, je terminerai par des citations de Bertrand Chamayou, jeune pianiste prodige qui est devenu "connu" puis célèbre , grâce à Liszt, et explique son parcours... Il semble, d'après lui, que les véritables "intégrales" des ces "Années de pélerinage", ne "soient pas légion", je le cite (on parle là d'"intégrales", vraiment).
J'ai l'impression , et je sais que je me répète (tant pis !), de suivre Liszt presque pas après pas, dans sa vie musicale, et sa vie tout court !! Je viens de lire une ou deux biographies, de tenter de comprendre "le phénomène", mais ceci sera plus tard sur le fil qui est le sien sur le forum.
Je considère "ces Années de pélerinage" comme son chef d'oeuvre, et oui, je le redis, un testament, un journal intime, un LISZT AUTHENTIQUE, qui ne faisait pas de l'esbrouffe de virtuose, mais nous livrait ses émotions à l'état brut. Vraiment, je ressens tout cela... Dont cette fantastique 3ème année qui devient mystique et presque monacale, austère même, dans la prière et des thèmes pianistiques très épurés, malgré le thème de l'Italie...., et une escapade "Les jeux de la Villa d'Este", qui ne sont pas aussi gais que les cascades de Suisse, mais empreints de nostalgie, et de mysticisme (bien sûr, Satie et Ravel s'en sont beaucoup inspirés, tout le monde l'a dit, et cela me semble vrai... !)....

A plus sur cela, bizz, Anouchka
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   Jeu 13 Oct - 23:15

Voilà, je vais vous envoyer "suite et fin", la plus sombre des trois années (dans ce qui a été remanié puis retenu). On change donc complètement de registre, c'est un Liszt pathétique qui continue à nous raconter, à nous parler. C'est bouleversant.
Il me reste à rédiger... Wink
Pour le clin d'oeil.., j'avais laissé de côté cette oeuvre depuis juin pour différentes raisons, mais j'y suis revenue cette semaine avec une émotion incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Franz Liszt, les Années de Pélerinage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Franz Liszt, les Années de Pélerinage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: