Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Guiot de Dijon (v. 1190-v. 1225)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16658
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Guiot de Dijon (v. 1190-v. 1225)   Jeu 12 Mai 2016, 19:26

Guiot de Dijon est un trouvère bourguignon du début du XIIIe siècle. On ne sait presque rien de la vie de ce poète : sa chanson Bien doit chanter est dotée d'un envoi à Erard de Chassenay, ce qui indique qu'il était sans doute un protégé de cette famille seigneuriale de Champagne méridionale.

Les dix-sept chansons  qui lui sont attribués se trouvent dans deux chansonniers : le Chansonnier du Roi et le moins fiable de Chansonnier de Berne. Selon l'édition en ligne du Grove Dictionary of Music and Musicians, Guiot était "techniquement fluide [et] utilise avec succès une grande variété de structures poétiques [mais] est rarement imaginatif."

Guiot, probablement de Dijon, a été patronné par Érard II de Chassenay, qui participa à la cinquième croisade et revint en 1220.

Quatre des chansons de Guiot - Amours m'a si enseignié, Quant je plus voi felon rire, Joie ne guerredon, et Quant li dous estés - ont deux mélodies distinctes dans les chansonniers, et il est impossible de déterminer ce qui est réellement l'invention de Guiot. Quant je vois plus félons rire est en notation de Franconie. Dans l' ensemble, les mélodies de Guiot sont généralement identifiées comme celles qui apparaissent dans la forme de barre, qui finissent tous sur la même note et une tessiture commune.

Guiot probablement modélisée  Chanter m'estuet, coment que me destraigne d'après la chanson occitane Si be·m sui loing et entre gent estraigna du troubadour Peirol. La chanson Penser ne doit vilaine qui lui est parfois attribuée a servi de modèle pour l'anonyme De penser a vilanie.

Liste des chansons

Dans deux cas seulement l'attribution d'une chanson à Guiot est corroboré par une seconde source. Habituellement, une attribution en une seule source est contredite par d'autres inscriptions dans d'autres sources. Les inscriptions d'au moins deux chansons sans attributions concurrentes ont été mis en doute par les musicologues modernes: Chanter m'estuet pour la plus bele et Chanterai por mon corage.


Généralement attribuées à Guiot

Amours m'a si enseignié
Bien doi chanter quant fine Amour m'enseigne
Chanter m'estuet, coment que me destraigne
Chanter m'estuet pour la plus bele,
Chanterai por mon corage, (uniquement dans le Chansonnier Cangé)
Helas, qu'ai forfait a la gent
Li dous tens noviaus qui revient
Quant je plus voi félon rire


Auteur incertain

A l'entree dou douz conmencement
De moi douloureus vos chant
Joie ne guerredon d'amours
Penser ne doit vilanie
Quant li dous estés define
Quant voi la flor botoner
Uns maus k'ainc mes ne senti




https://www.youtube.com/watch?v=G3aNq8k1OXk
Revenir en haut Aller en bas
 
Guiot de Dijon (v. 1190-v. 1225)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: