Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Franz SERVAIS (1846-1901)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15974
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Franz SERVAIS (1846-1901)   Sam 16 Avr - 11:30

Franz Servais (en fait Matthieu-François Servais) est un compositeur et chef d'orchestre belge, né le 19 mars 1846 à Saint-Petersbourg et mort le 13 janvier 1901 à Asnières. L’hypothèse que Franz Servais serait un enfant adoptif ou le fils illégitime que Franz Liszt aurait eu avec Carolyne de Sayn-Wittgenstein ou avec Sophie Servais a donné lieu à des rumeurs persistantesnote mais sans fondements.

Il est le fils de Adrien-François Servais, violoncelliste et compositeur belge (1807-1866) et de Sophie Feygin (1820-1893). De ses cinq frères et soeurs, Joseph Servais (1850-1885) fut violoncelliste (et un peu compositeur d'un quatuor à cordes et d'un concerto pour violoncelle inachevé), et Leopoldine-Sophie (1843-1872) fut la mère de la pianiste Misia Sert (1872-1950), célèbre pour avoir été l'égérie de peintres, poètes et musiciens du début du XXème siècle.

Après ses études secondaires, en 1864 il commence à étudier la musique à Hal avec Ferdinand Kufferath. En 1866 il dirige la chorale de l'église de Hal et compose un Ave Maria. En 1869 il part à Weimar et rencontre Franz Liszt dont il sera l'ami jusqu'à son décès. Il suit aussi des cours auprès d'Hans von Bülow et à l'occasion de rencontrer Wagner à Munich, et François engage des démarches pour une représentation de Lohengrin à Bruxelles en 1870, puis retourne auprès de Liszt.
En 1873 il remporte le prix de Rome avec sa cantate La Mort du Tasse.
En 1878 il commence à composer son opéra L'Apollonide d'après Leconte de Lisle, qu'il mettra une vingtaine d'années à terminer (il sera représenté en 1899 à Carlsruhe).
Un festival est organisé en l’honneur de Franz Liszt dans le cadre de l’exposition universelle d’Anvers. Liszt est présent du 4 au 10 juin. Le 7 juin, Franz Servais dirige un grand concert d’hommage dans la salle des fêtes de l’exposition universelle. Il reçoit ensuite Liszt chez lui, à Hal. Le 28 août, son frère Joseph meurt, foudroyé par une rupture d’anévrisme. Sa mère meurt le 14 avril 1893.
Il fonda à Bruxelles en 1887 une société de concerts qui ne connut que deux saisons consécutives et un essai de renouveau en 1894. À la tête de l’orchestre du théâtre de la Monnaie de Bruxelles de 1889 à 1891, il dirigea Le Vaisseau fantôme et Siegfried de Wagner.
En février 1895, il se porte candidat au poste de chef d’orchestre du Scottish Orchestra de Glasgow, mais n’est pas retenu. Avec sa compagne Emma Mathieu-Langlois, il s’installe à Asnières dans un modeste pavillon.

En 1899, L’Apollonide est représentée deux fois (29 janvier et 8 février) au théâtre grand-ducal de Carlsruhe, sous la direction de Felix Mottl, dans une traduction allemande de Mlle Brunnemann. C’est un succès d’estime. La première donne lieu à des critiques enthousiastes. Notamment, le premier chef d’orchestre du théâtre de la Monnaie, Philippe Flon, décide de la monter à Bruxelles. Franz Servais veut imposer sa compagne Emma Mathieu-Langlois dans le rôle principal de Kréousa. Cela provoque l’échec du projet.

Il meurt le 13 janvier, à l’âge de 54 ans. Le service funèbre et l’inhumation ont lieu à Courbevoie ; Franz Servais partage le même caveau que Marguerite Langlois, fille de sa compagne qui s’y trouve déjà depuis octobre 1898. Il sera rejoint dans la tombe par sa compagne en août 1919. Le 22 janvier, se tient à Hal un service solennel en l’église des Frères Mineurs Conventuels à la mémoire de "Franz Mathieu Servais, compositeur".


Œuvres

Il a relativement peu composé : son opéra L'Apollonide, drame lyrique en trois actes et cinq tableaux sur un texte de Leconte de Lisle, son Ave Maria de 1866, et des poèmes mis en musique :


Scènes lyriques, orchestré, sur des poèmes de Charles Baudelaire, 1872
Recueillement, Scène d’amour, Jet d’eau, La Mort des Amants, 1872
L’Âme en Fleur, six chants d’après Victor Hugo, 1873. Le titre sera modifié en Contemplations en 1877
Adieu, poème d’Alfred de Vigny, 1876
La Mort du Tasse, cantate, paroles françaises de Jules Guillaume, d’après le poème Torquato Tasso’s Dood de Jan van Droogenbroeck. Deux versions : avec orchestre, 1874 ; avec piano, 1875.
Deux Chants lyriques : Nocturne et Printemps, complainte, poèmes d’Armand Silvestre, 1878
Deux chansons de Mignonne, Mignonne et Éternelles amours, poèmes d’Armand Silvestre, 1878
Pâle Étoile du Soir, chant ossianique, pour chœur de voix de femmes, poème d’Alfred de Musset (Chant d’Ossian)
Ophélia, ballade, poème de Georges Khnopff
L’Oiseau chanteur, mélodie, poème de Georges Khnopff
Revenir en haut Aller en bas
 
Franz SERVAIS (1846-1901)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: