Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La Symphonie fantastique ( Berlioz )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Ven 1 Déc - 10:41

La Symphonie fantastique (titre original : Épisode de la vie d’un artiste, symphonie fantastique en cinq parties) est une œuvre de Hector Berlioz créée le 5 décembre 1830 au conservatoire de Paris, sous la direction de François-Antoine Habeneck qui fait partie d’un genre appelé musique à programme.

Le compositeur a eu pour but de développer, dans ce qu’elles ont de musical, différentes situations de la vie d’un artiste. Le plan du drame instrumental, privé du secours de la parole, a besoin d’être exposé d’avance. Le programme suivant doit donc être considéré comme le texte parlé d’un opéra, servant à amener des morceaux de musique, dont il motive le caractère et l’expression. Berlioz stipule bien que l'on peut ne pas tenir compte du programme, la Musique se suffisant à elle même:
Le programme suivant doit être distribué à l’auditoire toutes les fois que la symphonie fantastique est exécutée dramatiquement et suivie en conséquence du monodrame de Lélio qui termine et complète l’épisode de la vie d’un artiste. En pareil cas, l’orchestre invisible est disposé sur la scène d’un théâtre derrière la toile baissée.

Si on exécute la symphonie isolément dans un concert, cette disposition n’est plus nécessaire: on peut même à la rigueur se dispenser de distribuer le programme, en conservant seulement le titre des cinq morceaux; la symphonie (l’auteur l’espère) pouvant offrir en soi un intérêt musical indépendant de toute intention dramatique.

L’auteur suppose qu’un jeune musicien, affecté de cette maladie morale qu’un écrivain célèbre appelle le vague des passions, voit pour la première fois une femme qui réunit tous les charmes de l’être idéal que rêvait son imagination, et en devient éperdûment épris. Par une singulière bizarrerie, l’image chérie ne se présente jamais à l’esprit de l’artiste que liée à une pensée musicale, dans laquelle il trouve un certain caractère passionné, mais noble et timide comme celui qu’il prête à l’être aimé.

Ce reflet mélodique avec son modèle le poursuivent sans cesse comme une double idée fixe. Telle est la raison de l’apparition constante, dans tous les morceaux de la symphonie, de la mélodie qui commence le premier allegro. Le passage de cet état de rêverie mélancolique, interrompue par quelques accès de joie sans sujet, à celui d’une passion délirante, avec ses mouvemens de fureur, de jalousie, ses retours de tendresse, ses larmes, etc., est le sujet du premier morceau.

L’artiste est placé dans les circonstances de la vie les plus diverses, au milieu du tumulte d’une fête, dans la paisible contemplation des beautés de la nature; mais partout, à la ville, aux champs, l’image chérie vient se présenter à lui et jeter le trouble dans son âme.

Se trouvant un soir à la campagne, il entend au loin deux pâtres qui dialoguent un rang de vaches; ce duo pastoral, le lieu de la scène, le léger bruissement des arbres doucement agités par le vent, quelques motifs d’espérance qu’il a conçus depuis peu, tout concourt à rendre à son cœur un calme inaccoutumé et à donner à ses idées une couleur plus riante. Il réfléchit sur son isolement; il espère n’être bientôt plus seul... Mais si elle le trompait!... Ce mélange d’espoir et de crainte, ces idées de bonheur troublées par quelques noirs pressentimens, forment le sujet de l’adagio. À la fin, l’un des pâtres reprend le ranz de vaches; l’autre ne répond plus... Bruit éloigné de tonnerre...Solitude...Silence...

Ayant acquis la certitude que non-seulement celle qu’il adore ne répond pas à son amour, mais qu’elle est incapable de le comprendre, et que, de plus, elle en est indigne, l’artiste s’empoisonne avec de l’opium. La dose du narcotique, trop faible pour lui donner la mort, le plonge dans un sommeil accompagné des plus horribles visions.Il rêve qu’il a tué celle qu’il aimait, qu’il est condamné, conduit au supplice, et qu’il assiste à sa propre exécution. Le cortège s’avance aux sons d’une marche tantôt sombre et farouche, tantôt brillante et solennelle, dans laquelle un bruit sourd de pas graves succède sans transition aux éclats les plus bruyants. À la fin de la marche, les quatre premières mesures de l’idée fixe reparaissent comme une dernière pensée d’amour interrompue par le coup fatal.

Il se voit au sabbat, au milieu d’une troupe affreuse d’ombres, de sorciers, de monstres de toute espèce, réunis pour ses funérailles. Bruits étranges, gémissements, éclats de rire, cris lointains auxquels d’autres cris semblent répondre. La mélodie aimée reparaît encore, mais elle a perdu son caractère de noblesse et de timidité; ce n’est plus qu’un air de danse ignoble, trivial et grotesque : c’est elle qui vient au sabbat... Rugissement de joie à son arrivée... Elle se mêle à l’orgie diabolique... Glas funèbre, parodie burlesque du Dies irae1, ronde du Sabbat. La ronde du Sabbat et le Dies irae ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2683
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Lun 11 Mai - 0:30

Merci pour ce superbe "résumé" qui présente très bien la symphonie.
Sauf que...

Snoopy a écrit:
Si on exécute la symphonie isolément dans un concert, cette disposition n’est plus nécessaire: on peut même à la rigueur se dispenser de distribuer le programme, en conservant seulement le titre des cinq morceaux; la symphonie (l’auteur l’espère) pouvant offrir en soi un intérêt musical indépendant de toute intention dramatique.

Eh bien j'ai écouté cette "Fantastique" il y a deux jours :  "Archives Karajan" sur Brava. Une des rarissimes fois où le maestro a accepté d'être filmé, il avait une soixantaine d'années je crois. Il avait demandé au réalisateur Roger Benhamou de filmer en très gros et très longs plans les mains des musiciens -très impressionnant par exemple pour la clarinette-. Karajan était toujours aussi majestueux avec sa tête d'empereur romain et sa direction sans failles.
Mais justement, et je ne sais pourquoi, je me suis "presque ennuyée"... J'avais entendu cette symphonie dans mon enfance, je ne me souvenais plus du tout de "l'intrigue", et à part ce thème doux de l'aimée, si connu.... , c'était pour moi un peu "terne" et décousu (malgré le final dramatique). Au fond, Karajan est presque "trop parfait, trop lisse", l'orchestre avait presque l'air intimidé...
Mais quand j'ai lu ce fil, j'ai pensé que j'étais carrément passée "à côté", et qu'il me faut ré-entendre, en ayant bien le "livret" dans l'esprit.
Il se trouve que j'ai un vieux 33 T à graver....

Peut-on écouter cette symphonie sans savoir du tout ce dont il s'agit... ? C'est là où mon doute s'installe.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6568
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Lun 11 Mai - 9:02

Anouchka a écrit:

Peut-on écouter cette symphonie sans savoir du tout ce dont il s'agit... ? C'est là où mon doute s'installe.

On peut!! en tout cas moi ..(et aussi quelques amis )...il y a longtemps que je l'avais découverte et aimée (avec un disque microsillon à 9fr 50...où il y avait tout juste les noms de l'oeuvre et ses mouvements, de l'orchestre et du chef sur la pochette!)...
Et je suis incapable de dire si, après connaissance de son "programme"...je l'ai plus appréciée ou non!! Wink ....Mais je suis "spécial" Wink ...je ne suis pas sûr, de la même façon, d'apprécier plus, musicalement,(si ce n'est intellectuellement!) un opéra ou une oeuvre chantée..lorsque, enfin, je m'intéresse au texte!!...Par contre j'ai déjà éprouvé l'inverse: me gâcher le plaisir quand l'histoire et le texte sont trop "tordus" ...ou loin (à mon avis) de la beauté de la musique!!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16543
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Lun 11 Mai - 9:33

Je suis de l'avis de Jean : j'aime autant écouter la musique "pure" sans connaître le synopsis, en particulier pour les poèmes symphoniques (dont on peut dire que la Fantastique fait partie : ce n'est pas une symphonie traditionnelle).

Que m'importe que, par exemple, le poème symphonique Les Préludes de Liszt soit basé sur les Méditations poétiques de Lamartine ? La musique seule me satisfait, et c'est de même pour la Fantastique.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2683
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Lun 11 Mai - 23:40

Merci beaucoup pour vos avis, chers amis.
Mais c'est ainsi que, peut-être, nous différons. Ca doit être mon côté cartésien qui s'exprime... ( Very Happy), ou la littérature qui pour moi moi pointe toujours son nez !
De toute façon, pour la "Fantastique", trop tard, je connaîs l'intrigue désormais par coeur, cela d'ailleurs me donnaît, à la lecture du synopsis de Snoopy, quelques vagues réminiscences (mes parents avaient dû m'expliquer,  ou c'était sur la pochette du 33 T -lequel est enfoui dans un carton-.).
Ma prochaine écoute sera évidemment "briefée" d'emblée...!!
Cela dit, et on en revient souvent à cela.. : Les opéras, les ballets, j'ai besoin de savoir "avant", ce qui se passe, pour mieux goûter l'intrigue..
Peut-être êtes-vous plus profondément "musicaux" dans l'âme, que moi...

Joachim
Citation :
..... que le poème symphonique Les Préludes de Liszt soit basé sur les Méditations poétiques de Lamartine ?

Eh bien pour moi, ça compte, j'adore Lamartine !!  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16543
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Mar 12 Mai - 9:34

Anouchka a écrit:

Joachim
Citation :
..... que le poème symphonique Les Préludes de Liszt soit basé sur les Méditations poétiques de Lamartine ?

Eh bien pour moi, ça compte, j'adore Lamartine !!  Very Happy

J'ai lu les Préludes de Lamartine, dans les Nouvelles Méditations poétiques, j'ai rien compris... En plus c'est très long...
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3393
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Mar 12 Mai - 9:38

Je ne connais pas (encore) la "Symphonie fantastique " de Berlioz, mais comme Anouchka, lorsqu'il existe un texte, j'aime à le connaître même si j'apprécie la musique à elle seule également. Si en plus d'une musique qui me parle, il y a un texte signifiant, il y a alors comme un dialogue, comme une valeur ajoutée Si le texte est quelconque (mais c'est un avis personnel) je parviens à n'écouter que la musique sans trop tenir compte du texte même si il influe forcément sur la musique.
En tout cas, si je connais le texte et que celui-ci m'est indifférent, de prime abord, je ne serai pas tentée d'aller écouter la musique qui l'accompagne non plus.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3393
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Mar 12 Mai - 10:33

Citation :
Joachim

Citation :
..... que le poème symphonique Les Préludes de Liszt soit basé sur les Méditations poétiques de Lamartine ?


Eh bien pour moi, ça compte, j'adore Lamartine !! Very Happy

Pour moi c'est l'exemple même de ce que musique et poésie peuvent s'enluminer l'une l'autre drunken

Lamartine-Liszt, Préludes-Méditations poétiques ... Tant de beauté réunie et si tout cela n'est (n'était) que Prélude ...
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2683
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Mar 12 Mai - 20:25

Coucou !
Je rentre juste à la maison, donc je répondrai en soirée.. plus tard.
Merci pour vos messages.
J'ai repioché dans le carton des archives parentales (hélas, je suis encore dedans), et bien sûr, rigolons, j'ai voulu retrouver le 33 T de "la Symphonie Fanstatique". Sur le verso de la pochette... ce n'est pas triste !  = Une exégèse complète de l'oeuvre, plus certains éléments de la bio de Berlioz, etc... C'est long et passionnant (j'ai lu une bonne heure  Very Happy). J'en reparlerai tout à l'heure, car cela me conforte dans l'idée qu'il faut lire le livret avant l'écoute.... surtout quand on sait qui est un peu Berlioz, et celle -une actrice anglaise nommée Henriette-,  à qui il dédia cette oeuvre qui se termine de façon infâme (tellement il était "l'amant rejeté hors-de-lui", en plus il a voulu se suicider à l'opium etc....), , et elle, il a fini par l'épouser !!! 
A noter qu'il y a eu cinq versions de la "Fantastique", que Berlioz a écrit des lettres délirantes à ses amis à ce sujet, bref, c'est FANTASTIQUEMENT INTERESSANT  Laughing.

A tout à l'heure !
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2683
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Jeu 14 Mai - 1:34

Laudec a écrit:
Pour moi c'est l'exemple même de ce que musique et poésie peuvent s'enluminer l'une l'autre  

Lamartine-Liszt, Préludes-Méditations poétiques ... Tant de beauté réunie et si tout cela n'est (n'était) que Prélude ...

Kiss  = c'est trop vrai !! Merci...

Suite de Berlioz , la FANTASTIQUE, car nous ne sommes pas sur le fil de sa bio (agitée....) : Je livre certains extraits d'une analyse très complète du journaliste René Erville (bon, il s'agit d'un très très vieux 33 T; je précise).

 - je ne vais pas tout citer, cela serait fastidieux, je préfère résumer... : Disons que Berlioz a composé cette symphonie suite à un désespoir amoureux, d'une certaine actrice irlandaise, Henriette Smithson , qui jouait Shakespeare  (Hamlet, et Roméo et Juliette = immédiatement le coup de foudre pour Berlios (1827).
- s'en suivirent des déboires amoureux, bref notre Berlioz éconduit , fou de rage, voulut se venger via sa musique . Il paraît d'après les experts, que c'était beaucoup plus Goethe.... (sans commentaires !!), que Shakespeare qui l'inspirèrent pour cette symphonie.
- je vous passe tout de certains paragraphes  (excellents par ailleurs, mais écrits en tout petit derrière la pochette du 33 T!) : ses lettres dingues à ses amis, sa passion folle etc..., son faux suicide à l'opium...  Ca devient même un peu pénible à la fin, bon, sans doute souffrait-il d'un genre de psychose, quand on pense qu'il a voulu se suicider pour Henriette, en "voulant bien sûr se rater" (je cite un de ses amis dans une lettre).
- ouf ! on parvient à la "cinquième version" de la Fantastique. (1832).  = "Il ne s"agit plus d'amour méconnu mais d'un rêve sans cause"... ( Shocked)

Berlioz torturé, finira par épouser sa Henriette (qui accepta mais un peu "du bout des lèvres"... suite à ce (faux) suicide). Mariage en 1833, "malheureux" suivant les historiens. Dixit Berlioz : "Je croyais avoir épousé l'actrice ; je n'ai épousé qu'une dame anglaise". Sans commentaires, et lui, alors ? - Hehe)

Je me suis un peu ennuyée sur Karajan comme je vous l'ai dit, sans connaître le livret vraiment, mais bien sûr je ré-écouterai avec beaucoup de passion.

Je vous livre pour terminer, ce commentaire passionnant de Schumann :

"Je reconnaîs que sa musique est parfois mal construite, mal harmonisée ; il y a des harmonies lourdes, plates ou vides ***. Tout cela est si génial cependant, ne dénote pas de défectuosité, et nous paraît admirable. Mais essayez donc de corriger Berlioz, de modifier une seule note à sa musique, il n'en restera rien.". 

Je ne puis citer toute l'analyse, elle est très longue, et il y eut beaucoup de controverses, justement autour du "musicien de la symphonie à programme, révolutionnaire", mais etc..

Perso, , merci amie Laudec, ...., j'en retiens ce que je viens d'apprendre !!, que j'ai envie de ré-écouter avec tout ça !!..., que Lamartine est magnifique..
(on en reparlera plus tard Joachim , Liszt a composé aussi sur un certain St François d'Assise.... -il y a trois jours , écoute au piano par Barenboïm  -)

LA FANTASTIQUE : après quelques lectures etc..., j'en retiens ce qui précède, et que Berlioz fut une fulgurante étoile, qui a créé un ou deux réels chefs d'oeuvre que personne ne peut égaler dans ce style -bien précis, j'y reviens-.. mais rien de plus... Désolée, Hector, tu n'étais ni Beethoven, ni les autres.
C'est la vie... ! 

*** : c'est mon avis, je dois avoir un "syndrome Karajan", on en parlera sur le bon fil.... Je n'arrive pas à "accrocher" à sa direction. En plus, sur une telle symphonie, si je n'en connaîs rien..., pour moi c'est carrément ... 
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Jeu 14 Mai - 20:05

Anouchka a écrit:

*** : c'est mon avis, je dois avoir un "syndrome Karajan", on en parlera sur le bon fil.... Je n'arrive pas à "accrocher" à sa direction.

C'est marrant ça. Dieu sait que je n'aime pas le bonhomme mais je dois avouer qu'il collectionne les bonnes interprétations. En tout cas sur Beethoven, il est quasi parfait.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2683
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   Jeu 14 Mai - 23:37

Sur Beethoven, je suis d'accord..., d'autant plus que j'ai deux intégrales : en 33 T, et en CD. L'écoute me convient parfaitement et c'est grâce à lui que j'ai profondément découvert ces symphonies. Mais... On en reparlera sur le fil Karajan.. (eh non, il n'égale pas Abbado pour moi..).

Pour terminer sur "la Fantastique"... (je passe sur l'analyse de l'orchestre et des différents mouvements) :
René Erville écrit en conclusion : "La Symphonie Fantastique frappe l'imagination, par une double intensité, celle de la passion et celle de la vision. "
Et le musicologue allemand Wetzler : ' la Symphonie Fantastique est une apparition unique dans l'histoire de la musique, et l'avenir ne pourra jamais plus produire rien de pareil".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Symphonie fantastique ( Berlioz )   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Symphonie fantastique ( Berlioz )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: