Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11071
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)   Mar 1 Mar - 22:43


Introduction personnelle:

Il y a quelques jours, j'ai tenté un disque que j'ai obtenu pour des queues de cerises, enfin à prix très clément. C'est d'ailleurs pour cette raison que je l'ai tenté et je l'avoue sans rougir. Je ne connaissais pas le compositeur Daniele Amfitheatrof (1901 - 1983) et je me suis dit que ça pouvait valoir quelque chose. Je n'avais évidemment aucune idée du contenu si ce n'est qu'il s'agissait d'oeuvres pour orchestre. C'était un bon point de départ pour tenter l'aventure sans me ruiner. Le cd réunit trois oeuvres pour orchestre symphonique, d'abord Prince Igor: Ouverture d'd'Alexandre Borodine et deux musiques pour l'image sous forme de suites d'Amfitheatrof; tout d'abord American Panorama d'une durée de 15 minutes et The Beginning or the End en six extraits. L'ouverture de Prince Igor n'a jamais été ce que je préfère chez Borodine d'autant plus que cette version subit une qualité d'enregistrement un peu étouffée et poussiéreuse. Je la connais dans une interprétation plus récente et m'en fous donc un peu. Elle ne fut pas la raison de mon achat. Avec American Panorama, la qualité sonore ne change pas mais la musique commence sur une cadence plutôt intéressante. Je me suis dit: tiens, un gars qui ne va pas nous faire le coup d'un truc symphonique hyper-ordinaire...J'ai parlé trop vite et on tombe finalement pieds joints dans un espèce de fourre-tout musical grandiloquent dans laquelle s'invitent quelques éléments de musique légère, la partition pouvant s'avérer tantôt enjouée, tantôt plus sérieuse, mais rien qui n'accroche suffisamment l'oreille. Les premières mesures qui réapparaîtront un peu plus loin dans l'oeuvre m'avaient déjà trop promis. C'est sur ma faim et peu enthousiaste que j'aborde la seconde suite; The Beginning or the end. Bon, là non plus l'emballement n'est pas au rendez-vous jusqu'au moment où la musique prend une tournure plus intéressante, plus recherchée sur le plan timbral, plus statique aussi: un thème avec violon solo se détache enfin sur une cadence intéressante. Ca dure peut-être deux minutes avant de replonger dans un symphonisme bavard et futile. Un peu maigre quand même. Voilà, un petit témoignage comme ça, en passant.



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11071
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)   Mar 1 Mar - 23:10


Eléments biographiques (en partie Wikipédia):

Daniele (Alexandrovitch) Amfitheatrof était un compositeur et chef d' orchestre italien naturalisé d' origine russe né le 29 Octobre 1901 à Saint-Pétersbourg, en Russie et décédé le 4 Juin 1983 à Venise, en Italie. Il est né dans une famille qui s'est distinguée dans divers domaines des arts et de la culture. Son père, Aleksander Amfiteatrov , était un célèbre écrivain. Sa mère Illaria (née Sokoloff) était une chanteuse accomplie et pianiste, avait étudié en privé avec Rimsky-Korsakov. La vie du compositeur a démarré dans une extrême dureté. En Janvier 1902, à l'âge de trois mois, il a été retiré de la Sibérie où son père a été emprisonné pour avoir publié des articles anti-staristes. En 1904 , les autorités ont restitué l'enfant à ses parents à Saint-Pétersbourg, après quoi ils ont émigré en Italie. À l'âge de six ans, Daniele Amfitheatrof a commencé des études de musique privées avec sa mère. En 1914 , il a été accepté comme étudiant par Ottorino Respighi à Rome. Peu de temps après, la famille est retournée en Russie où Alexander Amfitheatrof a été nommé conseiller politique auprès d'Alexander Kerensky pendant les quelques mois qu'il était Premier ministre et avant la révolution bolchevique en 1917. En dépit des bouleversements politiques et sociaux de l'époque , le jeune Daniele a reçu un enseignement formel en harmonie sous la houlette de Nikolai Chtcherbatchev et Jāzeps Vītols au Conservatoire de Petrograd, entre 1916 et 1918. en 1921, il a été autorisé à se rendre à Prague , en ex-Tchécoslovaquie, pour une étude plus approfondie en contrepoint avec Jaroslav Kricka . Après quatre années de difficultés, la famille Amfitheatrof s'est échappée de la Russie. Leur traversée périlleuse à travers le golfe de Finlande a été faite dans le milieu de la nuit. La famille est revenue en Italie au printemps 1922. Daniele Amfitheatrof est devenu un citoyen italien naturalisé et a repris sa formation musicale formelle en vertu de Respighi. Il a reçu son diplôme en composition du Conservatoire Royal de Santa Cecilia à Rome en 1924.

Après avoir obtenu son diplôme, Amfitheatrof s'est immiscé dans les milieux de la musique italienne. En 1924 , il a été nommé pianiste, organiste et chef assistant de chorale de l' "Augusteo Symphony" de Rome. ses nominations successives incluent un poste de directeur artistique à la Radio italienne à Gênes et Trieste (1929-1932), ainsi que la gestion de la RAI à Turin , où il a également effectué de nombreux concerts symphoniques, des œuvres chorales et opéras au "Teatro di Torino" (de 1932 à 1937). Il a également beaucoup voyagé à travers l'Europe, conduisant la plupart des grands orchestres là-bas. Le succès de Amfitheatrof en tant que compositeur a été assuré au début de sa carrière professionnelle par les performances de ses œuvres de concert, y compris "Poema del Mare" (1925), "Miracolo della Rose" (1926) et "Rhapsodie de Noël" pour orgue et orchestre (1928) et "american Panorama" (1933). Plus tard, il compose sa première musique de film pour "La Signora di tutti" (1934) de Max Ophüls. Suite à la première de son travail programmatique "american Panorama" en 1935 qui a été menée par Dimitri Mitropoulos à Turin en 1937, Amfitheatrof a été invité par l' Orchestre symphonique de Minneapolis à un poste associé de Mitropoulos pour les deux premiers mois de la saison de concert (1937-38). Amfitheatrof est arrivé aux États-Unis avec sa femme (née Mai C Semenza), son fils, Erik (b. 1931), et sa fille, Stella Renata (b. 1934), au port de New York le 21 Octobre, 1937. Son arrivée était notée dans les journaux de New York. L'emploi du temps chargé de Amfitheatrof avec l'Orchestre symphonique de Minneapolis inclut des concerts dans la région du Minnesota et la province du Manitoba . Ses apparitions ont été bien appréciées par le public et ont été reçu par une presse beaucoup plus favorable. Amfitheatrof a également accepté un bref engagement avec l' Orchestre symphonique de Boston , à la demande de leur chef d' orchestre, Serge Koussevitzky , en 1938.

La Seconde Guerre mondiale étant imminente en Europe, Amfitheatrof élit domicile aux États-Unis. Il a déménagé avec sa famille en Californie sur la recommandation de Boris Morros , alors directeur de la musique à Paramount Pictures . Amfitheatrof a été embauché par la "Metro-Goldwyn-Mayer Studios" en vertu d' un contrat de quatre ans exclusif (1939-1943). Ses scores au MGM comprennent ceux pour Lassie Come Home , le premier grand film de la jeune Elizabeth Taylor . Au cours de ses vingt-six ans à Hollywood où il a été employé par chacun des grands studios à un moment ou à un autre, il compose les scores (souvent non crédité) pour plus de cinquante films, y compris Lettre d'une inconnue , Le Renard du désert , La Nu Jungle , The Last Hunt et The Mountain . Son score final a été écrit pour Major Dundee en 1965. Daniele Amfitheatrof a été deux fois nominé aux Oscars pour son travail sur "Wife Guest" et "Song of the South". Daniele Amfitheatrof a déjà fait remarquer dans la correspondance écrite (citation: lettres privées) avec son ami et collègue, John Steven Lasher, que sa carrière à Hollywood "en tant que compositeur-prostituée" a finalement terni son image de musicien professionnel. En conséquence, il a été incapable d'obtenir des commissions ou des performances de ses œuvres de concert. Il retourna en Italie en 1959 où il vécut pendant la plus grande partie jusqu'en 1967. Il a fait des visites fréquentes aux États-Unis au cours des quinze dernières années de sa vie. Les plans visant à obtenir un financement pour une comédie musicale appelée The Staring Match, la production d'un film, et l'achèvement d'un concerto pour violoncelle, ont tous échoué. Ses dernières années ont été consacrées à l' isolement entre Venise et Rome où il est mort le 4 Juin 1983.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16378
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)   Mer 2 Mar - 11:10

Icare a écrit:

Avec American Panorama, la qualité sonore ne change pas mais la musique commence sur une cadence plutôt intéressante. Je me suis dit: tiens, un gars qui ne va pas nous faire le coup d'un truc symphonique hyper-ordinaire...J'ai parlé trop vite et on tombe finalement pieds joints dans un espèce de fourre-tout musical grandiloquent dans laquelle s'invitent quelques éléments de musique légère, la partition pouvant s'avérer tantôt enjouée, tantôt plus sérieuse, mais rien qui n'accroche suffisamment l'oreille. Les premières mesures qui réapparaîtront un peu plus loin dans l'oeuvre m'avaient déjà trop promis. C'est sur ma faim et peu enthousiaste que j'aborde la seconde suite; The Beginning or the end.  Voilà, un petit témoignage comme ça, en passant. ou comment Icare découvre par hasard de la musique pas terrible  Hehe

Pour The Beginning, je ne sais pas, ce n'est pas sur youtube.

Mais j'ai trouvé "American Panorama" pour grand orchestre. C'est comme tu dis un fourre-tout, une sorte de pot-pourri à l'américaine (d'où son titre) que Gerschwin n'aurait peut-être pas renié. Moi je trouve que, suivant l'objet, ce n'est pas si mal que ça. Evidemment, l'enregistrement n'est pas au top, mais il date de 1937, c'est un 78 tours "remastérisé" de la création de l'oeuvre dirigée par le compositeur.


https://www.youtube.com/watch?v=Ra9N_PKaMmI&list=PLiPljltB7Mshx7Qk9_fSQUJAI02zPN4Jn





Sa Danse des Sept Voiles tirée du film Salomé (1953) n'est pas mal, je trouve.

https://www.youtube.com/watch?v=a8cXkpSGoBE&list=PLiPljltB7Mshx7Qk9_fSQUJAI02zPN4Jn&index=2
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11071
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)   Mer 2 Mar - 20:07

Effectivement, sa "Danse des Sept Voiles" n'est pas déplaisante avec sa jolie couleur orientale. Ca s'écoute sans déplaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11071
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)   Mer 2 Mar - 20:17


J'aime bien ce qu'il a composé pour ce film:

https://www.youtube.com/watch?v=l-r_wU0ehBw


Assez recherché et créatif. C'est mieux que ce que j'ai trouvé, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Daniele AMFITHEATROF (1901-1983)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: