Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean YATOVE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11298
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Jean YATOVE   Dim 28 Fév - 19:53

En ce moment, sur la toile, je m'intéresse à des vieux films français - pas trop vieux quand même - années 60 on va dire - et la chance c'est que l'on en trouve quelques-uns en entier. Le tout dernier que j'ai regardé s'intitule Marie-Octobre. Il date de 1959 et fut réalisé par Julien Duvivier. Il s'agit d'un huit-clos - j'adore les huit-clos Very Happy, peut-être dû à mon goût pour le théâtre et la comédie durant ma jeunesse. Celui-ci réunit une brochette d'acteurs formidables: Danielle Darrieux, Paul Meurisse, Bernard Blier, Noël Roquevert, Lino Ventura, Serge Reggiani, Paul Frankeur, Robert Dalban, Paul Guers, Daniel Ivernel et Jeanne Fusier-Gir. Les acteurs y sont justes et parfaitement encrés dans des personnages qui leur correspondent, avec une mention spéciale pour Danielle Darrieux et Serge Reggiani. L'histoire:

<<Un groupe d'ex-résistants, dont certains s'étaient perdus de vue depuis la fin de la guerre, se retrouvent quinze années plus tard. Ils dînent ensemble dans la demeure de leur ancien chef, Castille, qui a été arrêté et tué dans ce lieu même, évènement qui a précipité la chute du réseau. Cette soirée est organisée par Marie-Octobre, nom de code de l'ancienne estafette du réseau, et par le propriétaire actuel des lieux, François Renaud-Picart. En réalité, ils ont organisé la réunion pour percer le mystère de la mort de Castille : un ancien membre de la police allemande leur a avoué que c'était grâce à un traître que celle-ci avait réussi à les découvrir ce soir-là. Petit à petit, les anciens membres découvrent ou supposent de bonnes raisons à chacun d'avoir pu trahir : l'amour, l'appât du gain, la lâcheté, la méprise, la collaboration... Malgré l’opposition d'un avocat et d'un prêtre, ils votent la mort du traître. Celui-ci tente de s'échapper, puis fait appel à leur pitié. Il est finalement tué par Marie-Octobre, qui appelle ensuite la police, après avoir brûlé la confession que le traître a été forcé d'écrire.>>

Sans être le plus réussi des huit-clos qui ont pu être réalisés en France ou ailleurs - Une critique précisera qu'il n'est pas de taille à être mesuré à un classique du genre comme Douze Hommes en colère de Sydney Lumet diffusé deux ans avant, en 1957 - j'ai été agréable pris par l'ambiance du film. J'avais vraiment envie d'en connaître l'aboutissement et le charisme et le jeu des acteurs n'y étant évidemment pas pour rien. Un autre élément a conditionné mon intérêt, musical celui-là: la partition symphonique d'un compositeur dont je n'avais jamais entendu parler avant; Jean Yatove. Non pas que cette musique soit très originale en soi. Peut-être que si je l'avais entendue comme ça, au hasard d'une radio ou d'une vidéo Youtube, je n'y aurais pas prêté une attention particulière. Ce qui m'a frappé dans cette musique c'est une formidable intensité dramatique, presque excessive, surtout lorsque les cordes prennent le dessus sur les cuivres, et cela dès les premières images du film, lorsque le paysage et la route défilent à la vitesse d'une voiture, la nuit. J'ignore si, sur disque, c'est-à-dire hors de son contexte, j'éprouverais du plaisir à l'écouter, si ce n'est sinon pour me remémorer un film que j'ai aimé, mais dans celui-ci, j'avoue qu'elle m'a formidablement bien installé dans l'ambiance. En faisant des recherches sur Jean Yatove dont j'ignorais l'existence jusqu'à hier, je me suis rendu compte que sa partition très dramatique pour Marie-Octobre ne correspondait pas au type de musique légère à laquelle il est visiblement associé:

Jean Yatove, nom de plume de Jean Georges Fernand Iatowski, est un compositeur et producteur français, né le 7 mai 1903 à Fondettes et mort le 28 juin 1978 à Boulogne-Billancourt. Il travaille avec Willy Rozier à partir de 1934 : leur collaboration se poursuivra jusqu'au dernier film du réalisateur, en 1976. Il a produit 2 films : Nuits de Pigalle de Georges Jaffé (1959) et Mon gosse de père de Léon Mathot (1953). Il a apparemment pas mal oeuvré pour le cinéma d'après ce que j'ai pu trouver sur Wikipédia:

Filmographie:

1934 : L'Héritier du Bal Tabarin de Jean Kemm
1934 : Trois cent à l'heure de Willy Rozier
1935 : Coup de vent de Jean Dréville
1935 : Bout de chou de Henry Wulschleger
1937 : Les Hommes de proie de Willy Rozier
1937 : Les Anges noirs de Willy Rozier
1937 : Les Secrets de la mer Rouge de Richard Pottier
1940 : Espoirs de Willy Rozier
1942 : Patrouille blanche de Christian Chamborant
1943 : L'Auberge de l'abîme de Willy Rozier
1947 : Monsieur Chasse de Willy Rozier
1947 : Les Trafiquants de la mer de Willy Rozier
1947 : Jour de fête de Jacques Tati
1949 : 56 rue Pigalle de Willy Rozier
1949 : L'Épave de Willy Rozier
1949 : Le dernier quart d'heure (court métrage)
1949 : Les Dieux du dimanche de René Lucot
1951 : Porte d'Orient de Jacques Daroy
1951 : Le Bagnard de Willy Rozier
1951 : Moumou de René Jayet
1952 : Les Amants maudits de Willy Rozier
1952 : Manina la fille sans voiles de Willy Rozier
1953 : L'Aventurière du Tchad de Willy Rozier
1955 : À toi de jouer Callaghan de Willy Rozier
1955 : Plus de whisky pour Callaghan de Willy Rozier
1957 : Et par ici la sortie de Willy Rozier
1957 : Reproduction interdite de Gilles Grangier
1958 : Un homme se penche sur son passé de Willy Rozier
1958 : Échec au porteur de Gilles Grangier
1958 : Le Désordre et la Nuit de Gilles Grangier
1959 : Marie-Octobre de Julien Duvivier
1959 : 125, rue Montmartre de Gilles Grangier
1960 : Le Gigolo de Jacques Deray
1960 : Boulevard de Julien Duvivier
1960 : Prisonniers de la brousse de Willy Rozier
1961 : Le Monocle noir de Georges Lautner
1961 : Callaghan remet ça de Willy Rozier
1962 : L'Œil du Monocle de Georges Lautner
1962 : Le Septième Juré de Georges Lautner
1964 : Le Roi des montagnes de Willy Rozier
1965 : Les Chiens dans la nuit de Willy Rozier
1969 : Les Têtes brûlées de Willy Rozier
1973 : Dany la ravageuse de Willy Rozier
1976 : Dora, la frénésie du plaisir de Willy Rozier

...et cette filmographie serait partielle...Beaucoup de titres inconnus pour moi, sauf Jour de Fête de Jacques Tati que je ne suis pas sûr d'avoir vu ou alors j'étais très jeune, et 125, rue Montmartre de Gilles Grangier qui, dans mon souvenir, est un film avec Lino Ventura et je suis certain de l'avoir vu. A l'époque, je n'avais visiblement pas fait attention à la musique ni au nom de celui qui l'avait composée.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean YATOVE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: