Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Wilhelmine de Bayreuth (1709-1758)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin


Nombre de messages : 15727
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Wilhelmine de Bayreuth (1709-1758)   Mar 13 Oct - 11:27

Frédérique Sophie Wilhelmine de Prusse (Friederike Sophie Wilhelmine von Preußen), margravine de Bayreuth, fille aînée du roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier, et sœur du grand Frédéric II de Prusse, née le 3 juillet 1709 à Potsdam, morte le 14 octobre 1758 à Bayreuth.



Comme son frère cadet, le futur Frédéric II dont elle était très proche, elle eut beaucoup à souffrir dans sa jeunesse des violences de leur père le roi. Ainsi qu'elle l'écrit dans ses Mémoires écrits en français : "J'étais occupée tous les jours par mes maîtres et mon unique récréation était de voir mon frère. Jamais tendresse n'a égalé la nôtre."

Elle épousa en 1731 l'héritier du margraviat de Bayreuth Frédéric de Brandebourg-Bayreuth et fut la mère d'Élisabeth Frédérique Sophie de Brandenbourg-Bayreuth (1732-1780), décrite par Casanova comme la plus belle fille d'Allemagne, qui se maria à Charles II de Wurtemberg en 1748.

Lorsque le mari de Wilhelmina eut reçu son héritage en 1735, le couple a décidé de faire de Bayreuth un Versailles en miniature. Les travaux comprennent la reconstruction de sa résidence d'été, l'Ermitage, grand opéra de Bayreuth, la construction d'un théâtre, la rénovation du Palais de Bayreuth et le nouvel Opéra. Le couple a également fondé l'Université d'Erlangen. Le margrave a fait de Bayreuth l'un des centres intellectuels du Saint Empire romain germanique, elle-même autour d'une petite cour d'artistes et d'intellectuels qui gagnait en prestige avec les éventuelles visites de Voltaire et de son frère Frédéric. Avec le début de la guerre de Sept Ans, l'intérêt de Wilhelmina est passé de dilettantisme à la diplomatie.

Voltaire a écrit une Ode sur sa mort. Pour le dixième anniversaire de sa mort, son frère Frédéric le Grand a construit le temple de l'Amitié de Sanssouci (Potsdam) à sa mémoire.

Elle a laissé des Mémoires (de 1700 à 1742), qui n'ont paru qu'en 1810 et ont été réimprimés à Paris en 1845. Ils offrent les détails les plus intéressants sur la vie à la cour de Prusse.

La Correspondance de cette princesse avec Frédéric II a été imprimée en partie dans les Œuvres du roi.

Wilhelmine fut aussi une compositrice et s'employa à développer la vie musicale de Bayreuth et en fit une des villes les plus brillantes de l'époque. Elle-même jouait du luth et fut disciple de Sylvius Leopold Weiss. Elle engagea, à la cour, le futur maître de chapelle Johann Pfeiffer qui lui enseigna la composition. Elle a composé un opéra, Argenore, sur un livret de A. Galetti, en l'honneur de l'anniversaire de son mari, un concerto pour clavecin et de la musique de chambre.

Oeuvres

Argenore, tragédie en 3 actes, livret de A. Galetti (1740)
2 Cavatines pour l'opéra L'Huomo
Sonate pour flûte traversière
Concerto n° 1 a cembalo concertato, 2 violini, viola et basso del Sig. Foerster
Concerto à cembalo obligato, duoi violini, violetta e basso di Wilhelmine

Perdus : Fuge (1732) - "mon premier coup d'essai" (1734)- Pastorale/serenata/Kantate (1738)
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15727
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Wilhelmine de Bayreuth (1709-1758)   Jeu 14 Avr - 20:13

La musique de Wilhelmine ne semble pas être celle d'un amateur mais bel et bien celle d'un compositeur digne de ce nom. En témoigne ce CD qui comporte son concerto pour clavecin et cordes en sol mineur, et 4 airs extraits de son opéra Argebore.

Evidemment son style est celui de son époque : le concerto est proche de ceux de JS ou CPE Bach, les airs pourraient être de Haendel, très longs (S'avvien ch'il destino rio pour soprano dure 13 minutes, et Ah per pietad' almeno pour ténor, 11 minutes !) avec des "da capo" habituels à cette époque. Ces airs font un peu penser aussi à ceux de certaines cantates de JS Bach, avec des solos instrumentaux entre les couplets.

Au total, c'est une musique à connaître, ne serait-ce que par curiosité.

Revenir en haut Aller en bas
 
Wilhelmine de Bayreuth (1709-1758)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: