Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Les différentes cornemuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10985
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: La zampogna   Ven 10 Avr - 19:56

Ne pas confondre avec la zampona.

La zampogna (wikipédia)

La zampogna (pluriel zampogne) est un antique instrument de musique de la famille des cornemuses dont l'usage est encore répandu en Italie. Le terme désigne tout autant une cornemuse particulière qu'une famille de cornemuses ayant indifféremment une anche simple ou double. Son nom dérive probablement du grec symphonia (symphonie) qui désigne étymologiquement des sons émis simultanément. Sa polyphonie continue s'entend en Italie centrale, méridionale, en Calabre et en Sicile. La zampogna est considérée comme le résultat, dans l'Antiquité classique, de la transformation de la syrinx ou flûte du dieu Pan et est probablement la descendante de l'aulos grec. Son origine ancienne semble similaire à celle de la clarinette multiple launeddas. En latin, elle est nommée utricularium et est jouée par l'empereur romain Néron. Entre le Moyen Âge et l'époque moderne, elle se diversifie en différentes typologies territoriales parmi lesquelles la cornemuse écossaise et irlandaise à insufflation indirecte (émission d'air dans une cavité, une outre de peau en l'occurrence), la musette française et la piva (it) italienne. Sa fonction est de scander les moments essentiels de l'année agricole selon l'archaïque calendrier des saisons. On la protège du mauvais œil par des amulettes tels que nœuds, boucles et rubans rouges à la signification apotropaïque. Son répertoire est constitué de tarentelles, pastorales et accompagnement du chant.

Elle mesure environ 120 cm de long et a la particularité d'avoir deux tuyaux coniques de jeu mélodique (chanter) et entre un et quatre tuyaux de bourdon (note fixe), le tout étant raccordé à un morceau de bois avant d'être accolé à un sac en peau servant de réservoir d'air. Le sac (outre) est réalisé en peau de chèvre, de chevreau ou de brebis (utricolo) tannée (on peut la trouver remplacée aujourd'hui remplacée par une chambre à air en caoutchouc), dans laquelle le joueur (suonatore) souffle de l'air à travers un insufflateur (cannetta ou soffietto) qui met en vibration les anches, traditionnellement réalisées en roseaux, fixées sur les deux tuyaux mélodiques, celui de droite jouant la mélodie, celui de gauche l'accompagnement, et sur les bourdons dits basso et scantillo.

Elle existe sous plusieurs formes :
zampogna a chiave (à clef) : l'un des tuyaux de jeu (de longueurs inégales) possède des clefs et les anches sont doubles ; une version moderne se nomme zampogna a chiave modificata.
zampogna a paro (par paire) : tous ses tuyaux (mélodiques et bourdons) sont de même longueur et elle a indifféremment des anches simples ou doubles.
zampogna zoppa : à tuyaux inégaux, anches doubles et un ou deux bourdons.
surdulina : à deux ou trois bourdons et anches simples.

Les zampogne du sud du Latium (Ciociaria, vallée de Comino (en)), de Molise (Scapoli, Castelnuovo al Volturno et San Polo Matese), de la Basilicata et de Sicile (Syracuse Agrigente Palerme) sont constituées d'anches doubles, tandis que dans la surdulina typique de la Basilicate et du nord de la Calabre (surtout des villages d'origine Arbëresh) et dans la ciaramella de la région de Catanzara et la ciaramèddha de Reggio de Calabre, Agrigente, Catane et Messine, on utilise une anche simple ou les cannizzole (roseaux entiers à très petite section). Il existe une grande variété dans la longueur des différents types de zampogne. Alors qu'en Italie méridionale, l'unité de mesure utilisée pour indiquer la longueur de la zampogna est le palmo, en Italie centrale la mesure (et par conséquent la tonalité) de l'instrument est indiquée, de manière insolite, par un numéro (par exemple : 25) correspondant à la longueur en centimètres du fût de la chalemie correspondante.

Duo de zampogna et pipita en Calabre.
Malgré son suréquipement, le son est doux et mélodieux. Elle se joue en solo ou en duo avec un tamburello, un organetto ou un hautbois, ou en trio ou encore en bandas. La vocation pastorale des suonatori (sonneurs) s'est peu à peu estompée au profit de l'accompagnement des danses et des fêtes de Noël. On la retrouve au sein de l'office religieux où elle accompagne la voix. Ferdinando Scopacasa (1918-1986) dit u Capu zona, fut l'un des plus fameux joueurs de zampogna (ciarameglia) de l'intérieur de la province de Reggio de Calabre, resté célèbre pour ses prestations dans le sanctuaire de la madonne de Polsi (it). Deux représentants des familles historiques de joueurs et facteurs de zampogne calabraises, Pasquale Raffa de Cernatali di San Giorgio Morgeto et Bruno Tassone de Spadola, petite localité des Serre Vibonesi, étaient actifs jusqu'en 2013.

De nombreux événements et festivals sont dédiés à l'instrument :
Festival internazionale della Zampogna di Scapoli, en Molise (juillet)
Festival internazionale di Acquafondata (FR), qui se déroule depuis 1961 au mois d'août.
Festival della zampogna di Maranola (it) (LT), en janvier.
Suanu 'e Canna, qui se déroule à Sant'Andrea Apostolo dello Ionio (CZ), depuis 2011.

Il existe de nombreuses variantes locales de la cornemuse en Italie : baghèt (it), müsa (it), piva emiliana (it), caramuncia, ciaramelle ou cornetto. Le terme de zampoña s'applique également à une cornemuse de Malte, mais aussi à une cornemuse pastorale d'Espagne que l'on trouve encore dans les îles Baléares.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10985
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les différentes cornemuses   Ven 10 Avr - 20:05


Petit documentaire:

https://www.youtube.com/watch?v=HEzHOySvA3Y

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10985
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Les différentes cornemuses   Ven 2 Oct - 22:43


Le Northumbrian smallpipes (source wikipédia):

Northumbrian smallpipes est un instrument de musique anglais de la famille des cornemuses. Appelée couramment small pipe ou Northumbrian pipes, la cornemuse du comté de Northumberland est un instrument à réserve d'air alimenté non pas par le souffle du musicien mais à l'aide d'un soufflet placé sous le bras. C'est la seule cornemuse anglaise qui a traversé le temps de manière continue. Chalumeau à 7 clefs réalisé par Robert Reid (1784–1837), créateur des Norhumbrian smallpipes modernes. L'instrument, muni d'une poche alimentée en air par un soufflet, est composé d'un tuyau mélodique (chalumeau ou en anglais chanter) cylindrique à anche double, généralement pourvu de clés, et de quatre ou cinq bourdons cylindriques à anche simple. Le chalumeau comporte un certain nombre de clés, le plus souvent sept, couvrant une octave et une sixte, avec quelques chromatismes, mais on peut trouver des chalumeaux entièrement chromatiques couvrant deux octaves, qui sont alors munis de dix-sept clés . Il y a huit trous pour les doigts et les clés sont actionnées, tous autres trous fermés, soit par le pouce droit soit par l'auriculaire gauche. Chaque note correspond à un seul trou ouvert. L'extrémité du chalumeau est fermée en permanence par une garniture, ce qui permet en fermant tous les trous des doigts d'interrompre totalement le son entre deux notes.

Le chalumeau du Northumbrian pipes étant fermé à son extrémité, de cette particularité découle une différence majeure dans le jeu par rapport à la plupart des cornemuses et notamment celles originaires des territoires voisins (Border pipe, Scottish smallpipes et Great Highland bagpipe). En effet, le Northumbrian smallpipes permet de jouer en staccato, alors que ses cousines sont généralement obligées de jouer en phrasé legato. Le jeu de l'uilleann pipes irlandais est comparable lorsque le chalumeau est posé sur le genou, fermant ainsi son extrémité. Chaque note est jouée en levant un doigt seulement ou en utilisant une clé. Le but étant de jouer chaque note sur toute sa durée mais en la détachant de la note suivante. Le chalumeau étant fermé, et donc brièvement silencieux entre chaque note, on peut entendre un fugace "pop" caractéristique au début et à la fin de chaque note. En guise d'ornement, il est fréquent de jouer quelques notes précédent la note tenant la mélodie. Certains musiciens s'autorisent à jouer ces ornements en legato (open-fingering équivalent du choyting des cornemuses écossaises). Cependant, ce type de jeu semble peu fréquent, voire décrié, par les musiciens tels que Tom Clough1, qui le considérait comme une "grave erreur". Bien que la plupart des musiciens jouent en close-fingering, l'une des figures les plus connues parmi les joueurs de smallpipes, Kathryn Tickell, utilise l'open-fingering pour apporter plus d'expression à son interprétation, tout en gardant la méthode traditionnelle comme base de son jeu.


Le Northumbrian pipes est particulièrement bien mis en valeur dans l'oeuvre de concert de Jon Lord intitulée Durham Concerto.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les différentes cornemuses   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les différentes cornemuses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Informations musicales :: Les instruments de musique-
Sauter vers: