Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jimmy SMITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Jimmy SMITH   Ven 25 Sep - 16:48

Introduction personnelle:

L'orgue Hammond a toujours été un instrument qui me fascina dans le domaine du jazz, même si, aujourd'hui, on peut lui accorder une sonorité un peu rétro. Peu importe, le charme opère encore, surtout si cet orgue vibre et swingue sous les doigts de l'un de ses plus talentueux interprètes, l'incroyable - the incredible - Jimmy Smith en personne, et plus encore au sein d'un orchestre de jazz dont les arrangements et la direction sont signés par Lalo Schifrin. Il en résulte un album intitulé The Cat, constitué de huit titres d'une moyenne de quatre minutes chacun: un jazz formidablement structuré, intrépide, sans fioritures, tonique et exaltant. Si la section des cuivres peut parfois me rebuter dans le jazz, ici, ils me fascinent et je reconnais bien là le style innovant du compositeur et arrangeur argentin, auteur de la Gillespiana, un chef d'oeuvre du genre, selon moi. Il faut dire que l'album The Cat démarre sur l'un des meilleurs "main title" composés par Lalo Schifrin pour un film, en l'occurrence Les Félins de René Clément. Il y a juste l'orchestration qui change et dans cette nouvelle mouture, c'est évidemment l'orgue Hammond qui s'empare de la partie solo. Peu importe là encore car le charme opère avec la même efficacité, la même insolence, le même dynamisme, une classe "musico-cinématographique qui perdure à pas de félin, sur une cadence irrésistible.

Eléments biographiques (source Wikipédia):

Jimmy Smith, James Oscar Smith de son nom complet naquit le 8 décembre 1925 dans la ville de Norristown, en Pennsylvanie et mourut le 8 février 2005 à Scottsdale (Arizona). Jimmy Smith était un musicien de jazz américain. Son instrument de prédilection était l’orgue Hammond B-3. Très influencé par le gospel et le blues, le jeune Jimmy fut lauréat d’un concours de piano amateur à l’âge de neuf ans. Après avoir un temps étudié la contrebasse, en 1948, il fut engagé dans un big band de Philadelphie où il découvrit l'orgue Hammond B3 qui allait lui apporter la célébrité. Il rencontra ses premiers succès dans les années 1950, lorsque ses enregistrements sont devenus populaires en même temps que se popularisaient les juke-boxes dans les débits de boisson américains et avant qu’il y ait eu généralement des termes utilisés pour décrire son savoir musical unique. Au cours des années 1960 et 1970, il a contribué à créer le style de jazz appelé funk ou soul jazz.

Son jeu se caractérisait par une répartition très spécialisée en fonction de ses membres : sa main gauche jouait la basse au clavier ; le pied gauche rythmait celle-ci par une pulsation régulière et courte au pédalier, ou doublait parfois les lignes de basses ; sa main droite était chargée des improvisations mélodiques ; pour finir, le pied droit était occupé à donner du relief à l'ensemble en contrôlant la pédale d'expression de l'orgue. Smith, dont les enregistrements sont très nombreux, a enregistré pour la première fois en 1956 pour le label Blue Note. Ses albums se sont très bien vendus, incitant la maison de disques à promouvoir d’autres artistes. Parmi ses albums du début, on peut citer Home Cookin’, The Sermon, Midnight Special, Prayer Meetin’ et Back at the Chicken Shack (ces trois derniers avec Stanley Turrentine). En 1963, Smith signa un nouveau contrat avec la firme Verve, qui lui permit d’enregistrer divers albums, parmi lesquels The Boss, Root Down, Jimmy Smith’s Finest Hour, Peter & The Wolf, Ultimate Jimmy Smith, Any Number Can Win, The Cat...The Incredible..., Bashin’, The Dynamic Duo with Wes Montgomery, Got My Mojo Workin' / Hoochie Coochie Man, Angel Eyes, Talkin' Verve: Roots Of Acid Jazz, Walk On The Wild Side: Best- Years, Damn!, Jazz Masters 29, Jazz 'Round Midnight, Further Adventures Of Jimmy and Wes, Christmas Cookin’ et Organ Grinder Swing.

C’est à cette époque qu’il commença à travailler régulièrement avec le guitariste Wes Montgomery. Smith enregistra avec un orchestre complet et travailla avec des arrangeurs et chefs d’orchestre tels que Lalo Schifrin et Oliver Nelson. Il a également travaillé avec des formations plus restreintes regroupant beaucoup des meilleurs musiciens de jazz de l’époque, parmi lesquels Kenny Burrell, Wes Montgomery, Grady Tate, Hank Mobley, Lee Morgan, Lou Donaldson, Tina Brooks, Jackie McLean, Ike Quebec et Stanley Turrentine. Parmi ses très nombreux enregistrements de collaboration, on peut citer ceux avec Stuff Smith (en), Dizzy Gillespie et Oscar Peterson, Love And Peace : A Tribute To Horace Silver - Dee Dee Bridgewater, The Very Best Of Christmas Jazz - Various Artists et Blue Bash! - Kenny Burrell. Son influence est perceptible dans le jeu et la composition de plusieurs générations de musiciens et dans des styles musicaux diversifiés. Les Beastie Boys, Medeski Martin and Wood et le Hayden-Eckert Ensemble sont parmi les formations les plus influencées par la sensibilité et le « son » de Jimmy Smith. Le mouvement d’acid jazz est également très imprégné par ses influences.

Son dernier album, Dot Com Blues, est décrit par l’un de ses amateurs comme « une fête de tous les styles qu’il maîtrise et apprécie : du rock au jazz en passant par la country, du blues au be-bop en passant par le rhythm n’blues ». Celui que Miles Davis avait qualifié de « 8e merveille du Monde » (propos rapportés par Oscar Brown Jr dans l'émission Jazz Scene USA 1962 consacrée à Jimmy Smith), est mort subitement en février 2005 d’une rupture d’anévrisme, alors même qu’était prévue sa participation au 44e festival de jazz d’Antibes.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jimmy SMITH   Ven 25 Sep - 17:00

L'orgue Hammond, instrument de prédilection de Jimmy Smith (source Wikipédia):

L'orgue Hammond est un instrument électromécanique inventé dans les années 1930 par Laurens Hammond. Il s'inspire de l'orgue traditionnel et était initialement destiné à équiper des églises n'ayant pas la place ou les moyens financiers pour disposer d'un orgue à tuyaux. Le principe de fonctionnement est celui de la roue phonique, basé sur un ensemble de 91 pignons entrainés par un moteur électrique alternatif synchrone qui cale sa vitesse de rotation sur la fréquence du courant (50 Hz en Europe, 60 Hz aux États-Unis), inventée au début du XXe siècle pour le telharmonium. Les dits pignons ont des nombres de dents différents. Ils tournent dans le champ magnétique émis par un aimant. Une bobine centrée sur chaque aimant sert ensuite de capteur pour le champ magnétique variable, ré-induit par les roues constituées d'un matériau ferromagnétique. Cette combinaison pignons/champ-magnétique/capteurs donne le fameux son Hammond. Cet instrument est un orgue électromécanique, muni d'un amplificateur et non un instrument électronique.

Le modèle le plus connu est le B-3. Mis au point en 1955 et toujours utilisé plus de 50 ans après, il se différencie de ses prédécesseurs par l'utilisation d'un système de percussion et de tirettes linéaires. Cet instrument a été et reste toujours très utilisé pour la musique de jazz, blues ou rock. Il a été, notamment, popularisé par Jimmy Smith. En 1958, alors que la firme Hammond s'apprêtait à sortir un nouveau modèle, le A100 pour lui succéder, elle décide devant l'explosion des ventes et grâce à Jimmy Smith, de reprendre la production du B-3, sans savoir encore que ce modèle serait la référence de la marque. L'orgue Hammond est souvent associé à une cabine Leslie (du nom de son inventeur Don Leslie) qui est un dispositif muni d'un haut parleur fixe devant lequel tourne un plan incliné et parfois, pour les modèles plus récents, d'un haut-parleur rotatif destiné à créer des vibratos sans autre artifice électronique que la simple amplification et le mouvement de rotation. De plus, les cabines Leslie utilisent des amplificateurs à lampes qui ajoutent une distorsion naturelle (overdrive), ce qui est devenu un aspect intégral du « son Hammond ».

Compte tenu du coûts élevés de sa fabrication, la fabrication du B-3 est arrêtée fin 1974 pour raisons économiques. Il a été remplacé par le B3000, instrument électronique et à l'aspect identique au B3, mais n'a pas le son typique du Hammond à roues phoniques. Hammond a aussi produit des orgues d'appartement dont la série Aurora Custom et le fameux Concord.


L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=PaKLB71QE4k


Jimmy Smith en concert

https://www.youtube.com/watch?v=885cqjqQU4A
Revenir en haut Aller en bas
 
Jimmy SMITH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Autres styles musicaux-
Sauter vers: