Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-47%
Le deal à ne pas rater :
Réduction de 47% sur la souris gaming Razer Viper Ultimate
79.99 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Fabio VACCHI, né en 1949

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyMar 25 Aoû 2015 - 16:09

Fabio Vacchi est un compositeur que j'ai découvert au travers d'un morceau intitulé In Pace, in Canto pour soprano (Alda Caiello) et orchestre qui complète l'excellente bande originale du film d'Ermanno Olmi, Cantando dietro i Paraventi - Singing Behind Screens (2003), composée par le compositeur chinois Han Yong. D'après la petite histoire, si le cinéaste fut très satisfait de la partition de Yong, il fut également très enthousiasmé par la composition de Fabio Vacchi au point qu'il lui promit une plus importante collaboration sur son prochain film. Néanmoins, il avait déjà eu cette collaboration importante sur son précédent film réalisé en 2001; Il Mestiere delle armi - Le Métier des Armes. Pour ma part, en dehors du fameux morceau cité quelques lignes plus haut, je ne connais toujours rien de sa musique de film. J'ai malgré tout eu la possibilité de découvrir en disque plusieurs oeuvres de concert dont son opéra La Station Thermale que je possède en plus dans une distribution française. Vacchi se prononce Vaki. Ce que j'ai appris de ce compositeur italien c'est qu'il est né à Bologne le 19 février 1949, qu'il a eu Giacomo Manzoni et Franco Donatoni parmi ses principaux professeurs, qu'en 1974, il a participé au cours du "Berkshire Music Center" à Tanglewood, aux Etats-Unis, où il remporta le prix de composition Koussevitzky. En 1976, les Soupirs de Geneviève pour onze instruments à cordes solistes lui ont valu le Premier prix du concours Gaudeamus, aux Pays-Bas. La Biennale de Venise lui a consacré en 1979 et en 1981 deux concerts monographiques. J'ai aussi lu quelque-part qu'en 1982 le "Mai Musical Florentin" a mis en scène son opéra Girotondo, d'après Arthur Schnitzler. En 1990, le "Teatro comunale" de Bologne a représenté Il Viaggio, un opéra d'après Tonino Guerra.  La Station thermale, sur un livret de Myriam Tanant librement inspiré de "Il bagni d'Abano" de Carlo Goldoni, lui est commandé par l'Opéra national de Lyon qui la représente en 1993 et la remet à l'affiche en 1994 et 1995 (à l'Opéra-Comique de Paris et dans d'autres théâtres français). En décembre 1995, a eu également lieu la représentation de la Pantomime Faust, poème chorégraphique d'après Heinrich Heine commandé par le "Teatro Comunale" de Bologne. L'opéra Les Oiseaux de passage, sur un livret de Myriam Tanant, commandé par l'Opéra national de Lyon et le "Teatro comunale" de Bologne, est créé en décembre 1998. Fabio Vacchi a travaillé à la composition de Il letto della storia, sur un livret de Franco Marcoaldi, qui sera achevé en 2003, ainsi qu'à Teneke, qui sera créé au cours de la saison 2004-2005 au Théâtre du Châtelet. Parmi ses pièces instrumentales, figurent: Luoghi Immaginari(1987-1992), Notturno concertante pour guitare et orchestre (1994), Wanderer-Oktett (1997) pour clarinette en si, basson, cor en fa, 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse, Dionysos, ballet pour orchestre, électronique et bande magnétique, Dai Calanchi di Sabbiuno (1995) pour cinq musiciens. Il a aussi composé en dehors de l'opéra des oeuvres vocales, notamment la cantate Sacer Sanctus pour chœur et instruments (1997) et Flow my Dowland (1994) pour contralto et ensemble. Vacchi a été chargé de terminer un opéra inédit demeuré inachevé de Manuel de Falla, El Fuego Fatuo. En 2001, il a composé la musique du film Il mestiere delle armi d’Ermanno Olmi. (Wikipédia en partie).
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyMar 25 Aoû 2015 - 21:30

En réécoutant Dionysos de Fabio Vacchi pour orchestre avec intervention de l'électronique, je me suis efforcé de ne penser à rien d'autre que les notes qui défilèrent entre mes oreilles: ne voir aucune image, aucun espace, aucun paysage. Être totalement concentré sur la musique, et plus j'étais concentré, plus j'étais captivé par des gestes musicaux qui s'enchevêtraient avec intensité et avec goût dans une sorte de mouvement continu. La musique est profondément sinueuse. Je la perçois atonale, puis, à un autre moment, je la perçois plus tonale...C'est exactement ce qui se passe dans son troisième mouvement "Labirinto". Mon esprit semble s'accaparer d'une ligne mélodique qui se démultiplie et finit par se faufiler dans les méandres d'une forme mobile plus abstraite...La musique se dilue et se reconstitue, se structure et se destructure avec aisance et sans manquer d'expressivité. Les orchestrations sont très raffinées et judicieuses. Nous sommes effectivement dans un labyrinthe...enfin, je suis dans un labyrinthe et suis heureux de m'y perdre, complètement concentré sur chaque note, chaque geste, chaque sonorité: comme je viens de le lire, voilà cinq tableaux au fort élan évocatoire, chargés d'imagination sonore poétique et de volupté qui instigue. Fabio Vacchi affirme: <<Je crois que Dionysos représente ce qui est pluriel, multiforme, complexe, séparé et réuni, ouvert et perfectible. Il représente mon espoir créatif mais aussi mon espoir existentiel et social.>> Dans l'intervention de l'électronique, j'y ai entendu comme des voix humaines dans une dimension sonore qui m'a évoqué le mystère, l'étrange, l'inquiétant, voire l'irréel. A l'effectif symphonique s'invite le célesta, le piano ainsi qu'une ample percussion. L'oeuvre est interprétée par l'"Orchestra Sinfonica Siciliana" sous la direction d'Emilio Pomàrico et "Agon - acustica informatica Musica".
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyJeu 27 Aoû 2015 - 6:35

<<La Beauté s'est posée, imprévisible et légère comme un papillon, sur la musique de Fabio Vacchi, restituant à la perception la primauté qui lui revient dans le monde physique des sons. Une oeuvre comme Luoghi Immaginari exerce une fascination particulière, sans que le plaisir de l'écoute n'offusque d'aucune façon l'aspect cultivé et rationnel de son ascendance. La poétique et l'esthétique, dans la musique de Vacchi, se distinguent à peine, elles sont même à tel point enchevêtrées qu'en fin de compte leur constante métamorphose mutuelle apparaît comme le trait le plus original de son style.>> Oreste Bossini.

Luoghi Immaginari (1987-1992) se divise en cinq mouvements, chacun d'entre eux portant le nom de l'effectif choisi: "Quintetto", "Ottetto", "Trio", "Settimento" et "Quartetto", interprétés par les solistes de l'Orchestre Symphonique Sicilien sous la direction de Guido Guida. Oreste Bossini affirme que le "concept du beau" en musique s'est révélé être la catégorie esthétique la plus fragile du XXème siècle. Confiné petit à petit dans les zones les plus étriquées du goût, le "beau" n'a jamais semblé aussi frêle et démuni que dans le second après-guerre, sous les bordées critiques, furieuses et géniales, du rationalisme intégriste des Boulez et des Stockhausen. Une chose est désormais certaine, le sens du beau, tel qu'on peut le définir habituellement, n'est absolument pas fragilisé chez Fabio Vacchi, de manière générale et plus particulièrement dans une oeuvre comme ce Luoghi Immaginari. La musique est sculptée dans un certain étirement harmonique, faisant la part belle aux bois avec un délicat appui des cordes. Elle est propice au rêve et à la détente bien qu'elle sollicite en même temps une écoute attentive, une attention privilégiée. Infiniment poétique, je fus aux anges!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyJeu 27 Aoû 2015 - 11:14

J'ai écouté trois autres oeuvres de Fabio Vacchi et parmi elles, une a retenu plus particulièrement mon attention: Flow my Dowland (1994) pour contralto et ensemble instrumental. L'oeuvre se divise en cinq mouvements, le dernier "Flow my tears" étant à mon oreille, le point culminant, son moment le plus merveilleux. Ce chant si magnifiquement écrit et interprété par Marco Lazzara (un nom à retenir) m'a profondément ému. J'en ai même eu la larme à l'oeil. Jean, tu aimerais sans doute cette composition de Vacchi qui puise son inspiration dans la musique ancienne sans y tomber complètement. Non, en fait, c'est une poétique intemporelle, hors du temps, un sens du beau qui ne s'érode pas, ne s'érodera jamais. Par le contralto Marco Lazzara, l'"Ensemble Musica20" sous la direction de Mauro Bonifacio. Dernier point: J'aime beaucoup la manière dont est orchestrée cette musique, comme souvent chez ce compositeur italien.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyVen 28 Aoû 2015 - 9:17

La Station Thermale, opéra de Fabio Vacchi, est un drame joyeux en trois actes sur un livret de Myriam Tanant d'après I Bagni d'Abano de Carlo Goldoni. J'ai écouté cet opéra dans la soirée d'hier et il m'a beaucoup plu, surtout d'un point de vue purement musical, que ce soit par la qualité des chants que celle des parties instrumentales, le final, notamment, que j'ai trouvé magnifique. Le sujet que j'ai pu aisément entrevoir puisque chanté en français n'est pas ce qui a le mieux retenu mon attention.

Description de la première scène de l'acte I pour se faire une idée de l'ambiance:

<Le rideau se lève sur la salle de massage et de bains bouillonnants de l'établissement. C'est le tour des femmes. Elles échangent des propos sur leur santé, leur corps, l'amour, la vie, les hommes, tout en prenant leur bain ou en se faisant masser par une jeune masseuse, Rosina, qui ne sait plus où donner de la tête pour répondre à leurs exigences. Trois d'entre elles, Dorina, Sandrina et Bettina, sont venues pour oublier leur quotidien pendant quelques jours, s'occuper d'elles-mêmes, s'amuser aussi un peu le soir et, qui sait, peut-être même rencontrer l'amour. De l'extérieur proviennent des sons de fête qui se prépare et ceux de la répétition d'un petit opéra qui devra être représenté le soir; elles reconnaissent la voix de Marubbio, le masseur qui aspire à devenir chanteur, ce qui les met en joie. Une jeune fille, Lisetta, se moque de leur excitation et de leurs idées sur l'amour-passion, et leur raconte qu'elle est ici pour accompagner une célèbre chanteuse qui traverse une crise sentimentale et artistique car elle croit avoir perdu sa voix. La chanteuse, Violante, arrive mais ne supporte pas l'atmosphère trop agitée, à son goût, de cette station, et exprime son désir de fuir. Etc...>

Distribution:

Rosina: Cécile Besnard
Marubbio: Christophe Lacassagne
Violante: Pomone Epoméo
Lisetta: Catherine Renerte
Luciano: Jean Delescluse
Pirotto: Frédéric Caton
Riccardo: Jean-Baptiste Dumora
Signor La Flour: Gérard Theruel
Corallina: Stéphanie Morales
Il servo: Charles Saillofest
Bettina: Claudine Ducret
Dorina: Francine André
Sandrina: Florence Villevière
Compagnon di Corallina: Scott Emerson

Orchestre de l'Opéra de Lyon sous la direction de Claire Gibault.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyVen 16 Sep 2016 - 9:20


J'ai réécouté deux oeuvres que j'adore de Fabio Vacchi, Dionysos pour orchestre et intervention électronique et Wanderer-Oktett (1997) pour clarinette en si, basson, cor en fa, 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse. Les deux oeuvres sont couplées sur un même disque. J'aime cette approche très personnelle du compositeur sicilien, une musique infiniment sinueuse et poétique. Son style contemporain me passionne davantage que celui d'un Luigi Nono, par exemple, que j'ai réécouté récemment. Comme le démontre mon ancien commentaire, ci-dessus, je me sens plus engagé émotionnellement par la musique de Vacchi, comme si le "contemporain" trouvait avec lui un juste milieu et une réelle intelligibilité.


Dernière édition par Icare le Sam 30 Juin 2018 - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptySam 30 Juin 2018 - 18:10

Mon premier portrait de mon cycle italien est dédié à un compositeur de la seconde moitié du vingtième siècle, Fabio Vacchi. J'ai alors réécouté pour l'occasion Dionysos pour orchestre avec intervention de l'électronique et Wanderer-Oktett (1997) pour clarinette en si, basson, cor en fa, 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse. Il y avait longtemps que je ne les avais pas remis dans mon lecteur! Dans Dionysos je retiens une musique sinueuse, atonale, parfois qui donne l'impression d'être tiraillée entre tonalité et atonalité, particulièrement en phase avec la phase progressiste de son époque, mais sans être trop conceptuelle ni "bruitiste". Il est facile de suivre ses développements et ses rebondissements, de se laisser embarquer dans ses virages et lacets sans perdre le contrôle de l'oeuvre, une oeuvre tourmentée dont on ne devine jamais l'aboutissement. Comme je l'ai écrit plus haut, toute mon attention semble se focaliser sur la ligne mélodique principale qui se démultiplie et finit par se faufiler dans les méandres d'une forme mobile plus abstraite...La musique se dilue et se reconstitue, se structure et se déstructure avec aisance et sans manquer d'expressivité. Je perçois cette musique comme un labyrinthe dans lequel il est bon de se perdre ou plutôt de s'y abandonner en tout consentement...Je suis tellement captivé par ses mouvements onduleux, par ses tentacules qui m'enlacent subtilement, que je ne suis jamais pressé d'entrevoir l'issue, pourrais-je même m'y figer définitivement comme Jack Nicholson dans un certain film de Kubrick. Donc, je suis dans un labyrinthe et suis heureux de m'y perdre, complètement concentré sur chaque note, chaque geste, chaque sonorité: comme je viens de le lire, voilà cinq tableaux au fort élan évocatoire, chargés d'une créativité sonore et poétique qui instigue l'âme, la pousse à s'épanouir, faisant resurgir de vieux rêves enfouis. Fabio Vacchi affirme: <<Je crois que Dionysos représente ce qui est pluriel, multiforme, complexe, séparé et réuni, ouvert et perfectible. Il représente mon espoir créatif mais aussi mon espoir existentiel et social.>> Dans l'intervention de l'électronique, j'y ai entendu comme des voix humaines dans une dimension sonore qui m'a évoqué le mystère, l'étrange, l'inquiétant, voire l'irréel. A l'effectif symphonique s'invite le célesta, le piano ainsi qu'une ample percussion. L'oeuvre est interprétée par l'"Orchestra Sinfonica Siciliana" sous la direction d'Emilio Pomàrico et "Agon - acustica informatica Musica". Wanderer-Oktett (1997) est une belle introduction à Dionysos.


Dernière édition par Icare le Dim 1 Juil 2018 - 5:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptySam 30 Juin 2018 - 21:15

La beauté. La beauté en musique. Chez Fabio Vacchi, elle me semble être une quête, une recherche fondamentale de son expression musicale même si elle s'opère au travers d'une écriture pas si classique que cela, même pas du tout classique si on se réfère à des maîtres d'antan comme , par exemple, Mozart. C'est flagrant dans une oeuvre telle que Luoghi Immaginari où la beauté qui en émane, et cela dès le premier mouvement, se vêt d'étrangeté et de mystère. La flûte en est ici l'élément porteur, pour ne pas dire enchanteur. La beauté m'est soudainement si proche, si accessible...et pourtant si insaisissable en même temps par cette sorte de mobilité immobile dans laquelle la musique se meut en toute singularité. Dans un même esprit poétique et une quête similaire de la beauté, je pense inévitablement au Vidi Aquam pour ensemble instrumental d'Ennio Morricone. Luoghi Immaginari (1987-1992) se divise en cinq mouvements, chacun d'entre eux portant le nom de l'effectif choisi: "Quintetto", "Ottetto", "Trio", "Settimento" et "Quartetto", interprétés par les solistes de l'Orchestre Symphonique Sicilien sous la direction de Guido Guida. Je crois que c'est l'oeuvre la plus poétique que j'ai entendue jusqu'ici de Fabio Vacchi et en plus ce n'est pas si souvent qu'une composition contemporaine m'est relaxante tout en étant haute en couleurs. Même si je la qualifie de "relaxante", ce serait bien sûr une erreur de jugement de la limiter à cette seule "qualité" qui, n'importe comment, n'a sûrement aucune valeur objective...un ressenti personnel car je ne suis pas sûr qu'elle aurait cet effet relaxant sur tout le monde. Il ne s'agit absolument pas de ces musiques de relaxation réduites à cette unique fonction et vides de toute substance; un déballage sonore totalement lisse sur laquelle l'oreille glisse sans la moindre accroche. C'est d'abord une musique très élaborée et riche en informations qui justement fourmille d'accroches: Un paradis pour mes oreilles où la beauté est le visage apparent du mystère.  Luoghi Immaginari est tout simplement un cycle de cinq pièces de musique chambre reliées par une même quête du "beau" musical qui, dans chacune de ces figures, fait des apparitions temporaires mais marquantes.


Dernière édition par Icare le Dim 1 Juil 2018 - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyDim 1 Juil 2018 - 9:46

En réécoutant Wanderer-Oktett que je mentionne déjà plus haut et Dai Calanchi di Sabbiuno (1995) pour cinq instrumentistes, je me suis quand même fait la réflexion toute simple que Fabio Vacchi possédait un univers musical bien à lui. Il est écrit quelque-part qu'il ne s'est jamais complu à dévorer les formes du passé, ni de naviguer tel un Argonaute cybernétique dans les espaces non euclidiens des nouvelles technologies musicales. On pourrait, en toute relativité, le définir, sans arrière-pensée, comme un compositeur à l'ancienne. Pourquoi pas? Personnellement, je perçois ces musiques comme tellement proches de mon temps, si proches de ma perception de modernité, et en même temps si tributaires des formes du passé, bien que celles-ci ne soient pas très perceptibles dans une oeuvre comme les deux que je viens d'évoquer quelques lignes plus haut. L'octuor contient d'ailleurs une allusion explicite à Schubert, à qui, en passant la commande de cette oeuvre, l'"European Soloists Chamber Orchestra" entendait rendre hommage durant l'année qui fêtait le bicentenaire de sa naissance. L'octuor ne m'est pas inconnu chez Franz Schubert. Magnifique et imposant, il s'agit de l'Octuor en fa majeur - opus 166, posthume. Celui de Fabio Vacchi est beaucoup moins imposant par sa durée puisqu'il dépasse à peine les huit minutes et je ne dis pas que celui de Schubert en fut sa source d'inspiration. J'y perçois deux mondes sonores bien distincts et, paradoxalement, je ne peux m'empêcher de ressentir un "fond schubertien" dans l'octuor de Vacchi. Par ailleurs, j'y retrouve aussi cette forme d'immobilité mobile qui apparaît dans Dionysos et Luoghi Immaginari, sauf qu'ici c'est sur un ton plus sombre et mélancolique...mais une mélancolie plus suggérée qu'appuyée. Le lien avec le passé est beaucoup plus direct avec Flow my Dowland (1994) pour contralto et ensemble instrumental. Fabio Vacchi s'inspire ouvertement de la musique ancienne dans cette oeuvre qui plairait probablement à Jean. La conscience du "Beau" ressuscité fait source d'irréalité: je ressens cette oeuvre vocale comme un rêve que je ferais éveillé, un pied dans chacun des deux mondes qui fusionnent finalement en un seul. L'accompagnement instrumental ne respecte pas vraiment les dogmes de la musique ancienne, il parsème à doses subtiles des éléments qui trahissent sa contemporanéité, juste ce qu'il faut pour que ces deux mondes se rejoignent sous un nouveau dogme tout aussi harmonieux. J'ai même failli avoir la larme à l'oeil sur le cinquième chant, il faut dire que la voix de Marco Lazzara y est exquise.

...Et du coup, de Vacchi à Vachon il n'y a qu'un pas... Hehe


Dernière édition par Icare le Dim 1 Juil 2018 - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyDim 1 Juil 2018 - 15:00


<<"...ma le povere parole/xe lisiere come bole/de savon/come note de canzon - mais les pauvres mots sont légers comme des bulles de savon, comme les notes d'une chanson...": avec leur fragilité éthérée, ces vers de Biagio Marin fournissent en quelque sorte la clef de la mobilité insaisissable des atmosphères et des situations que l'on trouve dans LA STATION THERMALE. Cet opéra de Vacchi, le troisième, présente des caractéristiques distinctes à la fois du mécanisme de Girotondo et de la délicatesse gracile, impalpable, qui imprègne la trame du Viaggio.>> Paolo Petazzi.

Cet opéra est un drame joyeux sur un livret de Myriam Tanant d'après I bagni d'Abano de Carlo Goldoni et produit par l'Atelier Lyrique de l'Opéra de Lyon. Le double cd est rare et j'ai eu de la chance, à l'époque, d'être tombé dessus. Je l'ai dans une interprétation française avec les chanteurs et chanteuses que j'ai déjà mentionnés plus haut et l'Orchestre de l'Opéra de Lyon sous la direction de Claire Gibault. Je n'ai réécouté que le Premier acte...bientôt les deux autres...L'opéra a beau être chanté en français, je n'ai toujours qu'une idée approximative de l'argument, me laissant transporter par les chants dans toute leur musicalité, l'ambiance elle-même. Mais, à chaque nouvelle écoute, le texte finit toujours par m'échapper, je n'en retiens que quelques bribes ci et là. Néanmoins j'en aime la dimension théâtrale, mais c'est la musique qui compte, sa force abstraite. D'ailleurs il n'est pas étonnant que dans ce Premier acte, c'est toute la partie purement orchestrale sur le dernier morceau; "Scène VI: vous avez vu les nouvelles?", que je préfère. J'y retrouve toute la poétique qui illumine la musique de Fabio Vacchi. J'ai le livret en français et pourrais le lire tout en écoutant, mais je n'aime pas suivre un opéra de cette façon, ai l'impression que la substance musicale m'échappe en partie et de ne pas la vivre entièrement, avec la même intensité.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyDim 1 Juil 2018 - 17:42

Sur les Deuxième et Troisième actes, j'ai été plus attentif aux textes, du moins dans un premier temps. Seulement voilà; les couleurs de l'orchestre ont vite phagocyté mon attention. Plusieurs passages purement orchestraux m'ont creusé un lit douillet au sein d'une poétique sonore que j'ai trouvée de plus en plus en osmose avec la nature, notamment la forêt et la faune volatile. Les flûtes jouent un rôle assez conséquent dans la musique de Fabio Vacchi. Le premier instrument qui apparaît au tout début du Second acte m'a semblé être une flûte basse. Dans les passages les plus irisés, il m'a semblé y entendre des piccolos ou piccoli, si on veut se la jouer italien jusqu'au bout. Laughing

Sinon, pas forcément représentatif de sa musique en général, mais j'adhère complètement:

https://www.youtube.com/watch?v=ztk1GNJaTco


Pour achever ce portrait sur Fabio Vacchi, il ne me restera plus qu'à écouter ce que je pense être un conte musical pour enfants, Soudain dans la forêt profonde, d'après le roman homonyme d'Amos Oz, par le "Paris Mozart Orchestra", la récitante Julie Sicard et tout comme pour l'opéra La Station Thermale, la direction est assumée par Claire Gibault. Cette composition m'est complètement inédite, correspond à une acquisition récente. Je repense à ces couleurs naturalistiques dans l'opéra que je viens de réécouter aujourd'hui et imagine les retrouver dans ce conte qui aurait comme décor une forêt. C'est peut-être pour cette caractéristique qu'il fut choisi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyDim 1 Juil 2018 - 20:36

Icare a écrit:
Pour achever ce portrait sur Fabio Vacchi, il ne me restera plus qu'à écouter ce que je pense être un conte musical pour enfants, Soudain dans la forêt profonde, d'après le roman homonyme d'Amos Oz, par le "Paris Mozart Orchestra", la récitante Julie Sicard et tout comme pour l'opéra La Station Thermale, la direction est assumée par Claire Gibault. Cette composition m'est complètement inédite, correspond à une acquisition récente. Je repense à ces couleurs naturalistiques dans l'opéra que je viens de réécouter aujourd'hui et imagine les retrouver dans ce conte qui aurait comme décor une forêt. C'est peut-être pour cette caractéristique qu'il fut choisi.

Soudain dans la forêt profonde est un mélologue pour quinze instrumentistes et récitant. En même temps, il s'agit d'un conte pour enfant et adulte:

<<Un village au bout du monde, triste et gris, encerclé par d'épaisses forêts, un village maudit où tous les animaux ont disparu. Deux enfants, Matti et Maya, décident d'élucider ce mystère et s'aventurent dans la forêt en dépit de l'interdit.>>

A travers ce conte initiatique, les auteurs livrent un message de tolérance, d'amour, de respect et de fraternité. Apologue de la diversité culturelle et du dialogue entre les peuples, "Soudain dans la forêt profonde" est un conte qui dénonce la maladie du mépris et de la raillerie, la tyrannie du conformisme. Véritable récit allégorique, les enfants redécouvrent le monde comme pour la première fois et comprennent l'importance vitale du VIVRE-ENSEMBLE.

Heureusement que le texte est narré en français car il occupe une grande place dans l'oeuvre. En plus, il s'agit d'un très joli conte pour adultes et enfants fort bien raconté par Julie Sicard de la Comédie Française. Pour plusieurs raisons, il me fait penser à deux autres contes musicaux; Les Rois Hung et Le Ver-à-soie pour récitant, soprano et orchestre de Ton That Tiet, d'abord parce qu'une bonne partie de l'histoire se situe en forêt et que chez le compositeur vietnamien, il y a aussi une réelle relation musicale et spirituelle avec Mère nature. La musique de Fabio Vacchi sur Soudain dans la forêt profonde est très présente, jamais étouffée par la narration. Durant l'introduction, les cordes dominent avec un usage cinglant des pizzicatos (ou pizzicati), puis, progressivement, d'autres instruments entrent en scène, le piano, les percussions, une clarinette saturée, des flûtes vives et insolentes, au tempérament sauvage...La musique est très expressive, onirique dans des passages qui m'ont évoqué la poétique que le compositeur sicilien a déjà développée dans, par exemple, Luoghi Immaginari. J'ai aimé ce voyage musical et cette narration.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptySam 4 Avr 2020 - 17:01

C'est une musique qui commence sur le son d'une clarinette, sous les tremblements nerveux d'un quintette à cordes. Le son le plus grave provient de la contrebasse, lancinante et lointaine. Atonale, la musique semble se retenir et maintenir un climat aussi trouble que troublant. Là encore, il y a cette impression de solitude symbolisée principalement par la clarinette, mais qui s'exprime aussi par le basson, un basson mélancolique qui étire sa plainte au fur et à mesure que les cordes étreignent sa lente agonie. Evidemment, si on en croit la description que j'en fais, le Wanderer Oktett de Fabio Vacchi n'est pas une oeuvre qui respire la joie de vivre, pas plus qu'elle n'est porteuse d'optimisme comme le fut, ce matin, la musique de Jean-Philippe Vanbeselaere. Au contraire, elle peint en moi un monde de chaos et de mystère. C'est encore plus vrai avec son fantastique Dionysos par l'"Orchestra Sinfonica Siciliana" et "Agon, Acoustica Informatica Musica", sous la direction d'Emilio Pomarico, une oeuvre d'une sinuosité grandiose, si je peux me permettre cette expression. L'octet n'en est que l'introduction, la fenêtre d'entrée, même si, bien sûr, il s'agit d'une création parfaitement autonome. Mon premier passage préféré de Dionysos se situe dans le second mouvement, "Nascita di Dioniso", lorsque la musique s'accélère, adoptant le pas d'une cadence très carrée, presque obsédante. Chahut, tonitruance, véhémence, exubérance, l'orchestre libère toute l'énergie qui s'agite en lui, tel un astre qui s'embrase sur tous ses flans avant de flotter dans l'espace et de danser dans un vide rempli d'une force invisible en mouvement continu. Je reviens à cette sinuosité grandiose que j'évoquais plus haut. La masse orchestrale se désagrège temporairement et laisse place à une expression instrumentale plus réduite et tout aussi liquide. Comme prise dans un ressac ininterrompu, la musique continue son voyage spatiale et déploie une peinture sonore d'une grande beauté visuelle, c'est ainsi qu'elle devient sublime aussi bien à mes oreilles qu'à mes yeux soudainement imaginatifs: il s'agit de mon deuxième passage préféré: "L'arrivo della nave". Déchaîné et très expressif dans sa complexité, l'orchestre illumine le dernier mouvement avant de s'interrompre sous les effets presque vocaux de l'électronique qui instaurent un autre chaos, un autre chant de solitude. Celui-ci est inhumain, comme issu des profondeurs de l'espace. Il ne rassure pas, ne réconforte en rien l'auditeur. Il est le chaos dans toute sa démesure. Mais, lorsque l'orchestre entre de nouveau en scène, c'est la vie dans toute sa flamboyance qui refait surface, traverse le chaos de toutes ses lumières enfin porteuses d'espoir, une renaissance, peut-être un monde nouveau qui se supplée à l'ancien...Difficile à dire puisque l'orchestre s'apaise, redevient cet astre éteint qui flotte dans l'espace, cet astre solitaire qui s'entoure d'une auréole de mystère et d'un silence de plus en plus envahissant. Possible que cette peinture sonore d'une grande beauté visuelle, comme je me suis plu à la définir, ait la physionomie d'un rêve, un rêve dionysien...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14393
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 EmptyVen 20 Nov 2020 - 17:53

<<LUOGHI IMMAGINARI est un cycle de morceaux de chambre écrits entre 1987 et 1992. L'effectif, formé d'instruments divers, varie d'une pièce à l'autre, passant qu Quintette à l'Octuor, au Trio, au Septuor et au Quatuor. Il s'agit de cinq fragments, qui représentent une sorte de géographie de l'âme et dont chacun s'inspire d'éléments et d'évocations du répertoire musical populaire. Le modalisme pentatonique oriental dans l'Octuor, la frénésie des rythmes balkaniques dans le Quatuor, le blues spleenétique du superbe Trio semblent autant de souvenirs de voyages peut-être effectués, peut-être simplement rêvés. La composante folklorique se dissout tout naturellement dans la musique, qui ne découle certes pas d'une vocation touristique. Il s'agit bien plutôt d'une manière originale d'interpréter de nos jours, avec une sensibilité d'artiste, l'aspect global du monde dans lequel nous vivons et qui se reconnaît mieux dans la dimension horizontale et ouverte de la Géographie que dans celle, verticale et fermée, de l'Histoire.>> Oreste Bossini (extrait)

C'est avec Fabio Vacchi que j'ai décidé de terminer mon cycle actuel. Ce n'était pas ce que j'avais prévu au départ puisque je souhaitais conclure avec l'intégrale des oeuvres pour clarinette de Ferrucio Busoni (1866-1924), sauf qu'il n'entrait pas dans le cadre de ce que je voulais: c'est-à-dire des compositeurs italiens plus ou moins contemporains de ceux qui représentaient l'avant-garde italienne, comme Aldo Clementi ou Luigi Nono, mais qui ont opté pour une voie différente, néo-tonale, néo-classique, s'inscrivant plus ou moins dans une certaine "continuité" sans passéisme pour autant. Et je ne pense pas que l'on puisse qualifier l'approche de Fabio Vacchi de passéiste ou de rétrograde, certainement pas! Dans son oeuvre instrumentale, j'y trouve toujours une forme de douceur et de mystère fusionnant dans une matière sonore très raffinée et aux combinaisons parfois inhabituelles et stimulantes:

Luoghi Immaginari: en cinq fragments: Quintetto/Ottetto/Trio/Settimino/Quartetto par les "Solisti dell'Orchestra Sinfonica Siciliana" sous la direction de Guido Guida
Wanderer-Oktett (1997), pour clarinette en Sib, basson, cor en Fa, deux violons, alto, violoncelle et contrebasse - par le "Contempoartensemble" sous la direction de Mauro Ceccanti.
Dai Calanchi di Sabbiuno (1995) pour cinq instrumentistes
Flow my Dowland (1994) pour contralto et ensemble en cinq mouvements - par Marco Lazzara et l'Ensemble "Musica20" sous la direction de Mauro Bonifacio.

Flow my Dowland est l'oeuvre qui, cette fois-ci, m'a le plus touché, fortement inspirée par la musique ancienne, de l'époque du compositeur et luthiste anglo-irlandais John Dowland (1563-1626) dont le titre fait mention. Si ces cinq compositions sont très belles, l'excellente prestation de Marco Lazzara n'y est évidemment pas étrangère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Fabio VACCHI, né en 1949 Empty
MessageSujet: Re: Fabio VACCHI, né en 1949   Fabio VACCHI, né en 1949 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Fabio VACCHI, né en 1949
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: