Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11188
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Lun 29 Juin - 13:55

Au regard de ma propre expérience de l'opéra, de mes débuts chaotiques de mélomane, lorsque je tentai (vainement) quelques incursions choisies, je me demande bien si, de votre côté, le goût pour l'opéra s'est révélé spontanément ou non. Je suis resté longtemps à regarder l'opéra comme un "objet" inaccessible réservé à une certaine élite. Je ne parle pas du prix des concerts ni de la durée impressionnante de certains d'entre eux même si ça put être aussi pour moi un critère de découragement. Je me disais aussi, tout simplement, que je serais incapable d'apprécier un opéra sans le visuel et moins encore en langue étrangère. J'ai cultivé cette appréhension pendant longtemps, me répétant par la même occasion qu'il y avait tellement de choses à découvrir et à aimer dans la musique en dehors de l'opéra, que je pourrais aisément contourner le genre. Puis, un compositeur, Jean Prodromidès, dont la partition pour le film de Vajda, Danton, m'avait profondément marqué, est arrivé et a bousculé tout ça avec son opéra La noche triste, certes en écoute audio mais en langue française. Ce second point a sans doute joué un rôle capital dans mon adhésion à cet opéra car j'ai été fasciné par l'histoire qui y est relatée, puis, parallèlement, par toute l'atmosphère musicale qui gravite autour et bien sûr aussi par la qualité des voix. Je venais d'aimer mon premier opéra: ce ne fut pas un opéra de Verdi mais un opéra contemporain pas forcément le plus lyrique ni le plus mélodieux. Ce fut surtout l'opéra qui m'a fait aimer l'opéra au point qu'aujourd'hui j'arrive à trouver de l'intérêt et vivre de réelles émotions avec des opéras en langue étrangère que je ne connais qu'en écoute audio.
Et vous? Quelle est votre expérience de l'opéra? Quel fut le premier opéra que vous avez apprivoisé ou qui vous a apprivoisé? Ou attendez-vous toujours le déclic qui vous fera aimer l'opéra? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6539
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Lun 29 Juin - 20:29

Mon arrivée dans le monde la musique classique s'est fait surtout par la musique instrumentale...un peu choral...mais pas du tout opéra !...Et puis assez vite j'ai aimé l'oratorio; et malgré ma préférence pour les choeur , j'ai peu à peu apprécié les voix solistes et très vite entendre des "préférences" selon les solistes en question...(Différences plus faciles à entendre que les différences entre deux violonistes ou deux pianistes!
J'ai rapidement ensuite, été passionné par les voix...Aussi je me suis intéressé à l'opéra,à travers ceux de Mozart...L'occasion d'aller écouter Don Giovanni à Genève (alors que je n'avais encore aucun disque d'opéra) m'a confirmé que je commençais à apprécier l'opéra (bien qu'à l'époque je n'avais aucune conscience de la formidable qualité des voix qui était là (entre autre Térésa Stich-Randall!!!)
A l'époque, pas de "médiathèque" ou discothèque municipale à Annecy...et un opéra intégral (3 ou 4 disques) était au dessus de mes moyens!...Mais "coup de bol!!": Le gd magasin Carrefour , s'est mis à proposer en rayon quelques disques classiques des grands labels (surtout dg!) ....et les coffrets d'opéras, principalement de Mozart, était étiqueté au prix d'un seul disques!!! Wink (36 fr Don Giovanni au lieu de 144fr!)...En 3 mois j'avais les principaux opéras de Mozart dans de superbes versions! (Don Giovanni, Les Noces de Figaro, La Flute enchantée, Cosi fan tutte...) et le chant chez Mozart, c'est quand même un sommet !!...çà m'a ouvert bien franchement à l'opéra ...et décidé à prendre un abonnement à l'Opéra de Genève )...
Mais je l'ai déjà dit c'est la musique qui prévalait dans l'intérêt que j'y portais...au point qu'une traduction (impossible à suivre sur un livret ) ne m'a jamais été indispensable pour apprécier

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11188
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Lun 29 Juin - 21:16

Merci pour ton témoignage, Jean, et j'espère qu'il y en aura d'autres. Pour ma part, je tiens à préciser certains points sur mon expérience de l'opéra. Si La Noche Triste de Prodromidès fut bien l'opéra qui m'a fait aimer l'opéra, ce n'est pas le premier opéra que j'ai écouté et aimé. Le premier opéra que j'ai eu en ma possession fut Le Barbier de Séville de Gioacchino Rossini par ses meilleurs extraits sur un cd de 56 minutes environ. Les interprètes sont Thomas Allen, Agnès Baltsa, formidable mezzo-soprano que je redécouvris plus tard dans l'interprétation de chansons de grands compositeurs grecs, Francisco Araiza, Domenico Trimarchi, Robert Llyod, Sally Burgess, l'"Ambrosian Opera Chorus" sous la direction de John McCarty et l'"Academy of St. Martin-in-the-Fields sous la direction de Neville Marriner. J'ai bien aimé ce disque dès 1990, année où je me le suis procuré, et l'aime d'ailleurs toujours aujourd'hui. Cependant, et je comprends que ça puisse paraître curieux, cette oeuvre n'a pas atténué mes réticences envers l'opéra, à l'époque, si bien que cette incursion dans l'opéra resta unique pendant longtemps. Il n'a pas été le déclic. Peut-être que je ne percevais pas vraiment la célèbre composition de Rossini comme un opéra ou que je le considérais comme une exception qui confirmait la règle..?...Mozart, verdi, Wagner, c'était peut-être un "hit" par-ci, par-là, mais rien qui ne fut l'amorce définitive.

Je sais qu'il peut paraître snob d'avoir aimé l'opéra à partir d'une oeuvre contemporaine et peu connue, mais ce ne fut absolument pas prémédité. Il ne s'agissait nullement d'une volonté de me distinguer, de me démarquer. J'adorais tellement la musique que Jean Prodromidès avait composée sur Danton d'Andrzej Vajda, que je voulais à tout prix découvrir d'autres compositions de ce compositeur si discret. A l'époque, internet n'existait pas et les seuls opus qui se présentèrent à moi furent deux opéras: La Noche Triste et Goya. Evidemment, d'un côté, j'étais heureux de trouver enfin en cd des oeuvres inédites de Prodromidès, de l'autre, j'étais un peu refroidi parce qu'il s'agissait d'opéras, en plus des opéras que je n'avais même pas la possibilité d'écouter ou simplement survoler avant d'acheter. Cependant, le prix de ces deux double-cd était clément. Soit je repartais bredouille, soit je repartais avec ces deux opéras. Je suis sorti du magasin avec. C'était un jour où il y avait beaucoup de gens dans les rues. Il faisait chaud et on y entendait de la techno à fond. Des jeunes se tortillaient en sueur sur des abris-bus. Avec mes deux "Prodromidès" en poche, je me fichais de tous ces gens, de ces filles aux seins nus qui gigotaient dans une remorque. J'étais heureux d'avoir fait ce choix. Ce monde que je traversais avec difficulté, ne m'appartenait plus. J'ai commencé par écouter La Noche Triste et ce fut un véritable coup de coeur, une petite révolution personnelle: je venais de prendre conscience que mes réticences étaient infondées et que j'aimais l'opéra. J'ai également aimé Goya, pas autant, certes, mais je l'ai aimé et l'aime encore. D'autres de différents compositeurs et périodes suivirent. Depuis, La Noche Triste de Jean Prodromidès est mon opéra fétiche.


Dernière édition par Icare le Mar 30 Juin - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Lun 29 Juin - 23:23

Il y a deux aspects dans l’opéra qui font que je n’aime pas ce genre. Le premier c’est le chant. Je sais que je ne suis pas le seul à ne pas aimer le chant d’opéra, ce qu’on appelle aussi le "chant lyrique" mais je voudrais essayer d’analyser pourquoi.
Je me suis tourné vers la musique à mon adolescence. C’était la grande époque du rock, et jusqu’au début des années 80 c’était à peu près la seule musique que j’écoutais et que j’aimais. Il ne fallait pas me parler de chanson, de variété, et pour le classique j’avais quelques connaissances grâce à mon père qui était un amateur de “grande musique” comme il disait et qui en écoutait beaucoup. Mais il n’écoutait jamais d’opéra et les œuvres chantées étaient rares dans sa discothèque. Pour moi, le chant, le vrai chant c’était celui pratiqué dans la musique rock. Les Who, Led Zeppelin, Deep Purple, les Moody Blues, les Doors, Pink Floyd étaient ceux que j’écoutais le plus. S’il m’arrivait d’entendre de l’opéra, je trouvais grotesque cette manière de chanter. Je sais que les hurlements de certains rockers peuvent également paraître grotesques aux amoureux du chant lyrique, mais bon, moi c’est ça que j’aimais, et voilà pour ça.
Le deuxième aspect que je n’aime pas dans l’opéra, c’est que ça raconte une histoire, avec des personnages, et que ce qui est chanté ce sont les dialogues. Et ça, vraiment, ça ne passe pas. C’est pareil pour ce qui concerne la comédie musicale d’ailleurs. Des dialogues chantés, ça me paraît le comble de l’invraisemblable et du ridicule, et du coup je suis incapable de m’intéresser à l’histoire que ça peut bien raconter.
Je fais une exception pour les chœurs. Là, ça me dérange beaucoup moins, sans doute parce que les chœurs, ce n’est pas un personnage. Eventuellement, ça peut être “le peuple”. Et aussi parce que les choeurs ne chantent pas comme les chanteurs d’opéra. Ils chantent “normalement”. Je mets des guillemets parce je sens qu’on va me dire c’est quoi normal ? et gna-gna-gna. Alors “normal”, c’est comme chacun chante dans sa salle de bain, et voilà. Je sais bien que les solistes sont obligés de chanter différemment pour pouvoir être entendus par-dessus l’orchestre, problème que n’ont pas les choeurs puisqu’ils sont plus nombreux. Mais ça c’était valable autrefois, quand le microphone n’existait pas. De nos jours, on pourrait quand même prendre en compte le progrès technique. Mais c’est vrai que dans le monde de la musique classique, les traditions ça ne se bazarde pas comme ça, et il est probable qu’il continuera à chanter de la même manière jusqu’au 23e siècle s’il y a encore des gens pour chanter et compter les siècles.
Autrefois, mon père nous avait emmenés voir une opérette, Le pays du sourire, je crois. Je n’en ai gardé aucun souvenir. Ça à dû me barber, je te raconte pas. Je suis allé deux fois à l’opéra : la première fois, c’était à Prague, au cours d’un voyage organisé, donc c’était obligatoire, et c’était l’année même de la “révolution de velours”. Ils étaient censés jouer Le mariage de Figaro mais ils avaient complètement changé les paroles et l’histoire pour y intégrer des trucs en rapport avec les événements qui étaient en train de bouleverser la vie en Tchécoslovaquie (et aussi en Roumanie). C’était sans doute très drôle, en tout cas les gens rigolaient bien, mais comme nous ne comprenions rien, on s’est un peu fait ch... La deuxième fois, c’était de mon plein gré et c’était pour aller voir Le prince Igor de Borodine (et Rimski Korsakov). Avec La Kovantchina de Moussorgsky, c’est le seul opéra que je veux bien écouter. Mais à ma manière. Je n’en ai enregistré que les parties orchestrales et/ou avec choeurs. Comme de toute façon je ne comprends rien au russe et que je me fout de l’histoire... ça me va très bien comme ça. Donc, j’avais emmené ma femme voir cet opéra, et elle a bien aimé. Surtout les ballets. Sur les danses polovtsiennes notamment. Que j’adore également. Mais musicalement seulement. Parce que moi, la danse...
Sinon, j’aime bien quelques pièces chantées, comme notamment Luonnotar, de Sibelius, qui est une pièce de toute beauté. Mais je ne peux l’entendre que chantée par Phyllis Bryn-Julson, dans l’interprétation avec le Scottish National Orchestra conduit par Alexander Gibson. Pourquoi seulement elle ? Sans doute parce que c’est la première que j’ai entendue et que c’est tout de suite avec elle que j’ai adoré ce morceau. Quand je l’ai écoutée chantée par une autre, j’ai détesté. Elle chantait comme la Castafiore, voilà. Alors que pas Phyllis Bryn-Julson (dont je ne connais rien d’autre que le nom et que je n’ai jamais entendue dans autre chose). Il y a un autre morceau qui possède des parties chantées et que j’aime bien, c’est L’amour sorcier, de Manuel de Falla. Mais là aussi, je ne peux le supporter que dans une seule interprétation, celle de Nati Mistral, que j’ai dans un enregistrement de 1967. Nati Mistral n’est pas une cantatrice d’opéra mais une actrice et chanteuse de flamenco, et justement, la première version de Falla était écrite pour orchestre de chambre et cantoara (chanteuse de flamenco). J’ai écouté le morceau chanté par des castaf... des cantatrices, et c’est pareil, je ne peux pas.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16485
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mar 30 Juin - 10:01

J'ai personnellement une préférence pour la musique instrumentale sur la musique vocale (à l'exception de la musique religieuse). J'ai déjà dit que mes premières émotions musicales l'ont été avec les symphonies de Beethoven vers les 13 ans, puis un peu plus tard j'ai "essayé" celles de Mozart et de Haydn.

Je premier opéra que j'ai écouté fut les Noces de Figaro lors de la retransmission du Festival d'Aix en Provence sur l'unique chaîne TV en noir et blanc. Je devais avoir 16 ou 17 ans. Je crois me souvenir que c'est la même année, ou peut-être l'année suivante qu'a été diffusé Don Giovanni, puis Cosi fan tutte, la Flûte enchantée. Les Noces ont eu un grand effet pour moi, surtout avec le personnage de Cherubin auquel je m'associais plus ou moins puisque j'avais à peu près le même âge que lui. C'est là aussi que j'ai connu la grande Teresa Stich-Randall, qui demeure toujours ma cantatrice préférée.

Grand amateur de Beethoven, le premier opéra que j'ai acheté en 33 tours fut évidemment son Fidelio, puis je suis passé à ceux de Mozart. Ce sont d'ailleurs les seuls (avec le Freischütz) que j'avais en 33 tours. Depuis, avec Internet, j'en ai beaucoup, et même que je n'ai pas encore écoutés.

Maintenant mes préférences opératiques demeurent celles de la période classique, ceux de Mozart évidemment mais aussi par exemple Salieri ou Cimarosa, plus les français de l'époque comme Grétry, Boieldieu, Méhul.

Je n'aime pas l'opéra baroque (Lully, Rameau), Verdi et le Bel Canto m'ennuient à part quelques exceptions comme la Traviata, l'opéra romantique français (Berlioz, Gounod, Massenet) m'ennuie également mais là aussi avec quelques exceptions comme Carmen, les Contes d'Hoffmann, Lalla-Rourke que je viens de découvrir. Je n'aime Wagner presque que pour les extraits symphoniques ou alors Le Vaisseau Fantôme... J'aime assez l'opéra russe à cause de ses choeurs plus ou moins folkloriques.

Au total, chez moi, l'opéra (sauf Mozart) ne vient qu'après : la musique symphonique, la musique de chambre, la musique religieuse.


Dernière édition par joachim le Mar 30 Juin - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11188
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mar 30 Juin - 10:26


Joachim, peut-on dire alors que Les Noces de Figaro fut l'opéra-déclic, l'opéra qui te fit vraiment aimer l'opéra, et par conséquent ton opéra fétiche? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5911
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mar 30 Juin - 10:56

Je n'ai pas lu dans le détail vos interventions … le temps est compté maintenant avant le mariage de mon fils et plus on veut faire simple, plus cela demande du temps … je prends cependant quelques minutes pour répondre à la question d'Icare.

Je crois que ma passion pour l'opéra est née pendant mon enfance bercée par la musique "populaire" dont mes parents raffolaient.  C'étaient de très bons danseurs et ils nous ont toujours entraînées ma jeune sœur et moi dans les bals de village d'autrefois.  Ils aimaient également tout particulièrement Luis Mariano et nous avons vu toutes ses opérettes au petit cinéma du village voisin.  

A l'adolescence, j'ai reçu une petite radio transistor et, par hasard sans doute, je suis arrivée un jour sur une station qui proposait "La Belle Hélène" d'Offenbach sous forme de feuilleton hebdomadaire.  Je suis tout de suite tombée sous le charme de la musique de ce compositeur qui reste l'un de mes préférés.  

Jeune mariée, nous avons avec mon mari partagé nos goûts pour la chanson française jusqu'à ce que je rencontre dans le cadre du bénévolat que nous faisions auprès de personnes handicapées, un monsieur passionné d'opéra et plus particulièrement de Wagner.  Malgré toutes les limites qui l'habitaient, il a réussi à m'introduire progressivement à sa passion … par l'opéra italien.  Sans doute avait-il deviné que mon tempérament se prêtait moins bien à l'allemand avec lequel j'ai encore assez bien de mal aujourd'hui.
Le premier opéra qu'il m'a fait écouté était "La favorite" de Donizetti, version italienne, avec Giulietta Simionato et Ettore Bastianini … c'était parti pour le Bel Canto !  Le second opéra qu'il m'a présenté était le très connu mais magnifique "Nabucco" de Verdi … la suite, je l'ai un peu oubliée mais très vite, j'ai cherché à VOIR ces opéras sur scène et je suis arrivée à Liège en 1983, avec "Aïda" de Verdi comme premier opéra.
Après 2 ou 3 saisons, pendant lesquelles avec une amie, nous sommes allées voir un ou deux opéras, nous avons sauté le pas et pris un abonnement.  Côté finances, ce n'était pas évident mais c'était surtout un choix de priorité dans les loisirs ; encore aujourd'hui, pour mon mari et moi, la musique remplace très souvent les vacances.

Une grande joie pour moi est d'avoir pu faire découvrir à beaucoup dont des très jeunes parfois cet art du chant et du théâtre combinés.  L'Opéra de Liège présente l'avantage d'offrir des places à des prix intéressants … il n'a certes pas l'aura des grandes maisons d'opéra mais son public y est fidèle, chaleureux et connaisseur.  Voilà maintenant plus de 30 ans que j'y ai vécu de merveilleux moments d'émotion et de passion … les moins bons moments, on les oublie forcément !

Côté CD ou DVD, je n'ai jamais été très attirée, même si j'en possède une belle collection mais, comme déjà partagé sur un autre sujet, j'écoute rarement un opéra tel que.  Généralement, cela m'accompagne quand je travaille à la maison ou quand je circule en voiture, en train.
Pour moi, l'opéra, c'est du chant et du théâtre et sans les ors du théâtre, l'écoute et la vision scénique je profite nettement moins de la pièce chantée.
Icare, j'ai la même version d'extraits du "Barbier" de Rossini … c'est aussi je crois l'un de mes premiers CD avec  le "Rigoletto" de Cappuccilli et la "Mireille" de Plasson (ces deux derniers étaient des vinyles en fait).

Grâce à l'opéra et à ce forum, je suis venue petit à petit à la musique classique mais cet art uniquement musical ne m'apportera jamais je crois toute l'émotion, la passion, l'énergie que me procure encore et toujours l'opéra et plus particulièrement le Bel Canto !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16485
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mar 30 Juin - 11:12

Icare a écrit:

Joachim, peut-on dire alors que Les Noces de Figaro fut l'opéra-déclic, l'opéra qui te fit vraiment aimer l'opéra, et par conséquent ton opéra fétiche? Very Happy

Tu as répondu avant que j' ai terminé mon message (j'ai été interrompu) Laughing

A ta question, oui, les Noces de Figaro - et Don Giovanni que je place à égalité - sont mes opéras fétiches, et Gabriel Bacquier et Teresa Stich-Randall mes chanteurs fétiches qui m'ont fait découvrir l'opéra Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3358
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mar 30 Juin - 22:34

L'Opéra, je connais très peu en réalité mais j'aimerais le connaître mieux, apparemment le temps n'est pas encore venu pour moi d'y aller, mais c'est un projet.
Mon premier souvenir date de mon enfance, la seule et unique fois où nous avons été voir un spectacle avec nos parents : "Le Pays du sourire" (comme Henri !) opérette de F. Lehar, les paroles et les mélodies me trottent encore toujours dans la tête ! Après cela, je n'ai vu que quelques comédies musicales comme l'Homme de la Mancha avec Jacques Brel et quelques opéras à la télévision ( La flûte enchantée, Don Juan, et quelques autres) , beaux moments qui m'ont donné l'envie d'y aller vivre cela en direct mais je n'y suis arrivée qu'une seule fois l'année dernière à la Monnaie pour "Au Monde", opéra contemporain de Ph. Boesmans, expérience que j'aimerais renouveler mais apparemment je ne trouve pas le temps. Peut-être que mon caractère casanier participe de cette inertie ? Ou alors, la musique en général me comble déjà suffisamment, même écoutée sur ma mini-chaîne ? Il y a d'autre facteurs aussi qui peuvent jouer les épouvantails comme la durée des opéras, 3-4 heures de spectacle ; le prix des places ...
Je ne pourrais pas non plus assister à un opéra si je ne comprends rien à l'histoire, il me faut le texte, ou le livret avant de voir l'opéra, je ne sais pas si c'est toujours le cas qu'il soit disponible ?
Malgré tout, mon projet reste en attente, je n'y ai pas encore renoncé, j'aimerais beaucoup voir Fidélio, Otello, Nabucco par exemple !
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6539
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mar 30 Juin - 23:20

laudec a écrit:

Je ne pourrais pas non plus assister à un opéra si je ne comprends rien à l'histoire, il me faut le texte, ou le livret avant de voir l'opéra, je ne sais pas si c'est toujours le cas qu'il soit disponible ?
!

Je ne dois pas m'avancer beaucoup en supposant qu'en Belgique, comme maintenant dans toutes les salles importantes, le texte chanté défile dans, souvent, deux traductions au dessus de la scène... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5911
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mer 1 Juil - 9:25

Jean a écrit:
laudec a écrit:
 
Je ne pourrais pas non plus assister à un opéra si je ne comprends rien à l'histoire, il me faut le texte, ou le livret avant de voir l'opéra, je ne sais pas si c'est toujours le cas qu'il soit disponible ?
 !

Je ne dois pas m'avancer beaucoup en supposant qu'en Belgique, comme maintenant dans toutes les salles importantes, le texte chanté défile dans, souvent, deux traductions  au dessus de la scène... Wink

A Liège, oui ... à la Monnaie de Bruxelles, je dirais que non.
Ceci dit, je lis très peu souvent les surtitres, même si je ne connais pas très bien l'histoire : je trouve que cela détourne assez bien l'attention de la scène. En général, si c'est un opéra nouveau pour moi, je lis brièvement le programme avant le début et puis je me laisse guider par la musique, le chant et l'art scénique des interprètes.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11188
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mer 1 Juil - 9:57

Bel Canto a écrit:
En général, si c'est un opéra nouveau pour moi, je lis brièvement le programme avant le début et puis je me laisse guider par la musique, le chant et l'art scénique des interprètes.

C'est ce que j'aurais tendance à faire aussi. Tant pis pour le texte car ce que mon oeil va privilégier d'emblée lorsque l'opéra démarre, c'est l'art scénique, ce qui va se passer sur la scène, les mouvements des acteurs/chanteurs, etc... Quant à mon oreille, on sait déjà... Laughing Où alors, il faudrait que l'oeil gauche puisse se désolidariser de l'oeil droit, que l'un regarde la scène pendant que l'autre lit le texte, afin de ne pas en perdre une miette.


Dernière édition par Icare le Mer 22 Juil - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3358
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mer 1 Juil - 10:44

Jean a écrit:
Je ne dois pas m'avancer beaucoup en supposant qu'en Belgique, comme maintenant dans toutes les salles importantes, le texte chanté défile dans, souvent, deux traductions au dessus de la scène...

"L'idéal" pour moi serait d'avoir pu lire le livret ou un résumé de l'histoire avant d'y aller, plus un surtitrage pour pouvoir jeter un œil à certains moments sans devoir désolidariser mes deux yeux Hehe
bref, assister à un opéra me demande une préparation et une disponibilité que j'ai du mal à pouvoir rassembler en un seul lieu... Peut-être que le fait de prendre un abonnement annuel pourrait m'aider à trouver l'élan nécessaire ... j'y pense pour l'a-venir Wink
Ceci dit j'aime beaucoup écouter et ré-écouter certains chants mythiques qui me ravissent totalement comme le Chant des esclaves ou Lascia ch'io pianga ou Song of the moon (Rusalka) ou Ombra mai fu (Serse) ...
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6539
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Mer 1 Juil - 11:08

Je suis bien comme vous! Wink ...C'est aussi le problème des films en VO quand on ne connais pas la langue originale ...à moins que dans l'histoire les personnages soient tous des taiseux!!
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 10 Sep - 18:07

En ce qui me concerne l'opéra est ce qui est venu dernier. Ca a d'abord été les oeuvres seules pour piano et orgue, et ensuite le "classique" dans tout ce que cela comporte de généralités (symphonies, trio, etc...). C'est à peu près vers 20 ans que j'ai commencé à écouter plus d'opéras, en particulier les "tubes" parce que de manière générale (à quelques exceptions près) un opéra dans son intégralité m'emmerde assez vite.

Ma préférence va nettement pour l'opéra italien et le bel canto. J'écoute rarement les opéras allemands. J'aime quelques opéras russes mais sans plus. 90% de ce que j'écoute en opéra c'est italien et du bel canto.

Par contre, j'aime beaucoup les opérettes même si c'est plus léger. J'adore Offenbach par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 10 Sep - 21:00

Pareil que Snoopy, l'opéra est venu en dernier. J'en avais l'idée que de "cris" et de femmes un peu folles et délurées, avant de me rendre moi même à l'opéra, dès que cela fut possible. Avant, je n'en avais pas eu l'occasion.

Dès mon premier opéra, j'ai découvert, j'ai aimé, j'ai été impressionnée. Puis mon grand coup de coeur a été Turandot de Puccini. Depuis, je peux dire que j'adore certains opéras. Car, c'est de dur de dire si on aime ou non, cela dépend trop des compositeurs et des époques.

Je me suis ennuyée sur un soi disons fabuleux Orféo de Monterverdi. Les goûts et les couleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 10 Sep - 21:55

Ben dis donc! Commencer l'opéra avec Puccini et aimer ensuite tient du miracle!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11188
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Ven 1 Sep - 23:14

Je m'étonne toujours d'aimer l'opéra sans comprendre l'opéra que je suis en train d'écouter. Je m'explique . En fait, je me suis sûrement déjà expliqué sur ce phénomène, quelque-part sur ce topic que j'ai moi-même ouvert. Aujourd'hui, j'ai écouté deux opéras contemporains; un que je connais déjà depuis quelques années, OS DIAS LEVANTADOS d'Antonio Pinho Vargas et un autre que je viens d'écouter pour la première fois d'un compositeur qui m'est cher: DIE BASSARIDEN de Hans Werner Henze. En réalité, je m'étonne toujours d'aimer l'opéra sans rien saisir de son sujet, en langue étrangère, et sans en apprécier la mise en scène ni les décors, puisque, généralement, dans une écoute audio. Je ne suis pas certain que l'intrigue de Die Bassariden m'attire plus que ça si je juge par les photographies éditées sur le fascicule de mon cd. Nous remontons à Dyonisos et Pentheus. En revanche, les photographies de l'opéra de Pinho Vargas m'attirent davantage. Elles semblent révéler un drame contemporain, peut-être même futuriste. Le fascicule est tellement bien fourni, en espagnol, en portugais et en anglais, et je maîtrise tellement mal ces trois langues que j'ai, je l'avoue, la paresse de décortiquer. J'aimerais beaucoup mieux découvrir cette intrigue dans son contexte musical et chanté si possible en français. Le hic est qu'il s'agit d'opéras très peu connus et qu'il y a peu de chance qu'ils soient rejoués un jour dans ma langue natale. Je vais donc me prendre par les cornes...olé! dit le taureau...et décortiquer le fastidieux contenu de mon livret, entre l'espagnol, le portugais et l'anglais. Bon, je vois que ça parle quand même de guerre, d'insurrection, d'horizons tumultueux, de liberté, de meurtres, bref de plein de choses rigolottes...Tout un programme...néanmoins, et c'est le plus important, cela ne gâche même pas mon plaisir d'écoute, comme transporté par la dimension dramatique de la musique et des voix. C'est également vrai pour l'opéra de Henze. 71 et 79 minutes d'écoute et complètement pris par le souffle dramatique de l'oeuvre, sans rien comprendre à l'intrigue. C'est juste l'impression de manquer une partie malgré tout essentielle de ces deux opéras, comme pour beaucoup d'autres qui jalonnent ma cédéthèque, tous contemporains.
Revenir en haut Aller en bas
jluc

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 56
Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 7 Sep - 0:49

Ce qui fait que je n'accroche pas trop sur l'opéra, que je connais mal, c'est quelque part le manque de lien entre toutes les parties musicales. Certes il faut surement mieux le voir/entendre que l'entendre juste ,d'ailleurs cela n'a peut être pas de sens, mais pour moi c'est comme si chaque scène ou chaque tableau s'arrêtait pour partir sur un nouveau sans tenir compte de ce que se passait précédemment, mais je le répètes je connais mal.

Bref, j'essai un opéra de Vivaldi en ce moment et musicalement j'aime bcp.

En revanche, les voix j'aime vraiment bcp quand elles se marient à la musique dans une certaine continuité de thèmes...
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5911
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 7 Sep - 9:58

jluc a écrit:
Ce qui fait que je n'accroche pas trop sur l'opéra, que je connais mal, c'est quelque part le manque de lien entre toutes les parties musicales. Certes il faut surement mieux le voir/entendre que l'entendre juste ,d'ailleurs cela n'a peut être pas de sens, mais pour moi c'est comme si chaque scène ou chaque tableau s'arrêtait pour partir sur un nouveau sans tenir compte de ce que se passait précédemment, mais je le répètes je connais mal.

Bref, j'essai un opéra de Vivaldi en ce moment et musicalement j'aime bcp.

En revanche, les voix j'aime vraiment bcp quand elles se marient à la musique dans une certaine continuité de thèmes...

Peux-tu expliquer un peu plus "le manque de lien entre toutes les parties musicales" ?
Je ne vois pas bien ce que tu veux dire ... il est vrai que beaucoup de livrets d'opéra sont assez brouillons mais c'est justement parce qu'ils sont adaptés à la musique qui elle est beaucoup plus souvent cohérente.
Ceci dit selon les périodes, il y a des "codes" d'écriture ; les chanteurs ont aussi beaucoup influencé les compositions par l'écriture d'un air leur convenant ou par le retrait d'un air ne leur plaisant pas. Nombreux opéras ont également dus être modifiés en raison de la censure ... Verdi en a souvent fait les frais !

"les voix j'aime vraiment bcp quand elles se marient à la musique dans une certaine continuité de thèmes"
Un opéra qui me vient à l'esprit en te lisant est 'Carmen' que je viens de réentendre dernièrement en compétition "chef d'orchestre" et cela m'a frappé. Sinon chez Verdi, c'est assez fréquent et je dirais aussi chez Mozart mais de façon un peu différente ... le final à plusieurs voix est souvent un beau résumé de l'oeuvre !
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
jluc

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 56
Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 7 Sep - 22:14

Bel Canto a écrit:


Peux-tu expliquer un peu plus "le manque de lien entre toutes les parties musicales" ?!

Bonjour

Comme je l'ai dit je ne suis pas du tout un expert d'opéra, et mon rapport à la musique est juste passionnel et émotionnel et si j'essaie de traduire ce que je ressens avec un opéra serait : pas grand chose, car ca ne m'embarque pas, je ne trouve pas un fil conducteur qui me fasse attendre, haleter, espérer, rêver....mais c'est normal car le scénario est déjà écrit.

Peut être que je suis trop "égoïste" et que je préfère me fabriquer mes propres rêves.

C'est plus clair :)

Mais j'écoute en ce moment Vivaldi, Il furioso, L'olimpiade - Gemo in pinto e fremo, c'est sublime

jean luc
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5911
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 7 Sep - 22:35

Je ne suis pas spécialiste non plus, simplement passionnée depuis plus de 30 ans alors forcément on devient un peu connaisseur mais il en est en opéra comme dans tout art ... si on ne ressent pas d'émotion, on aimera rarement.
C'est un ami qui m'a amené à l'opéra, même si le terrain avait été déblayé par mes parents avec l'opérette ; j'étais allée seule ensuite de l'opérette à Offenbach et c'est toujours deux genres qui m'apportent beaucoup de joie.
J'ai donc commencé par l'opéra à l'écoute et le bel canto s'est très vite imposé à moi mais je ne pense pas que j'aurais accroché si je n'étais pas rapidement passé au "entendre et voir" en me rendant à l'opéra régulièrement.
C'est un vrai bonheur pour moi à chaque fois ... même si c'est un opéra que j'aime moins, si le(s) soliste(s) ne sont pas à la hauteur ou la mise en scène (ce qui est le plus fréquent Hehe ).
Je te souhaite bien du plaisir en musique !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2594
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Jeu 7 Sep - 23:42

Snoopy a écrit:
En ce qui me concerne l'opéra est ce qui est venu dernier. Ca a d'abord été les oeuvres seules pour piano et orgue, et ensuite le "classique" dans tout ce que cela comporte de généralités (symphonies, trio, etc...). C'est à peu près vers 20 ans que j'ai commencé à écouter plus d'opéras, en particulier les "tubes" parce que de manière générale (à quelques exceptions près) un opéra dans son intégralité m'emmerde assez vite.

Ma préférence va nettement pour l'opéra italien et le bel canto. J'écoute rarement les opéras allemands. J'aime quelques opéras russes mais sans plus. 90% de ce que j'écoute en opéra c'est italien et du bel canto.

Par contre, j'aime beaucoup les opérettes même si c'est plus léger. J'adore Offenbach par exemple.

Complètement d'accord avec lui ! Wink
Je me suis intéressée aux opéras encore plus tard..., uniquement parce que j'adore Mozart (dont j'écoutais tout de lui, donc les opéras), et puis mon mari aime les très belles voix . 
En fait, j'étais trop prise par ma vie de jeune femme, et ça me passait au-dessus de la tête.
Comme je l'ai souvent dit, quand je suis devenue consultante , donc en télé-travail, j'ai voulu m'abonner à TOUTES les chaînes musicales et j'ai fait une "cure" d'opéras pour rattraper le retard ! Déroutée par des mises en scène modernes (pas toujours !), découvertes sensationnelles. Préférence absolue pour tous les opéras de Mozart (tout est génial !), et puis les italiens,certes (Rossini, Puccini, Donizetti...), mais n'oublions quand même pas les opéras baroques, nom de Zeus ... dont Haendel ...
Comme Snoopy, j'adore les opérettes..., et effectivement moins les opéras russes (toujours un peu violents, sur des thèmes très pathos, et la guerre etc..). 
J'oubliais, Ludwig excuse-moi !  Hehe, ce "Fidélio" unique et magnifique, tant dans l'esprit (très "libertaire" et féministe !), que dans la musique. Un chef d'oeuvre de Beethoven , que j'ai eu la chance d'entendre en direct de la Scala de Milan, direction Daniel Barenboim dont c'était la dernière prestation avant son changement de vie vers Berlin (décembre 2014 de mémoire). 



Jean-Luc a écrit:
j'essai un opéra de Vivaldi en ce moment et musicalement j'aime bcp.

C'est quoi, Jean-Luc, cet opéra ? 
Revenir en haut Aller en bas
jluc

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 56
Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Ven 8 Sep - 0:40

Anouchka a écrit:


C'est quoi, Jean-Luc, cet opéra ? 

Un ami m'a prêté cet album, une sorte de "compilation" pour commencer à découvrir les opéras de Vivaldi.

C'est cet album la :https://www.amazon.fr/Vivaldi-Furioso-Ensemble-Matheus/dp/B000H0MGZA

Donc je découvre petit à petit et il y a un opéra qui se nomme "Olando Furioso" avec lequel j'accroche bien, j'ai d'abord découvert les morceaux au travers de l'album puis je commence à écouter l'opéra en entier sur youtube avant d'acheter, mais bon il faut du temps devant soi :)
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2594
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   Sam 9 Sep - 17:04

J'ai vu une belle version d'"Orlando Furioso" il y a quelques années, mais je ne me souviens plus très bien. Globalement, que j'avais surtout aimé la musique, pas la mise en scène, et que toutes ces histoires de mythologies sont parfois un peu fatigantes...  Hehe

J'oubliais dans mon précédent message de citer Verdi, évidemment magnifique.. "Rigoletto" et "La Traviata" sont "incontournables" pour les amateurs d'opéras ! Par contre, je n'aime pas tout chez Verdi.., je trouve que certains opéras ont un peu "vieilli" et parfois un peu grandiloquents.
Quant à Wagner, autre vaste sujet ..., j'en ai parlé sur d'autres fils... : Ce n'est pas compliqué, c'est Jonas Kaufmann qui m'a fait adorer et découvrir "Lohengrin" et "Parsifal", en plus sur de belles mises en scène. J'ai énormément adhéré à l'intrigue de ces deux opéras relativement "mystiques". Et bien sûr "Les maîtres chanteurs de Nüremberg", très drôle et que j'ai vu sur une mise en scène d'époque parfaitement réussie : Une vraie pièce de théâtre avec plein de rebondissements...
Après, la "tétralogie" etc.., ça m'ennuie relativement..., je trouve cela d'une longueur assez insupportable (pour moi), la musique souvent assez lourde.., et je n'ai encore jamais vu de mise en scène "convaincante"...

C'est compliqué l'opéra.. On peut détester ou adorer, et puis cela peut varier suivant les productions.. Et il faut le temps !  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce qui nous a fait aimer l'opéra...ou non?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: