Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Luigi Boccherini (1743-1805)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
steph-w

steph-w

Nombre de messages : 349
Age : 58
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Mar 30 Jan - 20:26

Eh, Joachim, j'aime beaucoup, moi aussi, les quintettes de Boccherini!Hehe

Ceux-là, je ne les connais pas, merci.

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18378
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Sam 3 Fév - 19:40

Une belle interprétation de la Musica notturna delle strate di Madrid (dit aussi en français "Nuit de garde à Madrid"), qui est une orchestration du quintette op 30 n° 6. Ce quintette, avec "La Volière" op 11 n° 6, et aussi le fameux Fandango avec castagnettes, est une des rares incursions de Boccherini dans la musique descriptive.



https://www.youtube.com/watch?v=8dmWAve3Pvk

Voici, tant que j'y suis, le fandango extrait du quintette avec guitare G 448

https://www.youtube.com/watch?v=6CEJkj34fbU
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

Cyrano

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Sam 24 Fév - 22:06

Le strade de Madrid, on le joue souvent sur ma station de radio préférée. J'adore. On écrit que Boccherini l'a faite après qu'il était renvoyé hors d'Espagne, à la suite de cet épisode dont il est question dans la biographie par lequel commence ce thread. Je ne sais si les rues de Madrid soient aussi agréables au jour d'hui que du temps de Boccherini, mais à écouter cette pièce, on sent la nostalgie qu'il a dû éprouver après en être banni. Heureux ceux qui sont capables d'exprimer leur tristesse de cette manière!

Le menuet bien connu est une des premières pièces de musique classique que j'aie entendue et appréciée, étant tout petit. On nous battait toujours les oreilles avec Peter et le Loup, mais moi je n'aimais aucune histoire dans laquelle les loups jouaient un mauvais rôle. J'aimais trop les loups pour ça! Alors, je préférais d'autres musiques, et le bon Luigi était un des premiers que j'avais remarqué. En m'écoutant fredonner le menuet, j'ai même une fois créé une discussion avec deux institutrices, lesquelles étaient toutes deux convaincues que cette pièce était de Mozart. Et moi je prétendais que non. On a été demander l'avis au professeur de musique de l'académie, et lui me donnait raison, à moi. Je n'étais pas peu fier!
C'était pratique que ce menuet soit si façile à fredonner, et à reconnaître... Je n'aurais pas pu imposer ma connaissance aux deux institutrices imbues de leur supériorité intellectuelle sans cela...
Alors, au signore Luigi, je lui dois une fière chandelle pour toujours


Dernière édition par Cyrano le Dim 25 Fév - 19:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18378
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Dim 25 Fév - 9:49

Ah, elle est bien bonne, Cyrano

Je suppose que tu n'ignores pas que ce menuet est extrait du quintette à cordes opus 11 n° 5 (ou op 13 n° 5 dans une autre édition). Les autres mouvements ne sont pas mal non plus.

Le voici en entier (le menuet est à 12'30) :



https://www.youtube.com/watch?v=v6sIbG1K9-M&t=803s
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 4310
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Dim 25 Fév - 12:33

Un vrai régal ce quintette en entier Le menuet, si connu, je ne savais pas non plus l'attribuer à Boccherini, je ne l'oublierai plus
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

Cyrano

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Dim 25 Fév - 18:53

Merci monsieur Joachim (peste, comme vous êtes beau! enfin, je veux dire le Chevalier de Saint George... ça me frappe chaque fois)

C'est drôle, plus tard, après l'anecdote du temps de mon enfance, j'ai remarqué plus d'une fois que cette erreur est commise partout. Dès qu'on entend ce menuet, il y a toujours quelqu'un (au moins) de dire: "Ah, Mozart!" No
Et quand on leur répond: "non, Boccherini!" on vous regarde: "Qui? confused  Je pensais Mozart."
C'est qu'après tout, pour la plupart des gens ignorants de musique classique, il n'y a vraiment qu'un seul compositeur du 18ième siècle dont ils connaissent le nom, c'est Mozart. Et un menuet, encore...  C'est que pour bien des gens, Mozart, C'EST le 18ième siècle.

Nous avons bien de la chance, après tout, n'est-ce pas. Ils n'en ont qu'un seul, dont ils ne connaissent que des bribes, et encore, même pas toujours les siennes! Tandis que nous autres, nous n'avons que l'embarras du choix.

Nous sommes des privilégiés
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18378
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Dim 8 Juil - 12:13

Cyrano a écrit:
Merci monsieur Joachim (peste, comme vous êtes beau! enfin, je veux dire le Chevalier de Saint George... ça me frappe chaque fois)

Je n'avais pas encore vu ce gentil compliment de Cyrano Embarassed  Merci, cher ami Mains

Un aspect peu connu de Boccherini, ce sont ses quintettes pour hautbois (ou flûte) et cordes (opus 55). Courts (le plus long dure 11 minutes), et en deux mouvements, ils sont très agréables à écouter, surtout en version hautbois.





https://www.youtube.com/watch?v=clM_30w412w

https://www.youtube.com/watch?v=tWC8loVOqBk&list=PLIDxwJCpikQRjkrbhOoLcu8KVYvxW8FdR&index=2
Revenir en haut Aller en bas
Cyrano

Cyrano

Nombre de messages : 79
Age : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Dim 8 Juil - 16:43

joachim a écrit:
Je n'avais pas encore vu ce gentil compliment de Cyrano Embarassed  Merci, cher ami Mains
C'est fait avec plaisir.    Je suppose que vous n'êtes pas aussi beau en vrai, ne vous en faites pas: moi non plus... Comme je suis dessinateur, je suis amoureux de la beauté du corps humain, femmes et hommes. Il n'existe pas beaucoup de portraits de garçons noirs habillés à la mode du 18ième siècle: puisqu'à cette époque la civilisation Occidentale en était encore à l'esclavage... Je n'en connais que deux: celle de votre chevalier et d'un monsieur appelé Gustave Vassa, un écrivain et politicien Anglais, grand défenseur de la cause abolitioniste. Il est clair que cette élégante petite perruque bouclée ne sied pas seulement aux hommes blancs! Ca me fait penser au film "Amadeus", dans lequel l'acteur épatant Tom Hulce, dans le rôle de Mozart, se fait essayer des perruques et soupire: "Ah, c'est trop difficile, je ne sais choisir... elles sont si belles toutes! Que n'ai-je trois têtes!" (suivi par l'inoubliable éclat de rire) Laughing
Je suis sûr que dans un costume du temps de Mozart, même vous et moi serions beaux, ou du moins plus beau qu'en T-shirt et short, sur molières et chaussettes, comme j'en vois souvent par ce temps de canicule, des hommes qui ne semblent pas du tout se rendre compte que ça ne va pas ensemble et qu'ils ont l'air de clowns  Rolling Eyes   "
joachim a écrit:
Un aspect peu connu de Boccherini, ce sont ses quintettes pour hautbois (ou flûte) et cordes (opus 55). Courts (le plus long dure 11 minutes), et en deux mouvements, ils sont très agréables à écouter, surtout en version hautbois.
A mon regret, votre vidéo ne marche pas. Mais je la trouverai bien, en cherchant... Le hautbois, autre instrument délicieux à écouter! I love you  (à vrai dire, il n'y en a pas beaucoup qui ne le soient)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 12863
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Ven 15 Mar - 16:01


Je suis revenu ces derniers jours vers l'intégrale des Concertos pour violoncelle de Luigi Boccherini, toujours par Enrico Bronzi et l'"Accademia i Filarmonici di Verona". J'avais cette volonté d'en approfondir le contenu: je n'achète pas des cd pour ne les écouter qu'une fois, mais pour les écouter et réécouter autant de fois que j'en éprouve le besoin, afin de les connaître plus en détail. Ce fut payant car, même si ma première impression fut plutôt mitigée, l'envie de réécouter cette intégrale était bien vivante, fleurissait en moi. J'ai donc réécouté dans un premier temps les Concertos n°2 G 479, n°3 G 480, n°1 G 477, n°9 G 482, l'équivalent du premier cd. Ce fut bénéfique car j'ai mieux apprécié, sans ressentir le moindre ennui. J'en ai même remarqué un qui ne m'avait pas particulièrement séduit lors de la première approche; le N°9 G 482. L'"Andantino grazioso" (mouvement médium) est superbe. Lors de cette nouvelle écoute, j'ai mieux suivi le jeu du violoncelle, mieux capté certains détails qui se sont finalement avérés plaisants à mon oreille.

Suite à la seconde série de quatre concertos de Boccherini, je retiens notamment le second mouvement (Largo) du Concerto for Cello, 2 Oboes, 2 Horns and Strings in E flat N°12, ce qui ne diffère pas avec les écoutes précédentes. Je lui trouve un intérêt particulier, dans son développement, la poétique qui en émane...Je ne sais pas trop...C'est de ces rapports magiques qui existent entre la musique et moi sans que je puisse matérialiser l'émotion ressentie par des mots ou une quelconque analyse. Il est évident que le violoncelle possède un charisme extraordinaire. De cette nouvelle écoute, j'en tire une meilleure concentration sur celui-ci, l'ai suivi à la trace. Il me semble que c'est dans le troisième mouvement du même concerto où il prend un ton assez surprenant. Ca ne dure pas longtemps, peut-être un détail pour certains, mais chez moi l'effet est garanti. J'ai donc réécouté les N°12, N°8 G 478, N°6 G 475, N°10 G 483. Se joignent au violoncelle d'Enrico Bronzi, deux hautbois et deux cors. La très bonne idée, c'est l'apport des deux hautbois car voilà un autre instrument que j'aime énormément et qui mériterait bien son fil. Et il l'aura, promis juré! Il fait un malheur chez J. S. Bach, notamment dans ses cantates, un peu moins chez Boccherini, mais quand même, lorsqu'il pointe le bout de son nez et qu'il s'associe au violoncelle, le charme opère. C'est particulièrement édifiant dans l'"Andante Lentarello" du N°10 G 483, autre mouvement lent qui a toute mon estime.

J'ai bien sûr réécouté, il y a peu, la dernière série de quatre concertos pour violoncelle de Luigi Boccherini, les N°5 G 474, N°11 G 573, N°7 G 476 et le N°4 G 481, toujours par Enrico Bronzi et l'"Accademia i Filarmonici di Verona". Un jour, j'essaierai d'autres interprétations. J'ai eu raison car cette nouvelle écoute m'a permis d'appréhender des éléments que je n'avais pas forcément entendus ou retenus la première fois que je les ai écoutés. Il me semble avoir été plus attentif au jeu du violoncelle, d'y avoir été bien plus sensible, de ne pas avoir été un peu freiné par le flot classique du débit musical et de ne pas avoir seulement apprécié les mouvements médiums. De cette dernière série, j'ai toujours une préférence pour le N°7 pour violoncelle, deux flûtes et cordes...En général, j'ai une préférence pour les mouvements lents mais, cette fois, quelques mouvements rapides m'ont réellement séduit, comme le troisième du N°7 et le premier du N°4.
Revenir en haut Aller en bas
steph-w

steph-w

Nombre de messages : 349
Age : 58
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   Ven 15 Mar - 16:17

Icare a écrit:
J'ai eu raison car cette nouvelle écoute m'a permis d'appréhender des éléments que je n'avais pas forcément entendus ou retenus la première fois que je les ai écoutés. Il me semble avoir été plus attentif au jeu du violoncelle, d'y avoir été bien plus sensible, ...
C'est souvent le cas: une nouvelle écoute, un peu plus d'attention, une autre interprétation, ... nous font remarquer des détails qui nous avaient échappé précédemment.
Et puis, plusieurs écoutes passées, on connaît l'oeuvre par coeur et on appréhende ces détails qui nous font de l'effet, on les attend et bonjour les frissons! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743-1805)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luigi Boccherini (1743-1805)
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: