Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Thomas CHILCOT (v. 1707-1766)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19461
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

Thomas CHILCOT (v. 1707-1766) Empty
MessageSujet: Thomas CHILCOT (v. 1707-1766)   Thomas CHILCOT (v. 1707-1766) EmptyDim 19 Avr - 20:14

Thomas Chilcot est un musicien anglais (né à Bath ? vers 1700 - mort à Bath le 24 novembre 1766). Il fut organiste de l'abbaye de Bath  de 1728 jusqu'à la fin de sa vie.

Thomas Chilcot "de Bath" est né dans l'Ouest de l'Angleterre (probablement à Bath, Somerset) entre 1700 et 1707. L'enregistrement de sa naissance, comme la plupart des autres documents de sa vie, sont maintenant perdus. Chilcot a été instruit à la Bath Charity School, dont le directeur, Henry Dixon, avait un vif intérêt pour la musique d'église. Le 6 Juillet 1721 Chilcot (probablement à 14 ans) était apprenti chez Josias Priest, qui était l'organiste de l'abbaye de Bath depuis 1714 - c'est apparemment la seule occasion où l'école a permis à un élève d'être apprenti chez un musicien.
A la mort de Priest, quatre ans plus tard, Chilcot est devenu organiste de l'abbaye à titre probatoire. A ce qui fut la conclusion de l'apprentissage de Chilcot, en 1728, la nomination a été rendue permanente. Comme musicien de ville à Bath, Chilcot a rapidement établi une relation remarquable avec de nombreuses familles nobles, par leur patronage et les abonnements à ses publications.
Il est aussi devenu un membre, et par la suite le Grand Maître, de la Royal Cumberland Lodge des francs-maçons. Il a également été parmi les membres fondateurs de la Royal Society of Musicians, fondée en 1738/1739.

En plus de son travail à l'abbaye, Chilcot a organisé et dirigé des concerts de chant choral (au cours desquels il a joué ses propres concertos) et semble également avoir géré une petite entreprise de location d'instrument.

Il a épousé Elizabeth Mills de Bath en 1729 et a eu sept enfants, dont quatre ont survécu. Après la mort d'Elizabeth, il a épousé Anne Wrey, un membre d'une éminente famille West Country (les baronnets de Wrey), en 1749.
Thomas et Anne sont représentés sur une tablette commémorative à l'église Tawstock, près de Barnstaple. Chilcot était actif dans la vie de concert de Bath, louait des instruments, était franc-maçon et membre fondateur de la Society of Musicians. Sa grande bibliothèque privée, comprenant une collection de manuscrits de Handel, fut vendue aux enchères en 1767 et à nouveau en 1774.

Chilcot est décédé subitement le 24 Novembre 1766 après avoir occupé un rôle très influent à Bath pendant quarante ans. Presque aucun avis public n'a été pris de sa mort et un désaccord sur la succession compliquée de Chilcot a signifié qu'aucun des arrangements complexes que le compositeur avait fait pour ses propres funérailles, comme procession, monument commémoratif et fiducies, n'a jamais été réalisé.
Parmi ses élèves se trouvait Thomas Linley.


Travaux

Sa musique publiée se compose de:

Six Suites of Lessons for the Harpsicord or Spinet (London, Wm Smith, 1734). Edition moderne chez Le Pupitre (Paris, Heugel & cie, 1981)

Twelve English Songs with their symphonies. The words by Shakespeare and other Celebrated Poets. (William Shakespeare, Christopher Marlowe, Anacreon, and Euripides)(London, John Johnson, [1744])

Six Concertos, for the Harpsichord (London, John Johnson, 1756) (dedicated to Lady Elizabeth Bathurst )

Six Concertos, for the Harpsichord (Bath, privately, 1765/1766)

Les 12 concertos sont des œuvres sophistiquées à grande échelle. Les premiers mouvements méticuleusement planifiés sont exprimés sous forme binaire (évoquant parfois des formes sonates), mais la relation entre solo et tutti ressemble à une forme ritornello. À l'instar des premières œuvres de Domenico Scarlatti, le premier ensemble de concertos est rempli de passages à la main, d'arpèges à plusieurs octaves et de figures sauteuses. La deuxième série est plus sobre et mature. Les mouvements lents sont de style galant: l'Adagio en ré mineur du cinquième concerto de la série de 1765, par exemple, a de longues mélodies coloratura sans perdre son sens de l'orientation. Des parties orchestrales ont été publiées pour les concertos de 1756 et un ensemble appartenant à William Boyce a été catalogué en 1928, mais toutes les copies sont maintenant perdues (à l'exception d'une seule partie de violon chez GB-Gm). La deuxième série de concertos devait être publiée au début des années 1760, mais ne l’a été réellement qu'au début de 1767, peu après la mort de Chilcot. La page de titre mentionne les «accompagnements», mais il n’est pas certain que des parties orchestrales aient jamais été jouées.

La musique inédite de Chilcot, dont au moins quatre hymnes, un Jubilate, un oratorio appelé Elfride et autres que le catalogue de la vente posthume décrit comme "ses plus beaux morceaux de musique ... jamais imprimé ou vendu", n'a pas survécu.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19461
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

Thomas CHILCOT (v. 1707-1766) Empty
MessageSujet: Re: Thomas CHILCOT (v. 1707-1766)   Thomas CHILCOT (v. 1707-1766) EmptyDim 1 Déc - 12:49

Je trouve que cette musique ressemble un peu à celle de K.P.E. Bach



https://www.youtube.com/watch?v=WUD3ganHRaA
Revenir en haut Aller en bas
 
Thomas CHILCOT (v. 1707-1766)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: