Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Raffaella (ou Vittoria?) ALEOTTI (v. 1575-v.1646)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Raffaella (ou Vittoria?) ALEOTTI (v. 1575-v.1646)   Ven 20 Mar - 15:22

Vittoria Aleotti (environ 1575 – après 1620), probablement la même personne que Raffaella Aleotti (environ 1570–après 1646), était une religieuse italienne augustine, une compositrice et une organiste.

Vittoria Aleotti naquit à Ferrare dans la famille de l'architecte Giovanni Battista Aleotti et fut mentionnée dans son testament écrit en 1631. Dans son enfance, elle entendit les leçons de musique données à une de ses sœurs aînées et, à l'âge de six ans, surprit son entourage par ses dons pour le clavecin, et aussi pour la voix.

Aleotti reçut ensuite l'enseignement d'Alessandro Milleville et Ercole Pasquini pendant deux ans, avant d'être envoyée à l'âge de 14 ans, sur le conseil de Pasquini, au couvent Augustin de Saint Vito, à Ferrare, réputé pour sa musique. Plus tard elle choisit de se consacrer au service religieux, et elle devint la supérieure du couvent de 1636 à 1639.

Aleotti est mentionnée dans le guide de Ferrare de M.A. Guarini (1621) pour son érudition musicale, et il cite également ses motets et madrigaux. Elle mit en musique de nombreux madrigaux de Giovanni Battista Guarini, que son père envoya au Comte del Zaffo, qui les fit imprimer à Venise par Giacomo Vincenti en 1593. Un autre recueil de motets fut imprimé par Amadino en 1593, devenant ainsi la première partition de musique sacrée composée par une femme à être imprimée.

Non seulement compositrice, elle était en outre organiste au couvent, et dirigeait une importante formation de musiciens et de chanteurs qui se produisaient en concert. Selon des écrits d'Ercole Bottrigari (écrivain contemporain) il s'agissait d'une des meilleures formations d'Italie.

Il est très probable que Vittoria fût son nom de naissance et Raffaella le nom qu'elle choisit en entrant dans les ordres. Il y a néanmoins controverse entre ceux qui pensent que Vittoria et Raffaella sont deux soeurs  différentes, alors que d'autres soutiennent qu'il s'agit de la même femme.

Cette confusion de l'identité découle de Giovanni, qui a établi l'édition pour Vittoria, dans son seul livre publié sur la musique. Il y suggère que, bien que sa fille aînée se préparait à devenir une religieuse en suivant une formation en musique, sa plus jeune fille, Vittoria, a entendu et a pris goût à la musique. Avec cette lecture, certains pensent que Vittoria et Raffaella sont deux femmes différentes. Pour étayer cette affirmation, beaucoup ont écrit qu'il était presque impossible et très improbable que la même femme puisse publier deux livres de musique différents sous deux noms différents. En outre, il est dit que Vittoria a confié l'édition de ses œuvres à son père, alors que Raffaella a pris l'entière responsabilité de la rédaction de son édition, insinuant ainsi les différences de chaque personnalité.

Il convient de noter que, après 1593, Vittoria n'a plus rien écrit de nouveau, alors que Raffaella a gagné une énorme renommée pour ses capacités musicales de se produire et diriger.

En 1591, Vittoria publia un seul madrigal (Di pallide viole), dans une anthologie musicale: Il Giardino de musici ferraresi. Deux ans plus tard, elle a mis la musique à huit poèmes de Giovanni Battista Guarini, que son père plus tard a envoyés au comte del Zaffo, et qui ont été imprimés à Venise par Giacomo Vincenti. Ce livre de madrigaux est intitulé Ghirlanda de Madrigali a quatro voci.

Dans la même année que Vittoria ait publié son livre de madrigaux, Raffaella a publié un livre de motets, imprimé par Amadino en 1593, Sacrae Cantiones quinque, septem, octo, et decem vocibus decantande, qui a été le premier livre sacré de la musique d'une femme à paraître à l'impression.


Œuvres retrouvées d'Aleotti

Raffaella a été reconnue pour ses compétences à l'orgue et également bien connue à jouer d'autres instruments comme le clavecin, le trombone, et autres instruments à vent. Elle a été sans relâche louée par Ercole Bottrigari comme ayant le talent et les compétences requises pour diriger un ensemble de vingt-trois religieuses; elle était aussi la Maestra au couvent jusqu'à sa mort. Raffaella aimait la musique complexe et utilisait souvent harmonie et dissonance pour rehausser le texte. Cependant, elle était parfois critiquée parce que certains pensaient que la musique étant devenue plus complexe en utilisant plus de voix, la sainteté de la musique a disparu et fait place au plaisir.

Motet: Angelus ad pastores ait (texte extrait de Luc 2:10-11)
Motet: Ego flos campi (a 7 vv), R. Aleotti
Il giardino de musici ferraresi (1591)
Sacrae cantiones quinque, septem, octo, & decem vocibus decantande (1593), Livre de Motets pour cinq, sept, huit et dix voix.
Ghirlanda de madrigali a quatro voci (1593). Livre de madrigaux à quatre voix.

https://www.youtube.com/watch?v=UvyNfD_g2JU&spfreload=10

Revenir en haut Aller en bas
 
Raffaella (ou Vittoria?) ALEOTTI (v. 1575-v.1646)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: