Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Sébastien LE CAMUS (1610-1677)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16377
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Sébastien LE CAMUS (1610-1677)   Dim 15 Mar - 11:31

Sébastien Le Camus (vers 1610 - 9 mars 1677), était un violoniste, théorbiste et compositeur français de la période baroque.

Sébastien Le Camus entre au service de Louis XIII vers 1640, et ensuite il a été intendant de la musique de Gaston d'Orléans de France (1648), le frère du roi. Il fut nommé en 1660 surintendant de la musique de la reine Marie-Thérèse après son mariage avec Louis XIV.
En 1661, après la mort de Louis Couperin, Le Camus et le gambiste Nicolas Hotman ont reçu le titre de "Ordinaire de la Chambre du Roi". Il fut également membre de la Grande Bande, ainsi que de la Petite Bande, orchestre formé par Jean-Baptiste Lully avec les meilleurs instrumentistes des Vingt-quatre Violons du Roi.

Jusqu'à sa mort en 1677, il a mené une vie de prospérité, collection de livres, peintures et instruments de musique. Il vivait avec sa maitresse Marthe Haincque de Saint-Jean, une chanteuse, pour laquelle il a quitté sa femme et son enfant, dans un grand appartement du Grand Arsenal.

Le Camus était l'un des compositeurs les plus prolifiques de la cour, une partie de ses 30 Airs de cour et Airs à boire ont été publiés entre 1656 et 1703 par la maison d'édition Ballard  dans des anthologies. Il n'a rien publié de son vivant. Seul son fils Charles Le Camus a publié, un an après la mort de son père, une collection de "32 airs à deux et trois parties" sur des poèmes de Philippe Quinault. L'art de Le Camus est une grande liberté dans le traitement de la mélodie dans la voix qui va souvent indépendamment de la ligne de basse chiffrée.

Liste des 32 Airs à deux et trois parties publiés en 1678 (ils sont donc à 1 ou 2 voix et basse continue)

Ah ! fuyons ce dangereux séjour
Ah ! Que vous estes heureux !
Amour, cruel Amour
Bois écarté, lieu solitaire
De toutes les beautez
Délices des étés : 2 voix
Des beaux jours du printemps
Forests, lieux écartez
Forêts solitaires et sombres
Fuyons cette rive charmante : 2 voix
Il n'est rien dans la vie
Iris, depuis que je vous aime
Je passais de tranquilles jours
Laissez durer la nuit
L'hiver comme l'été
Lorsque Tircis sût m'engager
Non il n'est pas en mon pouvoir : 2 voix
On n'ayme plus dans ces bocages
On n'entend rien dans ce bocage : 2 voix
Parmi le vert naissant
Pleurez, pleurez, mes yeux, pleurez
Quand l'amour veut finir
Que ces prés sont charmants et verts
Que j'ayme encore ce beau séjour
Que les jaloux transports
Que ma bergère est belle : 2 voix
Que ta voix divine me touche
Que vous flattez mes rêveries
Qu'une longue tiédeur ennuie
Un berger plus beau que le jour
Vous m'aimez, dites vous
Vous serez les témoins de mes vives douleurs


Autres, dans Recueils d'airs sérieux et à boire de différents auteurs pour l'année 1701, 1702, 1703 (Ballard) et autres recueils

A quoy pensiez-vous, Climène
Ah ! Quel malheur d'engager son coeur
Ah qui peut tranquillement attendre
Air servant de timbre à un cantique à 2 voix
Allez voir cet objet si charmant
Alors qu'auprès de vous je languis
Beau séjour, aimables bois
Beaux yeux en vous voyant si doux
Bien que ma douleur sois extrême
Bois escartez demeures sombres
Cessez jaloux regards
Chantez petits oiseaux
Climene vous voulez sçavoir
Contre mon gré, contre le vostre mesme : 2 voix
Cruel hyver, tu bannis en ces lieux
Dans les doux transports d'une flâne nouvelle
De ces lieux si charmants la beauté me déplaît
Depuis que j'aime hélas
Des pleurs que je repans
D'une secrète ardeur je brulois
Enfin vous revenez dans la saison nouvelle
Goutez les plaisirs les plus doux
Hélas! fut-il jamais un plus cruel tourment
Il bruslera jusques à mon trépas
Il faut l'aimer je ne puis m'en défendre
Il n'est rien d'égal à ma peine
Iris me paraissait si tendre et si fidèle
J'aime, je suis aimé
Je m'abandonne à vous
Je rêve nuit et jour
Je sais que mon amour
Je veux me plaindre de vos rigueurs
Jour bienheureux où je voyous Climène
L'aimable Iris s'en est allée
L'amour que j'ai pour vous
L'Amour trouble mon repos
Languiray le toujours
Le sens au coeur
Les dieux jaloux vont se venger
Madonte avec Damon
Ne doutez plus de l'objet de ma flame
Non non, on ne meurt point de douleur
Puis qu'elle veut ma mort cette ingrate Silvye : 2 voix
Quand l'amoureuse langueur
Quand on aime bien tendrement
Quand vos rigueurs m'ordonnèrent l'absence : 2 voix
Que ferois-je sans vous mon aymable musette
Qui craint dans les noeuds
Quoy? sans vous souvenir de moy
Si ce n'est par amour qu'est ce donc que le sens
Si c'est un bien que l'espérance
Si du triste récit de mon inquiétude
Sombres désertz, retraites de la nuit : 2 voix
Tesmoins de mon inquiétude : 2 voix
Tout le monde, Philis, dit que vos yeux sont doux
Tristes et dernier espoir des malheureux amans : 2 voix
Un malheureux amant accablé
Un pauvre amant soupiroit
Vieux habitants d'un innocent séjour
Vous estes dans le bel aage
Vous estes jeune, aimable
Vous m'aimez
Vous ne m'attirez point


https://www.youtube.com/watch?v=0rgNkzjv4Jo&spfreload=10

Revenir en haut Aller en bas
 
Sébastien LE CAMUS (1610-1677)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: