Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Guillaume IX de d'Aquitaine (ou de Poitiers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16714
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Guillaume IX de d'Aquitaine (ou de Poitiers)   Jeu 12 Fév - 9:21

Guillaume IX de Poitiers (en limousin, Guilhem IX de Peitieus), né le 22 octobre 1071, mort le 11 février 1127, surnommé depuis le xixe siècle le Troubadour, comte de Poitiers sous le nom de Guillaume IX et duc d'Aquitaine et de Gascogne de 1086 à sa mort. Il est également le premier poète connu en occitan.

La forme limousine de son prénom est Guilhem. Il succède à son père Guillaume VIII à l'âge de 15 ans, ce qui lui vaut le surnom de Guillaume le Jeune au début de son règne. Il est aussi le grand-père d'Aliénor d'Aquitaine.

Il continue à développer l'embryon d'organisation administrative de ses prédécesseurs, avec l'ajout d'un prévôt à Surgères en 1087 et la création d'agents forestiers. Il prend et détruit le château de Blaye au comte Guillaume V d'Angoulême, afin de réfréner les entreprises de celui-ci en Saintonge.

Ayant acquis des droits sur Toulouse par sa femme Philippe, il les fait valoir par les armes en prenant Toulouse en 1098. Guillaume le Troubadour rejoint la première Croisade, menée par Godefroy de Bouillon, après la chute de Jérusalem, en mars 1101. Il reste une année et demie en Orient, à combattre le plus souvent en Anatolie, où il est gravement battu deux fois.

Il est comte de Rouergue de 1110 à 1120.

Il s'empare de biens de l'Église en 1113 pour financer sa campagne contre Toulouse, et abandonne sa femme Philippe pour l'épouse de son vassal le vicomte de Châtellerault. Ces actes lui valent l'excommunication. Il marie néanmoins son fils Guillaume à la fille de sa maîtresse en 1121.

À la fin de sa vie, il participe à un épisode de la Reconquista : allié au roi de Castille et León, Alphonse le Batailleur, qui a épousé sa sœur Béatrice. De 1120 à 1123, ils guerroient pour la conquête du royaume de Valence, remportant notamment la bataille de Cutanda.

Guillaume IX de Poitiers marque surtout l'histoire comme homme de lettres, qui sait entretenir une des cours les plus raffinées d'Occident.

Il accueille à sa cour le barde Gallois Blédri ap Davidor, qui réintroduit sur le continent l'histoire de Tristan et Iseut.

Il est lui-même un poète, utilisant la langue d'Oc pour ses œuvres, poèmes mis en musique.

C'est le plus ancien poète médiéval, depuis saint Fortunat au vie siècle (qui réside longtemps à l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers), dont des œuvres en langue vulgaire, ni sacrées ni à la gloire de héros guerriers, soient conservées. Ses vers traitent le plus souvent des femmes, d'amour et de ses prouesses sexuelles. Sa poésie est parfois très crue (par exemple dans la chanson convenable, quand il demande à ses compagnons quel cheval il doit monter, d'Agnès ou d'Arsens) et peut même aller jusqu'à parler d'amour entre hommes[réf. nécessaire], reflet d' une époque où l'Église n'a qu'une emprise limitée sur la société[réf. nécessaire]. Considéré comme un des précurseurs de l'amour courtois (fin amor en occitan), il est l'un des modèles influents de l'art des troubadours, dont la poésie va devenir plus galante.

À son retour de croisade, il répudie sa femme et prend pour maîtresse une femme mariée, qu'il invoque comme muse dans ses poèmes sous le nom de Dangereuse (la Maubergeonne). Il évoque aussi la fondation d'un couvent, dont les nonnes seraient choisies parmi les plus belles femmes du comté. À la bataille de Cutanda, il aurait combattu avec le corps de sa maîtresse peint sur son bouclier.

Il évoque également la guerre et des conséquences qu'elle a eu pour lui : selon Orderic Vital, il raconte sa captivité en Orient de manière plaisante.

Il fait de grosses donations à l'Église, dont certaines pour la fondations de monastères. Il reconstruit le palais des comtes de Poitiers.


Oeuvres


Companho, farai un vers qu'er covinen
Compagno, non puesc mudar qu'eo no m'effrei
Companho, tant ai agutz d'avols conres (
Farai un vers de dreit nien
Farai un vers, pos mi sonelh
Ben vuelh que sapchon li pluzor
Pos vezem de novel florir
Farai chansoneta nueva
Molt jauzions mi prenc en amar
Ab la douzor del temps novel
Pos de chantar m'es pres talenz



Revenir en haut Aller en bas
 
Guillaume IX de d'Aquitaine (ou de Poitiers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: