Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Michele Carafa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16379
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Michele Carafa   Mar 3 Fév - 18:51

Michele Enrico Carafa, prince de Colobrano, (né le 28 novembre 1787 à Naples et mort le 26 juillet 1872 à Paris) est un compositeur italien du xixe siècle.

Second fils de Giovanni Carafa, prince de Colobrano et duc d'Alvito, Michele Enrico Carafa reçoit une solide éducation musicale. En 1802, il compose son premier opéra, Il Fantasma, qui est donné en 1805 dans le théâtre de son beau-père, le prince de Caramanico. En 1806, il s'installe à Paris, où il prend des leçons de composition de Luigi Cherubini et des leçons de piano de Friedrich Kalkbrenner.

Il est néanmoins mis en demeure par son père d'abandonner la musique pour la carrière des armes et devient lieutenant des hussards dans l'armée française. Fait prisonnier à Campotenese en 1806, il est libéré et participe à l'expédition de Sicile où il devient capitaine.

Rentré en 1808 à Naples, il épouse Antoinette d'Aubenton (ou Daubenton) et reprend ses études musicales sous la direction de Fenaroli. Toujours sous la pression paternelle, il suit Joachim Murat dans la campagne de Russie. Après la bataille d'Ostrovno, il est décoré de la Légion d'honneur par Napoléon Ier lui-même et fait baron du Royaume d'Italie.

La restauration des Bourbons de Naples entraîne la confiscation des biens des Carafa et la fin de la carrière militaire de Michele Enrico. En 1814, il donne au Teatro del Fondo Il Vascello d'occidente, puis en 1816 Gabriella di Vergy sur un livret d'Andrea Leone Tottola. L'œuvre remporte un succès égal à celui de l'Otello de Rossini, donné la même année dans le même théâtre.

Sa musique se caractérise par une certaine facilité dans les mélodies et une orchestration peu brillante, à une époque dominée par Rossini, Bellini, Auber, Halévy, dont il est par ailleurs l'ami. Consacré désormais comme compositeur d'opéra, il retourne en 1821 à Paris, où il triomphe avec Jeanne d'Arc à Orléans, puis Le Valet de Chambre en 1823.

Il achève à Venise sa carrière italienne avec Il Parìa et part s'installer définitivement à Paris où, malgré des échecs, il connaît le succès avec Masaniello (livret de Moreau et Lafortelle), repris 136 fois à l'Opéra-Comique. C'est là le sommet de sa carrière : la confrontation avec les œuvres de Rossini et de Donizetti ne se fait pas en sa faveur.

Il obtient la citoyenneté française en 1834. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts à l'institut au siège de Lesueur en 1837, et nommé directeur du Gymnase de musique militaire en 1838. De 1840 à 1858, il enseigne le contrepoint et la composition au Conservatoire de Paris. Sa dernière œuvre représentée est Thérèse, en 1838, alors qu'il se consacre déjà exclusivement à l'enseignement. Une de ses dernières contributions à l'Opéra est l'adaptation française de la Semiramide de Rossini, pour laquelle Rossini lui abandonne ses droits d'auteur en témoignage de leur longue amitié.

Atteint de paralysie en 1867, il meurt à Paris le 26 juillet 1872, à l'âge de 84 ans. Il est inhumé avec son épouse, Antoinette d'Aubenton et la mère de son épouse Victoire Douat, au cimetière Montmartre, 7e division, avenue des Carrières.

De son mariage avec Antoinette Daubenton, native de Bordeaux, il n'eut pas d'enfants, il adopta alors Michel Daubenton, neveu de son épouse.


Oeuvres


Opéras:

Il fantasma (1805, Teatro Principe Caramanico, Napoli)
Il prigioniero (1805, Napoli)
La musicomania (1806, Parigi)
Il vascello d’occidente (libretto: Andrea Leone Tottola, 14 giugno 1814 Teatro del Fondo, Napoli)
Mariti aprite gli occhi! ossia La gelosia corretta (libretto: Andrea Leone Tottola, 1815 Teatro dei Fiorentini, Napoli) – Neuburger Kammeroper Baviera, Germania 2011
Gabriella di Vergy (libretto: Andrea Leone Tottola, 3 luglio 1816 Teatro del Fondo, Napoli)
Ifigenia in Tauride (19 giugno 1817 Teatro San Carlo, Napoli)
Adele di Lusignano (27 settembre 1817 Teatro alla Scala, Milano)
Berenice in Siria (libretto: Andrea Leone Tottola, 29 luglio 1818 Teatro San Carlo, Napoli)
Elisabetta in Derbyshire ossia Il castello di Fotheringhay (26 dicembre 1818 Teatro La Fenice, Venezia)
Il sacrifizio d’Epito (26 dicembre 1819 Teatro La Fenice, Venezia)
I due Figaro ossia Il soggetto di una commedia (6 giugno 1820 Teatro alla Scala, Milano) – DVD Festival Rossini in Wildbad 2006
La festa di Bussone (28 giugno 1820 Teatro Ré, Milano)
Jeanne d'Arc à Orléans (10 marzo 1821 Opéra-Comique, Parigi)
La capricciosa ed il soldato ossia Un momento di lezione (26 dicembre 1821 Teatro Apollo, Roma)
Le solitaire (22 agosto 1822 Opéra-Comique, Parigi)
Eufemio di Messina (26 dicembre 1822 Teatro Argentina, Roma)
Abufar ossia La famiglia araba, libretto di Felice Romani (28 giugno 1823 Kärntnertortheater, Vienna con Carolina Ungher)
Le valet de chambre (16 settembre 1823 Opéra-Comique, Parigi)
Tamerlano (scritto 1823-24 per il Teatro San Carlo, Napoli)
L’auberge supposée (26 aprile 1824 Opéra-Comique, Parigi)
Il sonnambulo (13 novembre 1824 Teatro alla Scala, Milano)
La belle au bois dormant (2 marzo 1825 Théâtre de l’Opéra, Parigi)
Gl’italici e gl’indiani, melodramma in 2 atti (libretto: Andrea Leone Tottola, 4 ottobre 1825 Teatro San Carlo, Napoli) con Adelaide Tosi, Giovanni David e Luigi Lablache
Il paria (4 febbraio 1826 Teatro La Fenice, Venezia)
Sangarido (19 maggio 1827 Opéra-Comique, Parigi)
Les deux Figaro (22 agosto 1827 Théâtre Odéon, Parigi)
Masaniello ou Le pêcheur napolitain (27 dicembre 1827 Opéra-Comique, Parigi)
La violette (7 ottobre 1828 Opéra-Comique, Parigi) in collaborazione con Leborne
Jenny (26 settembre 1829 Opéra-Comique, Parigi)
Le nozze di Lammermoor (12 dicembre 1829 Théâtre-Italien, Parigi)
L'auberge d’Aury (11 maggio 1830 Opéra-Comique, Paris) in collaborazione con Hérold
La lure de l’hermite (11 agosto 1831 Opéra-Comique, Parigi)
La marquise de Brinvilliers (31 ottobre 1831 Opéra-Comique, Paris), in collaborazione con Auber, Batton, Berton, Blangini, Boieldieu, Cherubini, Hérold, Paër
La prison d’Edinbourg (20 luglio 1833 Opéra-Comique, Parigi)
La maison du rempart ou Une journée de la Fronde (7 novembre 1833 Opéra-Comique, Parigi)
La grande duchesse (16 novembre 1835 Opéra-Comique, Parigi)
Thérèse (26 settembre 1838 Opéra-Comique, Parigi)
Les premiers pas (15 novembre 1847 Opéra National de Paris, Parigi) in collaborazione con Adam, Auber, Halévy


Ballets:

Ackbar, Gran Mogul (1819)
L'Orgie (1831)
Nathalie ou la Laitière suisse (1833)
Arsène
Le Rossignol
Telemacco


Musique sacrée:

Cantates
Requiem
Stabat Mater
Missa de Gloria
Ave Verum pour ténor, choeur et orchestre
Ave Maria pour soprano et orchestre


Musique vocale

Il Natale di Giove, cantate (1802)
Achille e Deidamia, cantate (1802)
Calipso, cantate (1823)
Soeur Agnès ou la Religieuse (1840)


Musique instrumentale

3 Symphonies
Marche funèbre pour la translation des cendres de Napoleon
Autres pièces pour orchestre militaire
Pièces pour flûte et piano, hautbois et piano, clarinette et piano, basson et piano, cornet et piano
Pièces pour piano
Revenir en haut Aller en bas
 
Michele Carafa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: