Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Dietrich Buxtehude (1637-1707)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Mar 15 Aoû - 14:33

Dietrich Buxtehude — en danois Diderik Hansen Buxtehude — (né vers 1637, mort le  9 mai 1707 à Lübeck) est un musicien, compositeur et organiste allemand.

Les origines de Dietrich Buxtehude sont mal connues, même si différents témoignages permettent de privilégier la date de 1637 pour sa naissance. Il est également possible qu'il tienne son nom de la ville de Buxtehude, où il a pu naître, non loin de la capitale de l'orgue d'Europe du nord, Hambourg. Il est le fils de Johannes Buxtehude, organiste lui-même, sans doute né à Oldesloe, dans le Holstein, près du Danemark. Johannes Buxtehude fut vraisemblablement le titulaire de l'orgue de Saint-Marie d'Helsingborg (peut-être à partir de 1657 ou 1658) puis de Saint-Olaf d'Elseneur (à partir de 1660, avant de renoncer à son poste en 1672, et de s'installer à Lübeck, où il mourut en 1674. De la mère de Dietrich, on ne connaît que le prénom, Helle, et celui de son propre père, Jesper, ce qui pourrait indiquer une souche danoise.

L'éducation de Dietrich Buxtehude se déroule donc pour l'essentiel au Danemark, où il vit dès cinq ans. Outre de probables études classiques à la Lateinschule d'Elseneur, il étudie la musique, probablement sous la conduite de son père. Il assiste également au relevage de l'orgue de Saint-Olaf par Johann Lorentz, en 1649-1650, probable occasion d'un apprentissage de la facture d'orgue.

On ne sait rien de plus sur ses années de formation, sa scolarité à la Lateinschule s'étant probablement achevée à l'âge de dix-huit ans, en 1653. Tout juste peut-on émettre l'hypothèse qu'il se soit rendu à Copenhague, où la cour de Frédéric III est un des foyers musicaux les plus brillants d'Europe, et surtout où est établi Johann Lorentz le Jeune (1610-1693), l'un des organistes les plus réputés de son temps, titulaire de la Nikolaïkirche, et qui compte parmi les proches de Johannes Buxtehude. Il est également possible que Dietrich se soit rendu à Lübeck, auprès de Franz Tunder, ou encore à Hambourg, auprès de Heinrich Scheidemann (lui-même élève de Sweelinck), ce qui aurait été l'occasion d'une première rencontre avec Reinken.

Dietrich Buxtehude est nommé titulaire de Sainte-Marie de Helsingborg en 1657 ou 16584, dans une région ravagée par la guerre entre le Danemark et la Suède. En 1660, Buxtehude succède à l'organiste Claus Dengel, à Sainte-Marie d'Elseneur. Ses appointements passent de 75 à 200 thalers par an, nettement plus que les 125 thalers que gagne son père à Saint-Olaf. Dietrich Buxtehude réside avec ses parents, et voit sa réputation d'organiste grandir, il se lie d'amitié avec Marcus Meibom, fidèle de sa paroisse, et surtout humaniste renommé et historien de la musique.
En 1667, à la mort de l'organiste Franz Tunder, Buxtehude est retenu pour lui succéder comme titulaire de Sainte-Marie de Lübeck : il prend officiellement ses fonctions le 11 avril 1668. La vieille capitale hanséatique est une métropole commerçante d'importance, bien qu'une crise économique y sévisse alors. L'organiste est la principale figure musicale de la ville, et ses nouveaux revenus s'élèvent à 472 thalers, soit plus du double de son salaire à Elseneur. Son installation est rapide : il acquiert la nationalité lubeckoise le 23 juillet 1668 et le 3 août, il épouse une fille de son prédécesseur, Anna Margaretha, née en 1646, qui lui donnera sept filles entre 1669 et 1686.

Buxtehude cumule les fonctions d'organiste et d'administrateur de Sainte-Marie, l'église la plus importante de la ville. Sa qualité d'organiste comprend par ailleurs le déroulement musical des cérémonies, au grand-orgue et, pour certaines cérémonies, à un deuxième orgue situé dans la chapelle "de la danse macabre", dans le transept nord ; mais aussi l'entretien des instruments (et la commande de travaux d'importance en cas de nécessité) ; la direction d'un ensemble musical (sept musiciens appointés par la ville, trois par l'église, un organiste pour le positif) ; et la responsabilité sur l'école voisine de Sainte-Catherine, où un cantor dirige un ensemble vocal. Buxtehude reprend également les veillées musicales ou Abendmusiken initiées par son prédécesseur Franz Tunder, des concerts spirituels proches de l'oratorio, et leur donne une dimension nouvelle. Enfin, la bourgeoisie lubeckoise le sollicite pour composer des musiques destinées à des fêtes privées, à des mariages Cette activité intense semble toutefois avoir faibli avec les années, et le déclin économique de la ville.
Ce poste prestigieux est aussi l'occasion pour Buxtehude d'entretenir des relations avec les musiciens les plus réputés de son temps, comme Gustav Düben, titulaire de l'église allemande de Stockholm (et dédicataire des Membra Jesu nostri en 1680), et Johann Theile, élève de Schütz, qui séjourne à Lübeck entre 1671 et 1673, avant de s'établir à Hambourg comme Kappelmeister du duc Christian Albert jusqu'en 1685. La proximité de cette grande métropole est importante pour Buxtehude, qui s'y rend probablement assez souvent, et y fréquente, outre Theile, Reinken, titulaire de Sainte-Catherine avec lequel il entretient vraisemblablement une sincère amitié, Matthias Weckmann, titulaire de Saint-Jacques, ou encore Christoph Bernhard, cantor de Saint-Jean et director musices de la ville, de 1664 à 1674.

La réputation de Buxtehude lui permet de nouer d'autres amitiés fructueuses, en particulier avec le grand théoricien Andreas Werckmeister, et de susciter l'admiration de ses contemporains, comme Johann Pachelbel qui lui dédie son Hexachordum Apollinis en 1699. Buxtehude attire par ailleurs des élèves venus de toute l'Allemagne : Daniel Erich en 1675, Lovies Busbetzky en 1679, puis le talentueux Nicolaus Bruhns en 1682, Georg Dietrich Leyding en 1684, et d'autres encore. Le jeune Bach est probablement son élève le plus connu : en 1705, il se rend à pied d'Arnstadt à Lübeck (400 km), où il demeure trois mois, séjour dont on ne connaît pas les détails.

La succession de Buxtehude, qui n'a pas de fils et dont le meilleur élève, Bruhns, est mort prématurément en 1697, préoccupe le conseil de Lübeck qui, dès 1703, invite Johann Mattheson à venir faire acte de candidature. Ce dernier se rend à Lübeck accompagné de son jeune ami Georg Friedrich Haendel, en août 1703. C'est Mattheson qui relate que Buxtehude aurait exigé une clause matrimoniale : son successeur aurait ainsi dû se marier avec l'une des filles de Buxtehude, sans que l'on sache laquelle. Cette clause fut refusée par Mattheson et Haendel, à qui le poste aurait également été proposé, sans que rien n'autorise les interprétations qui ont été faites depuis de cet épisode. L'hypothèse de Philipp Spitta selon laquelle Buxtehude aurait offert au jeune Bach sa succession à la même condition ne se base ainsi sur aucune source, et rien ne vient appuyer la vision d'Albert Schweitzer pour qui "Mademoiselle Buxtehude n'avait ni les agréments de la jeunesse ni ceux de la beauté".

Toujours est-il que Buxtehude désigne pour son successeur Johann Christian Schieferdecker, qui vient s'établir dès la fin de l'année 1705. Dietrich Buxtehude meurt le 9 mai 1707, à soixante-dix ans, et est inhumé le 16 mai dans le caveau de l'église Sainte-Marie où reposent son père et ses quatre filles mortes prématurément. Schieferdecker est élu à sa succession par le conseil de Lübeck le 23 juin, et épouse bien la fille aînée de Buxtehude, Anna Margreta, de quatre ans plus âgée que lui, quelques semaines plus tard.


L'œuvre

Le catalogue des œuvres de Dietrich Buxtehude a été établi par Georg Karstädt en 197422. La numérotation BuxWV (Buxtehude-Werke-Verzeichnis) n'est pas effectué selon un ordre chronologique, mais par rubriques thématiques, puis par genre, et par ordre alphabétique ou par tonalité.


Œuvres vocales (1-135)

Cantates (1-112)

BuxWV 1 — Accedite gentes, accurite populi (authenticité douteuse)
BuxWV 2 — Afferte Domino gloriam honorem
BuxWV 3 — All solch dein Güt wir preisen
BuxWV 4 — Alles, was ihr tut mit Worten oder mit Werken
BuxWV 5 — Also hat Gott die Welt geliebet
BuxWV 6 — An filius non est Dei, fons gratiae salus rei
BuxWV 7 — Aperite mihi portas justitiae
BuxWV 8 — Att du, Jesu, will mig höra (authenticité douteuse)
BuxWV 9 — Bedenke, Mensch, das Ende, bedenke dienen Tod
BuxWV 10 — Befiehl dem Engel, daß er komm
BuxWV 11 — Canite Jesu nostro citharae, cymbala, organa
BuxWV 12 — Cantate Domino canticum novum
BuxWV 13 — Das neugeborne Kindelein, das herzeliebe Jesulein
BuxWV 14 — Dein edles Herz, der Liebe Thron
BuxWV 15 — Der Herr ist mit mir
BuxWV 16 — Dies ist der Tag (perdu)
BuxWV 17 — Dixit Dominus Domino meo
BuxWV 18 — Domine, salvum fac regem et exaudi nos
BuxWV 19 — Drei schöne Dinge sind
BuxWV 20 — Du Friedenfürst, Herr Jesu Christ
BuxWV 21 — Du Friedenfürst, Herr Jesu Christ
BuxWV 22 — Du Lebensfürst, Herr Jesu Christ
BuxWV 23 — Ecce nunc benedicite Domino
BuxWV 24 — Eins bitte ich vom Herrn
BuxWV 25 — Entreißt euch, meine Sinnen
BuxWV 26 — Erfreue dich, Erde! Du Himmel erschall!
BuxWV 27 — Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort
BuxWV 28 — Fallax mundus ornat vultus
BuxWV 29 — Frohlocket mit Händen
BuxWV 30 — Fürchtet euch nicht, siehe ich verkündige euch große Freude
BuxWV 31 — Fürwahr, er trug unsere Krankheit
BuxWV 32 — Gen Himmel zu dem Vater mein
BuxWV 33 — Gott fähret auf mit Jauchzen
BuxWV 34 — Gott hilf mir, denn das Wasser geht mit bis an die Seele
BuxWV 35 — Herr, auf dich traue ich
BuxWV 36 — Herr, ich lasse dich nicht
BuxWV 37 — Herr, nun läßt du deinen Diener in Frieden fahren
BuxWV 38 — Herr, wenn ich nur dich hab
BuxWV 39 — Herr, wenn ich nur dich habe
BuxWV 40 — Herren var Gud - Der Herr erhöre dich
BuxWV 41 — Herzlich lieb hab ich dich, o Herr
BuxWV 42 — Herzlich tut mich verlangen
BuxWV 43 — Heut triumphieret Gottes Sohn (authenticité douteuse)
BuxWV 44 — Ich bin die Auferstehung und das Leben
BuxWV 45 — Ich bin eine Blume zu Saron
BuxWV 46 — Ich habe Lust abzuscheiden
BuxWV 47 — Ich habe Lust abzuscheiden
BuxWV 48 — Ich halte es dafür, daß dieser Zeit Leiden der Herrlichkeit nicht wert sei
BuxWV 49 — Ich sprach in meinem Herzen
BuxWV 50 — Ich suchte des Nachts in meinem Bette
BuxWV 51 — Ihr lieben Christen, freut euch nun
BuxWV 52 — In dulci jubilo, nun singet und seid froh!
BuxWV 53 — In te, Domine, speravi. Non confundat in aeternum
BuxWV 54 — Ist est recht, daß man dem Kaiser Zinse gebe oder nicht?
BuxWV 55 — Je höher du bist, je mehr dich demütige
BuxWV 56 — Jesu dulcis memoria
BuxWV 57 — Jesu dulcis memoria
BuxWV 58 — Jesu komm mein Trost und Lachen
BuxWV 59 — Jesu meine Freud und Lust
BuxWV 60 — Jesu meine Freude, meines Herzens Weide
BuxWV 61 — Jesu, meiner Freuden Meister
BuxWV 62 — Jesu, meines Lebens Leben
BuxWV 63 — Jesulein, du Tausendschön, Blümlein aus dem Himmelsgarten
BuxWV 64 — Jubilate Domino, omnis terra
BuxWV 65 — Klinget mit Freuden, ihr klaron Klarinen
BuxWV 66 — Kommst du, Licht der Heiden
BuxWV 67 — Lauda anima mea Dominum
BuxWV 68 — Lauda Sion Salvatorem
BuxWV 69 — Laudate pueri, Dominum, laudate nomen Domini
BuxWV 70 — Liebster, meine Seele saget mit durchaus verliebtem Sinn
BuxWV 71 — Lobe den Herrn, meine Seele
BuxWV 72 — Mein Gemüt erfreuet sich
BuxWV 73 — Mein Herz ist bereit, Gott, daß ich singe und lobe
BuxWV 74 — Meine Seele, willtu ruhn
BuxWV 75 — Membra Jesu Nostri
BuxWV 75/1 — Ad pedes: Ecce super montes
BuxWV 75/2 — Ad genua: Ad ubera portabimini
BuxWV 75/3 — Ad manus: Quid sunt plagae istae
BuxWV 75/4 — Ad latus: Surge amica mea
BuxWV 75/5 — Ad pectus: Sicut modo geniti infantes
BuxWV 75/6 — Ad cor: Vulnerasti cor meum
BuxWV 75/7 — Ad faciem: Illustra faciem tuam
BuxWV 76 — Fried- und freudenreiche Hinfahrt
BuxWV 76/1 — Mit Fried und Freud
BuxWV 76/2 — Klag-Lied: Muss der Tod denn auch entbinden
BuxWV 77 — Nichts soll uns scheiden von der Liebe Gottes
BuxWV 78 — Nimm von uns, Herr, du treuer Gott
BuxWV 79 — Nun danket alle Gott
BuxWV 80 — Nun freut euch, ihr Frommen, mit nir
BuxWV 81 — Nun laßt uns Gott dem Herren Dank sagen
BuxWV 82 — O clemens, o mitis, o coelestis Pater
BuxWV 83 — O dulcis Jesu, o amor cordis mei
BuxWV 84 — O fröhliche Stunden, o fröhliche Zeit
BuxWV 85 — O fröhliche Stunden, o herrliche Zeit
BuxWV 86 — O Gott, wir danken deiner Güt’
BuxWV 87 — O Gottes Stadt, o güldnes Licht
BuxWV 88 — O Jesu mi dulcissime
BuxWV 89 — O lux beata Trinitas et principalis unitas
BuxWV 90 — O wie selig sind, die zu dem Abendmahl des Lammes berufen sind
BuxWV 91 — Pange lingua gloriosi, corporis mysterium
BuxWV 92 — Quemadmodum desiderat cervus
BuxWV 93 — Salve desiderium, salve clamor gentium
BuxWV 94 — Salve, Jesu, Patris gnate unigenite
BuxWV 95 — Schaffe in mir, Gott, ein rein Herz
BuxWV 96 — Schwinget euch himmelan, Herzen und Sinnen
BuxWV 97 — Sicut Moses exaltavit serpentem
BuxWV 98 — Singet dem Herren ein neues Lied
BuxWV 99 — Surrexit Christus hodie
BuxWV 100 — Wachet auf, ruft uns die Stimme
BuxWV 101 — Wachet auf, ruft uns die Stimme [ut majeur] (authenticité douteuse)
BuxWV 102 — Wär Gott nicht mit uns diese Zeit
BuxWV 103 — Walts Gott, mein Werk ich lasse
BuxWV 104 — Was frag ich nach der Welt und allen ihren Schätzen
BuxWV 105 — Was micht auf dieser Welt betrubt
BuxWV 106 — Welt packe dich, ich sehne mich nur nach dem Himmel
BuxWV 107 — Wenn ich, Herr Jesu, habe dich
BuxWV 108 — Wie schmekt es so lieblich und wohl
BuxWV 109 — Wie soll ich dich empfangen
BuxWV 110 — Wie wird erneuet, wie wird erfreuet
BuxWV 111 — Wo ist doch mein Freund gelieben?
BuxWV 112 — Wo soll ich fliehen hin?

Œuvres liturgiques (113-114)
BuxWV 113 — Motet pour six chœurs Benedicam Dominum in omni tempore
BuxWV 114 — Missa alla brevis

Musiques nuptiales (115-122)
BuxWV 115 — Aria Auf, Saiten, auf! Lasst euren Schall erklingen!
BuxWV 116 — Aria Auf, stimmet die Saiten, Gott Phoebus tritt ein
BuxWV 117 — Aria Deh credete il vostro vanto
BuxWV 118 — Aria Gestreuet mit Bleumen
BuxWV 119 — Aria Klinget für Freuden, ihr larmen Klarinen
BuxWV 120 — Aria O fröhliche Stunden, o herrlicher Tag
BuxWV 121 — Aria Opachi boschetti (fragment)
BuxWV 122 — Aria Schlagt, Künstler, die Pauken und Saiten

Canons vocaux (123-124a)
BuxWV 123 — Canon duplex per Augmentationem
BuxWV 124 — Divertissons-nous aujourd'hui, canon à 3 in Epidiapente et Epidiapason
BuxWV 124/1 — Canon quadruplex

Œuvres perdues (125-127)
BuxWV 125 — Motet Christum lieb haben ist viel besser (perdu)
BuxWV 126 — Musique pour la dédicace de l'autel de Fredenhagen (ou de Sainte-Marie de Lübeck ?) (perdu)
BuxWV 127 — Motet Pallidi salvete (perdu)

Veillées musicales (Abendmusiken, 128-135)
BuxWV 128 — Die Hochzeit des Lammes / Und die Freudenvolle Einholung der Braut zu derselben (perdu)
BuxWV 129 — Das allerschrocklichste und Allererfreulichste, memlich Ende der Zeit und Anfang der Ewigkeit (perdu)
BuxWV 130 — Himmlische Seelenlust auf Erden (perdu)
BuxWV 131 — Der verlorene Sohn (perdu)
BuxWV 132 — Hundertjähriges Gedichte (perdu)
BuxWV 133 — Cinq Abendmusiken de 1700
BuxWV 134 — Castrum Doloris (perdu)
BuxWV 135 — Templum Honoris (perdu)


Œuvres instrumentales (136-275)

Œuvres pour orgue (136-224)

Pièces libres pedaliter (136-161)
BuxWV 136 — Prélude en ut majeur
BuxWV 137 — Prélude en ut majeur [Prélude, Fugue, Chaconne]
BuxWV 138 — Prélude en ut majeur
BuxWV 139 — Prélude en ré majeur
BuxWV 140 — Prélude in ré mineur
BuxWV 141 — Prélude en mi majeur
BuxWV 142 — Prélude en mi mineur
BuxWV 143 — Prélude en mi mineur
BuxWV 144 — Prélude en fa majeur
BuxWV 145 — Prélude en fa majeur
BuxWV 146 — Prélude en fa dièse mineur
BuxWV 147 — Prélude en sol majeur
BuxWV 148 — Prélude en sol mineur
BuxWV 149 — Prélude en sol mineur
BuxWV 150 — Prélude en sol mineur
BuxWV 151 — Prélude en la majeur
BuxWV 152 — Prélude « phrygien » en la mineur
BuxWV 153 — Prélude en la mineur
BuxWV 154 — Prélude en si bémol majeur
BuxWV 155 — Toccata en ré mineur
BuxWV 156 — Toccata en fa majeur
BuxWV 157 — Toccata en fa majeur
BuxWV 158 — Præambulum en la mineur
BuxWV 159 — Chaconne en ut mineur
BuxWV 160 — Chaconne en mi mineur
BuxWV 161 — Passacaille en ré mineur

Pièces libres manualiter (162-176)
BuxWV 162 — Prélude en sol majeur
BuxWV 163 — Prélude en sol mineur
BuxWV 164 — Toccata en sol majeur
BuxWV 165 — Toccata en sol majeur
BuxWV 166 — Canzona en ut majeur
BuxWV 167 — Canzonetta en ut majeur
BuxWV 168 — Canzonetta en ré mineur
BuxWV 169 — Canzonetta en mi mineur
BuxWV 170 — Canzona en sol majeur
BuxWV 171 — Canzonetta en sol majeur
BuxWV 172 — Canzonetta en sol majeur
BuxWV 173 — Canzonetta en sol mineur
BuxWV 174 — Fugue en ut majeur
BuxWV 175 — Fugue en sol majeur
BuxWV 176 — Fugue en si bémol majeur

Élaborations sur chorals (177-224)
BuxWV 177 — Ach Gott und Herr (variations)
BuxWV 178 — Ach Herr, mich armen Sünder (prélude)
BuxWV 179 — Auf meinen lieben Gott (variations)
BuxWV 180 — Christ, unser Herr, zum Jordan kam (prélude
BuxWV 181 — Danket dem Herren, denn er ist sehr freundlich (variations)
BuxWV 182 — Der Tag, der ist so freudenreich (prélude)
BuxWV 183 — Durch Adams Fall ist ganz verderbt (prélude)
BuxWV 184 — Ein feste Burg ist unser Gott (prélude)
BuxWV 185 — Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort (prélude)
BuxWV 186 — Es ist das Heil uns kommen her (prélude)
BuxWV 187 — Es spricht der Unweisen Mund wohl (prélude)
BuxWV 188 — Gelobet seist du, Jesu Christ (fantaisie)
BuxWV 189 — Gelobet seist du, Jesu Christ (prélude)
BuxWV 190 — Gott der Vater wohn uns bei (prélude)
BuxWV 191 — Herr Christ, der einig Gottes Sohn (prélude)
BuxWV 192 — Herr Christ, der einig Gottes Sohn (prélude)
BuxWV 193 — Herr Jesu Christ, ich weiß gar wohl (prélude)
BuxWV 194 — Ich dank dir, lieber Herre (fantaisie)
BuxWV 195 — Ich dank dir schon durch deinen Sohn (fantaisie)
BuxWV 196 — Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ (fantaisie)
BuxWV 197 — In dulci jubilo (prélude)
BuxWV 198 — Jesus Christus, unser Heiland, der den Tod überwand (prélude)
BuxWV 199 — Komm, heiliger Geist, Herre Gott (prélude)
BuxWV 200 — Komm, heiliger Geist, Herre Gott (prélude)
BuxWV 201 — Kommt her zu mir, spricht Gottes Sohn (prélude)
BuxWV 202 — Lobt Gott, ihr Christen, allzugleich (prélude)
BuxWV 203 — Magnificat Primi Toni (fantaisie)
BuxWV 204 — Magnificat Primi Toni (fantaisie)
BuxWV 205 — Magnificat Noni Toni (variations)
BuxWV 206 — Mensch, willt du leben seliglich (prélude)
BuxWV 207 — Nimm von uns, Herr, du treuer Gott [Vater unser] (variations)
BuxWV 208 — Nun bitten wir den heiligen Geist (prélude)
BuxWV 209 — Nun bitten wir den heiligen Geist (prélude)
BuxWV 210 — Nun freut euch, lieben Christen g'mein (fantaisie)
BuxWV 211 — Nun komm, der Heiden Heiland (prélude)
BuxWV 212 — Nun lob, mein Seel, den Herren [en ut, en écho] (prélude)
BuxWV 213 — Nun lob, mein Seel, den Herren [en sol] (variations)
BuxWV 214 — Nun lob, mein Seel, den Herren [en sol] (prélude)
BuxWV 215 — Nun lob, mein Seel, den Herren [en sol, manualiter] (prélude)
BuxWV 216 — O Lux beata, Trinitas [manualiter] (prélude)
BuxWV 217 — Puer natus est in Bethlehem (prélude)
BuxWV 218 — Te Deum laudamus (fantaisie)
BuxWV 219 — Vater unser im Himmelreich (prélude)
BuxWV 220 — Von Gott will ich nicht lassen (prélude)
BuxWV 221 — Von Gott will ich nicht lassen (prélude)
BuxWV 222 — War Gott nicht mit uns diese Zeit (prélude)
BuxWV 223 — Wie schön leuchtet der Morgenstern (fantaisie)
BuxWV 224 — Wir danken dir, Herr Jesu Christ (prélude)


Œuvres pour clavecin (225-251)
BuxWV 225 — Canzonetta en la mineur
Suites (226-244)
BuxWV 226 — Suite en ut majeur
BuxWV 227 — Suite en ut majeur
BuxWV 228 — Suite en ut majeur
BuxWV 229 — Suite en ut majeur
BuxWV 230 — Suite en ut majeur
BuxWV 231 — Suite en ut majeur
BuxWV 232 — Suite en ré majeur
BuxWV 233 — Suite "d'amour" en ré mineur
BuxWV 234 — Suite en ré mineur
BuxWV 235 — Suite en mi mineur
BuxWV 236 — Suite en mi mineur
BuxWV 237 — Suite en mi mineur
BuxWV 238 — Suite en fa majeur
BuxWV 239 — Suite en fa majeur
BuxWV 240 — Suite en sol majeur
BuxWV 241 — Suite en sol mineur
BuxWV 242 — Suite en sol mineur
BuxWV 243 — Suite en la majeur
BuxWV 244 — Suite en la mineur

Variations (245-251)
BuxWV 245 — Courant zimble et huit variations en la mineur
BuxWV 246 — Aria et dix variations in ut majeur
BuxWV 247 — Aria More Palatino et douze variations en ut majeur
BuxWV 248 — Aria Rofilis et trois variations en ré mineur (sur un thème de Jean-Baptiste Lully)
BuxWV 249 — Aria et trois variations en la mineur
BuxWV 250 — Aria La Capricciosa et trente-deux variations en sol majeur
BuxWV 251 — Die Natur oder Eigenschafft der Planeten, sept suites (perdu)


Musique de chambre (252-275)

Sept sonates en trio pour violon, viole de gambe et basse continue, op. 1 (c. 1694) (252-258)
BuxWV 252 — Sonate I en fa majeur
BuxWV 253 — Sonate II en sol majeur
BuxWV 254 — Sonate III en la mineur
BuxWV 255 — Sonate IV en si bémol majeur
BuxWV 256 — Sonate V en ut majeur
BuxWV 257 — Sonate VI en ré mineur
BuxWV 258 — Sonate VII en mi mineur
Sept sonates en trio pour violon, viole de gambe et basse continue, op. 2 (1696) (258-265)
BuxWV 259 — Sonate I en si bémol majeur
BuxWV 260 — Sonate II en ré majeur
BuxWV 261 — Sonate III en sol mineur
BuxWV 262 — Sonate IV en ut mineur
BuxWV 263 — Sonate V en la majeur
BuxWV 264 — Sonate VI en mi majeur
BuxWV 265 — Sonate VII en fa majeur
Autres sonates (266-275)
BuxWV 266 — Sonate en ut majeur pour deux violons, viole de gambe et basse continue
BuxWV 267 — Sonate en ré majeur pour viole de gambe, violone et basse continue
BuxWV 268 — Sonate en ré majeur pour viole de gambe et basse continue
BuxWV 269 — Sonate en fa majeur pour deux violons, viole de gambe et basse continue
BuxWV 270 — Sonate en fa majeur pour deux violons et basse continue (fragment)
BuxWV 271 — Sonate en sol majeur pour deux violons, viole de gambe et basse continue
BuxWV 272 — Sonate en la mineur pour violon, viole de gambe et basse continue
BuxWV 273 — Sonate en si bémol majeur, pour violon, viole de gambe et basse continue [version antérieure de BuxWV 255 avec suite]
BuxWV 274 — Sonate à 2 et à 3 violons, viole de gambe et basse continue (perdue)
BuxWV 275 — Sonatina forte con molti violini doi oboi (perdue)


Appendice (Anh. 1-15)

Œuvres d'attribution douteuse (Anh. 1-8)

BuxWV Anh. 1 — Magnificat anima mea Domine
BuxWV Anh. 2 — Man singet mit Freuden vom Sieg
BuxWV Anh. 3 — Oratorio Das jüngste Gericht [également titré Wacht! Euch zum Streit]
BuxWV Anh. 4 — Natalia Sacra (perdu)
BuxWV Anh. 5 — Sonate pour orgue en ré mineur
BuxWV Anh. 6 — Courante pour clavecin en ré mineur
BuxWV Anh. 7 — Courante pour clavecin en sol majeur
BuxWV Anh. 8 — Sinfonia pour clavecin en sol majeur


Œuvres d'attribution erronée

BuxWV Anh. 9 — Cantate Erbam dich mein, o Herre Gott (œuvre de Lovies Busbetzky)
BuxWV Anh. 10 — Psaume Laudate Dominum omnes gentes (œuvre de Lovies Busbetzky)
BuxWV Anh. 11 — Prélude de choral Erhalt uns Herr, bei deinem Wort pour orgue [manualiter] (œuvre d'auteur inconnu, peut-être Johann Pachelbel ou Georg Böhm)
BuxWV Anh. 12 — Suite pour clavecin en ré mineur (œuvre de Nicolas Lebègue, second livre de clavecin, n° 1)
BuxWV Anh. 13 — Suite pour clavecin en sol mineur (œuvre de Nicolas Lebègue, second livre de clavecin, n° 2)
BuxWV Anh. 14 — Prélude de choral Christ lag in Todesbanden pour orgue (œuvre de Nicolaus Vetter)
BuxWV Anh. 15 — Missa (Kyrie) (œuvre de J. Bocksdehude)
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16550
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Dim 15 Aoû - 11:49

Je viens d'écouter le seul oratorio conservé de Buxtehude : Das jüngste Gericht (Le Jugement dernier), un double CD Vivarte :



ll y a pas moins de 82 plages, c'est à dire que les airs, récitatifs et parties instrumentales et chorales sont toutes très courtes et donc très variées, par conséquent pas trop de monotonie pour cet oratorio (en 3 actes) qui dure tout de même 125 minutes. - sauf un peu au 3ème acte qui dure près d'une heure à lui tout seul.

Néanmoins l'oratorio est considéré "d'authenticité douteuse" bien que l'attribution à Buxtehude soit probable.

Je suppose que Jean connaît Wink
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6571
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Dim 15 Aoû - 17:26

et bien justement pas! Embarassed ...j'en suis moi-même étonné, car si je l'avais "croisé" un jour , soit dans un bac de disque ou dans une revue, ...
il semble en exister que deux versions: celle que tu présentes et celle de Ton Koopman....
merci pour cette future découverte! Wink
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16550
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Dim 11 Déc - 19:40

Un CD de cantates :





Sauf lorsqu'il s'agit de lamentations (cantate O clemens o mitis o coelestis Pater), j'aime assez ces cantates pré-bachiennes !

La dernière, Erbarm dich mein, o Herre Gott, est la plus longue avec ses 19 minutes, et pour l'effectif complet soprano-alto-ténor-basse, possède le numéro BuxVW anh 9. Le anh (anhang) signifie apocryphe, pourtant on ne dit rien dans le livret. Bizarre !
Revenir en haut Aller en bas
ysov

avatar

Nombre de messages : 438
Age : 55
Date d'inscription : 16/09/2011

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Lun 6 Aoû - 2:06

Ah ce Diderik, c'est totalement un de mes compositeurs favoris. Nous ressentons dans sa musique qu'il fut un homme heureux! Non seulement il fut le plus grand compositeur de musiques d'orgue avant Bach (Bruhns son disciple préféré l'aurait au moins égalé s'il avait vécu assez longtemps) mais a composé des oeuvres en trio parmi les plus belles depuis que ce genre existe! Son Membra Jesu Nostri pour choeur et voix est également un de ses chefs-d'oeuvres. Un compositeur qu'il l'a eu en totale admiration au point d'avoir transcrit une oeuvre d'orgue pour le piano est Prokofiev! Malher l'admira presque comme un Dieu! En tous cas, il avait l'art suprême de la tournure mélodique et rythmique, et si variée! Rien à voir avec les schémas quasi linéaires à outrances de plusieurs de ses contemporains, surtout italiens!

Pour sa musique vocale, les versions avec Koopman du label Challenge sont à se procurer sans hésitation. D,autres versions isolées méritent ce même privilège, à commencer par cette sublime version de ''Membra Jesus Nostri'' du label Accent avec la Petite Bande:

Que vous pouvez écouter ---ICI

Ou bien ce superbe enregistrement d'autres oeuvres vocales de Diderik:

Pour écouter--ICI

Ou bien cette autre superbe version:

Ecouter --ICI

Même sa musique pour clavecin contient de beautés et la version que je recommande sans hésitation est celle du claveciniste scandinave Lars Ulrich Mortensen qui d'ailleurs à vu ses enregistrement originellement pour le label Da Capo êtres réédités sous Naxos!:

Ecouter ---ICI

La fameuse musique de chambre en trio de ce fameux compositeur, la version de référence mais hélas ayant pas enregistré l'intégrale est celle du Boston Museum Trio, suivi immédiatement de l'ensemble composé de Mortensen, Linden, Holloway, qui heureusement furent rééditées sur Naxos!:

Ecouter--ICI

Enfin, sa musique d'orgue! Du côté français, il y a selon mon avis deux versions à retenir, dont la plus ancienne avec René Saorgin à l'orgue Schnitger d'Alkmaar:
Ecouter--ICI

Et celle d'Olivier Vernet:

Ecouter---ICI

Enfin des organistes autres que français, j'ai une préférence pour le scandinave Ulrik Spang-Hanssen:

Ecouter---ICI

Ou bien l'intégrale avec Bernard Foccroule qui est bien:
Ecouter---ICI

Mention spéciale: Les trois CD d'oeuvres d'orgue de Buxtehude par l'excellent organiste titulaire de la Madeleine à Paris, François-Henri Houbart, pour le label BNL est à se procurer sans hésitation également. Tant qu'à la version DE Harald Vögel, je le conseille peu, car sa conception de rendre rythmiquement de nombreuses oeuvres d'orgue de Diderik est trop
décousu, étrange, comme si Mozart dans sa vision GALANTE MANIÉRÉE COMME IL SE DOIT les jouait! Le Stylus Phantasticus est à prendre avec flamboiement, passionnément quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6571
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Lun 6 Aoû - 9:23

à noter que l'intégrale de Ulrik Spang-Hansen est maintenant disponible chez Brillant-classics...ce qui la rend aussi particulièrement attractive pour son prix Wink
Pour la cantate "Membra Jesu Nostri"  j'ai découvert récemment la version du japonais Masaaki Suzuki...je crois bien que c'est actuellement ma préférée, ne serait-ce que gràce à la présence du ténor Makoto  Sakurada et du contre ténor Yoshikazu Mera  aux timbres de voix sublimes pour moi (les autres solistes , bien que moins connus, ne gachant rien!)


Dernière édition par Jean le Mar 22 Sep - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Ven 14 Sep - 22:05

Brillant Classic prépare une intégrale de sa musique pour orgues
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Lun 21 Sep - 19:00


A l'époque du 33 tours, je possédais bien une oeuvre vocale de Dietrich Buxtehude, sauf qu'il m'est impossible de me rappeler laquelle. De toute façon, je n'en ai gardé aucun souvenir. J'ai renouvelé - on peut dire que 25 ans se sont écoulés depuis - mon intérêt pour ce compositeur que j'avais vraisemblablement trop vite négligé, en me procurant douze de ses cantates, toutes interprétées par le "Knabenchor Hannover" et le "Amsterdam Baroque Orchestra" sous la direction de Ton Koopman et avec les solistes:

__Barbara Schlick (soprano)
__Monika Frimmer (soprano)
__Michael Chance (alto)
__René Jacobs (alto)
__Christoph Prégardien (ténor)
__Peter Kooy (basse)

Les cantates BuxWV 29, 72, 56, 44, 12, 43, 62, 33, 6, 64, 52, 110. Toutes ces oeuvres sont d'une durée plus ou moins courte, la plus longue (BuxWV 6) dure 13'30" et la plus courte (BuxWV 110) dépasse à peine les 3 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16550
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Lun 21 Sep - 20:11

Les cantates de Buxtehude sont très différentes de celles de JS Bach : la plupart sont beaucoup plus courtes, la BuxWV 53 dure 2 minutes!, à effectif réduit (certaines à une seule voix et basse continue comme la 59 ou une voix, un violon et basse continue comme la 98). Celles à plus grand effectif (plusieurs solistes, choeur et orchestre) ne sont pas plus d'une vingtaine (sur 114). Quoi qu'il en soit, j'en ai écouté une cinquantaine en tout, et j'avoue que dans l'ensemble je les aime bien...

Ma préférée est la BuxWV 43 "Heut trimphieret Gottes Sohn" - que tu as - à 5 solistes, choeurs, cordes et basse continue. Avec ses 18 minutes c'est une des plus longues.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Lun 21 Sep - 23:30

joachim a écrit:
Ma préférée est la BuxWV 43 "Heut trimphieret Gottes Sohn" - que tu as - à 5 solistes, choeurs, cordes et basse continue. Avec ses 18 minutes c'est une des plus longues.

Alors là, il y a un truc qui cloche car ma version de cette cantate est d'une durée, si j'en crois ce qui est écrit, bien que les erreurs sont toujours possibles là aussi, de 7'38. En même temps, lorsque je fais le calcul de toutes les durées, je n'atteins pas la durée totale du cd. Je viens de m'en rendre compte pendant que je te répondais. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6571
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Mar 22 Sep - 9:14

Icare tu dois avoir les é premiers cd extraits du coffret de 3 cd originel de Koopmann chez ERATO publié la première fois en 1988 (3cd avec 17 cantates )

En rééditant...ils auraient pu rectifier les erreurs existant déjà sur le livret d'origine!...où en effet la cantate 43 est indiquée à 7'38" ...alors qu'elle fait bien 17'38"! et sur mon 2ème cd de ce coffret la durée de la cantate 110 est également erronée: elle fait 13'12" au lieu des 3'12" indiqué!;;;

J'aime aussi beaucoup ces cantates...mais devrais les réécouter pour me rappeler ou changer (?) mes préférences! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Mar 22 Sep - 21:08

C'est exact et du coup cette erreur m'a moi-même conduit à l'erreur lorsque j'ai écrit que la cantate BuxWV 110 était la plus courte. C'est malin! Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Ven 16 Oct - 22:40

Jean a écrit:
J'aime aussi beaucoup ces cantates...mais devrais les réécouter pour me rappeler ou changer (?) mes préférences! Wink

Je viens d'écouter plusieurs cantates de Dieterich Buxtehude, BuxWV 29, 72, 56, 44, 12 & 43. C'est la première fois que je m'y colle. N'empêche qu'en l'espace de quelques heures, je suis passé du duo polonais voix/piano -Warska-Kurylewicz à ces musiques vocales de l'ère baroque, un grand écart de style et dans le temps, cependant, en restant dans une certaine douceur, une musique douce qui correspond parfaitement à mon humeur du moment. En réalité, j'ai trouvé ces cantates de Buxtehude particulièrement douces, très propices au recueillement. J'ai bien aimé, notamment des parties avec soprano, à savoir s"il s'agit de Barbara Schlick ou de Monika Frimmer, je n'ai pas encore pris le temps de vérifier, très probablement Schlick, une superbe voix...En tout cas, aucun ennui pendant l'écoute. Pas de grandes émotions non plus, mais un plaisir certain. C'est passé comme une lettre à la poste. Demain après-midi, j'écouterai les six autres cantates et j'espère y trouver cette douceur un peu "divine"...des six premières...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Sam 17 Oct - 21:05

Aujourd'hui, j'ai enfin découvert les Cantates BuxWV 62, 33, 6, 64, 52, 110. Comme pour les six premières, j'ai apprécié une musique très plaisante, belle et limpide, sauf que j'ai trouvé la première Jesu, meines Lebens Leben - BuxWV 62 particulièrement magnifique. A mon oreille, en tout cas, elle est réellement sortie du lot...Qu'en penses-tu Jean? Mais peut-être ne l'as-tu pas réécoutée depuis longtemps? Les solistes sont Barbara Schlick (soprano), Michaël Chance (alto), Christoph Prégardien (ténor) et Peter Kooy (basse). J'ai été happé par la beauté de cette courte cantate et j'avoue ne pas avoir retrouvé ce même plaisir avec les suivantes si ce n'est que j'ai beaucoup aimé la partie finale de la cantate Wie wird erneuet, wie wird erfreuet - BuxWV 110). Sinon, dans cette partie finale, il y a un relativement discret élément sonore - que certains verraient sans doute comme un détail - une sonorité cristalline qui accompagne tout le final et qui a retenu mon attention. Seulement, je n'ai pas réussi à identifier cet instrument. J'ai bien aimé cette sonorité.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3393
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Dim 18 Oct - 20:04

Quelques cantates et sonates de Buxtehude par le Concert Brisé


https://youtu.be/4ms61jYEBVU
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Ven 27 Jan - 22:39

Icare a écrit:
Jean a écrit:
J'aime aussi beaucoup ces cantates...mais devrais les réécouter pour me rappeler ou changer (?) mes préférences! Wink

Je viens d'écouter plusieurs cantates de Dieterich Buxtehude, BuxWV 29, 72, 56, 44, 12 & 43. C'est la première fois que je m'y colle. N'empêche qu'en l'espace de quelques heures, je suis passé du duo polonais voix/piano -Warska-Kurylewicz à ces musiques vocales de l'ère baroque, un grand écart de style et dans le temps, cependant, en restant dans une certaine douceur, une musique douce qui correspond parfaitement à mon humeur du moment. En réalité, j'ai trouvé ces cantates de Buxtehude particulièrement douces, très propices au recueillement. J'ai bien aimé, notamment des parties avec soprano, à savoir s"il s'agit de Barbara Schlick ou de Monika Frimmer, je n'ai pas encore pris le temps de vérifier, très probablement Schlick, une superbe voix...En tout cas, aucun ennui pendant l'écoute. Pas de grandes émotions non plus, mais un plaisir certain. C'est passé comme une lettre à la poste. Demain après-midi, j'écouterai les six autres cantates et j'espère y trouver cette douceur un peu "divine"...des six premières...

Pas grand chose à modifier après les avoir réécoutées ce soir. J'aime bien, pas à la folie, mais j'aime bien. Je crois que c'est sur le second cd que se trouve ma cantate préférée, la BuxWV 62. Je verrai ça demain. En tout cas, côté cantates, je me contenterai de ce double album et si jamais je souhaite à l'avenir approfondir un peu mieux ce compositeur, je tenterai quelque-chose de différent. L'orgue? J'aimerais partager l'enthousiasme d'Ysov et bien que c'est un instrument fascinant, sur un disque entier, l'orgue seul me fait un peu peur. Après, il y a le clavecin puis l'oratorio...?...On verra lorsque l'idée d'un nouveau "Buxtehude" me titillera. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11311
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Sam 28 Jan - 17:46

Icare a écrit:
Aujourd'hui, j'ai enfin découvert les Cantates BuxWV 62, 33, 6, 64, 52, 110. Comme pour les six premières, j'ai apprécié une musique très plaisante, belle et limpide, sauf que j'ai trouvé la première Jesu, meines Lebens Leben - BuxWV 62 particulièrement magnifique. A mon oreille, en tout cas, elle est réellement sortie du lot...Qu'en penses-tu Jean? Mais peut-être ne l'as-tu pas réécoutée depuis longtemps? Les solistes sont Barbara Schlick (soprano), Michaël Chance (alto), Christoph Prégardien (ténor) et Peter Kooy (basse). J'ai été happé par la beauté de cette courte cantate et j'avoue ne pas avoir retrouvé ce même plaisir avec les suivantes si ce n'est que j'ai beaucoup aimé la partie finale de la cantate Wie wird erneuet, wie wird erfreuet - BuxWV 110). Sinon, dans cette partie finale, il y a un relativement discret élément sonore - que certains verraient sans doute comme un détail - une sonorité cristalline qui accompagne tout le final et qui a retenu mon attention. Seulement, je n'ai pas réussi à identifier cet instrument. J'ai bien aimé cette sonorité.

Sur ce coup-là, je pourrais, lors de cette nouvelle écoute, réécrire la même chose à la virgule près! La Cantate BuxWV 62 est vraiment celle que je préfère de ce double album, la seule que je trouve vraiment magnifique et pas seulement plaisante et juste belle comme la plupart des autres qui sont un peu d'une beauté ennuyeuse. Sur le premier cd qui réunit les cantates BuxWV 29, 72, 56, 44, 12 & 43, sans atteindre le niveau de la "62", j'y avais quand même trouvé deux, trois passages avec soprano un peu plus émouvants que les autres, mais sur le second cd, après la "62", il me faudra attendre le final de la Cantate BuxWV 110 avec cet instrument mystérieux à la sonorité métallique et cristalline pour vibrer de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
StylusPhantasticus

avatar

Nombre de messages : 201
Age : 18
Date d'inscription : 22/05/2015

MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   Mar 31 Jan - 16:09

L'une de mes préférée dans ses préludes :
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dietrich Buxtehude (1637-1707)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dietrich Buxtehude (1637-1707)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: