Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Joyeuses Commères de Windsor, Otto Nicolai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Les Joyeuses Commères de Windsor, Otto Nicolai   Mer 14 Jan - 11:37



'Die lustigen Weiber von Windsor', en français 'Les Joyeuses Commères de Windsor', est un opéra-comique et fantastique en trois actes, composé par Otto Nicolai, avec un livret de Salomon Hermann Mosenthal (1821-1877), inspiré par la comédie du même nom de William Shakespeare.
La création eut lieu à Berlin, au Hofoper le 9 mars 1849, deux mois avant la mort du compositeur.
La pièce de Shakespeare 'Les Joyeuses Commères de Windsor', pièce de circonstance bâtie sur une intrigue bien faible — écrite en deux semaines pour satisfaire la reine Élisabeth Ire, qui, ayant apprécié le personnage de Falstaff dans Henri IV, avait émis le souhait de le retrouver sur scène — inspirera par la suite à Verdi son ultime opéra (Falstaff, 1893), bien plus connu que celui d'Otto Nicolaï.
Seule l’ouverture, particulièrement l’adagio final, connaîtra un certain succès en France – l'emploi de mélodies enlevées proches de celle des Strauss y est certainement pour quelque chose – et passera à la postérité. Il est encore utilisé de temps en temps en illustration sonore (par exemple la scène du tennis dans le film Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec).

source : Wikipedia


Dernière édition par Bel Canto le Jeu 5 Fév - 19:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Les Joyeuses Commères de Windsor, Otto Nicolai   Mer 14 Jan - 13:02

Opéra en 3 actes d'Otto Nicolai ; livret d'Hermann von Mosenthal d'après la pièce de Shakespeare.
Créée à Berlin Hofoper, 9 mars 1849 ; Zschiesche était Flastaff et l'orchestre dirigé par l'auteur.
Créé en 1863 à Philadelphie, au Her Majesty's Theatre de Londres en 1864, au Théâtre Lyrique de Paris en 1866 (version française de Barbier), au Meotropolitain de New York en 1900 (allemand), au Covent Garden de Londres en 1900 (allemant). Reprise à l'occasion du centenaire de l'auteur, à la Staatsoper de Berlin en 1949.

Personnages
Sir John Flastaff (basse) ; Herr Fluth [M Ford] (baryton) ; Herr Reich [M Page] (basse) ; Fenton (ténor) ; Junker Spärlich [Slender] (ténor) ; Dr Caïus (basse) ; Frau Fluth [Mme Ford] (soprano) ; Frau Reich [Mme Page] (mezzo-soprano) ; Jungfer Anna Reich [Anne Page] (soprano) ; premier citoyen (ténor).

Nicolai mourrut à 39 ans mais sa vie de compositeur a été fort active, tout comme sa vie de musicien : organiste à l'ambassade de Prusse à Rome, maître de chapelle à Vienne, compositeur en Italie, fondateur et chef de l'orchestre philarmonique de Berlin et directeur de l'opéra de Berlin. Il composa beaucoup d'opéras, Die Lustigen Weiber von Windsor est le plus connu, il se distingue par son esprit, une construction nette et une joyeuse légèreté.

L'action se passe à Windsor sous le règne d'Henry IV.

Acte 1
Après l'ouverture, qui est l'une des plus célèbres du répertoire de concert, nous nous trouvons dans le jardin qui sépare les maisons de Mme Page et de Mme Ford (pour leur donner leur nom schakespearien). Elles comparent les lettres d'amour qu'elles ont reçu de Sir John Falstaff. Elles quittent la scène, laissant la place aux hommes. Page a promis la main de sa fille Anne à Slender, qu'il préfère aux autres prétendants, Caïus et surtout Fenton.
Chez Ford. Son épouse attend la visite de Falstaff. Elle décide de le jouer en lui faisant croire qu'elle succombera à son charme : "Nun eilt herbei".
Falstaff arrive comme prévu. Ses déclarations sont interrompues par de violents coups frappés à la porte. Il se cache dans le coffre à linge, et Ford se précipite dans la maison en hurlant qu'il prend enfin sa femme sur le fait ; il est accompagné d'une foule impressionnante de témoins. Les recherches commencent tandis que les femmes s'amusent de la façon don leur plaisanterie à tourné : Falstaff va être jeté dans la rivière. La légèreté du duo contraste avec les réprimandes de Mme Ford, qui reproche à son mari de l'avoir injustement soupçonnée. L'acte se termine par un ensemble.

Acte 2
Falstaff a regagné un terrain plus sûr : l'auberge de la Jarretière "Gasthaus zum Hosenbande". Il entonne une chanson à boire : "Als Büblein klein", qui a toujours été très populaire. Ford, se faisant appeler Brook (Bach dans la version allemande), vient essayer de lui soutirer des renseignements sur ses rapports avec Mme Ford. Leur duo comique est admirable : le bavardage de Falstaff est ponctué des exclamations horrifiées de Ford. "Wie freu'ich mich" chantent-ils, l'un se réjouissant à l'approche de son rendez-vous et l'autre à l'idée de prendre Falstaff en flagrant délit.
Le jardin de Page. Trois prétendants se préparent à chanter leur sérénade à Anne. Slender et Caïus s'en tirent de façon définitivement comique ; mais Fenton apporte une touche romantique, et son "Horch, die Lerche singt im Hain" est un air délicieux. Duo d'amour entre Fenton et Anne, et quartettino – comme l'appelle Nicolai – où les deux prétendants ridicules surprennent les propos du couple et reprennent l'air qu'Anne chantait au début, jusqu'à ce tous les quatre y soient engagés.
Dans la maison des Ford. Ford prévient sa femme que, cette fois, il saura la surprendre et que rien ne l'empêchera de confondre son amant. Caïus, Slender et Page frappent à la porte pour signifier qu'ils sont là, comme prévu. Falstaff est introduit en cachette, déguisé en vieille femme, au bras de Mme Page. Il prétend ne pas entendre les questions de Ford et on le renvoie sous les acclamations de tous. L'acte finit par un ensemble.

Acte 3
Chez Mme Page, qui chante la ballade de Herne le Chasseur, un agréable air 6/8. Puis Anne s'acquitte de l'aria qui, à elle seule, justifie qu'on donne le rôle à une prima donna.
La forêt de Windsor, près de ce que la partition appelle "die Eiche des Jägers Herne" ou "le chêne de Herne le Chasseur". Le thème que nous avons entendu dans l'ouverture s'épanouit dans une succession de chœurs et de mouvements de danse qui accompagnent les préparatifs de la mascarade que l'on doit jouer à Falstaff. Celui-ci chante un trio avec les épouses de Ford et de Page, tentant de les séduire toutes deux. Anne et Fenton, déguisés en Titania et Oberon, chantent un duo entre deux ballets, puis le grand air de l'ouverture est à nouveau entendu. L'opéra se termine par un trio accompagné d'un chœur.

source : Kobbe
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Les Joyeuses Commères de Windsor, Otto Nicolai   Mer 14 Jan - 13:19


https://www.youtube.com/watch?v=ekSXfFS9-bw

Quelques versions de l'oeuvre :



Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Joyeuses Commères de Windsor, Otto Nicolai   Aujourd'hui à 18:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Joyeuses Commères de Windsor, Otto Nicolai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: