Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Les cantates de J. S. BACH.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Lun 8 Juin - 22:37

Merci pour ces messages, j'irai lire mieux tout-à-l'heure ou plus tard, je me sens un peu claquée, et j'ai en ce moment moins de temps pour mes écoutes qu'avant.. (mais je fais face !!   Wink).
J'ai écouté toutes les cantates un peu en vrac, comme tu sais Icare, j'ai eu le coffret de l'Intégrale à Noël. Il est dur pour moi de faire une analyse des cantates, aussi précise que les tiennes. (Par contre, j'ai écouté très attentivement les oeuvres pour clavecin, pour luth, les sonatas et les concertos ).

Icare a écrit:
les voix respectives de Paul Agnew (ténor) 

Voici plusieurs fois que j'entends Paul Agnew "en live", je lui ai même parlé assez longuement il y a deux ans (A-DO-RA-BLE !). J'ai plusieurs CD .
Il a une voix superbe, qui résonne magnifiquement, à la fois longue dans son phrasé, ample, et extrêmement précise et mélodieuse,sans aucun extrême dans les aigus ou retombée plate sur les graves = Parfaite sur du baroque et du Bach. A la tête des Arts Florissants avec notre grand William Christie, il est sans doute le "dauphin".. ! En plus, super maestro...
J'aurai le grand plaisir de l'écouter à Thiré fin août.. 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Mer 10 Juin - 20:37

4 nouvelles cantates écoutées: Also hat Gott die Welt gelicht - BWV 68, composée pour le deuxième jour de la Pentecôte, le 21 mai 1725, Bleid bei uns, denn es will Abend werden - BWV 6, écrite pour le sixième jour de Pâcques, le 2 avril 1725, Wer mich liebet, der wird mein Wort halten - BWV 74, écrite pour le premier jour de la Pentecôte, le 20 mai 1725, et Erhalt uns Herr, bei deinem Wort - BWV 126, destinée à la Sexagésime, le 4 février 1725. De ces quatre oeuvres, je retiens surtout les Chorus introductifs: ils sont tous très beaux avec une préférence pour ceux qui ouvrent les BWV 68 & 6. La cantate BWV 68 est celle qui gagne ma préférence, très belle en entier. J'adore par ailleurs son Aria and Ritornello pour soprano, d'un esprit très joyeux. Pour en savoir plus sur cet opus: <<L'effectif instrumental de la cantate, outre trois hautbois, un violoncelle piccolo et les cordes habituelles, inclut un cornet à bouquin et trois trombones, ces derniers étant destinés à soutenir le choeur final avec sa polyphonie très exigeante. Cette précaution de la part de Bach laisse supposer qu'il devait tenir compte de la forte sollicitation des chanteurs en période de fêtes. Dans le Choral pour choeur (premier mouvement), c'est au cornet à bouqin de doubler les sopranos chargées de la mélodie. Les arias, respectivement pour soprano et basse (2ème & 4ème mouv.), sont des transcriptions sophistiquées de deux mouvements de la cantate weimaroise "La Chasse" BWV 208 (1713)..>> Très belle cantate!

VOL.14
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Mer 10 Juin - 22:18

Merci Icare !
Comme je te l'ai dit, le jour où "j'y verrai plus clair" (pas avant septembre...), et que je prendrai les cantates "à bras le corps" !, je me ferai un parallèle direct entre tes commentaires, et mon écoute personnelle. Cela sera un plaisir de mélomane égoïste et fantastique, et ensuite j'espère pouvoir donner mon petit avis.... Nul doute , ces cantates sont des chefs d'oeuvre, et qui gagnent à être écoutées avec beaucoup d'attention, ce que donc je n'ai pas le temps de faire... Les autres oeuvres de Bach, je les connaîs tellement, qu'elles me sont "faciles" d'écoute, rien à voir (mais ah la la, les oeuvres pour luth et viole de gambe....  ).
Ces cantates sont difficiles, effectivement comme tu l'expliques si bien, parce qu'il y a une combinaison de génie des différents instruments, ensuite, parce que les voix se substituent à ces instruments, justement... Il y a ici chez Bach, une complexité d'écriture absolument fabuleuse.. 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Jeu 11 Juin - 10:37

La plupart des cantates  que je mentionne ici sont de totales découvertes desquelles je fige les moments qui me touchent le plus. Je les soulignes et ils me serviront de repères lors des prochaines réécoutes de ces mêmes cantates. Je verrai ainsi si sont les mêmes mouvements qui vont accaparer mon attention ou si d'autres surprises vont se révéler et pimenter mes écoutes. Il me faudra beaucoup de temps pour bien connaître toutes ces oeuvres, des années probablement pour que ma mémoire s'en imprègne suffisamment. Je viens d'ailleurs d'en écouter trois nouvelles et je suis convaincu de ne les avoir jamais écoutées ni même entendues auparavant: Ach wie flüchtig, ach wie nichtig - BWV 26, cantate écrite pour le 24ème dimanche après la Trinité, le 19 novembre 1724, Mit Fried und Freud ich fahr dahin - BWV 125, cantate composée à l'attention de la Fête de la Purification de la Vierge de 1725 et célébrée chaque année, le 2 février, et Wo Gott der Herr nicht bei uns hält - BWV 178, cantate destinée au huitième dimanche après la Trinité, le 18 juillet 1724. Ces trois cantates m'ont beaucoup plu, autant pour leurs Chorus d'ouverture que pour leurs Arias. la BWV 125 a toutefois un peu mieux chatouillé la fibre sensible, tout d'abord par son magnifique Chorus introductif, porteur d'une délicieuse mélodie si parfaitement définie. J'en adore la forme implacable. Chez J.S. Bach, les constructions mélodiques sont souvent redoutables et celle-ci en est un parfait exemple. S'ajoute à ça une judicieuse combinaison instrumentale avec petite flûte solo irrésistible. j'aimerais également m'arrêter sur le premier Aria (pour alto) parce que je lui trouve un caractère très particulier et voici d'ailleurs ce qu'en a dit Ton Koopman: <<Le premier Aria est d'une rare finesse, la voix de contralto représentant Siméon aveugle dont les "yeux crevés" sont chantés par une voix brisée. La flûte traversière et le hautbois d'amour soulignent une déclamation volontairement tremblotante avec un rythme pointé, des appoggiatures délicates et des trilles irréguliers. Superbe aria!

Un morceau instrumental complète ce cd, il s'intitule Konzertsatz in D BWV 1045 et met en évidence le violon solo. Je l'ai bien apprécié aussi. Il porte également le titre de Sinfonia en ré-majeur BWV 1045. Tout indiquerait qu'à l'origine elle servait d'introduction à une cantate, et qui d'après les recherches, aurait été composée entre 1943 et 1946.

VOL.14
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Jeu 11 Juin - 22:47

Je suis toujours aussi sensible à la flûte piccolo, surtout lorsque celle-ci virevolte comme elle le fait dans le Chorus d'ouverture de la cantate Ihr werdet weinen und heulen - BWV 103 ainsi que dans le très beau premier Aria (pour alto) de la même oeuvre; cantate composée pour le dimanche de Jubilée et créée le 22 avril 1725. Evidemment, ce n'est pas la flûte seule qui fait toute la beauté de cette musique, mais elle lui apporte incontestablement, par sa présence et son jeu, un véritable surplus de tempérament. La cantate Am Abend aber desselbigen Sabbats - BWV 42, composée pour le dimanche de Quasimodo, le 8 avril 1725 ne m'est pas une inconnue et le superbe Sinfonia d'ouverture fut là pour me le rappeler. Je la connaissais déjà, au même titre que la BWV 21, par La Chapelle Royale, Collegium vocal, sous la direction de Philippe Herreweghe. Je l'ai désormais redécouverte par "The Amsterdam Baroque Orchestra" et Ton Koopman, ce qui me donna l'occasion de me remémorer la qualité de ses Arias et surtout du Chorale/Duet avec soprano (Deborah York & ténor (Jörg Dürmüller) dont la bonne idée fut de l'avoir repris comme appendix en fin de cd. Il ne faudrait pas négliger la troisième cantate Liebster Immanuel, Herzog der Frommen - BWV 123, destinée à l'Epiphanie, le 6 janvier 1725 car là aussi on y trouve un très beau Chorus et deux Arias, un pour le ténor Paul Agnew et un pour le basse Klaus Mertens, qui ne manquent pas d'allure non plus.

VOL.14
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3953
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 12 Juin - 8:58

Merci pour ce beau voyage que tu nous invites à faire à travers les cantates de J.S. Bach, un bien bel itinéraire que je reprendrai certainement avec beaucoup de plaisir pour des moments de communion à la vie . J'ai bien apprécié le petit flutiau qui vient si délicatement souligner le Verbe !
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 12 Juin - 19:26

Oui, moi aussi ! Je n'attends plus que le temps... de replonger comme je l'ai dit, dans les commentaires d'Icare au fil de mes écoutes, progressivement, avec mon bâton de pélerin(e), sur le chemin qu'il nous trace....
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Jeu 23 Juil - 18:52

J'étais resté longtemps sans découvrir une nouvelle cantate de J. S. Bach. J'étais donc heureux d'en découvrir trois nouvelles, toujours sous la direction de Ton Koopman; Unser Mund sei voll Lachens BWV 110, composée pour le premier jour de Noël, pour soprano, alto, basse, ténor, choeur, traversos, hautbois, hautbois d'amour, hautbois da caccia, trompette, timpani, basson, basse continue, Wir müssen durch viel Trübsal - BWV 146, composée pour le dimanche Jubilate, pour soprano, alto, ténor, basse, choeur, cordes, traverso, hautbois, hautbois d'amour, taille, basson, orgue et basse continue, et enfin Gottlob! nun geht das Jahr zu Ende - BWV 28, commandée pour le dimanche après Noël, pour soprano, alto, ténor, basse, choeur, cordes, hautbois, taille, cornet, trombones, basson et basse continue. Autant m'arrêter d'emblée sur celle qui m'a le plus marqué: la BWV 146. La "Sinfonia" d'ouverture m'a subjugué. Tout ce que j'aime dans la musique orchestrale de J.S. Bach, dans ses parties les plus animées, sachant que ses adagios me font généralement fondre! Mais là, c'est encore une autre émotion suscitée par un mouvement pulsatif continu qui ne semble jamais vouloir s'interrompre. Et l'élément-moteur de ce mouvement pulsatif y est parfaitement transcendé par l'orgue. J'aime énormément l'emploi de l'orgue dans cette cantate. Il m'a totalement aspiré dans son mécanisme infernal. Il m'a tellement fasciné que j'aurais été capable d'écouter la "Sinfonia" plusieurs fois de suite, jusqu'à satiété. Il réapparaît quasiment avec la même verve dans le superbe Chorus qui suit. Plus globalement, la BWV 146 est une cantate qui a fière allure. Concernant la BWV 28, je fus étonné de trouver le Chorus en seconde position. C'est une Aria pour soprano qui ouvre la cantate. Ce sont principalement ces deux extraits qui ont retenu mon attention, d'une beauté devenue certes ordinaire dans mon approfondissement de l'oeuvre chorale de Bach mais qui n'en demeure pas moins appréciable. Je ne m'en lasse pas, que voulez-vous... Very Happy La BWV 110 m'a captivé en entier, aussi bien pour ses quatre Arias que pour le Chorus d'ouverture d'une énergie très contagieuse.

VOL: 15
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 24 Juil - 13:28

Mon cycle autour des cantates de J. S. Bach se poursuit avec Tue Rechnung! Donnerwort - BWV 168, commandée pour le neuvième dimanche après l'Epiphanie et créée le 19 juillet 1725, pour soprano, alto, ténor, basse, choeur, cordes, hautbois d'amour et basse continue, Er rufet seinen Schafen mit Namen - BWV 175, écrite pour le troisième jour de Pentecôte, le 22 mai 1725, pour alto, ténor, basse, choeur, cordes, violoncelle piccolo, recorders, trompettes, timpani, basson et basse continue, Bisher habt ihr nichts gebeten in meinem Namen - BWV 87, écrite pour le Dimanche Rogate, le 6 mai 1725, pour alto, ténor, basse, choeur, cordes, hautbois, hautbois da caccia, basson et basse continue et enfin Ach Gott, wie manches Herzeleid - BWV 3, composée pour le deuxième dimanche après l'Epiphanie et créée le 14 janvier 1725, sur laquelle on retrouve le traditionnel quatuor vocal, l'instrumentarium se constituant de choeur, cordes, hautbois d'amour, cor, trombone et basse continue. De ces quatre cantates, je retiens surtout les Arias qui m'ont souvent parus très beaux. J'ai notamment trouvé que ceux de la BWV 168 avaient un caractère solennel et presque "vindicatif". Je pense surtout à la première pour basse. Sinon, j'ai été très séduit par l'Aria (le second) pour ténor de la BWV 175 avec le superbe accompagnement du violoncelle, ainsi que par l'Aria pour alto (le second aussi) de la BWV 87 qui bénéficie d'un instrumentarium singulier où les bois dominent: sorte de combinaison judicieuse entre les différents hautbois et le basson qui lui confère une atmosphère très poétique. J'ai également été séduit par la prestation du Ténor Jörg Dürmüller. La BWV 3 est sans doute la cantate qui m'a le moins marqué durant cette première approche. Toutefois, j'ai l'impression de ne pas avoir été très attentif sur cette fin de cd. A réécouter, donc.

VOL: 15
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 24 Juil - 17:20

Je suis donc revenu sur la cantate Ach Gott, wie manches Herzeleid - BWV 3 que je pensais avoir mal écoutée et, effectivement, j'ai déjà mieux apprécié le Chorus d'ouverture et surtout l'Aria/Duet pour soprano et alto qui était, je l'avoue, passé un peu à l'as lors de la première écoute. M'être donné l'occasion de le réécouter avec plus d'attention m'a permis d'en saisir toute la saveur et de ne pas en perdre une miette.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 24 Juil - 23:15

Cinq dernières cantates réécoutées ce soir, la première des cinq étant plutôt courte puisqu'elle n'atteint pas les dix minutes: Es ist ein trotzig und verzagt Ding - BWV 176, composée pour la Trinité du 27 mai 1725. La seconde s'intitule Es ist euch gut, daB ich hingehe - BWV 108. Elle fut créée pour le Dimanche Cantate, le 29 avril 1725 et la troisième; Ich bin ein guter Hirt - BWV 85 fut, quant à elle, créée pour le Dimanche Misericordias Domini tombant le 15 avril 1725. La quatrième cantate; Auf Christi Himmelfahrt allein - BWV 128 fut exécutée pour la première fois lors de la fête de l'Ascension, le 10 mai 1725 et la cinquième; Sie werden Euch in den Bann tun - BWV 183 fut destinée à Exaudi, jouée le 13 mai 1725, juste trois jours après la BWV 128. Je ne saurais dire lors de cette première approche laquelle de ces cinq cantates m'a le plus marqué. Cette fois encore, ce sont surtout les Arias qui ont le mieux retenu mon attention. Il y en a notamment un avec des roulements de trompette solo qui m'a particulièrement séduit dans la BWV 128, puis un autre avec hautbois d'amour ainsi qu'un Duet pour soprano et alto, un duo de voix qui m'est souvent irrésistible. Le premier Choral pour soprano de la BWV 85 m'a également plu et est bien plus développé que ceux qui terminent en général la plupart des cantates.

VOL/ 15
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Sam 25 Juil - 23:12

J'ai écouté ce soir quatre nouvelles cantates; Ich armer Mensch, ich Sündenknecht - BWV 55, commandée pour le 22ème dimanche après la Trinité, le 17 novembre 1726, pour ténor, cordes, flûte traversière, hautbois d'amour et basse continue, Wer sich selbst erhöhet, der soll erniedriget werden - BWV 47, composée pour le 17ème dimanche après la Trinité et entendue pour la première fois le 13 octobre 1726, , pour soprano, basse, cordes, hautbois, basson, orgue obligato et basse continue, Ich lasse dich nicht, du segnest mich denn - BWV 157 qui aurait été écrite pour les funérailles d'un noble client et qui fut probablement jouée à Pomssen, près de Leipzig, le 6 février 1726, une date proche de la fête de la Purification de la Vierge Marie, pour ténor, basse, cordes, traversière, hautbois et basse continue, et enfin Es ist dir gesagt, Mensch, was gut ist - BWV 45, composée pour le huitième dimanche après la Trinité, le 11 août 1726, pour alto, ténor, basse, cordes, flûtes traversières, hautbois, basson et basse continue. Toujours chez Bach ce sens de la combinaison instrumentale. Par exemple, l'adjonction de deux instruments à vent différents (flûte traversière et hautbois d'amour) offre une couleur singulière au mouvement d'ouverture, en l'occurrence, une Aria pour ténor. Toutefois, la cantate qui m'a le plus marqué est la BWV 47, d'abord pour son exaltant Chorus d'ouverture mais plus encore pour la remarquable Aria qui suit, une Aria pour soprano magnifiquement soutenue par un orgue lumineux jusqu'à la tournure centrale inattendue où la musique et la voix montent en intensité. A partir de là, l'orgue change de tonalité et devient moins "visible". Il retrouvera sa tonalité initial à la reprise du premier thème. Cette Aria semble avoir été construite en ABA. La cerise sur le gâteau, c'est que cette Aria revient sous la forme d'un appendix, à la fin du cd, dans une autre instrumentation. Cette fois, le violon remplace l'orgue. A ce stade d'approche, je ne saurais dire laquelle des deux versions je préfère.

VOL. 18
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6976
Age : 75
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Dim 26 Juil - 18:25

Quelle bonne initiative de Tom Koopmann d'enregistrer en plus les choeurs (et surtout aria je crois?) alternatifs à une première version (surtout en raison d'une nouvelle interprétation où il ne disposait pas des mêmes solistes).!!!
Pour l'aria de soprano de la cantate 47, d'après Gilles Cantagrel, c'est bien un orgue soliste (et alto) qui accompagne la soprano...Partie d'orgue tenue probablement par son fils Wilhelm Friedemann; JS aurait remplacé l'orgue par un violon lors d'une interprétation ultérieure Wilhelm Friedemann ayant quitté le domicile familiale .

A noter que les interprètes actuels semblent privilégier l'aria avec le violon: j'ai trois versions qui adoptent le violon!! (Harnoncourt - Suzuki et Gardiner): je suis sûr que la version avec orgue m'aurait aussi beaucoup comblé, d'autant que la formule (orgue soliste accompagnant l'aria) est nettement moins fréquente que celle avec le violon! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Dim 26 Juil - 18:53

Jean a écrit:
Quelle bonne initiative de Tom Koopmann d'enregistrer en plus les choeurs (et surtout aria je crois?) alternatifs à une première version (surtout en raison d'une nouvelle interprétation où il ne disposait pas des mêmes solistes).!!!
Pour l'aria de soprano de la cantate 47, d'après Gilles Cantagrel, c'est bien un orgue soliste (et alto) qui accompagne la soprano...Partie d'orgue tenue probablement par son fils Wilhelm Friedemann; JS aurait remplacé l'orgue par un violon lors d'une interprétation ultérieure Wilhelm Friedemann ayant quitté le domicile familiale . A noter que les interprètes actuels semblent privilégier l'aria avec le violon: j'ai trois versions qui adoptent le violon!! (Harnoncourt - Suzuki et Gardiner): je suis sûr que la version avec orgue m'aurait aussi beaucoup comblé, d'autant que la formule (orgue soliste accompagnant l'aria) est nettement moins fréquente que celle avec le violon!  Wink

Tout-à-fait, et d'ailleurs je ne saurais dire objectivement laquelle me plait le plus. J'aurais tendance à préférer la version avec orgue, mais c'est peut-être aussi parce que la combinaison orgue et voix solistes est moins courante que celle avec violon. En même temps, j'adore le violon. Pour le coup, je suis très content d'avoir ces deux versions sur un même cd. C'est assez fréquent dans la musique de film que j'apprécie où un très beau thème, souvent considéré comme "principal", est exploité dans différentes instrumentations ou par différents instruments solistes. Les raisons ne sont évidemment pas les mêmes que pour les arias des cantates de J. S. Bach, seulement j'adore ça!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Dim 26 Juil - 23:09

Je viens d'écouter quatre nouvelles cantates; tout d'abord Falsche Welt, dir trau ich nicht - BWV 52, écrite pour le 23ème dimanche après la Trinité et entendue pour la première fois le 24 novembre, dernier dimanche de l'année ecclésiale de 1726, Es wartet alles auf dich - BWV 187, écrite pour le septième dimanche après la Trinité, le 4 août 1726, Süsser Trost, mein Jesus kömmt - BWV 151 , commandée pour le troisième jour de Noël, et présentée pour la première fois le 27 décembre 1725, et enfin Was Gott tut, das ist wohlgetan - BWV 98, composée pour le 21ème dimanche après la Trinité qui, en 1726, tombait le 19 novembre. Parmi les moments qui ont le mieux retenu mon attention, il y a le second Aria de la cantate BWV 52, auquel une superbe combinaison des bois apporte un cachet singulier. J'ai aimé le hautbois qui accompagne la soprano dans le second Aria de la BWV 187 qui proviendrait à l'origine de sa Messe en Sol mineur - BWV 235 mais dans une forme remaniée, tout comme les autres extraits à l'exception des Récitatifs et du Choral conclusif. Bon, disons que là c'est surtout un Aria qui me caresse dans le sens du poil. J'ai toujours été très réceptif au son du hautbois, et plus particulièrement chez Bach qui lui insuffle souvent une sonorité irrésistible. Ce hautbois fera à nouveau un malheur lors du premier Aria (pour soprano) de la BWV 98. Cependant, l'Aria qui a vraiment retenu mon attention d'une façon moins prévisible est celui qui ouvre la BWV 151, pour soprano. Cet Aria semble aussi construit sous la forme ABA avec une partie centrale se développant sur un tempo bien plus rapide. Je me rends compte (sans que ce soit systématique) que j'ai une prédilection pour les Arias les plus longs que je trouve souvent plus élaborés et dans lesquels j'ai le temps de m'installer, émotionnellement parlant...

VOL 18
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Lun 27 Juil - 22:50

Les trois cantates que j'ai découvertes, ce soir, sont vraiment très belles, avec peut-être une préférence pour la première des trois, dans l'ordre d'écoute: Lobe den Herren, den mächtigen König der Ehren - BWV 137, cantate composée pour le 12ème dimanche après la Trinité, le 19 août 1725, est éclatante, que ce soit pour son Chorus d'ouverture ou ses trois Arias qui suivent, la première pour alto, la seconde, un duet pour soprano et basse, et la troisième pour ténor. La seconde Aria (Duet) est particulièrement exquise, exaltante, d'une très belle intensité. La deuxième cantate Ihr, die ihr euch von Christo nennet - BWV 164, commandée pour le 13ème dimanche après la Trinité et jouée pour la première fois le 26 août 1725, est pratiquement aussi éclatante que la BWV 137. L'Aria d'ouverture pour ténor est fabuleuse avec les cordes qui lui apporte une certaine majesté. Les deux flûtes traversières transcendent l'Aria centrale pour alto et le duo soprano-basse qui constitue la troisième Aria est encore ce moment d'exaltation et d'intensité que j'aime tant retrouver dans la musique vocale de J. S. Bach. Schwingt freudig euch empor - BWV 36 a été commandée pour le premier Dimanche de l'Avent dont la Première aurait eu lieu - sans aucune certitude sur ce point - le 2 décembre 1725. De cette cantate qui s'apprécie très bien en entier, j'ai surtout retenu le second mouvement, un superbe Choral pour soprano et alto.

VOL: 18
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6976
Age : 75
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Lun 27 Juil - 23:15

Wink en effet... elles font aussi parties aussi de celles qui me touchent le plus!

L'aria de soprano de la 36 , juste avant le choral final , me comble particulièrement...Je ne résiste pas à vous mettre la video d'une version qui n'existe pas encore en cd, mais qui atteint un tel sommet de sensibilité, grâce à la si belle gracieuse voix de Nuria Rial et le violon du grand violoniste baroque , John Holloway ,(quel phrasé! ) qui se joint à l'équipe de la Fondation Bach de St Gall (en Suisse près de Zurich) dirigée par Rudolf Lutz;

Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3953
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Mar 28 Juil - 9:57

Belle interprétation pour cette cantate que j'aime beaucoup, légère , enjouée
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Mer 29 Juil - 0:32

Très beau, merci... (j'ai pris le temps d'écouter, c'est bien sûr beaucoup plus beau que ma propre version, pourtant pas mail -à rediscuter-).
Peu de temps pour le forum... (mais je fais la prof de piano, entre autres). Bach commence à les intéresser, mais on n'en est pas encore aux cantates....
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Mer 16 Sep - 17:47

J'ai, ces derniers jours, écouté huit nouvelles cantates de J.S. Bach;

Gelobet sei der Herr, mein Gott - BWV 129
Sehet, wir gehn hinauf gen Jerusalem BWV 159[/b
Ich liebe den Höchsten von ganzem Gemüte - BWV 174
Alles nur nach Gottes Willen BWV 72

Gott, wie dein Name, so ist auch dein Ruhm BWV 171
Jauchzet Gott in allen Lauden BWV 51
Ich Iebe, mein Herze, zu deinem Ergötzen - BWV 145
Ich habe meine Zuversicht - BWV 188

Ton Koopman - Vol. 19

Pour la petite histoire: <<Les cantates du Volume 19 peuvent être réparties en trois groupes: quatre oeuvres (BWV 72, 88, 129 & 193) appartiennent à la troisième série de Leipzig, de 1725 à 1727; cinq oeuvres (BWV 145, 159, 171, 174 & 188) appartiennent au groupe connu sous le non de cycle de Picander, de 1728 à 1729, qui ne fut pas achevé, ou qui n'a pas subsisté de façon complète; deux oeuvres (BWV 51 & 117) appartiennent à la période postérieure à 1730, durant laquelle Bach ne composa des cantates d'église que de manière sporadique. Ses cinq premières années en tant que "Thomaskantor" réclamèrent à Bach un effort inhabituel, car il se chargea de composer, plus ou moins par lui-même, les cantates d'église pour chaque dimanche. Il n'y était pas obligé par son contrat, mais il se soumit de façon stricte au projet au moins durant deux années, et il l'assouplit un peu pour le troisième cycle annuel, qui s'étendit sur deux, trois années. Cela dit, Bach ne s'enferra jamais dans une routine, car il découvrait sans cesse de nouvelles facettes dans le genre de la cantate.>> Christoph Wolff.

J'y ai surtout relevé de superbes arias, certaines avec hautbois solo, une magnifique sinfonia, notamment dans les cantates BWV 174 & 188 et quelques chorus exaltants.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Mer 16 Sep - 21:13

Merci Icare, je garde précieusement tous tes témoignages sur ce fil pour me plonger à fond là-dedans (ce que je n'ai pas encore fait en "immersion").
Bach me parle complètement en ce moment, mais sur les concertos divers et variés.... (Hier , ceux pour violons et piano, autre fil).
Je trouve que Bach me console du temps horrible dehors, d'un automne trop précoce, du "pain sur la planche"... !!

Ton Koopman est vraiment un "grand".
P.S. : 
Icare a écrit:
 certaines avec hautbois solo, 
Voici qui pourrait intéresser notre ami du forum hautboïste professionnel (avec lequel nous avons un peu échangé ici, encore récemment).
Si tu nous lis... : As-tu joué du Bach ? (oh oui sans doute...)....
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Jeu 17 Sep - 9:51

Les trois dernières cantates que je viens d'écouter ce matin, tirées du volume 19, toujours sous la direction de Ton Koopman, sont vraiment excellentes: Siehe, ich will viel Fischer aussenden - BWV 88, tout d'abord, cantate composée pour le cinquième dimanche après la Trinité, en 1726, qui démarre notamment sur un magnifique Aria pour basse; Sei Lob und Ehr dem höchsten Gut BWV 117, cantate sans destination, datée de façon approximative autour de 1728-31, propose un Chorus d'ouverture dont seul Bach semble avoir le secret. Le Choral conclusif est plus long que ceux de beaucoup d'autres cantates dont certains n'atteignent même pas la minute! Très beau Choral, sans oublier les Arias...Ihr Tore zu Zion BWV 193 (reconstruction de Ton Koopman), cantate écrite pour l'inauguration du conseil de la ville, le 25 août 1727. Là encore, je retiens un fabuleux Chorus et sans doute l'Aria (la première avec soprano) qui m'a le plus profondément touché lors de cette écoute avec l'Aria introductif pour basse de la cantate BWV 88. Le Chorus qui clot la BWV 193 est également savoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 3598
Age : 57
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Jeu 17 Sep - 22:38

Merci Icare ! J'ai du boulot avec l'écoute des cantates, et comme je te l'ai dit, avec tes commentaires au fur et à mesure de mes écoutes..., quand j'aurai décidé de m'y plonger complètement au coin du feu.
Je vais contacter notre copain du forum hauboïste, que j'ai eu par MP, afin qu'il nous donne ses impressions sur Bach...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12341
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 18 Sep - 12:18

Me voilà reparti avec les trois premières cantates du Volume 20, toujours sous la direction du formidable Ton Koopman. Pour ceux qui penseraient que je fais une fixation sur ce chef-là, je le précise une nouvelle fois: j'ai en ma possession une intégrale des cantates de Bach par Ton Koopman, et, petit à petit, je découvre toutes ces oeuvres qui, pour la plupart, m'étaient inédites. Je les découvre et les réécouterai dans cette interprétation jusqu'au jour où j'éprouverai le besoin de les réécouter par d'autres interprètes. Mais pour l'instant, je suis dans la découverte de mon intégrale que je considère d'ailleurs comme un trésor inespéré, tombé du ciel, et je m'y tiens. Very Happy  Les trois nouvelles cantates qui ont émerveillé ma matinée sont: Herr Gott, Beherrscher aller Dinge BWV 120a qui est une cantate de mariage (1729). Elle bénéficie d'entrée de jeu d'un superbe Chorus de six minutes environ, d'une première Aria pour soprano qui a, comme beaucoup d'autres, un effet magique sur moi. Vient ensuite une Sinfonia qualifiée de "Presto" avec un orgue vif et exaltant. L'orgue me régale dans ce morceau. Cette cantate n'a cependant pas encore livré toutes ses perles: le Duet pour alto & ténor qui atteint les sept minutes est une belle réussite aussi. Le Récitatif et le Choral qui suivent, dépassant de peu la minute, ne m'ont pas marqué. La seconde cantate est Ich steh mit einem FuB im Grabe BWV 156, commandée pour le 3ème dimanche après l'Epiphanie et probablement jouée le 23 janvier 1729. La Sinfonia introductive est un adagio avec un hautbois solo et il ne dure guère plus de deux minutes, ce qui est suffisant pour créer chez moi une émotion rare, au même titre que l'Aria (alto) & Choral (sopranos) qui suit. Toutefois, j'ai peut-être une toute petite préférence pour la seconde Aria pour alto. Mon intérêt pour cette cantate s'arrête ici. La troisième cantate, Alles mit Gott und nichts ohn' ihn BWV 1127, qui fut visiblement commandée pour le 53ème anniversaire du Duc Wilhelm Ernst, le 30 octobre 1713, a quelque chose de particulier et est définie ainsi: "Aria Soprano solo è Ritornello et présenté sous un seul mouvement: Aria pour soprano, pour une durée de presque 17 minutes. Musique très plaisante et gracieuse même si aucun passage ne m'a étreint comme le firent certains des deux précédentes cantates. En même temps, ce n'est qu'une première écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6976
Age : 75
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   Ven 18 Sep - 20:28

A noter que la "cantate" (...est ce vraiment une cantate?) a été découverte et expertisée au début des années 2000...En fait dans sa version intégrale il s'agit d'un texte en douze strophe ...Koopman semble en avoir enregistré 4/12...Gardiner 3/12...et Suzuki nous a gratifier ou imposé ( )  l'intégrale: soit 48'30 de musique composée de 12 fois la même mélodie avec de petites variantes dans l'accompagnement....
C'est quand même très long et finalement ennuyeux (je n'en reviens pas de dire çà d'une oeuvre de Bach!! :¨°°:d'autant plus que la mélodie n'est pas, pour moi et Icare aussi semble t'il, parmi les arias les plus remarquables des cantates )...et curieux dans l'oeuvre de Bach!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les cantates de J. S. BACH.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les cantates de J. S. BACH.
Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: