Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
ASOS : Livraison Premier à 8 €/an
Voir le deal
8 €

 

 August Bungert (1845-1915)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20034
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

August Bungert (1845-1915) Empty
MessageSujet: August Bungert (1845-1915)   August Bungert (1845-1915) Empty2014-11-08, 13:36

Friedrich August Bungert (né à Mülheim le 14 Mars 1845, mort le 26 Octobre 1915 à Leutesdorf) était un compositeur et poète allemand.

Bungert est né à Mülheim. Son talent musical inhabituel a été remarqué et nourri au lycée par son professeur, Heinrich Kufferath, le frère du compositeur Ferdinand Kufferath. Le père de Bungert, un riche marchand et un membre éminent de la communauté, était peu enthousiaste sur les ambitions de son fils et considérait le talent musical de son fils d'être une "inclination malheureuse". Il aurait préféré que son fils entreprenne une carrière en tant que commerçant ou de médecin. Seule sa mère l'a soutenu, mais elle est morte quand August Bungert avait dix ans. Au lendemain de sa mort, le conflit entre père et fils est devenu plus intense.

Après avoir terminé l'école secondaire à 16 ans, Bungert a fui à Cologne. Il est entré au Conservatorium et a été enseigné par Ferdinand Kufferath, le frère de son grand maître d'école. A Cologne, il a été découvert par la soeur du compositeur Max Bruch, qui avait été chargé par le Conservatoire de Paris à trouver un musicien de talent pour y être éduqué.

"Sans hésitation, j'ai accepté. Avant 1866, Paris était un centre culturel, où chaque musicien en herbe doit se rendre afin d'obtenir la reconnaissance" (August Bungert, Der Bund - publication mensuelle du Bungert-Bund le 9 Juillet 1915)


Bungert était dans le dénuement à Paris, il arrivait tout juste à joindre les deux bouts en donnant des leçons de piano, jusqu'à ce que son père lui ait donné à contrecœur un peu de soutien d'urgence. Bien que le Conservatoire de Paris était fréquenté par des musiciens célèbres, tels que Berlioz, Auber et Rossini, qui parfois remarqué des étudiants talentueux, Bungert n'a pas reçu l'encouragement qu'il attendait. Grâce en partie à cette déception, et en partie à un chagrin d'amour, il retourne en Allemagne. En 1869, il a pris un poste de maître de chant, et en 1870 en tant que directeur d'un orchestre à Bad Kreuznach. Bien qu'il a composé davantage à Kreuznach - la production de sa pièce Hutten und Sickingen lors de l'inauguration d'un monument a été un grand succès - il n'était évidemment pas satisfait.

En 1874, il a déménagé à Berlin, où il a continué ses études avec Friedrich Kiel. Là, il produit des œuvres plus importantes, entre autres, le Quatuor avec piano en mi bémol majeur, opus 18, qui a reçu le prix Florentine Quartet de 1877 par Johannes Brahms  et Robert Volkmann  qui étaient les juges de la compétition. Selon Bungert, il a composé la pièce alors qu'il était allongé dans son lit avec la fièvre appendicite. Le quatuor de piano a été réalisée avec succès à Constantinople  (aujourd'hui Istanbul) en 1913.

Bungert voyage en Italie avec l'argent du prix, officiellement pour des raisons de santé, mais probablement pour un profond désir de vie italien, se déplaçant à Pegli, près de Gênes. Là, il rencontre Giuseppe Verdi, et son voisin était le philosophe  Friedrich Nietzsche, avec qui il formera une forte amitié. A Pegli il a écrit l'opéra Aurora, dont la première a eu lieu à Leipzig  en 1884.

En Italie, Bungert fait la connaissance de la reine de Roumanie, Elisabeth de Wied, connue artistiquement comme Carmen Sylva, qui allait avoir une grande importance dans sa vie et pour sa musique. Grâce à Sylva, il a finalement gagné le tant désiré accès à la plus haute noblesse. Bungert était un invité régulier dans les châteaux royaux de Wied et dans les cours royales suédoises et roumaines.

En 1890, Sylva lui a donné un coûteux Bechstein, un piano à queue, et en 1894 elle lui a transféré la propriété d'une maison. La maison était située sur le Rhin, à Leutesdorf, avec un grand jardin et a été rénovée par l'architecte de Cologne Carl Schauppmeyer dans le style ionique. La villa est toujours considérée comme un ornement dans la Rheinallee, bordée d'arbres (aujourd'hui August-Bungert-Allee). Bungert a meublé la maison avec des meubles coûteux, des œuvres d'art et de souvenirs. Il a célébré ses plus grands triomphes artistiques pendant ce temps, en particulier avec la mise en musique de la poésie de Sylva dans ses Rhein-Lieder.

Sylva a fondé une organisation appelée la Bungert-Bund pour promouvoir sa musique. Outre un opéra comique intitulé Die Studenten von Salmanca (Les étudiants de Salamanque), il se concentre sur deux épiques tétralogies basées sur le Iliade et l' Odyssée intitulées Homerische Welt (Le monde homérique). La première partie, L'Iliade (inachevé), a été divisée en Achille et Clytemnestre (avec trois autres sections prévues). La deuxième partie, qui a été achevée et réalisé à Dresde entre 1898 et 1903, était l'Odyssée, qui a été divisée en Circé, Nausicaa, le retour d'Ulysse et la mort d'Ulysse, et a été interprétée plus de 100 fois dans le reste de l'Europe.

Pendant ce temps, Bungert a été considérée comme l'antithèse de Wagner - les œuvres de Wagner sont sur thèmes de la mythologie nordique, tandis que les livrets de Bungert ont été influencés par les classiques grecs. Bungert a été fortement influencé par Wagner, et avait prévu de construire une sorte de Bayreuth à Bad Godesberg.


Bungert a obtenu un poste de professeur à l'Université de Leipzig en 1911 et y a donné plusieurs conférences sur son travail. En 1912, la ville thermale de Wiesbaden a commencé un Bungert-Festival qui a engendré beaucoup d'intérêt.

August Bungert est mort, à la suite d'une longue maladie, le 26 Octobre 1915 dans sa maison de Leutesdorf. En tant que Chrétien luthérien il n'a pas été autorisé (selon ses propres souhaits) à être enterré dans le cimetière catholique de Leutesdorf. Sa tombe est dans le cimetière de la Feldkirche à Neuwied. (La maison Bungert de Leutesdorf est actuellement une résidence privée et non ouverte au public.)

Son œuvre comprend 362 Lieder, dont beaucoup ont été fondées sur des textes de Carmen Sylva, alors qu'il a écrit lui-même la plupart des paroles de ses chansons du Rhin. Son plus grand travail a été la tétralogie opéras "Die Welt Homerische" (Le monde homérique), inspiré par Der Ring des Nibelungen de Wagner. Après les deux guerres mondiales, sa musique a été presque oubliée, en particulier pendant la période nazie, dans laquelle il a été éclipsé par les œuvres de Wagner. Aujourd'hui, sa musique est très rarement jouée.


Oeuvres


Opéras

Aurora (other titles: Liebe Siegerin / Die Studenten von Salamanka – Dear Victrix / The Students of Salamanca), Musik-Lustspiel (Musical Game), op. 23, premiered in Leipzig 1884, libretto  by Hermann Graeff

Hutten und Sickingen (dramatisches Festspiel für das deutsche Volk – dramatic pageant for the German people), musical drama in pageant form in five acts, op. 40, premiered in Bad Kreuznach 1889, libretto by August Bungert

Homerische Welt (Homeric World - other title: Die Odyssee - The Odyssey) opera- tetrology, op. 30, libretto by August Bungert
Part I: Circe, musical tragedy in three acts, op. 30/1, premiered 1898 in the Dresden Court Opera ( Hofoper )
Part II: Nausicaa, musical tragedy in three acts, op. 30/2, premiered 1901 in the Dresden Court Opera
Part III: Odysseus' Return, musical tragedy in three acts, op. 30/3, premiered 1896 in the Dresden Court Opera
Part IV: Odysseus' Death, musical tragedy in three acts, op. 30/4, premiered 1903 in the Dresden Court Opera


Musique orchestrale

Torquato Tasso, symphonic overture for large orchestra, op.14, based on the drama of the same name  by Johann Wolfgang von Goethe
Auf der Wartburg (At the Wartburg  Castle), symphonic poem for large orchestra, op.29 (1884)
Faust 1 und 2 , stage music for the production of Faust for the Goethe-Festival (Goethefestspiele) in 1903 in Düsseldorf, op.58
Sinfonia Vietrix, symphony in four movements for orchestra, chorus and solo voices, op. 70
Genius Triumphans (Zeppelins große Fahrt) (Triumphant Genius (The Zeppelin's Great Voyage), symphony, op. 71, performed in honour of the first flight of a Zeppelin

Polyphemos: Ouvertüre de "Kirke"
Die Sirenen und Odysseus Landung : Ouvertüre de "Nausikaa"
Telegonos Abschied: Ouvertüre de "Odysseus tod"
Telemachos Ausfahrt: Ouvertüre de "Odysseus heimkehr"


Musique de chambre

Piano Quartet Op. 18 (1877);
Violin Sonata;
Piano works, dont Albumblatter, 12 pièces "Aus jungen Tagen", op 9 (1876/90), et Thème, 20 Variations et fugue sur un thème original en si b mineur, op 13 (1877), Deutche Reingen, 10 pièces à 4 mains, op 16 (1877)
Other chamber works


Musique vocale

Frühlings-Stimmen. Fünf Lieder für gemischten Chor, op. 15
Mondschein-Lieder für Männerchor, op. 28
Chorlied der Deutschen in Amerika (E. Ritterhaus), male vv, op.39
Unter dem Christbaum zu singen. Cyklus von 5 Gesängen für 1 Singstimme mit Pianoforte (oder gemischten Chor mit Pianoforte ad libitum, op. 49
Unter der Blume, Lieder vom Rhein (C. Sylva), male vv, pf, op.57
Lieder im Volkston, male vv, op.61
Mysterium : Warum? Woher? Wohin?, oratorio  based on texts from the Bible pour solistes, choeur, orgue et orchestre, op. 60, premiered 1909 in Neuwied, published the same year

Neue Volks- und Handwerkerlieder in drei Bänden mit Klavierbegleitung (New Folk- and Craftsmanssongs in three volumes with piano accompaniment), op. 49, three-volume song collection for accompaniment by piano, based on texts by Carmen Sylva, Joseph von Eichendorff, Theodor Storm  and others, created between 1890 and 1894 ; 90 Lieder en tout


Lieder

Junge Lieder I, 6 Lieder, op 1 (1871)
Junge Lieder II, 6 Lieder, op 2 (1872)
Junge Lieder III, 6 Lieder, op 3 (1873)
Junge Lieder IV, 6 Lieder, op 4 (1872)
Junge Lieder V, 6 Lieder, op 5 (1873)
Junge Lieder VI, 6 Lieder, op 6 (1874)
Junge Lieder VII, 7 Lieder et un épilogue, op 7 (1874)
Oden für Bariton oder Altstimme mit Pianoforte, op 8
Junge Leiden, 4 Lieder, op 11 (1877)
Meer-Lieder, 3 Lieder, op 12
Lieder eines Einsamen, 3 Lieder, op 17 (1878)
Aus schöner Zeit. Lieder für 1 mittlere Singstimme mit Pianoforte, 5 Lieder, op. 19
West-östliche Rosen. 5 Lieder für 1 Singstimme mit Pianoforte, op. 24
An eine schöne Frau: Liebesbriefe in Liedern am Pianoforte, 4 Lieder, op. 26
Alla mia Donna! Canti d'Amore per una voce con pianoforte, 5 mélodies op. 27
Lieder einer Königin I, 4 Lieder, op 31
Verlorne Liebe, verlornes Leben, 4 Lieder, op. 32
Umfangend umfangen : Drei Lieder für Alt mit Pianoforte, op. 33
Gestalten und Erinnerungan, 7 Lieder, op 34 (1884)
Dramen in Liedern, 2 Lieder, op 35 (1889)
Calafat, op 36 (1889)
Mein Rhein, 6 Lieder, op 37 (1889)
Kinderleben. [Sechs] Lieder für 1 Singstimme mit Pianoforte, op. 43
Lieder einer Königin II, 4 Lieder, op 44 (1890)
Vergessene Lieder, 4 Lieder op. 45
Die Sphinx, op 46
Die Lieder, op 47
Der Rhapsode der Dimbowitza. Rumänische Balladen, Rhapsodieen, Gesänge und Lieder für 1 Singstimme mit Pianofortebegleitung, op. 50
Eine Reise in Liedern von Carmen Sylva, 4 Lieder für 1 Singstimme mit Pianofortebegleitung, op. 51
Aus der Verschollenheit, 4 Lieder, op 55 (1894)
5 Serbische Lieder im Volkston, op 56 (1895)
Am Wege, 12 Lieder, op 59 (1903)
13 Lieder im Volkston, op 62 (1905)
Vom sonnigen Kinder-Eiland, op 63 (1906)
Herzblut-Lieder : Neun Lieder, op 65
Im Rheingau, 2 Lieder, op 68 (1910)
Aus der Fülle, 4 Lieder, op 73 (1914)



Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5005
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

August Bungert (1845-1915) Empty
MessageSujet: Re: August Bungert (1845-1915)   August Bungert (1845-1915) Empty2018-03-22, 21:03

Un très bel oratorio (op.60 , 1908) d'August Bungert que je découvre aujourd'hui. Le texte est tiré du livre de Job.


https://youtu.be/WYH6Rb0W0o8
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20034
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

August Bungert (1845-1915) Empty
MessageSujet: Re: August Bungert (1845-1915)   August Bungert (1845-1915) Empty2020-03-26, 10:47

Ouverture de son opéra en 3 actes, Aurora



https://www.youtube.com/watch?v=qlg7qGhTp44
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




August Bungert (1845-1915) Empty
MessageSujet: Re: August Bungert (1845-1915)   August Bungert (1845-1915) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
August Bungert (1845-1915)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: